Une étude révèle que le confinement est inefficace pour freiner la propagation du coronavirus

Selon une étude réalisée par un groupe de recherche de l'université de Stanford, les mesures de confinement obligatoire qui ont obligé les gens à rester chez eux et les entreprises à fermer n'ont pas eu beaucoup d'effet pour freiner propagation du nouveau coronavirus.


Dans l’article publié dans le European Journal of Clinical Investigation le 5 Janvier 2021, intitulé “Assessing mandatory stay-at-home and business closure effects on the spread of COVID-19,” (« Évaluation des effets de rester à la maison et de la fermeture d’entreprise sur la propagation du COVID-19 »), les chercheurs ont analysé la croissance des cas de coronavirus au début de l'année 2020 dans 10 pays, dont l'Angleterre, la France, l'Allemagne, l'Iran, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne, les États-Unis, la Corée du Sud et la Suède. Les huit premiers pays ont promulgué des ordres de confinement stricts, tandis que les deux derniers ont suivi des règles beaucoup plus souples et n'ont encouragé que les réponses volontaires du public.


En comparant la propagation des maladies dans les deux systèmes distincts, les chercheurs ont conclu qu'il n'y avait "aucun effet bénéfique clair et notable des [mesures plus restrictives] sur la croissance des cas dans aucun pays".


En fait, même au sein des États-Unis, différents États ont adopté des stratégies très différentes, parfois opposées, pour contenir la pandémie.


La Floride a levé la quasi-totalité des mesures obligatoires de prévention des épidémies à compter de septembre 2020 et est restée ouverte depuis, le gouverneur ayant déclaré officiellement son attachement à la politique de portes ouvertes à la fin du mois de novembre de la même année. En revanche, de nombreux autres États ont continué plus ou moins les moyens de fermeture. Un exemple parfait est la Californie, où le gouvernement a décrété trois vagues de confinements depuis le début de la pandémie.


À la surprise Générale, les mesures de confinement strictes en Californie n’ont pas véritablement empêché la propagation du virus, alors que la politique d’ouverture de la Floride n’a pas entraîné un taux d’infection plus important qu’en Californie. À un moment donné, le taux d’infection de la Californie a même dépassé celui de la Floride.


Dans d’autres régions où les mesures de confinement sont les plus strictes, notamment le New Jersey, New York, le Massachusetts, et le Connecticut, le nombre de cas en janvier 2021 est également resté très élevé et le nombre de cas d’infection par million d’habitants était similaire à celui du Texas, où les écoles et les restaurants sont restés largement ouverts.


Si la mise en œuvre de ces directives dans de nombreux États n’a pas permis de contrôler l’épidémie plus efficacement que la Floride et le Texas, elle a ensuite provoqué de nombreux problèmes sociaux tels que la maladie mentale, la toxicomanie, le suicide et un taux de chômage élevé.


À l'origine, les gens voulaient obtenir l'effet de prévention de l'épidémie par des mesures telles que le confinement et le port de masques, mais la surprenante réalité n'a fait qu'indiquer l'inefficacité de l'intervention humaine dans le contrôle du virus.


Dans la culture chinoise ancienne, on pense que les pandémies sont un avertissement céleste lorsque la moralité des gens a décliné. Si c'est le cas, comment les directives de confinement et de port du masque pourraient-elles empêcher la volonté du ciel de se manifester dans le monde humain ? Il est peut-être temps de réfléchir sur nous-mêmes et de revenir aux valeurs traditionnelles.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version en anglais :
https://en.minghui.org/html/articles/2021/3/21/191508.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.