Courier Mail d’Australie: Un résident du Queensland poursuit Jiang Zemin en justice pour torture et travaux forcés

Plus de 100 000 plaintes pénales ont été à ce jour déposées contre l’ancien dirigeant communiste chinois, Jiang Zemin, pour avoir persécuté Falun Gong. Le Courier Mail, journal australien basé à Brisbane, a publié un article le 21 juillet, expliquant pourquoi un résident local s’est joint à l’effort.


Selon l’article intitulé: "Un homme d’Ipswich torturé et soumis à des tests pour des dons d’organes à vif, en raison de ses croyances spirituelles", David Yu, qui vit avec son épouse et sa fille, a poursuivi Jiang en justice pour torture et travaux forcés


Choqué avec des matraques électriques

Avant de venir en Australie en 2013, M. Yu a été emprisonné en Chine pour sa croyance en Falun Gong.


" Durant son emprisonnement, M. Yu et d’autres pratiquants ont subi des tests sanguins pour ce qui serait selon lui, un dépistage pour des dons d’organes à vif. Il a déclaré que des milliers de Chinois, étaient torturés, violés et envoyés de force dans des camps de travaux forcés via des arrestations massives, pour avoir refusé de renoncer à leur pratique spirituelle. "


Le 13 avril 2008, M. Yu et son épouse, Annie Zhao, ont été arrêtés et battus devant Julia, leur fillette de 17 mois. " Après son arrestation, M. Yu affirme avoir été maintenu au sol et choqué avec des matraques électriques. Il a passé 4 ans et demi en prison et 2 ans et demi dans un camp de travaux forcés. "


M. Yu a affirmé qu’ils l’avaient électrocuté sur tout le corps, excepté le visage pendant presque une heure, lui laissant des ampoules de la taille de balles de tennis. « Ils électrocutaient d’abord un coté, puis me retournaient et électrocutaient mon dos. Ils appelaient cela ‘faire une crêpe. »


Son épouse a enduré 2 ans et demi de prison et la même durée de temps à effectuer du travail forcé.


Courier Mail a rapporté que David Yu et sa famille avaient déposé des plaintes pénales contre Jiang.


Amnesty International: Des violations des droits de l’homme graves et généralisées.

Le 1 mai, le Tribunal Suprême du Peuple a annoncé qu’il garantissait d’instruire toutes plaintes pénales déposées. Ceci a incité M. Yu et de nombreux autres chinois à intenter des actions en justice pour les souffrances qu’ils ont endurées sous la persécution.


" Wendy Cao, cadre supérieure juridique de KG Law a déclaré que les plaignants dans l’affaire contre Jiang Zemin demandaient plus de $4 millions (plus de 3,5 millions d’euros) de compensation, certains demandant jusqu’à $9,5 millions (plus de 8,5 millions d’euros). Elle a déclaré que l’avocat de KG, Kerry Gore fournissait une assistance juridique à 35 plaignants et que des dommages ont été demandés pour les souffrances physiques et les blessures subies."


L’article précisait que la porte-parole d’Amnesty International, Amélia Freelander, a confirmé que l’organisation était informée de la persécution des pratiquants de Falun Gong : "Amnesty International a fait des recherches poussées et un travail de plaidoyer sur les graves violations des droits généralisées contre les pratiquants de Falun Gong en Chine, dont des discriminations, des violations des droits à la liberté de croyance et d’expression, la torture, et des morts en garde-à-vue. "


L’article s’achevait en expliquant que Falun Gong est une pratique spirituelle enracinée dans l’ancienne culture chinoise: " Elle comprend des exercices de méditation et une philosophie morale basée sur l’honnêteté, la compassion et la tolérance. Plus de 70 millions de personnes se sont engagées dans la pratique dans les années ‘90’."


En 1999, Jiang a lancé une campagne pour éradiquer Falun Gong, en utilisant une propagande à tout va, les emprisonnements de masse, la torture et le prélèvement d’organes.


Version chinoise :
澳洲信使报报道法轮功学员控告江泽民
Traduit de l'anglais
Australia's Courier Mail: Queensland Resident Sues Jiang Zemin for Torture and Forced Labor

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.