Lâcher prise de “ce que je veux”

Depuis un certain temps les compagnons de pratique autour de moi, se comportaient d’une manière que je considérais comme n’étant pas conforme au Fa. Ils bavardaient de manière irrespectueuse en écoutant les enseignements du Maître, suivaient les programmes de NTDTV et mélangeaient même les informations triviales de clarification de la vérité de l’animateur TV, à leur propre cultivation. Je leur avais souvent signalé ces choses mais leur comportement ne changeait pas. J’ai commencé à regarder à l’intérieur et j’ai découvert que j’utilisais toujours mes propres critères quand je demandais aux autres de changer. Parfois je pensais que si je lâchais prise, mes compagnons de pratique changeraient. Mais quand j’ai lâché prise ils n’ont pas changé et semblaient même devenir pires. J’étais troublé et j’ai réalisé que je n’avais pas creusé suffisamment profond pour trouver ce qu’il n’allait pas en moi.


Un jour j’ai lu un article sur le site Minghui qui disait que certains pratiquants avaient mis de côté leurs intérêts humains ordinaires mais n’avaient pas mis de côté leurs intérêts de cultivation. Par conséquent ils sont attachés à atteindre la vertu majestueuse, une position du fruit et l’accomplissement. J’ai senti que j’étais exactement comme cela. Lors de ma cultivation j’ai abandonné presque tout ce qui est commun aux gens ordinaires. Cependant j’attache une grande importance à la vertu majestueuse, au statut du fruit, et à l’accomplissement de ma propre cultivation. J’espérais cultiver jusqu’à une position élevée et établir une grande vertu majestueuse et que ma cultivation serait extraordinaire et centrale parmi les compagnons de pratique. J’ai réalisé mes attachements.


Qu’y a-t-il derrière ces attachements ? A ce moment-là une pensée m’est venue à l’esprit : “Ce que je veux”, j’ai été abasourdi. Il m’a semblé comprendre beaucoup de choses en un instant, des mauvaises choses ont disparu et alors une porte a semblé s’ouvrir. En y réfléchissant attentivement, il y a une chose derrière tous mes attachements et c’est “ce que je veux”.


Je n’arrêtais pas de dire que je m’harmoniserais avec ce que le Maître veut, mais maintenant je vois que c’était simplement un slogan. Si je n’ai pas lâché prise de “ce que je veux,” comment puis-je être vraiment pur pour m’harmoniser avec ce que le Maitre veut ? Ça ressemble à une blague.


Tout ce qui concerne mon futur, la vertu majestueuse, la position du fruit et l’accomplissement, est arrangé par le Maître en fonction des besoins de la rectification du Fa et du futur. Comment puis-je avec ma compréhension superficielle et limitée de la rectification du Fa du Maître, comprendre tout ce que le Maître a arrangé du point de vue de l’entière rectification du Fa et des besoins du futur ! Je n’étais pas conscient de l’arrogance de vouloir ceci ou cela et maintenant je pense que j’étais trop conscient de moi-même et ne savais pas ce que je faisais. Tout ce qui concerne soi-même dans le futur sera la récompense accordée par le Maître pour chaque vie individuelle.


Je me suis souvenu que lorsque je suis allé à Pékin pour protéger Dafa, la police m’a demandé : “Savez-vous à quelle hauteur est le niveau où vous vous situez maintenant ?” J’ai répondu avec ce que j’appelais à l’époque rationalité : “Je ne veux pas penser à mon niveau, tout est arrangé par mon Maître et j’irai au niveau que le Maître veut que je sois.” Alors le policier a arrêté de me poser d’autres questions.


Aujourd’hui, en pensant à ma réponse de l’époque, cela semblait grand et noble en surface, mais ma pensée était : “Je ne le demande pas, j’ai juste besoin de bien cultiver, mon niveau ne sera pas bas, je suis peut-être déjà à un haut niveau.” N’est-ce-pas juste une autre manifestation de l’attachement à “ce que Je veux” ?


