Les chirurgiens, du Régime communiste chinois, sont accusés de prélever de force, des organes sur des pratiquants du Falun Gong encore vivants

Wang Ying correspondant de Minghui/Clearwisdom a rapporté que le 24 juillet 2006, Dr Terri Marsh, avocate en droits de l'homme de renom, représentant tous les pratiquants du Falun Gong dont les organes ont été prélevés sans leur consentement lors de leur détention illégale dans les camps de travail, prisons et les hôpitaux, à travers la Chine, ainsi que les membres de leur famille, a déposé officiellement au Bureau du Procureur Général des États-Unis du Massachusetts, une plainte pénale, accusant deux chirurgiens chinois, Chen Zhonghua et Zhu Tongyu, d’implication suspecte dans le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants du Falun Gong encore vivants.

Ces deux chirurgiens ont fait l’objet d’une poursuite judiciaire alors qu’ils assistaient à Boston, au Congrès mondial 2006 sur la transplantation. Le bref d’assignation et la mise en accusation ont été signifiés à Chen Zhonghua dans l'après-midi du 25 juillet. Il s’agit de la première plainte internationale concernant les droits de l'homme que les pratiquants du Falun Gong ont déposée concernant le prélèvement d'organes exécuté par le Régime communiste chinois, sur des êtres encore vivants.

Chen Zhonghua est le directeur adjoint du Comité de la Division de l'Association médicale chinoise en transplantation d'organe. Il est également le chef de l'Institut de la science et de la technologie de l'École médicale de Tongji de l'université de Huazhong. L'autre médecin, Zhu Tongyu, est directeur du centre de recherches de transplantations d'organe de l'Hôpital de Zhongshan à Shanghai. Des médecins des deux hôpitaux ont admis dans des conversations téléphoniques que des organes, pour la transplantation, provenaient de pratiquants du Falun Gong encore vivants. SVP veuillez vous référer à : " Messages téléphoniques : Les preuves du prélèvement des organes des pratiquants du Falun Gong encore vivants en Chine » sur le site Web de l'Organisation Mondiale pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong (WOIPFG) pour plus d'information (http://www.zhuichaguoji.org/en/)

La plainte requiert que les médecins, Chen Zhonghua et Zhu Tongyu, soupçonnés d'avoir effectué des prélèvements forcés d’organes sur des pratiquants du Falun Gong, illégalement détenus, fassent l’objet d’une enquête.

Cette plainte criminelle accuse principalement les chirurgiens Chen Zhonghua et Zhu Tongyu d’avoir violé la Loi anti-torture des États-Unis, Titre 18, Section 2340 d'USC et d’avoir violé la Convention contre la torture, ratifiée par les États-Unis en 1994. Les intimés sont accusés de délits criminels en tant que chefs criminels ou en tant que principaux complices dans le prélèvement des organes de victimes vivantes, y compris les pratiquants vivant du Falun Gong et d’avoir vendu des organes pour le profit, sans le consentement des victimes. Le prélèvement des organes, des pratiquants du Falun Gong encore vivants, viole, non seulement la loi anti-torture mais se situe actuellement dans le cadre d’un génocide, la plus grave des accusations relevant du droit pénal international.

Selon le premier groupe de rapports d’enquête récemment publiés par la WOIPFG, l'Institut de recherche de la transplantation d'organe de l'Hôpital Tongji sous la direction de Chen Zhonghua, est un laboratoire important de recherches sur la liste du Ministère chinois de la santé. Cet hôpital a, à lui seul, exécuté plus de 1.000 greffes de rein en février 2005.

Les pratiquants du Falun Gong ont dit que la plainte en elle-même n'est pas leur but. Ce qu'ils espèrent c’est que tous les membres du personnel médical travaillant dans le domaine des transplantations d'organes en Chine abandonnent leur rôle de complices du Régime communiste chinois en fournissant les preuves de ces crimes afin d'aider à mettre fin à cette persécution inhumaine.


Traduit de l’anglais le 28 juillet 2006
Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2006/7/28/76069p.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.