Une pratiquante se rappelle des prises de sang suspectes dans le camp de travaux forcés de Qianjin

En 2011, la police de Harbin a arrêté près de 60 pratiquants de Falun Gong. La majorité des pratiquantes ont été emmenées au camp de travaux forcés Qianjin de Harbin.


Les chefs du camp de travail Wang Yaluo et Ye Yun ont ordonné au médecin du camp de prélever des échantillons de sang sur toutes les pratiquantes.


J’étais une de celle-ci. J'ai de mes yeux vu des pratiquantes rouées de coups de pied et passées à tabac pour avoir refusé d'être examinées.


Une pratiquante, Mme Chen Min, a demandé à ne pas être examinée parce qu'elle allait être libérée bientôt. Le médecin lui a donné un coup de pied et elle est tombée. La volée de coups de pied a continué jusqu’à ce qu’il la relève et l'examine contre son gré.


Les détenues non pratiquantes dans le camp ont vu ce qui se passait et ont demandé si elles pouvaient être examinées, aussi. Les fonctionnaires du camp ont répondu par la négative. Incapables de pourquoi, ces détenues ont dit aux pratiquantes: " Vous avez vraiment de la chance de bénéficier de bilans de santé professionnels tous les six mois. Nous n’avons pas cet avantage. "


Cependant, je crois que le but des examens était le prélèvement forcé d'organes cautionné par l'État. Voilà pourquoi les pratiquantes étaient examinées médicalement.


Version chinoise :
活摘疑云-前进劳教所频对法轮功学员强行抽血

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.