Utiliser Authenticité-Bienveillance-Tolérance pour guider mes jeunes élèves

Bonjour Maître ! Bonjour, compagnons de cultivation !

Je suis une enseignante en maternelle et je cultive et pratique le Falun Dafa depuis 2014. J'enseigne à des enfants de 4 à 6 ans. Nous, les enseignants, avons une grande responsabilité, l’une de nos missions est celle de semer des graines pour le futur dans nos classes. Nous devons montrer l’exemple. Nous élever constamment et sincèrement, car les jeunes enfants sont comme des éponges et ne vous loupent pas, si vous n’êtes pas en accord avec ce que vous dites.


Dafa est sans forme et parfois, nous ne voyons pas au présent, l’impact de ce que nous faisons ou disons, mais nous traçons un chemin… Un chemin invisible.


Éduquer les élèves avec Authenticité-Bienveillance-Tolérance
Alors, bien sûr, si tout était parfait, visible, ce serait trop facile, notre xiulian serait trop facile et nous n’en tirerions aucune élévation. Et puis, des encouragements fleurissent soudainement lorsque nous sommes au bord du précipice… Au détour d’une rue : des anciens élèves, au collège à présent, qui avec un sourire radieux vous interpellent et reparlent des exercices que vous leur avez enseignés, ou des parents reconnaissants qui vous avouent joyeusement que le principe universel « Authenticité, Bienveillance, Tolérance » est toujours d’actualité à la maison et que leurs propres enfants savent gentiment les rappeler à l’ordre lorsque celui-ci n’est pas respecté… Mon cœur s’élargit aussi lorsque je constate qu’à force de patience, lorsque nous montrons comment résoudre un conflit entre enfants, les collègues commencent à faire de même.


Nous influençons notre environnement, nous pouvons le constater chaque jour… Nous encourageons l’explication directe entre deux enfants en conflit plutôt que par la sanction de l’enseignant. « Les enfants se regardent dans les yeux pour se parler, ne fuient pas le conflit, chacun livre sa vérité avec bienveillance à l’autre, l’autre l’écoute avec patience et à son tour livre sa vérité », les enseignants sont juste en retrait pour écouter les échanges. En appliquant au quotidien « Authenticité, Bienveillance, Tolérance », les enfants prennent de bonnes habitudes d’éducation, se serrent la main avec un sourire et prononcent ensemble ces mêmes trois mots en se quittant sans rancune ni colère.


Le langage est crucial, car il est la meilleure arme contre la violence. Quand les enfants n’ont pas les mots pour exprimer leur pensée, ils lèvent les poings.


Utiliser la culture traditionnelle chinoise pour inspirer et éduquer les élèves
Nous devons poser les bases des fondations d’une bonne éducation. Après la famille, l'école est le deuxième environnement de la société qui forme les jeunes enfants.

En puisant dans les histoires et légendes sur Clearharmony, j’ai découvert l’histoire de Cangjie. Il a été envoyé par les Cieux en Chine pour créer les idéogrammes chinois. Cangjie naquit avec quatre yeux et cela n’est pas anodin. J’ai ainsi pu expliquer aux enfants la beauté et la profondeur du caractère chinois signifiant : « écouter ». À lui seul, il symbolisait plusieurs choses : les oreilles, mais surtout les yeux, le cœur et l’esprit, ainsi, lorsque je parle en classe et qu’ils doivent écouter, je leur rappelle souvent : « Avec quoi écoute-t-on ? » Et tous en chœur, comme un seul être, répondent : « les oreilles, les yeux, le cœur et l’esprit ». Tout cela doit être mobilisé, sinon cela ne marche pas. Lorsqu’un enfant se retourne ou parle, je plaisante, et je leur dis : « Toi, tu écoutes avec tes cheveux (lorsque je ne vois pas les yeux) ou tu écoutes avec ta langue, lorsqu’il parle en même temps que moi…» Alors, je patiente. Ils sourient et comprennent.


