Un film sur la situation des orphelins chinois victimes de la persécution du PCC remporte un grand succès aux Leo Awards

Yingying trouve sa maison saccagée après l'enlèvement de sa mère par la police chinoise, dans le court-métrage « Rag Doll ». (Flying Cloud Productions) Regarder le film ICI


L’histoire d’une petite fille ayant recours à la magie de l’art pour ramener sa mère à la vie après qu’elle a été tuée en raison de sa croyance en Chine communiste, a remporté la catégorie « Animation » des Leo Awards 2021, une distinction qui récompense l’excellence dans l’industrie du cinéma et de la télévision en Colombie-Britannique, au Canada.


Rag Doll, un court-métrage d’animation en stop-motion qui met en lumière le sort des orphelins chinois persécutés par le Parti communiste chinois (PCC), a remporté le prix du « meilleur programme », de la « meilleure réalisation », de la « meilleure direction artistique » et du « meilleur scénario » dans la catégorie des programmes d’animation, lors de la cérémonie de remise des prix, qui s’est tenue virtuellement le 7 juillet.


Le film, dont la réalisation a duré quatre ans, raconte l’histoire de Yingying, une fillette de 5 ans dont la mère a été tuée lors de la longue campagne de persécution du PCC contre les pratiquants du Falun Dafa, la laissant seule dans les rues du nord de la Chine. La petite utilise l’art, l’un des talents dont elle a hérité de sa mère, pour survivre.


« Le film est inspiré d’une histoire vraie », a déclaré le réalisateur Leon Lee dans son discours lors de la remise des prix. Le cinéaste basé à Vancouver a également remporté le prestigieux prix Peabody en 2014 pour son documentaire Human Harvest qui avait porté sur l’industrie illégale des prélèvements d’organes en Chine. Sa société, flyingcloud.ca Flying Cloud Productions, se voue à la réalisation de films dénonçant les crimes contre l’humanité commis en Chine.


Le cinéaste de Vancouver Leon Lee, l’un des 25 meilleurs immigrants canadiens de 2016 selon la Banque Royale du Canada, lors de la cérémonie de remise des prix à l’hôtel One King West à Toronto, le 21 juin 2016. (Avec l’aimable autorisation de Flying Cloud Productions)


C’est l’histoire déchirante de Luna Huang, qui a poussé Leon Lee à réaliser le film. En 2003, la mère de Luna Huang, Luo Zhixiang, a été torturée à mort alors qu’elle était enceinte de trois mois, dans le cadre de la sévère persécution des pratiquants du Falun Dafa, instiguée en 1999 par le Parti communiste chinois et qui se poursuit aujourd’hui.


Le Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, est une discipline traditionnelle chinoise d’auto-amélioration de soi qui consiste en cinq exercices de méditation accompagnés d’enseignements moraux centrés sur le principe d’authenticité, bienveillance et tolérance. Le leader du PCC de l’époque, Jiang Zemin, a ordonné d’éradiquer cette pratique après que le nombre de ses pratiquants a dépassé celui des membres du Parti, affirmant qu’elle constituait « une menace à la stabilité du pays ».


Alors que Luna Huang vivait avec ses grands-parents, son père, qui avait déjà été emprisonné pour avoir pratiqué le Falun Dafa, s’est enfui en Thaïlande. Luna l’y a rejoint un an plus tard. Cependant, ils ont tous deux été arrêtées et presque expulsés vers la Chine par les autorités thaïlandaises pour avoir participé à une manifestation pacifique devant le consulat chinois. Heureusement pour eux, le gouvernement néo-zélandais leur a délivré des visas spéciaux et ils ont pu s’installer à Auckland. C’était en 2006, alors que Luna n’avait que 4 ans.


M. Lee a déclaré vouloir montrer aux téléspectateurs l’atrocité réelle, rarement vue, à laquelle les enfants des pratiquants du Falun Gong sont confrontés sous la persécution, lorsque leurs parents sont emprisonnés et qu’ils sont laissés seuls ou orphelins.


« Je voulais ouvrir les yeux des gens sur ce qui arrive aux enfants comme Luna d’une manière qui transcende la langue, la culture et l’âge », a déclaré M. Lee sur le site Web de Films for Freedom. « C’est pourquoi j’ai écrit Rag Doll sans dialogue et l’ai situé dans un monde d’animation en stop-motion. C’est presque comme si les spectateurs se retrouvaient dans le monde imaginaire d’un enfant, un lieu magique et rempli d’espoir auquel tout le monde peut s’identifier. »


Le stop-motion est une technique cinématographique par laquelle la caméra est arrêtée et mise en marche pour donner, par exemple, une impression de mouvement aux personnages.


Il espère que le film, réalisé avec Martin Meunier, lauréat d’un Oscar, et Richard Kent Burton, animateur chevronné, pourra également rappeler aux gens que l’espoir, l’imagination et la détermination sont plus puissants que les matraques ou la violence d’État.


Luna Huang, qui a maintenant près de 20 ans, a déclaré que l’histoire de Yingying résonne profondément en elle.


« Rag Doll est une histoire déchirante qui présente la froide réalité à laquelle sont confrontés de nombreux enfants en Chine. Je ressens une profonde affinité avec le personnage principal, car nous avons toutes deux perdu quelqu’un, un être important et irremplaçable, nos mères, à cause de l’horrible persécution », a-t-elle déclaré.


« Je veux dire aux enfants en Chine qui, comme moi, n’ont pas de parents, d’endurer encore un peu plus longtemps et d’être une bonne personne. J’espère également que les policiers en Chine cesseront de persécuter les pratiquants de Falun Gong. Ne faites pas subir à d’autres enfants la perte d’une mère. »


M. Lee a déclaré dans son discours que les enfants des pratiquants de Falun Dafa sont également soumis au travail forcé.


« Le film s’appelle ‘Rag Doll’ parce qu’une marque de poupée bien connue en Italie a en fait été fabriquée dans un camp de travail chinois par des enfants dont les parents ont été persécutés. J’espère donc que vous aurez l’occasion de regarder le film sur ragdollfilm.com et de contribuer à faire la lumière sur leur sort. »


Rag Doll a également été officiellement sélectionné pour quatre festivals de films qualifiés pour les Oscars, notamment le LA Shorts International Film Festival, le Hollyshorts Film Festival et le Foyle Film Festival.


Source : Epoch Times

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.