Etre un jeune homme sur le chemin Dafa

(article choisi de la Conférence de Partage d’expériences du Canada 2006 à Toronto ; le 28 mai 2006)
 

J’aimerais partager ma compréhension basée sur les trois grandes épreuves que j’ai passées ces deux dernières années.

Je m’appelle Arnaud, j’ai commencé à pratiquer Falun Dafa en juin 2001, lorsque j’ai suivi ma mère à un groupe de pratique. J’ai pratiqué diligemment pendant un ans, mais j’ai flêchi dans ma résolution les deux années qui ont suivi. J’ai vraiment décidé de devenir un pratiquant diligent au Fahui canadien de 2004 qui a eu lieu dans ma ville, Montréal.

La première épreuve a été la sentimentalité pour une fille que j’ai commencé à fréquenter après la conférence. Notre relation a vite cassé, ce qui m’a causé une grande peine pendant plusieurs mois. N’en tirant pas la leçon, j’ai continué à rechercher l’amour et ai eu des problèmes avec les filles deux fois immédiatement après. Maître a dit dans la quatrième conférence à propos d’ " élever son xinxing " : " Si vous ne vous détachez pas des émotions, vous ne pourrez pas cultiver et pratiquer. Si vous êtes capable de vous libérer des émotions, plus personne ne pourra vous toucher, la mentalité des gens ordinaires ne parviendra plus à vous émouvoir, c’est la compassion qui prendra leur place, c’est quelque chose de beaucoup plus noble. " (Zhuan Falun, traduit en Europe, 2006) Je pensais que j’allais juste traverser un moment difficile, et que bientôt tout irait bien. Ce n’était pas une bonne compréhension, je suis plutôt retombé à ce niveau encore et encore, jusqu’à ce que j’ai compris que je ne devais rien rechercher, et juste suivre calmement le chemin que le Maître a arrangé pour moi.

La deuxième épreuve concerne le sport. En 2001, j’avais commencé à jouer au football américain un moi après que je sois devenu un disciple de Dafa. Je ne prenais jamais vraiment plaisir au jeu lui-même, et je n’étais pas une star comme joueur, mais curieusement, tout le monde me disait que j’étais bon et j’avais la tête pleine de rêves d’obtenir une bourse d’études aux Etats-Unis. Mais c’était comme si je n’aimais le football que dans mes rêves concernant mon futur, parce qu’en réalité, je ne pouvais pas bien dormir la nuit tant j’étais nerveux. Et durant les matchs, j’espérais que je resterais sur la touche plutôt que sur le terrain. C’était très difficile pour moi de quitter l’équipe car j’avais une position centrale d’arrière. Donc d’une année à l’autre, je suis resté dans l’équipe. Cela a beaucoup affecté ma cultivation, et les trois choses que je dois faire, à cause du temps que je consacrais toute l’année à l’entraînement.

Juste après le Fahui de Montreal en 2004, je me suis cassé l’épaule droite. L’été dernier, lorsque j’ai échangé avec un pratiquant de Los Angeles, j’ai compris pourquoi, dans mes quatre années de cultivation à l’époque, je n’avais jamais été tranquille dans la méditation. Les pensées concernant le sport et l’anxiété m’ont perturbé toute l’année durant. J’en suis venu à conclure que j’étais un disciple de Dafa diligent et que ne devrais pas, dans la saison se profilant, être affecté par le jeu, gain ou perte, bon ou mauvais jeu. Dans le premier match de la saison, j’ai réalisé qu’il m’était impossible de demeurer calme lors d’un match dont je sens qu’il développe ma nature de démon et mon agressivité. Je me sentais totalement mal à l’aise et étais incapable de contrôler le jeu. Je voulais quitter l’équipe. Mais après avoir demandé deux fois à mes entraîneurs et y avoir beaucoup réfléchi, je suis resté.

En me basant sur la Loi, je peux voir que je devais être là et sauver mes co-équipiers et mes entraîneurs. Maître, avec une infinie compassion, mentionne dans Son article “Dafa est parfait et harmonieux” : “Dans tous les métiers et secteurs de la société on peut cultiver et pratiquer, il y a là aussi des personnes ayant l'affinité prédestinée qui attendent d’obtenir la Loi. " Par conséquent, avant les matches, l’automne dernier j’ai très souvent médité dans mon vestiaire, j’ai aussi eu la chance de présenter le Falun Gong à mes co-équipiers de nombreuses fois, et même en profondeur. Certains d’entres eux m’ont trouvé bizarre, mais ils savaient à quel point j’étais droit, et ils ont su de cette façon la grandeur de Dafa. Certains m’ont même aidé dans certains projets de Dafa.

