L’absence de respect pour la vie humaine ouvre la voie au prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant

Bien que le fait que le régime chinois soit impliqué dans le prélèvement forcé d'organes soit connu depuis un certain temps déjà, de nombreux Chinois ne croient pas que le Parti se soit rendu responsable de prélèvement d' organes sur des pratiquants de Falun Gong, des dissidents politiques et des activistes religieux pour les vendre sur le marché international. Voici plusieurs récits de professionnels médicaux donnant une idée plus claire de comment la dégradation progressive de la conscience envers la vie humaine a ouvert la voie à ce crime massif contre l'humanité perpétré aujourd’hui même en Chine.


Récit n°1

"Je suis un professionnel de la santé dans un hôpital de renommée nationale. En 1986, mon chef de division m’a demandé de prélever un morceau de tissu humain pour l'utiliser en laboratoire.


"Je suis allé dans une pièce dans le Bâtiment n ° 1 et j'ai vu un jeune homme dans la vingtaine. À en juger par ses jambes, je pouvais dire qu'il était en très bonne santé. Quand je suis entré dans la pièce, sa poitrine et son ventre avaient été ouverts par un chirurgien, et son foie et ses reins avaient été enlevés. Un chirurgien était en train d’extraire ses cornées. Conformément aux instructions, j'ai demandé au chirurgien en chef un tissu œsophagien. Comme le chirurgien excisait le tissu, j'ai soudain remarqué des contractions de la jambe gauche et réalisé à mon plus grand étonnement que l'homme était encore en vie. J’ai mis soigneusement le tissu sur un morceau de gaze. Le tissu avait beaucoup de sang et était encore doux et chaud.


"Juste alors le chirurgien a levé les yeux et a demandé: " Quelqu'un d'autre a-il besoin d’un autre tissu? Ça doit être rapide. Nous allons le refermer ". Quelqu'un qui était à côté de moi m'a dit que la personne était un prisonnier condamné à mort. J'ai été choqué par la scène d’abattoir et j’ai pensé : " Un condamné est toujours un être humain. Comment les chirurgiens peuvent-ils avoir tant de sang-froid? " Le personnel des autres départements sont partis avec les tissus demandés, mais je suis resté un peu plus longtemps, parce que c'était la première fois que je voyais quelque chose de tel.

Le chirurgien a recousu le corps du prisonnier et il est parti avec l'assistant. Puis un policier est arrivé, il a récupéré un peu du sang à mains nues, et en éclaboussé le visage du prisonnier, pour que cela ressemble à une exécution. Un autre policier a photographié le visage ensanglanté et est allé téléphoner au crématorium de venir chercher le cadavre. Une fois les photos prises, la police a enveloppé le cadavre dans un morceau de plastique épais et l’a laissé dans un coin pour que quelqu’un du crématorium le récupère.


"Je n’ai pas vu de membres de la famille du prisonnier. J'ai appris plus tard que de nombreux hôpitaux essayaient de se faire des amis au tribunal afin de pouvoir avoir accès à des organes et des tissus frais pour les transplantations et les expériences. Le tribunal, à son tour, obtenait des récompenses conséquentes pour des transactions aussi rentables.

"Des transactions aussi inqualifiables avaient lieu il y a plus de 20 ans en Chine. Chaque fois que je me souviens de cet horrible événement, je suis profondément attristé. En tant que professionnel de la santé, ma mission est de soigner les blessés et de sauver les mourants. Il est honteux que le prélèvement forcé d'organes, un acte d'un aussi total mépris pour la vie humaine, ait été si largement et facilement accepté par bon nombre de mes collègues de la profession médicale. J'espère qu'ils pourront réfléchir profondément sur l’horrible réalité, qu’ils rompront tout lien avec le Parti communiste chinois (PCC), restaureront la dignité de la vie, et démontreront la véritable compassion d'un professionnel de la santé ".


