Quitter Hong Kong pour échapper au régime communiste chinois

Un jeune homme dont la famille a fui à Hong Kong pour échapper au régime communiste chinois s'est maintenant enfui de Hong Kong pour la même raison. (Image : via pixabay / CC0 1.0)


Un autre jeune a fui Hong Kong afin d'éviter la brutalité du régime communiste chinois. 


Ce jeune de 19 ans, qui porte le pseudonyme de "Hammer", a été arrêté, battu et harcelé par la police, et sa maison a été perquisitionnée illégalement, tout cela pour avoir participé au mouvement anti-extradition de Hong Kong en 2019. 


Lorsque Pékin a finalement décidé d'imposer la loi de sécurité nationale de Hong Kong en juillet 2020, Hammer était certain que le gouvernement de Hong Kong viendrait à nouveau le chercher. C'est alors que Hammer a décidé de s'échapper de façon audacieuse et compliquée, d'abord en allant au Royaume-Uni, puis au Mexique, et enfin, en se rendant aux États-Unis.     


Dans une récente interview accordée à Apple Daily, Hammer a raconté l'histoire de ses parents, qui avaient tous deux fui la Chine continentale pour échapper au régime communiste chinois. Hammer se retrouve aujourd'hui de manière inattendue dans une situation similaire, qu'il n'aurait jamais pu imaginer, et se lamente sur le fait que trois générations de sa famille ont dû subir le même sort. 


Le père de Hammer est né pendant la guerre civile chinoise entre le Kuomintang et le Parti communiste de Chine. Pour échapper aux brutalités du communisme, la famille de son père a finalement dû fuir le continent pour Hong Kong, laissant derrière elle la vie qu'elle avait connue.


La mère de Hammer est née dans une famille de combattants du Kuomintang dans les années 1960, et elle a grandi dans la province du Sichuan. Pendant la révolution culturelle, sa mère a subi d'énormes humiliations et privations, jusqu'à l'époque de la "réforme et de l'ouverture", comme l'Occident appelle l'ouverture de la Chine. La mère de Hammer a travaillé dans une usine de production de munitions avant de s'enfuir à Hong Kong, où elle a été témoin d'explosions qui ont causé la mort accidentelle de plusieurs distributeurs de poudre à canon. Elle dit que l'usine a dissimulé la vérité sur ces incidents. 

Sa mère travaillait dans une usine de production de munitions où elle a été témoin d'explosions qui ont causé la mort accidentelle d'un certain nombre de distributeurs de poudre à canon. (Image : via pixabay / CC0 1.0)


Hammer a déclaré que, bien que ses parents connaissent l'importance de la liberté, ce n'est qu'après avoir vécu ses propres difficultés récentes qu'il a compris la valeur de la démocratie, de la liberté et de l'État de droit. 


Hammer a été élevé et éduqué par sa mère depuis son enfance. Lorsqu'il était en CM1, il a commencé à participer avec sa mère à la veillée annuelle de Tiananmen du 4 juin et à la manifestation du 1er juillet à Hong Kong (organisée à l'origine par le Front civil des droits de l'homme). En 2014, lorsque la révolution des parapluies a éclaté à Hong Kong, sa mère l'a encouragé à se joindre à la manifestation en partageant une célèbre citation de Hu Shi :

    "Dans un pays normal, la responsabilité de la politique appartient aux adultes. Mais dans un pays perverti, la politique est trop corrompue et il n'y a pas d'institutions pour représenter l'opinion publique, donc la responsabilité de la politique doit reposer sur les jeunes étudiants"


Hammer s'est inspiré de ces mots, et s'en souvient depuis lors. 


Lorsque les manifestations contre l'extradition ont commencé en 2019, il était tout naturel que Hammer se joigne à eux pour défendre la liberté de Hong Kong. C'est au cours d'une manifestation à Mong Kok que Hammer a été frappé dans les côtes avec une bombe lacrymogène et battu si violemment par la police qu'il a dû être hospitalisé pendant une semaine. Hammer faisait également partie des manifestants qui sont restés sur le campus de l'Université Polytechnique de Hong Kong (PolyU) pendant le siège du campus par la police, et a été arrêté trois jours plus tard pour sa participation. 


Lors de son arrestation, Hammer a dû faire face à diverses difficultés avec la police. En raison de fortes douleurs aux côtes et de ses autres blessures dues aux coups reçus par la police, Hammer a demandé des soins médicaux à 2 heures du matin, mais il n'a été envoyé à l'hôpital qu'à 17 heures le lendemain, et la police l'a même réprimandé alors qu'il montait dans l'ambulance. Après la libération inconditionnelle de Hammer, la police a continué à le harceler, trouvant des excuses pour fouiller à nouveau son domicile.


Aujourd'hui, Hammer admet ouvertement qu'il ne supporte pas de revenir sur ces expériences douloureuses, et ne peut que dire "Je ne suis pas un héros, mais j'ai servi avec des héros." 


Avec l'application de la loi de sécurité nationale de Hong Kong, Hammer a réalisé que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne soit à nouveau arrêté. Il a pris la décision difficile de quitter Hong Kong en juillet 2020, et comme il l'avait prévu, deux mois plus tard, 25 des manifestants du campus de PolyU ont été arrêtés à nouveau et inculpés devant le tribunal. Hammer était reconnaissant d'avoir pris la décision de quitter Hong Kong, mais il était bouleversé par l'arrestation de ses camarades. 


Des étudiants protestataires ont affronté la police sur le campus de l'Université polytechnique de Hong Kong en novembre 2019. (Image : Studio Incendo via flickr CC BY 2.0 )


Aujourd'hui en sécurité aux États-Unis, Hammer attend l'approbation de sa demande d'asile politique à Los Angeles. Il dit qu'il doit remercier sa famille et plusieurs amis qui l'ont aidé à entrer aux États-Unis sans encombre. Il pense qu'il ne doit d'avoir réussi qu'à "la grâce de Dieu".


Interrogé sur ses projets d'avenir, Hammer dit qu'il n'a pas de projets concrets pour le moment. Il se concentre sur sa nouvelle vie en Amérique et espère que ses parents pourront éventuellement le rejoindre. 


En y repensant, Hammer se dit triste pour les habitants de la Chine continentale. Après que beaucoup d'entre eux se soient éveillés à la brutalité du communisme, ils ont fui vers Hong Kong, croyant qu'il y avait de l'espoir là-bas, mais maintenant Hong Kong est devenu ce qu'il est aujourd'hui. Hammer a déclaré que son propre choix de quitter Hong Kong n'était pas facile et a révélé qu'en partant, il avait seulement dit à ses parents qu'il allait étudier à l'étranger, de peur qu'ils ne s'inquiètent trop.


Hammer dit qu'il continuera à faire ce qu'il peut pour se battre pour la liberté de Hong Kong. Pendant son court séjour au Royaume-Uni, il a participé à des manifestations pacifiques de soutien aux manifestants de Hong Kong, où il dit avoir été critiqué par les Chinois vivant à l'étranger dans le Chinatown. 


Il encourage ceux qui ont immigré de Hong Kong à l'étranger à réfléchir à leur intention initiale lorsqu'ils sont partis. "Ne vous préoccupez pas seulement de gagner de l'argent. N'oubliez pas que le Parti communiste chinois s'est assimilé au système économique et a étendu ses griffes à l'étranger".


Les jeunes de Hong Kong ont enduré beaucoup d'épreuves et de difficultés pour défendre leur liberté, que la plupart des autres pays du monde considèrent comme allant de soi. 


Version anglaise :
Leaving Hong Kong to Escape the Chinese Communist Regime

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.