Comment Raphael, "le prince de la peinture", a saisi l’essence de l'humanité

L'exposition sans précédent d'un maître de la Haute Renaissance italienne à Rome
 

La beauté, la bonté et la justice, la gloire divine et notre vraie nature humaine, se retrouvent toutes dans l'art de Raphaël. C'est pourquoi, 500 ans après sa mort en 1520 , cet art reste encore en 2020 édifiant et porteur d'espoir .


Les peintures et les dessins de Raphaël, en particulier, nous relient à nos mondes intérieurs d'une manière qui nous ramène à notre propre bonté. Ou du moins, son art nous rappelle le meilleur de nous-mêmes.


" Raphaël nous met en contact avec les anges de notre meilleure nature", a déclaré Matthias Wivel, conservateur de peintures et de dessins italiens du XVIe siècle à la National Gallery of Art de Londres, dans son exposé de 2018 intitulé "Raphaël : le virtuose de la Renaissance".


L'art de Raphaël peut y parvenir parce que le peintre a su entièrement saisir l'humanité, que ce soit dans une simple esquisse ou dans un tableau achevé. Toute personne qui découvre son œuvre ne peut que devenir meilleur.


"Madonna Tempi", 1507-1508, de Raphaël. Huile sur panneau. Ancienne galerie d'images, collections de peintures de l'État de Bavière, Munich. (Collections de peintures de l'État de Bavière, Munich)


Hommage à Raphaël
Pour marquer le 500e anniversaire de la mort de Raphaël, une rétrospective monumentale, l'exposition "Raphaël 1520-1483" aux Scuderie del Quirinale à Rome présente 120 peintures et dessins de Raphaël et 84 autres œuvres, telles que des artefacts romains anciens, des sculptures de la Renaissance, des codices (volumes de manuscrits), et plus encore, pour nous permettre de comprendre Raphaël et son œuvre.

Madonna Tempi", vers 1507-1508, par Raphaël. Craie noire à reflets blancs. Musée Fabre, Montpellier en France. (Frédéric Jaulmes/Fabre de Montpellier Métropole méditerranéenne)


L'exposition explore l'incomparable talent de dessinateur et de peintre ,mais aussi celui d'architecte et de gardien des antiquités de Raphaël - montrant l'"artiste universel" que l'historien de l'art du XVIe siècle Giorgio Vasari le considérait être.


"Madone de la Rose", 1518-1520, par Raphaël. Huile sur panneau transféré sur toile. Musée national du Prado à Madrid, Espagne. (Musée national du Prado 2020)


De nombreuses expositions ont été prêtées par des institutions de renommée mondiale. Trois des Madones de Raphaël sont pour la première fois revenues en Italie depuis qu'elles ont été exportées à l'étranger : La "Madone d'Alba" de la National Gallery of Art à Washington, la "Madone de la Rose" du Prado à Madrid, en Espagne, et la "Madone des Tempi" de l'Alte Pinakothek à Munich, en Allemagne. Les deux portraits de papes de Raphaël - Jules II et Léon X avec les cardinaux Giulio de' Medici et Luigi de' Rossi - n'avaient jamais été vus sous le même toit.


Portrait du pape Léon X entre les cardinaux Giulio de' Medici (L) et Luigi de' Rossi, 1518-1519, par Raphaël. Huile sur panneau. Galerie de statues et de peintures aux Galeries des Offices, à Florence, Italie. La restauration de l'œuvre a été possible grâce au soutien de Lottomatica Holding. (Cabinet des Galeries des Offices/Cour de justice du ministère du patrimoine et des activités culturelles et touristiques)


L'un des nombreux points forts de l'exposition est une lettre adressée au pape Léon X dans laquelle Raphaël et son ami Baldassare Castiglione expliquent l'intention du projet ambitieux sur lequel Raphael travaillait dans les quelques mois précédant sa mort : un projet archéologique pour recréer la gloire de Rome région par région.


Portrait de Baldassare Castiglione, 1513, par Raphaël. Huile sur toile. Département des peintures, Musée du Louvre, Paris. (Angele Dequier/Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais)
Lettre de Baldassare Castiglione au pape Léon X, 1519. Encre sur papier. Archives d'État de Mantoue, Italie. (Archives d'État de Mantoue/Cour du ministère du patrimoine et des activités culturelles, et du tourisme)


L'exposition retrace le parcours artistique passé de Raphaël, depuis sa mort, le 6 avril 1520 à l’âge de seulement 37 ans , à travers trois périodes distinctes de sa vie : de Rome à Florence, de Florence à l'Ombrie, et jusqu'à ses racines à Urbino.


