Des pratiquants se rappellent de prises de sang suspectes dans la prison de Mudanjiang et le camp de travaux forcés pour femmes de Daxing

“Traitement spécial"dans la prison de Mudanjiang"

Je suis un pratiquant de Falun Gong de la ville de Muling, Mudanjiang, province du Heilongjiang. J'ai emmené mon enfant avec moi pour aller acheter une cartouche d'encre dans le centre commercial Bainaohui à Mudanjiang, le 7 mai 2002, lorsque j'ai été illégalement arrêté par la police de la division de sécurité intérieure du district de Yangming à Mudanjiang. Plus tard, j'ai été condamné à quatre ans de prison par le tribunal du district de Yangming et incarcéré dans la prison de Mudanjiang.


Entre 2002 et 2006, j'ai subi trois « bilans de santé ». Chaque fois, ils ont pris ma tension artérielle et prélevé une seringue de sang. Il y avait plus de 5.000 détenus dans la prison à l'époque, et plus de 90 étaient des pratiquants de Falun Gong. Ces bilans de santé n’étaient effectués que sur les pratiquants de Falun Gong, et les résultats étaient classés et enregistrés. J'ai trouvé très étrange que des dossiers de santé méticuleux ne soient gardés que concernant les pratiquants. Certains des prisonniers disaient: "Voyez, la prison prend bien soin de vous, ils vous font même subir des examens."


Mais personne ne croyait vraiment que la prison accordait un "traitement spécial" aux pratiquants de Falun Gong, étant donné la cruauté des tortures auxquelles ils nous soumettaient.


J'ai été détenu dans la cellule n ° 16 pour le travail forcé. J'ai été incarcéré dans l’isolement à deux reprises avec des chaînes pesant 24 kilos. On ne me donnait à manger qu’une crêpe par jour. J’ai été enchaîné de cette façon pendant 30 jours d'affilée.


Le pratiquant M. Pan Xingfu qui était chef adjoint du Bureau des télécommunications de Shuangyashan et M. Zhang Hongquan, un ingénieur du Bureau d'administration du gisement de pétrole de Daqing, ont été détenus dans la même prison. Tous deux sont morts suite à la torture. Le pratiquant M. Zhang Yutang de Mishan a été sauvagement battu par les détenus à l'instigation des gardes Zheng Yuhe et Lu Xiaohui. Il est presque devenu paralysé suite aux coups vicieux. L’ex-militaire Tang Xianguo a aussi souvent été frappé à coups de poing et de pieds par des détenus assignés à sa surveillance.


Les gardes étaient extrêmement sans scrupule dans leur traitement des pratiquants de Falun Gong sous les directives de Jiang Zemin : " La mort des pratiquants de Falun Gong de passage à tabac n'est rien et sera compté comme un suicide " Alors la question se pose, pourquoi les pratiquants de Falun Gong ont-ils fait l'objet d'un "traitement spécial" et leur santé et condition physique contrôlée en permanence?


Quand j'ai été libéré en mai 2006, j'ai lu les rapports concernant le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant. Il est apparu que dans les prisons du Parti communiste chinois(PCC) et les camps de travaux forcés de toute la Chine, les pratiquants étaient soumis à « des bilans de santé », et que leur sang était prélevé pour des tests. Les résultats et les détails pertinents ont été conservés dans des fichiers informatiques afin qu'ils puissent être facilement référencés et mis en correspondance avec un receveur d'organe potentiel. Une fois qu’une correspondance était faite, leurs organes étaient prélevés et leurs corps incinérés. De par mes années de persécution en prison, je sais que le PCC est capable de tout et de toutes les formes de mal. J'ai eu la chance d’en sortir vivant.

Fréquentes prises de sang et disparitions de pratiquantes dans le camp de travaux forcés pour femmes de Daxing

Je suis une pratiquante de Falun Gong de Pékin. J'ai été arrêtée en 2003 pour avoir distribué des DVD à propos du Falun Gong, et j’ai été condamnée à deux ans de travaux forcés. Pendant les deux années où j'ai été détenue dans le camp de travaux forcés pour femmes de Daxing, mon sang a été prélevé à plusieurs reprises, surtout après 2003, lorsque j'ai été détenue dans la division 5. Ils ne prélevaient du sang que sur les pratiquantes de Falun Gong.


Nous trouvions cela était étrange et je me demandais pourquoi ils ne cessaient de nous prélever du sang. À chaque fois, ils prenaient au moins la moitié d'une seringue à chaque personne. De toute évidence, ils utilisaient notre sang pour une raison spécifique. J'ai demandé aux chefs de division pourquoi ils nous soumettaient à de fréquentes prises de sang, mais ils ne m'ont jamais donné de réponse. Le chef de division Chen Xiuhua a convoqué une réunion spéciale pour celles d'entre nous qui posaient des questions sur les prises de sang, et nous avons été placées sous "contrôle strict " pendant plus d'un mois.


Plus tard, je suis allée voir un chef d'équipe et lui ai dit que je ne voulais plus que mon sang soit prélevé. Il a dit : "Vous aurez toutes une prise de sang. Nous prenons soin de vous." Chaque fois que mon sang a été pris, j'étais immobilisée par deux détenues. Au fil du temps, je me suis de plus en plus inquiété de ces prises de sang. À l’époque, l'atmosphère en prison était pleine de terreur, surtout la nuit quand les gardes battaient et torturaient des gens. Une nuit, nous étions 118, mais quand est arrivé le matin nous n’étions plus que 116 dans la cellule. Personne ne sait où les deux pratiquantes manquantes avaient été emmenées.


Je n'avais pas entendu parler de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong jusqu'à ce que je sois libérée en 2005. Quand je me suis souvenue des nombreuses fois où notre sang a été pris, mon cœur a tremblé, car il était tout à fait possible que nous ayons été testées pour nos organes. Je sais de première main que le PCC est capable de toute forme de mal.


L'hiver dernier, alors que je faisais des courses dans un magasin de vêtements, j'ai eu une conversation avec un homme d'âge moyen. Il m'a dit qu'il avait eu une greffe de rein et qu’il ne supportait pas le froid, donc il voulait acheter une veste en duvet épais. Une autre fois, quand je me promenais j'ai entendu deux hommes d’un certain âge parler de leur collègue décédé parce que sa greffe de rein n'avait pas réussi, bien qu’il eut payé beaucoup d'argent pour cela. J'ai aussi entendu dire que deux personnes qui vivent à proximité ont récemment eu des greffes de rein. C'est à se demander d’où provenaient les reins et combien de pratiquants de Falun Gong sont morts suite au prélèvement d'organes?


Version en anglais
Practitioners Recall Suspicious Blood Draws in Mudanjiang Prison and Daxing Women's Forced Labor Camp

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.