Aussi, les enfants prennent l’habitude de régler leurs problèmes seuls, désormais. Quand un enfant a mal agi, je leur rappelle : « Vous savez ce que dit Monsieur Li Hongzhi ? », et ils savent me dire avec un sourire, car je l’ai répété oralement tant de fois : « Le bien ou le mal surgit d’une seule pensée ! » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)


Ainsi, j’ai pu constater dans la cour de récréation, par exemple, une forte diminution des enfants qui venaient se plaindre pour un oui ou par un non. Désormais, lorsqu’ils tombent, ils se relèvent très vite… et s’ils viennent me voir, c’est pour me dire avec un sourire : « Tu as vu, je n’ai pas pleuré ! Ce n’est pas grave. Je n’ai pas mal. Je suis courageux ! » Ou ils disent à un copain : « Viens, ce n’est pas la peine de le dire à la maîtresse, on va s’expliquer tous les deux. » Et tous ces exemples me réchauffent le cœur. L’éducation est une affaire de patience, c’est clair. C’est une affaire de langage, de communication.


Inclure Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans le programme
Dans le monde de l’éducation, le chemin s’ouvre, des projets sur le climat scolaire et le bien-être fleurissent dans les écoles élémentaires, les collèges ou les lycées. Dans mon école, dès le début, j’ai commencé petit à petit à présenter la pratique, d’abord lors d’ateliers périscolaires, à de petits groupes de volontaires. Avec ma classe de maternelle, nous faisons la pratique une fois par semaine de façon adaptée, et nous essayons d’appliquer le principe universel Authenticité-Bienveillance-Tolérance au quotidien.


Ensuite, le Maître à arrangé que je puisse élargir lors de décloisonnements avec des classes de CM1 et CM2 et que nous puissions monter des projets pédagogiques avec mes collègues d’élémentaires qui incluaient la pratique du Falun Gong. Le premier projet pédagogique validé sur trois ans nous permettait de travailler sur le climat scolaire et le bien être à l’école. Trois années plus tard, mes collègues ont tout naturellement continué à inclure le Falun Dafa dans leurs projets pédagogiques.


Jusqu’à ce que la pandémie arrive et nous empêche de poursuivre les décloisonnements pour cause de brassage sanitaire entre élèves. Et puis, ensuite, par le bouche-à-oreille, de plus en plus de familles savaient que je faisais la méditation avec les élèves chaque année. C’est donc devenu un état de fait naturel à l’école et n’étonnait plus personne.


Le Maître a arrangé que je puisse faire des ateliers avec les parents dans la classe sur le temps des activités pédagogiques complémentaires (APC) ainsi j’ai pu les initier à la pratique, et puis, comme je tiens un point de pratique dans le parc de la ville le week-end, certains parents sont même venus nous rejoindre au site de pratique.


Invitée à présenter le Falun Dafa dans d'autres écoles
Comme une relation de confiance s’est installée, ensuite le Maître a arrangé que parmi les parents, il y ait une maman secrétaire dans un lycée qui parle de moi et de ce que je faisais à l’école avec mes élèves au conseiller pédagogique de son lycée, très intéressé par la méditation pour les élèves. Il était en quête de leur fournir des outils, des clefs pour se sentir mieux, ainsi m’a-t-il contactée, et grâce à ces affinités prédestinées, nous avons pu, durant trois années de suite, présenter le Falun Dafa à plusieurs classes de seconde durant la semaine dite : « de la citoyenneté et du bien-être » qui se déroule chaque année en février.


Cette année, le Maître a arrangé que la mère d'une ancienne élève, une petite fille que j’avais eue en maternelle, soit désormais responsable dans un collège privé et me contacte à son tour pour m’expliquer qu’avec la période de pandémie actuelle, les professeurs avaient constaté que le port du masque chez les collégiens avait beaucoup joué sur l’humeur des élèves. Ils avaient constaté qu’ils étaient plus déprimés face à ce monde et qu’il était urgent de faire quelque chose pour cette génération d’élèves.


Ainsi, cette année, elle a fait appel à moi pour présenter le Falun Dafa aux six classes de 4e du collège, et pour travailler, en particulier avec la classe de cette maman professeur d’histoire, sur comment révéler les crimes des prélèvements forcés d’organes des pratiquants de Falun Gong en Chine, car le projet pédagogique de ce collège, justement cette année, s’axe sur deux pôles : un pôle citoyen et droits de l’homme et un pôle bien-être. Dans notre processus de travail, elle s’est naturellement éveillée au fait que ses élèves transmettent ensuite la vérité aux autres classes.


