Renoncer à soi-même pour coopérer avec le groupe

En participant à des projets de Dafa, le mal n’est pas forcément la chose la plus difficile que nous ayons à affronter. La plus grande difficulté à laquelle nous soyons confrontés est le plus souvent la mauvaise coopération entre pratiquants, et le fait d’être incapable de travailler ensemble efficacement. J’ai voulu partager ma compréhension à ce sujet dans l’espoir que les compagnons de pratique fassent moins de détours dans leur cultivation.


Une chose qui m’a particulièrement interpellée est que les pratiquants concentrent leur regard sur les autres pratiquants, au lieu de regarder vers l’intérieur et de trouver leurs propres lacunes afin de pouvoir s’améliorer. Nous ne sommes pas conscients du fait que ces soi-disant défauts que nous voyons chez les autres sont précisément des choses que nous devrions compléter en silence. Nous ne considérons pas que la raison pour laquelle nous nous sentons mal à l’aise face à ces défauts est que nous ne sommes pas disposés à faire des efforts ; nous ne voulons pas, ne sommes pas disposés à et ne voulons pas vraiment nous conduire comme le Maître nous l’a enseigné. Nous tenons des propos grandiloquents et demandons aux autres de s’atteler à la besogne. Si nous pouvons remettre à plus tard, nous le ferons. Si nous pouvons compter sur les autres pour faire les choses, nous le ferons.


La plupart des conflits entre pratiquants sont causés par des choses que nous disons sans nous demander si les autres peuvent les accepter. Nous disons ce que nous voulons dire, nous nourrissons une forte jalousie et nous portons préjudice aux autres pratiquants. Nous méprisons même les autres pratiquants et imaginons qu’ils doivent avoir un xinxing inférieur.


Vouloir prouver que vous aviez raison est une manière indirecte de dire que les autres avaient tort. En quoi cela est-il différent de la formation de cliques entre pratiquants ?


Il faut persister à étudier le Fa pendant le processus de cultivation. Étudier le Fa est de la plus haute importance. Le Maître a parlé très clairement de la question de la coopération avec les autres pratiquants. Tout dépend de notre capacité à agir en accord avec les normes du Fa. Si nous agissons en accord avec le Fa, il n’y a vraiment rien que nous ne puissions faire. Ce n’est que lorsque nous serons arrivés au bout de notre chemin que nous réaliserons que la façon dont nous faisons les choses n’est pas si importante. Ce qui est vraiment important, c’est de coopérer avec les autres pratiquants. Nous devons vraiment laisser tomber notre égo et toutes les pensées égoïstes pour coopérer véritablement avec les autres pratiquants. Ce n’est que lorsque nous aurons renoncé à l’égo que nous pourrons rester imperturbables pendant les tribulations et que nous pourrons persister à coopérer avec tout le monde.


Une pratiquante détenue illégalement en Chine était en larmes en disant à ses compagnons de pratique qu’ils devaient mémoriser le Zhuan Falun. Elle regrettait de ne pas avoir pris le temps de mémoriser le Zhuan Falun avant d’être détenue illégalement.

Note de l’éditeur : Cet article ne représente que la compréhension actuelle de l'auteur publiée à fin de partage entre les pratiquants afin que nous puissions " Comparer l’étude, comparer la cultivation," (" Cultiver réellement ", Hong Yin)


Tous les articles, graphiques, et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l’article et un lien vers l’article original.


Traduit de l’anglais
Version anglaise :
Letting Go of Self to Cooperate with the Group

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.