La réalité derrière la puissante économie de la Chine (1ere partie ): le sacrifice du peuple chinois

Il a été rapporté en 2020 que 100 Chinois ont déposé plus de 7,8 trillions de yuans (1,2 trillion de dollars américains) dans la seule banque suisse UBS. (Wikipédia)


La Chine est la deuxième économie mondiale depuis une décennie. Certaines personnes remercient le Parti communiste chinois (PCC) d'avoir rendu cela possible. Comme analysé ci-dessous, l'influence croissante de la Chine s'est faite au détriment des pays occidentaux, y compris les États-Unis, ainsi que du peuple chinois.


Un vœu pieux qui s'est fourvoyé
Le PCC avait lors de ses premières années au pouvoir mis en œuvre une économie planifiée en Chine. Cela a supprimé le potentiel de la Chine et isolé l'économie chinoise du reste du monde. La situation a changé dans les années 1970 lorsque les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, ont commencé à aider la Chine.


Tout a commencé pendant la guerre froide, lorsque les pays capitalistes dirigés par les États-Unis ont été confrontés à la puissance militaire du bloc communiste dirigé par l'Union soviétique. À cette époque, Pékin, bien que dans le camp communiste, s'est séparé de l'Union soviétique. Les universitaires américains ont eu l'idée d'attirer la Chine dans le camp capitaliste pour isoler l'Union soviétique.


Le plan américain a été baptisé "Révolution pacifique" : faire des affaires avec la Chine et l'absorber progressivement dans le système économique capitaliste mondial ; cela permettrait de transformer la Chine en capitalisme sur le plan économique et, entre-temps, de la faire évoluer vers un pays libre et démocratique sur le plan politique.

Le président américain Nixon s'est rendu à Pékin en 1972. À l'époque, la révolution culturelle du PCC (1966 - 1976) avait presque conduit l'économie chinoise au bord de l'effondrement. La révolution pacifique des États-Unis est arrivée au bon moment pour sauver le PCC. Le PCC a alors annoncé le début de sa réforme économique en 1978.

Les États-Unis ont fourni à la Chine de nombreuses technologies gratuites et lui ont versé des centaines de milliards de dollars. Ils ont ouvert à la Chine le marché des États-Unis et du monde occidental. Ils ont également aidé Pékin à rejoindre l'Organisation mondiale du commerce (OMC), même après l'effondrement de l'Union soviétique et le massacre de la place Tiananmen par le PCC.


Cependant, il y avait une faille dans ce plan du concept de "révolution pacifique" : Si Pékin voulait devenir un acteur qualifié dans le système économique capitaliste, il devait abandonner son idéologie communiste et, surtout, renoncer à son privilège d'asservir les plus de un milliard de Chinois.


Le PCC ne pouvait l’accepter. Alors il a joué son vieux tour - tricher. Il a promis des changements, qui devaient se produire plus tard, mais dont la plupart ne se sont jamais produits. Entre-temps, le PCC a récolté les bénéfices de sa collaboration avec l'Occident.


Le PCC a adopté l'économie capitaliste car il n'avait pas d'autre moyen de survivre. Mais dans sa propagande, il a dit au peuple chinois que cette économie de marché était la première étape du socialisme, ou "l'Économie de marché socialiste aux caractéristiques chinoises ".


Une fois que le PCC a relâché son emprise sur l'économie, le peuple chinois a travaillé avec diligence pour créer un boom économique, en s'appuyant sur son héritage de valeurs traditionnelles chinoises : le travail, la sagesse et l'épargne.


Par conséquent, la réussite économique de la Chine est due à l'opportunité et au soutien offerts par les États-Unis, ainsi qu'au travail acharné du peuple chinois pour créer de la richesse. Dans le même temps, le souhait des pays occidentaux de voir la Chine réformer sa politique par le biais du développement économique ne s'est pas réalisé. Au lieu de rejoindre le monde libre d'un point de vue idéologique, Pékin s'est progressivement développé pour obtenir davantage de ressources afin de réprimer la population sur le plan intérieur et de promouvoir son programme communiste à l'échelle mondiale.


