Human Rights Watch appelle le régime chinois à reconnaitre et à fermer les prisons noires

Les prisons noires chinoises ont de nouvau attiré l'attention internationale cette semaine. Ces centres de détention officieux et illégaux se sont fait remarquer une fois de plus, après que quatre éminents avocats des droits de l’homme aient déclaré avoir été torturés par la police lors de leur détention dans la province du Heilongjiang. Ils avaient été arrêtés pour avoir tenté d’aider leurs clients, emprisonnés dans ces prisons noires.


Les avocats des droits de l’homme Jiang Tianyong (江天勇), Zhang Junjie (张俊杰), Wang Cheng (王成) et Tang Jitian (唐吉田) ont été arrêtés le 21 mars, à Jiansanjiang, province du Heilongjiang alors qu’ils cherchaient à obtenir la libération de pratiquants de Falun Gong détenus dans le centre de lavage de cerveau de Qinglongshan, une prison noire officiellement connue sous l'appellation " Centre d’éducation juridique du Bureau de réclamation des terres du Heilongjiang. "


Le 7 avril, Human Rights Watch a appelé le régime communiste chinois à reconnaitre et fermer les prisons noires et à enquêter sur les déclarations de mauvais traitements et de torture en détention des avocats. " Le gouvernement chinois devrait admettre l’existence des prisons noires, puis, rapidement les fermer " a déclaré Sophie Richardson, directrice de l’organisation en Chine.


M. Zhang Junjie s'est vu diagnostiquer trois côtes brisées dans la partie inférieure du dos suite aux sérieux passages à tabac en détention. Lorsqu’ils ont été libérés, le 6 avril, les trois autres avocats ont rendu publique la torture qu’ils ont subie. Selon le rapport de Human Right Watch, ils ont été suspendus les poignets liés avec une corde, les bras tordus dans le dos et leurs pieds touchant à peine le sol. La police a battu et donné des coups de pieds dans leurs poitrines, leurs têtes, leur dos et leurs jambes.


De gauche à droite: Les avocats Jiang Tianyong (江天勇), Zhang Junjie (张俊杰), Wang Cheng (王成) et Tang Jitian (唐吉田)


Représailles du régime chinois contre les pratiquants de Falun Gong

La violation des droits de l’homme par les services de maintien de l'ordre à Jiansanjiang se s'est pas arrêtée à l'arrestation et à la torture des avocats.


Sept pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés ainsi que les quatre avocats, le 21 mars, à l’auberge de l’Arbre Vert, où ils résidaient. Parmi eux, le 30 mars, Mme Wu Dongsheng (吴东升), Ding Huijun (丁惠君) et Meng Fanli (孟繁荔) ont été envoyées aux urgences de l’hôpital médical chinois de l’agglomération de Tongjiang.


Inquiets de la dénonciation internationale du cas des avocats des droits de l’homme, des fonctionnaires de Pékin et de la province du Heilongjiang se sont rendus dans la région pour orchestrer et superviser la persécution des victimes et procéder au contrôle des dommages liés à la publicité négative.


Le 3 avril, le Ministère de la sécurité publique du Heilongjiang et les autorités de Jiansanjiang ont faussement déclaré que les pratiquants de Falun Gong de la ville Jiamusi avaient causé tous les problèmes à Jiansanjiang, où les avocats essayaient de rencontrer les pratiquants emprisonnés dans le centre de lavage de cerveau de Qinglongshan. Puis ils ont ordonné une surveillance Internet et une mise sur écoute des téléphones pour arrêter davantage de pratiquants. Le personnel de la sécurité nationale chinoise est entré dans l’agglomération de Jianmusi pour mettre en œuvre surveillance et arrestations accrues.


Dans l’après-midi du 3 avril, la police est entrée par effraction dans l’appartement de la pratiquante de Falun Gong, Mme Liu Lijie, affirmant que Liu était impliquée dans l’affaire. La police a saccagé son appartement et confisqué ses matériaux de Falun Dafa, son ordinateur, des accessoires d’ordinateur et des espèces. Elle est actuellement détenue dans le Centre de détention de Jiamusi.

Les prisons noires à nouveau sous les projecteurs

Ce n’est pas la première fois que les prisons noires font l'objet de l'attention internationale. En 2009, Human Rights Watch a publié un rapport intitulé "Une ruelle en enfer, les prisons noires abusives de la Chine."


Ce rapport de 53 pages documente comment les fonctionnaires du gouvernement, les forces de sécurité et autres agents gouvernementaux enlèvent les gens de façon routinière dans les rues de Pékin et dans d'autres agglomérations chinoises, les dépouillent de leurs biens et les emprisonnent. Ces prisons noires sont souvent situées dans les hôtels publics, des maisons de soins infirmiers et des hôpitaux psychiatriques. Les pratiquants de Falun Gong sont particulièrement ciblés et maltraités dans les prisons noires.


Minghui.org a publié plusieurs résumés de rapports sur les centres de lavage de cerveau et les hôpitaux psychiatriques détaillant les mauvais traitements dans ces installations.



De 2010 à 2013, le quatrième étage de l’hôtel Hejia dans l’agglomération de Tonghua, province du Jilin, a été utilisé comme centre de lavage de cerveau. Les fenêtres du quatriéme étage ont des barreaux de fer. Il s’agit d’un exemple typique de prison noire.

À travers l’arrestation et la torture des avocats de la province de Heilongjiang, les professionnels du droit chinois et le grand public se sont vus rappeler les sombres secrets de ces prisons noires.


L’avocat des droits de l’homme, Li Jinxing (aussi connu sous son nom de plume de Wu Lei) a noté que cette affaire avait exposé les violations des droits de l’homme dans les prisons noires, mises en place sous le nom de " centres d’éducation juridique " à travers le pays. "Cela induit aussi à la réflexion et à la critique de la persécution à large échelle du groupe spirituel [Falun Gong] "a déclaré Li Jinxing.

En réponse à la récente arrestation et aux mauvais traitements subis par les avocats des droits de l’homme, un groupe d’avocats chinois a appelé à la fermeture des prisons noires et à en tenir légalement coupables les responsables.

Article apparenté en langue chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2014/4/9/刘丽杰被非法拘留-警察称 “参与建三江事件”(图)-289812.html

Version anglaise :
Human Rights Watch Calls Upon Chinese Regime to Acknowledge and Shut Down Black Jails

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.