A mesure que la société décline, la jeunesse a des standards moraux très bas, et je sais que mes co-équipiers commettent encore et encore de mauvaises actions, en pensant que cela est juste. Maître mentionne qu’Il ne reconnaît rien des mauvaises choses que les êtres humains ont faites au cours de l’histoire, seul compte leur attitude vis-à-vis de la rectification de la Loi. Mes coéquipiers sont donc sauvés ; Maître est si bienveillant. Lorsque je vois certains d’entre eux aujourd’hui, une des premières choses qu’ils mentionnent est : " Quand vas tu aller en Chine ? Est-ce que ça va avec ton Falun Gong ? "

Bien que je n’ai pas beaucoup joué cette saison, tout me monde me considérait comme un capitaine et le leader moral de l’équipe. Personne n’a perdu son respect pour moi. J’étais surpris et avais du mal à comprendre comment un joueur qui ne veut pas être là pouvait être respecté de cette façon. Mais, " La lumière de Bouddha illumine toutes les directions et rectifie tous les états anormaux. " Ils se sentaient bien avec moi, et savais que j’étais une personne droite, un disciple de Dafa.

La troisième épreuve que j’ai eu à surmonter a commence peu de temps après le Fahui de Montreal et m’a affecté pendant un an, jusqu’à l’automne dernier. C’était l’annonce par ma mère qu’elle quittait Dafa et sa mort, un an après. Ma mère a cultivé diligemment depuis 2000, mais en 2004, pour diverses raisons, elle a été éloignée du corps des disciples de Dafa. Elle avait mélangé la cultivation de Dafa avec la foi catholique dans son cœur, elle avait des problèmes avec des démons interférant de son propre esprit, d’après ma compréhension. Maître mentionne clairement dans la sixième conférence, “Les démons engendrés par son propre esprit » : " Tout ce qui est reflété de l’univers se transforme au gré de ses pensées, parce que tout ce qui se trouve à l’intérieur du champ spatial de la personne relève de sa compétence. " Il ajoute plus loin “Il est très difficile de sauver vraiment une personne, mais il est extrêmement facile de causer sa perte. Dès que votre propre esprit n’est plus droit, immédiatement tout est perdu. "

Les pensées de ma mère à propos des autres pratiquants, à propos du Maître, à propos de Falun Dafa, ne cessaient d’empirer. Sa santé se détériorait en même temps jusqu’à ce qu’elle soit hospitalisée en octobre. Nous avons tant de chance d’être disciples de Dafa, nous devons chercher les réponses en nous-mêmes et ne pas blâmer les autres et de ne pas être fanatiques quant aux pensées des autres, car cela peut tout transformer selon nos pensées, nous faire nous éveiller sur un chemin pervers, et finalement nous détruire.

Le jour même où elle a été amenée à l’hôpital, mon père nous a annoncé qu’elle allait mourir. Au début cela ne m’a pas affecté. Je savais que Dafa embrassait tout et pouvait la sauver si elle pouvait de nouveau sincèrement l’accepter dans son cœur. Puis je suis allé à l’hôpital cette nuis là et lui ai lu " Zhuan Falun ". J’ai continué l’après midi suivant.

Je lui demandais souvent si elle m’écoutait, combien c’était important, je lui demandais de dire en elle-même "Falun Dafa Hao ", ou que j’étais en train d’émettre des pensées droites. Une fois, après que je lui ai demandé si elle comprenait ce que je lisais, elle a dit : " oui, cela me sauvera. " Et immédiatement, lorsqu’une infirmière a insisté pour me parler à moi et à papa de comment annoncer à ma mère sa mort imminente, contre toute attente, ma mère a ouvert les yeux et bougé dans son lit et dit " Je veux qu’il reste là, et qu’il continue à lire. " L’infirmière a accepté et est sortie avec mon père. Je sais que ma mère m’écoutait.

A un moment, l’émotion s’est emparée de moi, et je me suis mis à sangloter, mais j’ai eu honte de faire ça devant elle. La vue de sa propre mère dans une si misérable condition, avec la peau jaune, les yeux jaunes, si maigre, ne pouvant pas parler, peut beaucoup toucher le cœur d’un jeune homme. En rentrant à la maison, cependant, cette nuit-là, j’ai lu les nombreux mails des autres pratiquants m’encourageant de leurs pensées droites ou envoyant des poèmes du Maître, qui m’ont vraiment aidé à m’éveiller et à passer cette épreuve.

Je suis très reconnaissant à mes compagnons de pratique et au Maître.

Elle est partie quatre jours après qu’elle soit entrée à l’hôpital. A ce moment précis, cependant, lorsqu’elle a cessé de respirer, j’étais intérieurement calme, sans être affecté. La raison n’est pas que j’avais le cœur froid et égoïste, mais plutôt que mon cœur était plein de compassion. Et je savais que le Maître veillait sur moi. Je n’ai pas le contrôle sur le destin d’autrui. Je ne sais pas ce qui s’est passé en elle alors que je faisais toutes ces choses à côté d’elle. Donc au moment même de sa mort, mon cœur était calme et ma compréhension était qu’elle pouvait mourir à présent, mais se réincarner vite dans une famille de pratiquant pour pratiquer Dafa, si tel est le vœu qu’elle a fait avant sa mort. Quel que soit son futur, il n’est pas sous mon contrôle. Je ne peux donc pas y être trop attaché.

J’étais donc très calme et souriant dans la chambre funéraire et à l’église la semaine suivante.

Aller à Washington D.C.