Récit n°2

"Je travaille dans un prestigieux hôpital noté AAA dans ma ville. En raison de ma spécialité médicale, je n'ai participé personnellement à aucun prélèvement forcé d’organes. Cependant, je sais que cela a lieu dans mon hôpital depuis longtemps, parce que ceux qui y ont participé l’ont mentionné de temps en temps et par inadvertance. Au fil des ans, c’est devenu un secret de polichinelle.

"Je me souviens qu'un jour, vers la fin d'une intervention chirurgicale que j’ai effectué, mes assistants ont commencé à discuter avec le médecin anesthésiste. Le sujet en venant au prélèvement d'organes, l'anesthésiste a dit: 'J'aide souvent à faire ça. Ce n’est pas une grosse affaire' Puis il est entré dans les détails :

" D'abord les principaux médecins participant et les assistants de tous les services de l'hôpital impliqués préparent tout l'équipement nécessaire. Tout le monde est ensuite transporté dans des véhicules spéciaux jusqu’au site d'exécution.


" Nous devons attendre dans un endroit spécialement désigné tandis que la zone est verrouillée - personne n'est autorisé à entrer ou sortir. Les huissiers de justice amènent le prisonnier, à qui l'anesthésiste en attente injecte un anesthésique. Puisque tout est prêt, les médecins participant commencent leur part de la chirurgie rapidement et habilement. Certains extraient les cornées, certains les reins, d'autres les tissus de la peau. Puis, les huissiers de justice tirent sur le prisonnier comme pour une exécution.


" La première fois que j'ai entendu cette description, j'ai été horrifié et j’ai pensé :" Le prisonnier est comme un morceau de viande sur un billot, et les médecins comme des bouchers. Quelle horrible façon d’être exécuté pour un prisonnier !


"Je discutais avec plusieurs urologues un jour après 2006. Ils se plaignaient : " Il y a tellement de pression des médias étrangers à présent. Il y a également des règlements plus stricts dans le pays. Les sources de reins sont plus difficiles à trouver. Les hôpitaux doivent maintenant chercher les sources dans des zones rurales comme la ville de Guizhou. Les grandes villes sont de plus en plus sensibles à la question, tandis que les zones rurales sont une toute autre histoire...... "


"Plus tard, j'ai appris que le prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de Falun Gong avait été rapporté dans les médias internationaux. Ce n’est qu’alors que j’ai réalisé pourquoi ils disaient qu'il devenait plus difficile pour eux de trouver des sources d'organes.


"Quelle fin ignominieuse pour une vie humaine ! Il est difficile de dire si c'est le chirurgien ou l’exécuteur qui met fin à la vie du prisonnier.


" Dans la culture chinoise, la pire fin possible pour quelqu'un est de mourir sans son corps intact. Le régime du PCC pervers oblige les médecins, qui sont censés guérir les maladies et sauver la vie des gens, à commettre des crimes contre l’humanité aussi scandaleux. Ces médecins ont complètement perdu leur humanité dans le processus.


" Aujourd'hui, je rapporte ce que j'ai vu dans l'espoir que mes collègues puissent voir à travers la propagande mensongère du Parti, choisir le côté de la justice et de la conscience, et renoncer au Parti communiste chinois, qui a détruit la nation de la Chine et ses citoyens "

Récit n° 3

"Je suis un professionnel de la santé dans un grand hôpital nationalement reconnu pour les greffes de rein. Mon professeur était l'un des plus célèbres médecins pionniers dans le domaine. Il a fait beaucoup de recherche clinique dans la transplantation rénale depuis les années 1970, et ses techniques de recherche ont été promues à travers le pays par le gouvernement. La plupart de son expérience et de son expertise a été acquise en extrayant les reins de condamnés à mort.


