L’Union européenne prête à maintenir l’embargo des armes sur la Chine

Les médias internationaux se sont récemment focalisés sur la prévision de levée de l’embargo des armes sur la Chine. Du fait du déplorable bilan de droits de l’homme de la Chine, de nombreuses nations dans le monde, en particulier les Etats-Unis, le Japon et Singapour, ont exprimé leur sérieuse inquiétude de la levée de l’embargo sur les armes. Des organisations de droits de l’homme internationales ont protesté auprès de l’Union européenne. Prenant en compte la pression du président Georges Bush et la menace de représailles par le congrès américain, ajoutées à la loi anti-sécession récemment passée contre Taiwan par l’autorité communiste chinoise qui expose au grand jour le visage véritablement violent du régime, l’UE a décidé de remettre la levée de l’embargo des armes sur la Chine prévue ce printemps.

La France et l’Allemagne étaient en faveur de la levée tandis que les organisations de droits de l’homme s’y sont vivement opposées

Le chancelier allemand Shroder et le président français Jacques Chirac ont demandé plusieurs fois à l’Union européenne de lever son embargo des armes sur la Chine. La ministre de la défense française Michelle Alliot-Marie ont argumenté que l’embargo était une « question symbolique » et que faire ainsi aiderait la Chine à s’intégrer à la communauté internationale. Toutefois l’opposition à la levée de l’embargo des armes sur la Chine est très forte en allemagne. Mardi dernier le ministre des Affaires étrangères Joschka Fisher a exprimé son inquiétude à propos de la situation des droits de l’homme en Chine à la conférence des droits de l’homme des Nations Unies.

Des organisations de droits de l’homme, comme Amnesty International ont vivement condamné la levée. Les Mères de Tiananamen, un groupe de droits de l’homme formé par des parents qui ont perdu leurs êtres chers lors du massacre de Tiananmen de 1989, ont considéré la levée de l’embargo des armes comme quelque chose qui ignore complètement, et même pire, qui aide la persécution du régime communiste sur sa propre population.

Reuters rapportait que bien que l’Union européenne ait imposé l’interdiction des ventes d’ armes à la Chine après le massacre du « 4 juin » en 1989, certaines nations de l’Union européenne ont individuellement continué la vente d’ armes non réglementée à la Chine chaque année. Selon des statistiques récemment publiées par l’Union européenne, l’an passé l’UE a approuvé les ventes d’armes à la Chine pour un total de 222 millions de dollars US. Si l’interdiction est levée, ce montant pourrait s’élever à 30 fois plus.

La loi anti-sécession a créé un environnement difficile

La loi anti-sécession, passée au début du mois par le parlement chinois, a annoncé au monde que si Taiwan déclarait l’indépendance, la Chine interviendrait par la force.

Le gouvernement de Taiwan et les partis d’opposition se sont ralliés contre la loi. D’autres pays d’Asie ont aussi exprimé leur inquiétude. Les US s’opposent fortement à la levée de l’embargo des armes sur la Chine prévue par l’Union européenne. Mettant fin à sa visite à la Chine lundi, la Secrétaire d’Etat Rice a dit que dans l’état de tension actuelle dans le détroit de Taiwan, la levée de l’embargo des armes par l’Union européenne donnerait le « mauvais signal ».

Quelques membres du congrès américain ont averti l’Union européenne que si l’interdiction prenait fin, les US restreindraient le transfert des exportations de technologie militaire et d’armes à l’Union européenne.
Les diplomates européens ont indiqué que la levée de l’embargo des armes sur la Chine serait repoussée.

Le New York Times rapportait en première page le 22 mars qu’à cause de la pression du président des Etats-Unis et de la menace de représailles par le congrès américain, l’UE a décidé de reporter la levée prévue de l’embargo des armes sur la Chine ce printemps et ne reconsidérerait probablement pas la question avant l’année prochaine.

Le New York Times citait les sources de diplomates américains et européens qui ont souligné qu’outre la pression des US, les pays européens sont devenus incertains après que le parlement chinois ait passé la loi anti-sécession contre Taiwan. Ils ont dit que l’action de la Chine affectait la France et le plan de la fin de l’embargo prévu en juin.

Un diplomate européen a dit que l’”UE espérait résoudre le problème de l’embargo sur les armes. Mais la récente action de la Chine rend la situation plus compliquée. » Un fonctionnaire du Département d’Etat a indiqué que de récents pourparlers du fonctionnaire de la politique étrangère de l’UE Solana et du secrétaire des affaires étrangères du RU Straw ont aussi signalé le changement d’état d’esprit de l’UE sur la question.

Selon un reportage de la BBC, durant son interview avec des télévisions britanniques, le Secrétaire des Affaires étrangères Jack Straw a dit que le problème de la levée de l’embargo était récemment devenu « plus difficile plutôt que moins difficile ». Il a dit que le récent passage par Beijing d’une loi autorisant la Chine à utiliser la force militaire contre Taiwan si celle-ci s’avançait à déclarer l’indépendance avait créé un « environnement politique difficile ». Les conservateurs et les libéraux européens ont aussi exprimé leurs préoccupations.

Version chinoise disponible à:
http://www.yuanming.net/articles/200503/40253.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.