Au nom du communisme: la naissance d'une nouvelle classe d'élite
Du Manifeste communiste de Karl Marx à l'Union soviétique et à la Chine communiste, la propagande communiste a toujours consisté à servir les pauvres pour atteindre l'égalitarisme. Cependant, presque sans exception, ce mensonge enrobé de sucre s'est soldé par la brutalité, le totalitarisme et un groupe d'élite qui réprime les gens politiquement tout en amassant une fortune économiquement.


Où est passé l'argent en Chine ? Quelques chiffres de différents chercheurs peuvent en offrir un aperçu : la China Merchants Bank a rapporté en 2019 que 2% de la population chinoise contrôlait 80% de la richesse, et l'Université de Pékin que le coefficient de Gini de la Chine était de 0,73 en 2014 (un pays est considéré comme ayant de grands écarts de revenu si le nombre est supérieur à 0,4 et un écart de revenu extrême s'il est supérieur à 0,5).


Les fonctionnaires du PCC utilisent le pouvoir dont ils disposent pour s'emparer des richesses du peuple chinois. Le bénéfice de l'ouverture de l'économie chinoise a été accaparé par les 500 plus hauts responsables et leurs familles. Ils ont transféré les sommes d'argent hors de Chine, notamment à Hong Kong, aux États-Unis et en Suisse. Il a été rapporté en 2020 que 100 Chinois ont déposé plus de 7,8 trillions de yuans (1,2 trillion de dollars américains) dans la seule banque suisse UBS.


Les conjoints et les enfants de ces fonctionnaires résident en dehors de la Chine. Selon les statistiques du gouvernement américain, pour les fonctionnaires du PCC de rang ministériel ou supérieur, y compris ceux qui sont à la retraite, 74,5% de leurs enfants et 91% de leurs petits-enfants ont une carte verte ou la citoyenneté américaine.


Les dépenses publiques montrent également cette répartition des avantages économiques. Les dépenses publiques représentent 3,4 % du PIB national aux États-Unis, 2,8 % au Japon, mais 25,6 % en Chine.


Le revenu personnel moyen aux États-Unis est 11 fois supérieur à celui de la Chine, tandis que le prix du logement en Chine est 5 fois supérieur à celui des États-Unis. Le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré en 2020 qu'il y avait 600 millions de Chinois dont le revenu mensuel était inférieur à 1 000 yuans (153 dollars américains).


Le PCC prive les gens de leurs libertés de religion, d'expression, de publication et autres. Cela lui permet ensuite de priver les gens de richesse économique.


Éducation, résidence et soins de santé coûteux
Les dépenses du gouvernement chinois en matière d'éducation sont bien inférieures à celles d'un pays normal. L'éducation gratuite dans les pays démocratiques est plus abordable: les gens ne paient pas les frais de scolarité, les manuels ou d'autres frais. Les gouvernements fournissent même des déjeuners aux familles pauvres.


En revanche, l'enseignement gratuit de neuf ans en Chine s'accompagne de frais de scolarité élevés dans différentes catégories. Pourtant, le gouvernement affirme qu'il n'a pas les moyens de construire suffisamment d'écoles et ne permet pas aux 60 millions d'enfants de travailleurs migrants (agriculteurs qui vont travailler en ville) de fréquenter les écoles des villes où travaillent leurs parents.


Le PCC lie les gens à l'endroit où ils sont nés via le système de carte de résidence. Bien que le gouvernement veuille que les travailleurs migrants se rendent dans les villes pour travailler, ils ne veulent que de la main-d’œuvre, mais rien d’autre. Ces travailleurs migrants n'ont pas le statut de résident en ville et ne peuvent pas bénéficier des mêmes avantages que les citadins, y compris le droit d'acheter des appartements, de cotiser au système de retraite et de souscrire une assurance maladie auprès de leurs employeurs.


