Leçons à tirer des malheurs de Wuhan

Wuhan est l'une des plus célèbres villes anciennes de Chine et possède un magnifique héritage historique et culturel. L'un des événements les plus connus y ayant eu lieu était le soulèvement de Wuchang de 1911, qui a conduit à la chute de la dynastie Qing et à l'établissement de la République de Chine - la première du genre en Asie.


En tant que plaque tournante du transport avec une population de 11 millions d'habitants, Wuhan est également l'un des centres économiques de la Chine centrale, ce qui lui a valu le surnom de « Chicago de Chine ». Elle abrite plus de 350 instituts de recherche, 1 656 entreprises de haute technologie et de nombreux incubateurs d'entreprises financés par 230 des entreprises de Fortune 500.


Cependant, Wuhan est devenue une ville fantôme depuis l'épidémie de coronavirus. La pandémie mortelle s'est propagée dans le monde entier, elle a infecté au moins 15 millions de personnes et fait plus d'un demi-million de morts.


L’examen de quelques événements majeurs qui ont eu lieu à Wuhan sous le règne du Parti communiste chinois (PCC), pourrait nous fournir des indices sur la façon dont une ville autrefois glorieuse s’est transformée en épicentre mondial d’infortune.


1958: Ville modèle pendant le grand bond en avant
Après la campagne anti-droite de 1957 qui visait à faire tomber les intellectuels, Mao Zedong, alors dirigeant du PCC, avait l'ambition que la Chine dépasse la Grande-Bretagne et les États-Unis en termes de production industrielle en 15 ans.


En réponse à l'appel de Mao et à sa manifestation dans le mouvement du Grand Bond en avant de 1958, de nombreux dirigeants du PCC, des cadres locaux et des journalistes en Chine se sont tous battus pour fabriquer des chiffres de production agricole incroyablement élevés.


Il a été rapporté par exemple qu’un seul chou chinois du Hebei pesait 250 kilos. Le 13 août 1958, le Quotidien du Peuple a publié un gros titre affirmant que Macheng, une ville proche de Wuhan, avait un rendement en riz de près de 37000 jin par mu (110 tonnes par acre), environ 90 fois plus élevé que la production réelle de l'époque.


La nouvelle a été peu après réimprimée par le journal du Parti communiste soviétique, la Pravda. Plus de 100 000 personnes ont visité ce "champ satellite" pour apprendre de l'expérience des agriculteurs, y compris de nombreux experts de pays socialistes tels que l'Union soviétique, l'Allemagne de l'Est, la République tchèque, la Corée du Nord, etc. Le premier ministre chinois de l'époque, Zhou Enlai, s'y est également rendu en personne et a fait réaliser un film de sa visite.


Comment ce chiffre apparemment ridicule a-il vu le jour ? Il s'est avéré que pour battre une autre commune, qui avait rapporté un rendement unitaire de 10 000 jin par mu, la commune n ° 1 de Jianguo a décidé de peser encore et encore les mêmes paniers de riz jusqu'à ce qu'ils atteignent la barre des 37 000 jin.


Lorsqu'un jeune homme d'une équipe d'inspection a demandé comment ils avaient réussi à faire pousser autant de plants de riz à une densité aussi élevée, le chef d'équipe l'a accusé d'être "trop pointilleux" et "d'aller à l'encontre du gouvernement central du PCC et du président Mao". Le jeune homme a été écarté et critiqué sur-le-champ. Il a ensuite été qualifié de droitiste et puni.


Ceci est similaire à ce qui s'est passé au début de la pandémie. Lorsque le Dr Li Wenliang à Wuhan a partagé des informations sur le coronavirus sur les réseaux sociaux avec ses collègues médecins le 30 décembre 2019, il a été immédiatement réprimandé par les autorités et puni pour "diffusion de rumeurs". Malheureusement, le Dr Li est décédé plus tard de l'infection.


