Nous devons passer de subir passivement la persécution à dissoudre activement le mal

Un matin d'octobre 2021, quelqu'un a frappé à ma porte. Je n'ai pas ouvert et j’ai demandé qui était là. La personne a dit qu'il était directeur de comité de village et que lui et quelques policiers étaient déjà venus plusieurs fois chez moi, mais je n'étais pas là. Il a dit qu'il était venu délivrer un message : Dans quelques jours des gens viendraient me demander de signer un document. Si je ne le signais pas, je serai embarqué.


Je lui ai dit : "S'il vous plaît, dites à ceux qui veulent que je signe que je suis un citoyen légitime et qu'ils doivent avoir l'autorisation juridique correspondante pour me forcer à signer quoi que ce soit". Il a insisté sur le fait qu'il était juste venu délivrer le message, et m'a demandé mon numéro de téléphone pour prouver qu'il était venu me parle.


Après son départ, j'étais un peu perturbé. Mes expériences passées de harcèlement, de détention et de persécution me sont venues à l'esprit. J'ai immédiatement réalisé qu’il était erroné de penser à ces choses passées. Je me suis vite corrigé. Je me suis souvenu de ce que les compagnons de pratique ont partagé lors de l’étude du Fa, que nous sommes des disciples de Dafa qui portons une grande responsabilité avec pour mission de sauver les êtres. Le Maître nous a conféré des capacités spéciales, et nous ne devrions pas simplement subir aveuglément la persécution de la perversité. Nous devons combattre la persécution et désintégrer la perversité pour mon bien, pour celui des compagnons de pratique et pour tout le monde.


Le Maître a dit :

    « Quand on est face au tort porté sans raison, face à la persécution contre Dafa, face à l'injustice qui nous est imposée, on ne peut pas traiter cela comme le xiulian personnel du passé, ni tout accepter, car les disciples de Dafa se trouvent actuellement dans la période de la rectification de Fa. («Rectification de Fa et xiulian», Points essentiels pour un avancement diligent II )


La persécution déraisonnable de la perversité envers nous est aussi une persécution de Dafa. En tant que disciples de Dafa, nous devons sauvegarder et valider le Fa. Nous sommes de bonnes personnes, mais être de bonnes personnes ne signifie pas que nous pouvons être facilement intimidés par le mal. Nous avons la capacité accordée par le Maître de désintégrer le mal dans d'autres dimensions.


Je me suis senti soulagé. Après avoir discuté de cette question avec un compagnon de pratique, nous avons décidé de parler d'abord au directeur du comité du village. Nous sommes allés chez lui. Il n'était pas chez lui. Sa femme l'a appelé et m'a tendu le téléphone. Je lui ai dit qui j'étais et que ma famille et moi voulions savoir qui voulait réellement m'emmener si je refusais de signer le document ; était-ce lui ou les autres. Je lui ai aussi dit que j'avais documenté la situation de sa venue pour me parler hier, et quand il reviendrait, il pourrait le signer. Cela prouverait qu'il m'avait parlé. Alors s'il m'arrivait quelque chose, il serait le premier que ma famille irait trouver.


Il a immédiatement refusé de le signer et a souligné qu'il n'était qu'un messager. L'autre pratiquant a pris le téléphone et lui a dit : " Dans le domaine de la loi, votre action s'appelle une citation verbale à comparaître, ce que vous n'avez pas le droit de faire. Vous avez violé la loi. Seuls les agents de police ont le pouvoir de le faire s'ils traitent une affaire et ont des motifs légaux. Sinon, ils pourraient également enfreindre la loi. "


Puis j'ai dit au directeur : " Parce que vous ignoriez la loi, si vous ne participez plus à cette affaire, votre nom ne sera plus inscrit dans ma plainte. Cependant, je poursuivrai quiconque y participera."


J'ai aussi suggéré qu'il évite de faire de telles choses à l'avenir et qu'il ne coopère pas avec la police pour persécuter les bonnes personnes. Sinon, cela lui causera des ennuis. Il a senti ma gentillesse et m'a donné les noms des personnes qui étaient venues chez moi avec lui. Il m'a même dit ce que ces gens avaient l'intention de faire de moi.


Quand la femme du directeur a appris que nous étions venus parler à son mari du Falun Dafa. Son expression faciale a changé et elle a eu un regard de mépris. Cependant, quand elle a entendu que nous poursuivrions en justice quiconque était impliqué, elle a changé. Elle souriait et faisait des excuses pour son mari. Elle a même pris l'initiative de s'informer sur le Falun Dafa ; elle a dit qu'elle n'avait jamais cru en aucun dieu ou bouddha.


Le compagnon de pratique et moi lui avons parlé de certaines affaires juridiques. Une affaire l'a vraiment choqué. Un cadre du village a dit à un pratiquant de Falun Dafa d'aller parler à la police. Cependant, le pratiquant a été arrêté et peu après, il a été battu à mort. La famille du pratiquant a intenté un procès. La famille a également poursuivi l'agent du village qui avait été trompé, non seulement parce qu'il était tourmenté par sa propre conscience parce que le pratiquant avait été tué, mais aussi parce qu'il devait faire face à une responsabilité légale. La famille de l'agent du village n'était plus en paix.


Nous avons évoqué un autre cas impliquant un cadre du village. La police a demandé au cadre du village de les aider à localiser une pratiquante âgée et a dit à ce dernier qu'ils voulaient juste parler à la pratiquante. Cependant, lorsque le cadre les a conduits au champ où travaillait la pratiquante, la police est arrivée et a emmené la pratiquante. La pratiquante est revenue vivante après avoir été détenue pendant plus de 10 jours. Cependant, ses enfants voulaient demander justice, car ils savaient que leur mère n'avait commis aucun crime. La première cible était le cadre du village qui avait été trompé.


Quiconque persécute un pratiquant de Falun Dafa, non seulement viole la loi dans le monde humain, mais est également soumis au principe du ciel : "Le bien est récompensé par le bien, et le mal fait face à la rétribution ."


J'ai senti que mes pensées droites devenaient de plus en plus fortes en parlant. Il est évident que les gens sont vraiment impatients d'être sauvés. La femme du directeur nous a même poliment invités à rester dîner avant notre départ.


Nous avons décidé d'aller parler aux policiers qui étaient venus chez moi auparavant. Nous sommes donc allés au poste de police, mais nous n'avons rencontré personne parce qu'ils étaient tous en longue réunion. J'ai obtenu le numéro de téléphone d'un policier et je l'ai appelé plus tard. Dès que j'ai mentionné qu'il était venu chez moi, il a immédiatement soutenu qu'il n'avait rien à voir avec l'affaire et a dit qu'il ne retournerait plus jamais chez moi. Il a raccroché précipitamment.


À partir de cette expérience, j'ai réalisé que nous devrions activement dissoudre la persécution, plutôt que de l'endurer passivement. Nous avons souvent entendu des policiers qui arrêtent des pratiquants dire des choses comme : " Nous savons que vous êtes de bonnes personnes, mais s'il vous plaît coopérez avec nous car nous sommes sous la pression des autorités supérieures et nous n’avons pas d'autres options. " L'implication étant que nous devrions l'endurer passivement.


Nous devons nous réveiller rapidement. Assumer nos responsabilités de roi ou de seigneur. Utilisez nos capacités spéciales que le Maître nous a accordées pour éliminer les voyous cosmiques qui essaient de détruire tous les êtres vivants.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
We Must Move from Passively Suffering Persecution to Actively Dissolving the Evil

Version chinoise:
从被动受迫害到主动解体邪恶

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.