Leurs enfants ne peuvent pas non plus fréquenter les écoles de la ville. Ces enfants doivent rester dans leur village natal, séparés de leurs parents. Il y a l'histoire d'une fille qui a sauté le petit-déjeuner pendant quatre ans uniquement pour économiser de l'argent afin d'acheter un billet de train pour aller voir sa mère en ville.


Les frais médicaux constituent un autre gouffre financier en Chine. Une maladie grave peut amener une famille de la classe moyenne à tout perdre et à s'endetter lourdement, sans parler des personnes qui vivent au jour le jour et des agriculteurs.


D'autre part, les fonctionnaires chinois ont transféré plus de 100 000 milliards de yuans (15 100 milliards de dollars américains) hors de Chine en tant que biens propres. Cette seule somme pourrait payer l'assurance maladie gratuite de toute la nation pendant 625 ans !


En fait, si l'on examine les dépenses de santé du gouvernement, 80 % sont destinées au traitement et à la convalescence des hauts fonctionnaires - il ne reste que 20 % pour le grand public. Le PCC va jusqu'à tuer des personnes en bonne santé pour obtenir leurs organes pour ces cadres supérieurs ou les membres de leur famille. Jiang Mianheng, le fils de l'ancien chef du PCC Jiang Zemin, a subi trois transplantations de reins et a tué cinq personnes pour que cela soit possible.


Une menace pour nous tous
De nombreux Chinois peuvent penser que s'ils mènent une vie normale et n'enfreignent aucune loi, ils s'en sortiront et auront une vie suffisamment bonne. Toutefois, dans un pays où les droits de l'homme sont ignorés, voire bafoués, ce rêve peut n'être qu'un rêve - le PCC peut enlever n'importe qui s'il le souhaite.


Même le prélèvement d'organes vivants pourrait vous arriver. Le PCC a inventé une technologie unique appelée « machine à impact de lésion du tronc cérébral ». Sa fonction est de lier une personne à cette machine et de la mettre instantanément en état de mort cérébrale. En attendant, le sang de la personne circule toujours, gardant ses organes vivants et frais, afin que le PCC puisse les extraire à des fins de transplantation.


Le tribunal populaire de Londres a rendu le verdict le 17 juin 2019 selon lequel le PCC avait commis des crimes contre l'humanité, le génocide et le meurtre, pour sa pratique de prélèvement d'organes à vif.


Les principales victimes actuelles du prélèvement d'organes vivants par le PCC sont les pratiquants du Falun Gong, les Ouïghours et d'autres groupes minoritaires. Mais tout Chinois peut en faire l'objet. La carte d'identité chinoise de troisième génération a recueilli l'ADN de son titulaire, ce qui signifie que le PCC peut faire de n'importe qui une victime.


En octobre 2020, l'ancien ministre chinois de la Santé, Huang Jiefu, a déclaré que la Chine serait le pays numéro un en matière de transplantation d'organes. D'où viennent ces organes ? La culture traditionnelle chinoise croit en l'enterrement du corps entier et peu de Chinois souhaitent faire don de leurs organes ou de leur corps.


Même les populations du monde entier ne sont pas à l'abri de la menace du PCC. Le PCC a tellement pollué l'environnement de la Chine qu'il le détruit systématiquement et que les conséquences se propagent dans le monde entier ; le PCC a fabriqué des produits toxiques et les a vendus dans le monde entier ; le PCC a dissimulé et menti concernant infections au COVID-19 en Chine et a propagé le virus dans le monde entier, causant jusqu'à présent 2,7 millions de décès dans le monde ; et le PCC a détruit le système de valeurs de l'humanité et ruiné le lien spirituel des gens avec le divin.


L'économiste Friedrich Hayek, lauréat du prix Nobel de la paix, a affirmé dans son célèbre ouvrage "La route du servage" que le communisme opprimera à coup sûr les droits de l'homme et que, finalement, les individus n'auront plus qu'à devenir des esclaves.


En fait, le but ultime du communisme est de détruire l'humanité.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
The Reality Behind China’s Strong Economy (Part 1): Sacrifice of the Chinese People

Version chinoise:
中国人如何保护自己的财产和生命安全(2)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.