Moins d'un an après le moment glorieux de la Commune de Jianguo n°1, la Chine a été frappée par une famine dévastatrice due aux politiques grotesques du PCC et aux dirigeants locaux du Parti qui ont suivi aveuglément la ligne du parti. Il restait peu de céréales dans le village, ne laissant aux gens d'autre choix que de manger des herbes sauvages et de l'écorce d'arbre.


Gong Zhentang, un survivant de la tragédie, a déclaré à un journaliste en 2019: "C'était vraiment terrible. Les morts étaient trop nombreux pour être comptés.


Selon des statistiques crédibles, environ 45 millions de personnes en Chine sont mortes de faim pendant la famine provoquée par l'homme qui a duré de 1959 à 1962. Les dirigeants du PCC n'ont jamais présenté d'excuses pour leurs abus jusqu'à ce jour.


1967: Nombre inconnu de jeunes qui ont péri dans le fleuve Yangtze
Mao a appelé la jeunesse chinoise à se «tempérer» dans les rivières et les lacs en 1962. lui-même passionné de natation, Mao est allé nager pour la dernière fois dans le fleuve Yangtze le 16 juillet 1966, à l'âge de 73 ans. Pour commémorer la dernière baignade de Mao dans le fleuve Yangtze, les autorités du PCC à Wuhan ont organisé un événement "Traverser le fleuve Yangtze" le 1er août 1967.
Cela allait devenir pour beaucoup une journée désastreuse.


Sous le culte de la personnalité de Mao, il a été salué comme quelqu'un dépassant les dieux. Les jeunes, pour la plupart des collèges et universités, ont participé à l'événement de la traversée du fleuve avec fierté et honneur.


Des dizaines de milliers de spectateurs se sont entassés sur les quais de Hanyang ce jour-là. Il faisait une chaleur torride, et certaines personnes se sont évanouies sous la chaleur de l'été tandis que les bureaucrates faisaient l’un après l’autre de longs discours. Les gens ont commencé à paniquer.


Juste à ce moment-là, le coup de feu du départ a été donné et une foule de personnes s'est précipitée dans la rivière. Des milliers de personnes ont essayé d'entrer en même temps par une entrée de 20 mètres de large. Une bousculade a commencé : certaines personnes ont été piétinées à mort, d'autres ont été étouffées, d'autres encore ont été poussées dans la rivière et se sont noyées.


Des milliers de personnes ont essayé d'entrer en même temps depuis une entrée de 20 mètres de large. Une bousculade a commencé - certaines personnes ont été piétinées à mort, certaines ont été étouffées à mort, certaines ont été poussées dans la rivière et se sont noyées.


Un survivant a rappelé son calvaire plus tard: "Dès que j'ai sauté dans la rivière, ma tête et mes épaules ont été immédiatement poussées dans l'eau par plusieurs mains. J'ai instinctivement tiré et donné des coups de pied pour essayer de remonter à la surface, mais je me sentais entouré de mains, de pieds et de corps emmêlés dans l'eau. Finalement, j'ai réussi à lever la tête au-dessus de l'eau, mais tous mes amis étaient introuvables. Je ne pouvais voir que d'innombrables têtes se tortiller dans l'eau, comme un pot de boulettes se balançant de haut en bas.


La chambre froide de l'usine de transformation de la viande de Wuhan était remplie de corps empilés de l’événement, tout comme les hôpitaux et les salons funéraires. Personne ne connaît le nombre exact de morts.


1999: Crimes commis par la chaîne de télévision de Wuhan, secteurs de l'éducation et de la médecine
La chaîne de télévision Wuhan a été le fer de lance de la politique de persécution du PCC ; même avant le lancement officiel de la répression, Zhao Zhizhen, alors à la tête de la chaîne, a suivi de près le Parti et a produit un programme diffamatoire sur le Falun Gong. Ce film de 6 heures a ensuite été utilisé par le PCC comme matériel de lavage de cerveau pour diffamer le Falun Gong et diffusé dans tout le pays pour inciter les gens à la haine de la paisible pratique spirituelle pacifique.