" Quand les médias étrangers ont commencé à rapporter et dénoncer le prélèvement forcé d'organes à grande échelle sur des pratiquants de Falun Gong par le régime chinois, des initiés m'ont dit que ce médecin était contre le Falun Gong. Quelqu'un a plaisanté avec lui: 'Vous avez effectué de si nombreuses greffes. Ne craignez-vous pas la rétribution? ' Il a répondu : ' je ne crains aucun châtiment! ' Peu de temps après, on lui a diagnostiqué un cancer. Après l’opération, son colon a fait une hémorragie et il s'est retrouvé avec une grave infection. Après deux opérations de suite qui ont échoué, il est décédé d'une mort très douloureuse. Sa fille s’est également vu diagnostiquer un cancer un peu plus tard.

"Beaucoup de collègues de l'hôpital ont dit qu'il avait enfin 'payé ses dettes'.


Commentaire

Une fois, en discutant avec un ami à propos du prélèvement d'organes approuvé par le gouvernement, il a dit : " Le prélèvement d'organes sur des prisonniers n’est que naturel. Ces prisonniers sont condamnés par le gouvernement. Quel problème y-a-t-il à utiliser leurs organes au profit des autres? " J'ai trouvé que son attitude était tout à fait semblable à d'autres avec qui j'avais discuté du sujet. Le PCC a lancé tant de mouvements ces dernières décennies que les normes des gens s’agissant du bien et du mal sont confuses. Parce que le PCC prétend qu'il représente le peuple, son intérêt devient naturellement l'intérêt du peuple. Ensuite, si le PCC veut prendre les organes de quelqu'un, est-ce qu’il le fait au nom du peuple?



Il y a deux décennies, les médecins et les patients ont commencé à accepter le prélèvement d'organes sur des prisonniers. Aujourd'hui médecins et patients ont accepté le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong et des militants politiques. Qu'est-ce que les gens seront prêts à accepter dans deux décennies ?


Eduqués par le PCC, les gens d'aujourd'hui ont été imprégnés de concepts déformés et d’un manque de respect pour la vie humaine. Les normes morales élémentaires ont été abaissées encore et encore. L'attitude des gens envers le prélèvement d'organes a changé de la tolérance à l'acceptation puis au soutien. Une telle attitude aurait été inimaginable dans l'ancienne culture chinoise, sans parler d'autres cultures dans le monde d'aujourd'hui.


C'est précisément en raison de la tolérance et de l'acceptation des gens que le prélèvement d'organes se perpétue en Chine depuis des décennies. La source officielle des organes est passée des condamnés à mort aux pratiquants de Falun Gong, aux dissidents politiques et aux militants des droits de l'homme. Et les sources du marché noir des organes vont de l’enlèvement à l’assassinat, mettant chaque famille en danger potentiel. C'est aussi précisément en raison de la ligne inférieure floue des normes morales que beaucoup ne croient pas que le PCC ait pratiqué le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong.


Pour chacun d'entre nous, la vie est précieuse et devrait être respectée. La mission d'un médecin est de guérir les malades et de sauver les mourants. Comment les médecins ont-ils été réduits à tuer à la demande pour le PCC ? Pourquoi les hôpitaux ont-ils été transformés en terrains d'exécution ?


Consultez les rapports sur le prélèvement d'organes à l'hôpital de Sujiatun dans la ville de Shenyang, province du Liaoning. Le prélèvement d'organes est un mal sans précédent, une tâche sur l'histoire humaine, et une honte pour la profession médicale. Combien de temps pourra-t-il encore échapper à la colère du ciel ?


De plus en plus de gens ayant le sens de la justice se lèvent et s'opposent à cette pratique. "Désintégrer le PCC "n'est pas seulement un slogan politique, mais une réalité sur le point de se réaliser.


J'espère que de plus en plus de médecins écouteront leur conscience et se lèveront pour exposer les mauvaises actions du PCC. J'espère que les médecins retrouveront leur respect pour la vie et leur compassion en tant que professionnels médicaux.


Version anglaise :
Lack of Respect for Human Life Sets the Stage for Forced Organ Harvesting from Living Falun Gong Practitioners

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.