L'exposition des Scuderie s'ouvre au moment où la vie de Raphaël s'achève : avec une réplique grandeur nature de sa tombe au Panthéon. Sa tombe grandiose donne aux visiteurs une idée de la haute estime dans laquelle il était tenu, tant dans la vie que dans la mort.


À travers l'art de Raphaël
Qu'il peigne de sublimes et douces madones ou des papes en somptueuse tenue de cérémonie, les peintures de Raphaël semblent en quelque sorte transcender le temps, la culture et le langage iconographique, de sorte que chacun peut se retrouver dans l'essence de ses tableaux.


Un pape
Jetez un coup d'œil au "Portrait de Jules II" de Raphaël. Tout à la surface indique la position de Jules en tant que pape. Il est assis sur un trône, vêtu de velours rouge papal et de satin blanc ou de soie, ses mains ornées de pierres précieuses. Sur le fond vert, nous voyons les symboles de sa papauté - les clés de l'église -, mais ce qui émane de l'image, c'est son humanité.


Portrait du pape Jules II, 1512, par Raphaël. Huile sur panneau. National Gallery, Londres ( National Gallery, Londres)


Car en regardant de plus près, on voit Julius l'homme, profondément plongé dans ses pensées. C'est presque comme si nous l'avions pris par surprise. Ses lèvres sont pincées dans la concentration, et il semble instable sur son siège comme s'il était mal à l'aise. Sa main gauche saisit fermement le bras de la chaise comme pour s'ancrer, et sa main droite tient légèrement un mouchoir. C'est Raphaël qui nous relie à l'homme qui dirige l'Église catholique romaine. C'est presque comme si Raphaël nous rappelait que Julius est le représentant de Dieu ici sur terre, un humain comme nous.


Un chevalier
Dans "Le rêve du chevalier ( Hercule à la croisée des chemins)", Raphaël a choisi d'interpréter un poème épique que son père avait écrit pour Federico da Montefeltro, le duc d'Urbino. Le père de Raphaël, Giovanni Sanzio, était écrivain et peintre à la cour d'Urbino, et il avait écrit le poème basé sur le mythe d'Hercule à la croisée des chemins. Le poème de Sanzio est la seule version où le soldat dort, selon le site web de la National Gallery de Londres.

"Le rêve du chevalier (Hercule à la croisée des chemins)", également connu sous le nom de "Une allégorie (vision d'un chevalier)", 1504, par Raphaël. Huile sur panneau. National Gallery, Londres (National Gallery, Londres)


Dans le tableau, un jeune soldat nommé Scipion dort à l'ombre d'un laurier, inconscient du choix qu'il devra faire à son réveil. Une dame se tient de chaque côté de lui : À gauche, la Vertu et à droite, le Plaisir. Raphaël dépeint le Plaisir avec une douce séduction; ses cheveux sont lâches, elle porte des pastels et relève délicatement sa robe. Raphaël avait d’abord dessiné le Plaisir avec une robe plus décolletée, mais il a opté pour cette version qui communique toujours de manière convaincante le vice du Plaisir. Le Plaisir offre tout ce qui est facile et beau, tandis que la Vertu, dans sa tenue modeste, offre l'apprentissage et la valeur - un résultat plus difficile mais plus gratifiant.


Une Madone
Regardez l'un ou l'autre des doux tableaux de Madone de Raphaël pour lesquels il est si célèbre. Dans "La Madone d'Alba", à gauche du tableau, l'innocence de la curiosité de l'enfance se dégage du bambin qui deviendra Saint-Jean-Baptiste. Jean regarde vers la droite avec impatience l'enfant Jésus, qui stabilise la croix que Jean tient dans ses mains.


"La Madone d'Alba", vers 1510, par Raphaël. Huile sur panneau transféré sur toile. Collection Andrew W. Mellon, National Gallery of Art, Washington. (National Gallery of Art, Washington)


Paraissant sage au-delà de son âge, l'enfant Christ montre un détachement de l'amour terrestre et sentimental, car il sait qu'il est sur terre pour quelque chose de plus grand. Il pose un pied sur la terre avec hésitation, suggérant peut-être qu'il est dans le monde mais pas du monde.


Alors que Jean porte une fourrure pour se réchauffer, l'enfant Jésus ne porte et ne veut rien de ce monde, si ce n’est enseigner aux autres à suivre Dieu. Retirez les costumes romains classiques, et nous pourrions simplement regarder le portrait de famille d'une mère et de ses enfants dans un moment tendre et enjoué dans la nature. Raphaël rend cette scène racontable pour nous tous.