Je réalise maintenant que pour vraiment cultiver dans le Falun Dafa, on doit lâcher prise de “ce que je veux”, “ma vertu majestueuse”, “mon niveau” et “mon accomplissement”. Dans la cultivation nous devons lâcher prise de l’attachement au résultat et de l’heure de la fin et même de l’idée que “aussi longtemps que je cultive bien, lâche prise de tout ce que je veux, j’aurai ce que je mérite.” Ma compréhension actuelle de l’état de non agir de la cultivation est de cultiver exclusivement en accord avec Dafa, valider le Fa et sauver les êtres sensibles sans penser à la fin ou au résultat et faire de ce mode de penser un état normal de notre cultivation et réaliser ce que le Maître a dit :

    “Il y a une voie pour cultiver le gong, le cœur est ce chemin
    La Grande Loi est sans limite, la souffrance est le bateau.” ( “Falun Dafa” Hong Yin)


Après avoir réalisé cela, lorsque j’ai fait la pensée droite à midi ce jour-là, j’ai senti que la compassion véritable est l’énergie pure, puissante et illimitée que Dafa manifeste chez les pratiquants après qu’ils aient lâché prise de ce qui est voulu. La compassion que j’avais réalisée auparavant était entachée de l’impur “ce que je veux”, qui n’est q’une perception humaine de la compassion.


Le concept de “ce que je veux” cause également des attachements aux pratiquants par rapport au moment final, aux performances du parti pervers et au changement de situations dans le monde. En fait, toutes ces choses arrivent avec la progression du processus de la rectification de Fa et le Maître est aux commandes. Ce n’est que lorsque nous lâchons prise de “ce que je veux” que nous pouvons vraiment être compatissants, assister vraiment le Maître pour sauver les autres pendant la rectification de Fa et accomplir la mission historique des disciples de Dafa.


Ayant écrit jusque là, je me suis souvenu d’une expérience déroutante que j’avais eue dans le passé. En l’an 2000, quand je suis allé à Pékin pour faire appel pour Dafa et que j’ai été détenu, j’ai réussi à m’échapper du centre de détention avec la pensée droite. À cette époque, j’ai vraiment senti que mon corps était extrêmement grand et que les immeubles de Pékin étaient comme des petites boites d’allumettes à mes pieds, un état qui n’a pas disparu jusqu’à ce que j’ai quitté Pékin. Quand je suis revenu chez mes proches, j’ai senti que je n’étais pas un être ordinaire et j’avais l’impression de n’avoir aucun lien ou affection avec le monde.


Quand je clarifiais la vérité, j’avais l’impression qu’un interrupteur avait été allumé dans mon cerveau et que la sagesse de la vérité coulait comme une source. Chaque phrase était la vérité. Chaque mot et chaque phrase touchaient le cœur des gens. Tous les cas et les histoires anciennes et actuelles, du pays ou de l’étranger, étaient comme un océan de richesse que je pouvais choisir et utiliser à volonté. Je n’étais plus restreint par aucune pensée humaine. On pourrait dire que la pensée devenait une forme sans pensées humaines. Quand je clarifiais la vérité aux gens, je voyais d’innombrables petits Falun (roues de la Loi) s’envoler de ma bouche et atterrir sur l’autre personne et mes doigts étaient engourdis comme s’ils déchargeaient de l’énergie. Ces personnes parlaient de leurs réactions ; soit ils se sentaient très bien dans leur corps soit comme électrifiés et ils étaient très réceptifs aux faits concernant le Falun Dafa. Quand je finissais de parler de la vérité, je sentais que l’interrupteur dans mon cerveau s’éteignait. Mon cerveau était vide et je ne pouvais plus trouver un mot à dire, peu importe mes efforts.


À ces moments-là je sentais toujours que j’étais dans un état sans émotion ni compassion. Après avoir abandonné “ce que je veux”, j’ai réalisé que ma compréhension antérieure de la compassion était en fait une compréhension humaine née de l’émotion, qui au mieux était simplement une expression de gentillesse humaine. L’état que j’expérimentais maintenant étai un état de véritable compassion.


Je sais maintenant que regarder les autres de haut, et les tenir à mes propres normes, c'est s'accrocher à ce que je veux. Maintenant que j'ai abandonné le concept de "ce que je veux", je vois les comportements de mes compagnons de pratique, dont je pensais autrefois qu’ils n’étaient pas en phase avec le Fa, très différemment. Je comprends que tout est sous le contrôle du Maître, et que tout est l'état et la manifestation de la cultivation des disciples de Dafa et de la rectification du Fa du Maître. Mon esprit est très calme et ces comportements incorrects des autres ne perturbent plus mon état harmonieux. Je sais que j'ai vraiment lâché prise. Il ne me reste plus qu'à continuer à regarder en moi, à me cultiver et à traiter les autres avec compassion.


Traduit de l’anglais :
https://en.minghui.org/html/articles/2020/10/28/188007.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.