Maintenant, j’aimerais partager au sujet de mon voyage à Washington DC durant la visite de Hu Jintao en Amérique du nord. J’ai beaucoup appris et cultivé mon xinxing cette semaine là.

J’étais vraiment conscient de l’importance de ce voyage. J’ai alors demandé à mon père si je pouvais manquer l’école et y aller. Il a hésité, et m’a dit qu’il déciderait le matin suivant.

Alors je suis allé sur l’ordinateur et ai lu un émail dans lequel quelqu’un mentionnait que certains d’entre nous pourraient se charger de toutes activités de clarification de la vérité, parce que nous n’aurions pas ces opportunités ailleurs. J’ai d’abord décliné ce message en pensant "Non ce n’est pas pour nous, comment pourrait-ce être moi."Plus tard, en émettant les pensées droites, j’ai vu ce pratiquant disant cette phrase, j’ai demandé " Est-ce moi ? " Il a répondu gentiment " oui. " Je savais que le Maître m’envoyait un message à travers lui.

Après avoir enlevé cet attachement, j’ai sincèrement remercié Maître de ses arrangements pour que j’aille à Washington DC, je Lui ai demandé sérieusement : “Maître, je veux aller à DC pour sauver les êtres, accomplir mon vœu et bien faire les trois choses que je dois faire.”

Le matin suivant papa a dit que je pouvais y aller. Mais nos pensées sont reflétées chez les gens qui nous entourent, et dans la société ordinaire. Aussi, quand j’ai demandé à papa si je pouvais y aller, j’étais vraiment attaché au fait que le vendredi, j’avais un examen de biologie, un cours dans lequel je ne réussis pas bien. En conséquence, il était réticent à cause du fait que je manquais l’école, et que cela pourrait affecter mes études.

Je lui ai dit que j’étudierais pendant le voyage, et en revenant, et durant tous les transports à DC. Un pratiquant avec moi dans la voiture allant à Wanshington, me poussait à étudier, pour montrer à mon père que j’étais responsable et bon.

A DC, j’ai eu la chance de tenir la bannière juste devant la fanfare céleste. J’étais si fier d’être un disciple de Dafa. Nous avons marché le long de Pennsylvania Avenue, le cœur des Etats-Unis, où se trouvent tous les bâtiments majestueux, avec des sculptures, des colonnes. Loin devant nous, nous pouvions voir le Capitole, et marchant au rythme des percussions de la fanfare céleste, j’avais l’impression que nous étions dans un défilé royal.

J’ai aussi découvert d’autres attachements que j’avais, par exemple, je suis toujours en train de féliciter les autres pour tout ce qu’ils font. Sur la base de la Loi, je me suis examiné moi-même : » Pourquoi devrais je être attaché à féliciter les autres tout le temps ? Est-ce vraiment de la gentillesse et de la compassion ? N’est-ce pas plutôt parce que je suis attaché à ce qu’on me remercie et me félicite moi-même pour tout ce que je fais ? Oui, la raison n’est pas que je veux être compatissant, ou que ma famille m’aurait inculqué cette notion de remercier, la réponse est à l’intérieur de moi, mes attachements sont reflétés dans mes mots.

En revenant à Montréal, je savais avoir beaucoup chanté. Je suis revenu un jour avant, pour bien étudier pour mon examen. Je ne peux pas être fier car j’ai échoué à l’examen. Ce serait trop facile de le mettre sur le compte de la théorie de l’évolution de Darwin sur laquelle repose tout mon cours de biologie, et que l’actuelle méthode scientifique est erronée. Je dois montrer que je suis un disciple de Dafa ; je ne peux pas échouer aux examens, ni avoir de mauvaises notes, je suis passé en biologie, mais de peu, et cela pourrait affecter ma future inscription à l’université. Mais tout cela est du à mon comportement extrême de ne pas prêter suffisamment attention à valider Dafa et être un excellent étudiant.

Pour finir, je souhaite juste dire combien je dois réussir à surmonter mes peurs à certains égards, comme clarifier la vérité plus en profondeur à ma famille. Quelque fois je suis simplement paralysé et je rate les opportunités de sauver les gens. Maître a dit dans " Sortir d’une passe mortelle " : " la peur est une passe mortelle sur le chemin d’un être humain vers la divinité. " Je dois laisser tomber mes peurs.

Mais après avoir partagé avec vous aujourd’hui, je dois retourner à Montréal, et vraiment faire une percée et laisser derrière moi cet attachement, parce que notre Maître nous a enseignés dans “Le cœur naturellement clair” : "Vie et mort ne sont pas des vantardises Capable de faire [ou] incapable de faire on verra la vraie image."

Je veux juste dire combien le fait d’écrire un partage est quelque chose de grand. J’ai écris plusieurs versions de cet article, et chaque fois que je l’ai lu, j’ai découvert des omissions et des endroits où je pouvais m’améliorer. J’encourage donc chacun à écrire des partages puisque le processus est bénéfique pour nous et aussi de gentiment pointer tout attachement que vous pouvez découvrir chez moi.

Merci Maître, merci à tous.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.