Il est clair que Raphaël peint une scène religieuse dans "La Madone d'Alba", mais ce qui semble ressortir de nombre de ses tableaux est une tension harmonique entre le spirituel et le terrestre, le divin et l'humain.


La pratique fait la beauté
L'harmonie dans l'art ne se produit pas par hasard. Regardez certains des dessins de Raphaël et vous pouvez voir comment il a retravaillé beaucoup de ses figures. Certains dessins montrent qu'il a légèrement déplacé l'angle d'une tête ou d'un bras de manière à ce que chaque figure soit cohérente avec les autres éléments du tableau final. Si l'on enlève un de ces éléments, toute la composition tombe en discorde. C'est ce qui fait de Raphaël un dessinateur exemplaire de groupes de figures, comme en témoigne son exceptionnelle "École d'Athènes" au Vatican.


Moïse agenouillé devant le buisson ardent, vers 1514, par Raphaël. Carton et rehaussés de blanc sur 23 feuilles de papier jointes, perforées pour l'époussetage. Museo e Real Bosco di Capodimonte, à Naples, en Italie. (Museo e Real Bosco di Capodimonte/Courtesy of the Ministry of Cultural Heritage, Activities, and Tourism)


Né à Urbino en 1483, Raphaël a été plongé dans l'art dès son plus jeune âge. Son père, voyant le talent artistique de son fils, aurait cherché à lui faire faire un apprentissage. Sanzio visite l'atelier d'Andrea del Verrocchio, dont Pietro Perugino et Léonard de Vinci sont parmi les apprentis. Le père de Raphaël a choisi Pérugino pour enseigner son fils, bien que Raphael n'ait peut-être pas commencé l'apprentissage du vivant de son père, car il était encore très jeune.

Autoportrait, 1506-1508, de Raphaël. Huile sur panneau de peuplier. Galerie de statues et de peintures aux Galeries des Offices, à Florence, Italie. (Cabinet des Galeries des Offices/Cour de justice du ministère du patrimoine et des activités culturelles et touristiques)


Bien qu'orphelin à 11 ans, Raphaël avait déjà appris les manières de se comporter en gentleman inculquées par son père, qui l'avait initié à la philosophie humaniste de la cour.


À 17 ans seulement, en 1500, il était déjà considéré comme un maître. Il a été convoqué par le pape Jules II à Rome à l'âge de 25 ans sur recommandation de Donato Bramante, l'architecte de la basilique Saint-Pierre. Raphaël a repris le rôle de Bramante des années plus tard.


Raphaël s'est tourné vers ses contemporains de la Haute Renaissance, Léonard de Vinci et Michel-Ange. Léonard de Vinci avait 31 ans de plus que Raphaël, et Michel-Ange 8 ans de plus. Raphaël a affiné les techniques de ses contemporains plus âgés.


Raphaël s'est également tourné vers le passé, vers les grands idéaux des arts romains antiques, pleins de sérénité, de beauté et d'équilibre. Il protégeait passionnément ces arts, préférant restaurer les pièces de manière authentique plutôt que d'innover leurs styles, comme le faisaient certains de ses contemporains.


Mais plus encore, ses contemporains ont mentionné la bonne nature de Raphaël. Contrairement à Léonard de Vinci et à Michel-Ange, qui étaient des artistes plus solitaires, Raphaël était chéri de tous à la cour.


Selon Vasari, Raphaël faisait passer les autres en premier ; si un artiste voulait de l'aide, Raphaël mettait de côté son propre travail pour l'aider. Vasari est allé jusqu'à dire qu'il traitait les artisans dans son atelier comme il aurait traité ses propres enfants, et il semble qu'ils lui rendaient cet amour. "On ne l'a jamais vu aller au tribunal sans avoir avec lui, sortant de chez lui, une cinquantaine de peintres, tous capables et excellents, qui lui tenaient compagnie pour lui faire honneur. Bref, il ne vivait pas comme un peintre mais comme un prince".


La bonté de Raphaël, imprégnée de foi, s'est répandue dans ses peintures. Son art est plein d’une beauté que non seulement les yeux peuvent voir mais aussi que le cœur peut sentir. C'est pourquoi l'art de Raphaël perdure - car à travers son pinceau, il a peint le langage de l'âme.


Exposition prolongée jusqu’au 31 août 2020 !
Scuderie del Quirinale
16 Via Ventiquattro Maggio, Rome

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.