Ouyang Xun : Maître calligraphe de la dynastie Tang

Ouyang Xun, Maître calligraphe en "écriture régulière " de la dynastie Tang (Epoch Times)


Ouyang Xun (557 - 641) a été le plus important calligraphe de la dynastie Tang. Dès l’âge de 13 ans, il devint l’unique soutien de sa famille lorsque son père s'impliqua dans une révolte manquée. Il fût adopté par un ami de son père et n’ayant jamais eu une grande force physique, devint un lettré.


Il étudia la littérature et l’histoire et était connu pour sa passion pour la calligraphie. Bien que jouissant d’une réputation de brillant calligraphe, il ne cessa jamais de rechercher la perfection. On raconte qu’un jour il remarqua une calligraphie gravée sur une stèle de pierre enfouie sous les mauvaises herbes d’un chemin, qui le fascina tant qu’il passa trois jours consécutifs à étudier et copier la calligraphie.


Il fut considéré comme le meilleur calligraphe en écriture régulière de la dynastie Tang. Sa calligraphie se caractérisait par des traits simples mais robustes et abrupts, des lignes uniformes et carrées, des structures ouvertes et fortes.


A l’époque, les œuvres de Ouyang Xun étaient considérées comme de précieux trésors y compris par des gens de Corée qui envoyaient des messagers se procurer la calligraphie de Ouyang Xun. Son écriture fût apportée au Japon par le fondateur d’une branche du bouddhisme japonais.


L'en-tête chinois du Asahi Shimbu, le plus grand quotidien national japonais plus que centenaire, , a été réalisé à partir de calligraphies de Ouyang Xun.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.