D'innombrables personnes ont alors commencé à nourrir du ressentiment contre le Falun Gong. Cet acte de la chaîne de télévision Wuhan, dirigée par Zhao Zhizhen, allait entraîner de graves conséquences.
Malheureusement, le secteur de l'éducation à Wuhan a également suivi de près le PCC et participé activement à la persécution du Falun Gong en tant qu’hommes de de main. Par exemple, l'Université de Wuhan a établi une soi-disant "Association anti-secte du Hubei" sur son campus, compilé du matériel pédagogique pour dénigrer le Falun Gong et a poussé la désinformation sur la pratique à la société internationale. D'innombrables personnes, en particulier des jeunes, ont subi un lavage de cerveau par les manuels diffamatoires et les soi-disant résultats de recherche pour se rallier aveuglément au PCC.


Pire encore, les institutions médicales de Wuhan ont participé activement à un crime contre l'humanité : le prélèvement d'organes vivants des pratiquants de Falun Gong. Selon un rapport de l'Organisation mondiale d'investigation sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), Lin Zhengbin et plus de 80 autres médecins de l'hôpital Wuhan Tongji, ainsi que 48 autres personnes de l'hôpital Wuhan Union, ont participé au prélèvement forcé d'organes. Les enquêteurs ont découvert qu'en 2014, l'hôpital de Tongji avait effectué à lui seul près de 3 000 transplantations de reins, et qu'en 2018, le nombre avait atteint le chiffre stupéfiant de 6 000, le plus élevé de tous les hôpitaux en Chine. Cette atrocité se poursuit encore aujourd'hui.


De plus, Wuhan est l'une des villes où la persécution du Falun Gong est la plus sévère. Il existe plus de 60 centres de lavage de cerveau dans ses différents quartiers, qui ont persécuté des dizaines de milliers de pratiquants de Falun Gong au cours des 21 dernières années. Ces pratiquants ont été battus, privés de sommeil de façon chronique, électrocutés à l'aide de matraques électriques dans les zones sensibles, attachés dans des positions douloureuses et soumis à de nombreuses autres formes de torture physique et de tourments psychologiques.


Le Bureau 610 est une organisation de type Gestapo créée le 10 juin 1999 par la direction centrale du PCC dans le but exprès de persécuter le Falun Gong. Il a des branches à tous les niveaux de l'administration dans toute la Chine. Le Bureau 610 de Wuhan, la police locale et le pouvoir judiciaire se sont entendus pour envoyer des pratiquants dans des camps de travail et des prisons, et beaucoup d'entre eux sont morts sous la torture.


L'une des victimes était Mme Liu Lihua, 50 ans, directrice du centre de services de technologie agricole du district de Hongshan à Wuhan. Mme Liu a été persécutée de nombreuses fois pour avoir parlé aux gens du Falun Gong et refusé de renoncer à sa foi dans le principes de "Sincérité-Bonté-Patience" du Falun Gong.


Premièrement, elle a été détenue pendant deux ans dans le Premier centre de détention de la ville de Wuhan et le Camp de travail forcé de Hewan, où elle a été attachée à un « lit de la mort» et suspendue en l'air pour avoir fait les exercices du Falun Gong. Plus tard, elle a été emmenée dans un autre camp de travail forcé pendant un an, où elle a été battue, gavée et privée de sommeil pendant quatre mois.


En avril 2003, elle a été à nouveau arrêtée illégalement par le personnel du Bureau 610 et emmenée au Centre de lavage de cerveau du lac Tangxun, où elle a été à nouveau torturée. Elle est devenue extrêmement faible et est morte le 9 juin 2006.


Se réveiller face aux catastrophes
Le coronavirus a frappé Wuhan en premier, et il a frappé très fort. Le nombre exact de morts à Wuhan et dans toute la Chine reste inconnu en raison de la dissimulation des autorités du PCC. Le chiffre officiel s'élève à plus de 4 000, mais de nombreux éléments, dont le nombre d'urnes distribuées aux familles des victimes du virus, semblent indiquer un bilan d'au moins 60 000 morts dans la ville.


