Voyage SOS à travers les Midlands d’Irlande – 1ère partie

Récemment, ensemble avec un autre pratiquant, nous avons voyagé pendant beaucoup de miles à travers l’Irlande pour faire connaître le Falun Gong et parler aux gens de la persécution de ceux qui le pratiquent en Chine. J’ai pris note de toute la gentillesse que nous avons rencontrée au cours de notre voyage et j’aimerais bien la partager.

J’ai d’abord voyagé jusqu’à Athlone et j’ai mis des dépliants dans les magasins locaux et dans les restaurants. A un restaurant chinois local, le personnel y compris deux chefs sont sortis pour parler avec moi. Ils étaient très curieux du Falun Gong. Ils m’ont dit qu’ils ne désiraient pas pratiquer le Falun Gong, mais qu’ils nous respectaient et pensaient que ce que nous faisions était bon. Cette nuit-là, j’ai eu quelques difficultés quand j’ai cherché un hôtel. J’ai parcouru les deux côtés de la ville et visité cinq ou six hôtels avant d’en trouver un avec une chambre de libre. J’ai parlé au patron de la persécution et de la route que je comptais prendre pour voyager, il m’a souhaité bonne chance.

Le matin suivant, je suis allé prendre mon petit-déjeuner et j’ai rencontré un couple qui séjournait à l’hôtel. Ils étaient très gentils et m’ont donné toutes les informations qu’ils savaient sur l’endroit. Quand je leur ai demandé des informations supplémentaires sur les ministres du gouvernement local, ils ont appelé leurs amis pour m’aider. Pendant environ 10 minutes nous avons parlé de Zhao Ming et de la persécution en Chine. Après cela, je voulais partir et rencontrer un compagnon de pratique qui allait marcher avec moi. Le patron a dit qu’il me demandait seulement 15£ au lieu de 25£, parce que je tentais de faire quelque chose de bien. Je lui ai dit que quand je serais de retour à la maison, j’écrirais un article décrivant sa gentillesse et sa gentillesse donnera de la force aux personnes en Chine qui souffrent tant de la persécution. Quand il a entendu ça, il a dit que la chambre coûtait seulement 10£.

J’ai rencontré un autre pratiquant à la gare et nous avons donné des dossiers de presse aux médias locaux, certains d’entre eux ont dit qu’ils écriraient un article dans leur prochaine parution. Nous sommes allés ensuite aux bureaux du conseil du comté (bâtiment du gouvernement local). La secrétaire nous a dit qu’il n’y avait pas de conseillers (officiels du gouvernement local) dans le bâtiment, mais qu’elle allait essayer de les contacter. Cette dame a passé plus d’une demi-heure au téléphone pour essayer d’avoir quelqu’un pour parler avec nous ; certains étaient en réunion et certains étaient en déplacement dans une autre ville. Cette dame aimable n’a pas cessé d’essayer et finalement elle est arrivée à avoir le président du conseil du comté, M. Egbert Moran, pour qu’il nous rencontre, l’officiel le plus haut placé dans cette ville. Nous avons parlé avec le président pendant un moment et, après avoir parcouru les documents, il a dit qu’il allait faire ce qu’il pourrait pour aider. Nous avons ensuite mis le Zhuan Falun [le livre principal du Falun Gong] à la librairie locale, nous avons demandé pour faire une exposition sur le Falun Dafa et nous sommes partis pour la prochaine ville.

Après avoir marché pendant un petit moment, un résident local appelé John Doil nous a proposé de nous avancer, parce que la prochaine ville était à 20 miles et qu’il y avait très peu de villages entre, par conséquent nous avons accepté. Au début, il nous a raconté qu’il allait seulement quelques miles dans notre direction, mais qu’il avait fini par nous conduire sur toute la distance. A nouveau nous avons distribué les dépliants et nous les avons placés dans les magasins et dans les restaurants.

Le jour suivant, nous avons commencé à faire connaître la vérité dans la ville de Roscommon, une petite ville dans les Midlands d’Irlande. Nous avons rendu visite au journal local et nous avons ensuite rencontré la secrétaire d’un ministre haut-placé du gouvernement (je l’avais rencontré auparavant et j’avais fait une démonstration des exercices pour lui). La secrétaire nous a dit qu’il n’était pas en ville pour le moment, mais qu’elle allait faire tout ce qu’elle pouvait pour rendre le ministre conscient de la situation épouvantable. Elle nous a ensuite expliqué comment trouver un membre du conseil local qui avait son travail en ville. Quand nous sommes arrivés là-bas, sa secrétaire nous a dit qu’il était au téléphone, alors pendant que nous attendions, nous avons parlé à la secrétaire, du Falun Gong et de la persécution que les pratiquants en Chine endurent actuellement. Nous avons ensuite rencontré le conseiller, il avait un visage aimable et nous avons parlé ensemble pendant un moment. Il a dit qu’il ferait ce qu’il pourrait après avoir lu les documents.

Nous nous sommes ensuite mis en route pour la prochaine ville. Après avoir marché 6-7 kilomètres, une voiture s’est arrêtée, c’était le conseiller local que nous avions rencontré plus tôt, il a dit qu’il allait par là et qu’il nous poussait un bout. Il a dit qu’il connaissait le président du conseil du comté et qu’il allait nous déposer à son travail. Cet homme s’appelle Adrian Farrel et il a fait le détour en utilisant les ressources à sa disposition pour nous aider. D’abord, il a dit qu’il ferait passer une résolution devant le gouvernement local pour soutenir nos efforts afin d’assurer la liberté spirituelle à nos compagnons de pratique souffrant actuellement d’abus des Droits de l’Homme en Chine. Si cela passait, ce serait ensuite envoyé au Ministre des Affaires Etrangères. Nous avons parlé pendant un moment et ensuite il a téléphoné à son ami (un conducteur de taxi) et lui a demandé de nous conduire à Longford et au travail du président du conseil du comté de Longford qui était à 20 miles. Quand nous avons atteint notre destination, nous avons voulu payer l’homme, il a refusé et à la place, il nous a demandé une poignée de dépliants pour donner à ses amis.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.