Surmonter ma dépendance aux autres
Chaque année est différente et apporte son lot d’épreuves, même si nous connaissons les lieux, les personnes… La première année d’initiation à la pratique au lycée, j’avais un peu peur, car j’étais habituée à des élèves plus jeunes, je ne savais pas comment allaient réagir les lycéens. Nous étions plusieurs pratiquants, je n’étais pas seule, c’était rassurant aussi. Mais, il fallait éliminer cet attachement à la peur. Donc, je me suis armée de courage. Avant d’entrer dans le lycée, nous avons émis la pensée droite. Et je répétais dans ma tête sans cesse, ces phrases du Zhuan Falun :


« Un seul juste terrasse cent mauvais." "Que vous soyez bouddha, tao, dieu ou démon n’espérez pas ébranler mon cœur". Je suis une pratiquante de Dafa , je ne reconnais que les arrangements de Maître Li Hongzhi. » Et dès que je me suis mise à parler aux lycéens la peur s’est aussitôt envolée.


L’année suivante, nous avions préparé avec d’autres pratiquants un PowerPoint qui me servait de présentation aux élèves, c’était la première fois que j’utilisais ce type de matériel, mais ma peur de la technologie, des ordinateurs, de ne pas savoir faire, m’occupait l’esprit, et bien sûr, il y a eu des interférences avec l’utilisation du matériel. J’ai essayé de rester calme, d’être patiente, de ne pas m’énerver. Je me suis éloignée de l’ordinateur, pendant que les autres pratiquants tentaient de résoudre le problème, et pendant ce temps-là, j'ai continué à émettre la pensée droite pour nettoyer mon esprit et lâcher le problème. Et puis, comme par miracle, cinq minutes juste avant l’arrivée des lycéens dans la salle, une enseignante de mathématiques est entrée et a trouvé la solution en quelques secondes. En discutant avec elle, j’ai appris qu’elle avait aussi enseigné dans la ville où je travaille. Le Maître avait arrangé sa venue et son aide.


Présenter le Falun Dafa pendant la pandémie
L’année suivante, les choses se sont encore compliquées… Il y avait la pandémie… Nous n’étions plus que deux pratiquants à nous rendre au lycée et encore cela n’était pas sûr à 100% jusqu’au dernier moment… La peur d’être seule cette fois-ci s’est emparée de moi, j’ai découvert en regardant à l’intérieur que j’avais l’attachement aussi à la personne qui m’avait initiée à la pratique, je devais donc cette fois-ci faire mes preuves seule, et la peur de ne pas être à la hauteur de Dafa en tant que nouvelle pratiquante m’inquiétait. Puis s’est alors ajoutée une autre épreuve, une sorte de karma de maladie qui ressemblait un peu à des symptômes grippaux, de la fièvre, une grande fatigue physique… La tentation pour une personne ordinaire de tout annuler au dernier moment aurait été grande.


Mais voilà, je me suis rappelé que j’étais une pratiquante, une disciple de Dafa… Et je me suis dit, déterminée : « Quoiqu’il arrive, j’irai au lycée, même si je suis seule, même si j’ai de la fièvre… » Je parlais aux forces anciennes à l’intérieur avec force et détermination : « Rien ne m’arrêtera. Vous n’avez aucun pouvoir sur moi. Tous ces symptômes ne sont qu’illusion. Ce n’est rien. Rien ne peut m’ébranler. Le Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! »


Et à force de détermination, finalement, nous avons bien été deux pratiquantes et puis, les symptômes de karma de maladie le jour J avaient disparu. J’ai ainsi perdu l’attachement à la peur, l’attachement à la technologie, l’attachement aux autres pratiquants, l’attachement à ne pas me sentir légitime ou à me sentir inférieure aux autres pratiquants, l’attachement au karma de maladie, l’attachement au confort et à me rassurer en étant avec des pratiquants vétérans, l’attachement au regard des jeunes personnes ordinaires.