De nombreuses personnes se sont réveillées à cause de la pandémie, à la fois en Chine et à l'étranger.
Tu Long, un jeune homme né et élevé en Chine dans les années 1990, croyait que tant qu'il ne disait rien de déplacé et qu’il devenait un «citoyen obéissant», il serait capable de progresser. Mais son point de vue a complètement changé après avoir appris la vérité en lisant des informations en dehors du pare-feu du PCC. Désormais, il ne peut plus garder le silence, a rapporté Voice of America le 14 mars 2020 dans un article intitulé «J'ai l'obligation de parler pour les morts».


"Quand ils ont expulsé la 'population de la basse société'[les travailleurs migrants] à Pékin, je me suis dit, j'ai travaillé très dur. Je ne fais pas partie de la «population de la basse société», je ne serais pas expulsé. '


"Quand ils ont construit les camps de concentration au Xinjiang [pour les Ouïghours], j'ai pensé, je ne suis pas une minorité ethnique, je n'ai aucune croyance religieuse, je n'aurais pas de problèmes.


"Je sympathise avec la souffrance du peuple de Hong Kong, mais je pensais que je n'irais pas dans la rue pour protester [pour la démocratie], donc que cela n'avait rien à voir avec moi", a-t-il déclaré. "Cette fois, cela a frappé ma ville natale. Beaucoup de gens autour de moi étaient déjà tombés malades, certains étaient morts, donc je ne pouvais plus le supporter.


Tu Long était irrité par le comportement des fonctionnaires du PCC face à la pandémie.


"Jusqu'à aujourd'hui, non seulement aucun [officiel] n'est venu présenter des excuses au peuple de Wuhan, mais ils nous ont dit que nous devrions haïr les États-Unis, nous devrions haïr le Japon, nous devrions haïr la Corée du Sud, nous devrions haïr Taiwan et nous devrions haïr Le Wall Street Journal. Personne n'est venu pour assumer ses responsabilités ", a-t-il déclaré.


Tu Long a trouvé absurde que des fonctionnaires commencent à faire l'éloge du PCC pour sa "direction avisée" et à célébrer son "grand succès" alors que les gens étaient encore malades et mourants...
Tu Long a également réfléchi sur lui-même en condamnant le PCC: "La majorité des Chinois, moi y compris, ne sont pas innocents. Nous tolérons [que les dirigeants du PCC] fassent le mal, et certains les ont même aidés à commettre des actes pervers.


Ce qu'il a dit fait écho à une phrase bien connue d'Edmund Burke, un homme d'État et philosophe irlandais du 18e siècle: «La seule chose nécessaire pour le triomphe du mal est que les hommes bons ne fassent rien.


Tu Long représente un grand groupe de personnes en Chine qui ne font plus confiance au PCC et aspirent à la liberté.


Sur le plan international, une coalition mondiale visant à tenir le PCC responsable de son comportement agressif et criminel prend forme et se développe rapidement. De plus en plus d'hommes politiques, de chefs d'entreprise et d'autres personnes ont compris que le PCC ne respecterait jamais les mêmes règles et valeurs que celles attendues d'un gouvernement décent et responsable et que la "politique d'apaisement" adoptée par le passé pour traiter avec le PCC ne ferait qu'accroître l'instabilité et le chaos dans le monde. Le PCC doit être remis en question directement, comme ils en sont venus à le réaliser.


Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a condamné la persécution du Falun Gong par le PCC : "Vingt et un ans de persécution des pratiquants de Falun Gong sont bien trop longs, et cela doit prendre fin."


Plus de 600 parlementaires de 30 pays ont également signé une déclaration commune soutenant le Falun Gong et appelant le PCC à arrêter la persécution.


Beaucoup de gens pensent que ce n'est pas seulement un problème entre le Falun Gong et le PCC mais une bataille entre le bien et le mal et un test pour nous tous. Peut-être que lorsqu'une persécution aussi brutale d'innocents prendra fin, ce sera un tournant pour Wuhan et la Chine.


Version anglaise :
Lessons to Learn from the Misfortunes of Wuhan

Version chinoise :
【认清中共】中共给武汉制造的伤亡今昔

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.