Ainsi, la notion de courage revient finalement souvent… et le principe universel Zhen-Shan-Ren si nous l’appliquons en toutes circonstances influence profondément notre environnement. Le courage d’affronter ses peurs, le courage d’affronter sa honte ou sa timidité, le courage de pardonner, de se pardonner. Le courage d’avancer sur son propre chemin, d’avancer dans son propre environnement professionnel et personnel, et de couper toutes les amarres de notre bateau de souffrance pour enfin s’élever. La joie alors apparaîtra et nous remplira le cœur, car nous serons totalement assimilés alors au principe universel Zhen-Shan-Ren.


Un disciple de Dafa, selon ma compréhension, doit être empli de courage pour apporter l’espoir aux gens ordinaires. Un disciple de Dafa doit être capable de reconnaître chaque arrangement du Maître sur son propre chemin. Nous devons vivre parmi les gens ordinaires, affronter ce monde, mais ne pas nous laisser emporter par eux, par leurs émotions, par nos émotions.


Le Maître a dit :

« Les disciples de Dafa sont l’espoir de l’humanité, et ils sont son unique espoir. Sauver les êtres est notre mission, la responsabilité est considérable. C'est seulement en se cultivant bien soi-même qu'on peut bien faire les choses qu'un disciple de Dafa doit impérativement faire. »(« Mot de félicitations au Fahui européen à Paris »)

Ce matin encore, je regardais la vidéo très inspirante, intitulée : « Comment devenir un danseur de Shen Yun ? » et les mots « ESPOIR » et « COURAGE » étaient encore sous mes yeux.


J'aimerais partager avec vous ce poème de Hong Yin II. Je l'enseigne à mes élèves de maternelle depuis des années.

    Le Lotus
    (Écrit dans le style de la poésie lyrique de la dynastie Yuan)

    J’ai planté des dizaines de milliers de purs lotus
    Bravant la neige et le froid rigoureux, ils fleurissent tous ensemble
    Le ciel s’éclaircit, dans le jardin le printemps arrive
    Les fleurs divines exhibent des centaines de figures différentes
    Dont le parfum emplit l'air et s'envole au-delà du Ciel


Les enfants qui présentent de réelles épreuves de xinxing pour moi dans la classe, qui sont ce que je qualifierais de « difficiles », étonnamment, sont les premiers à le réciter par cœur. Je les surprends parfois, à le réciter dans la cour de récréation en groupe avec un large sourire et le partager à qui veut bien l’entendre. Ce très beau poème touche profondément les cœurs.


Les enfants de la classe sont allés le réciter par petits groupes dans d’autres classes, le jour de la journée des Droits de l’homme en offrant une fleur de lotus à chaque classe. Une collègue m’a dit : « Ils m’ont fait pleurer, lorsqu’ils nous ont dit que nous étions de grands lotus, et eux des petits lotus. »


Les enfants l’ont aussi récité chacun leur tour, devant leurs parents lorsque nous avons organisé des petits ateliers en classe pour présenter notre travail. J’ai vu les larmes dans les yeux des parents et me dire : « Ils sont si jeunes, je ne les pensais pas capables de réciter un si beau poème, c’est si beau. »


J’ai pu constater aussi l’énergie de Dafa dans le processus d’apprentissage du poème en maternelle, je vois les enfants mûrir et s’améliorer.


Lorsque nous apprenons, d’abord, nous apprenons, phrase par phrase, tous ensemble, et j’apprends avec eux aussi. Cela rassure les timides, puis, petit à petit, par petit groupe face à la classe, puis 2 par 2, puis à la fin, tout seul face à la classe, et ensuite, dans d’autres classes quand on le peut. Alors, je vois, les sourires, je vois Dafa dans leurs yeux, ils ont affronté à leur tour courageusement leurs peurs, le regard des autres.


Ensuite ils sont assez forts pour réciter ce magnifique poème à leurs parents, familles, voisins… J’ai eu des retours en ce sens, et cela a été une expérience tellement enrichissante pour moi, merci Maître !


Merci aux compagnons de cultivation d'avoir indiqué mes attachements afin que je puisse les éliminer et continuer à m'élever dans mon xiulian.

(Présenté lors de la Conférence de partage d'expériences de la cultivation du Falun Dafa en France 2021)

Version anglaise :
Using Truthfulness-Compassion-Forbearance to Guide My Young Students

Version chinoise :
用真、善、忍教育学生 润物细无声

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.