Katrina Swett se félicite de la pétition contre le prélèvement d’organes adressée à la Maison Blanche

Le prélèvement forcé d’organes en Chine, certains l’ont qualifié de crime contre l’humanité d’autres n’en ont jamais entendu parler. Mais ce mois-ci, un trio de médecins veut qu’au moins 25 000 américains aident à amener le gouvernement des États-Unis à prendre position.


Et voici qu’à présent, une des principales personnalités dans la défense de la liberté religieuse apporte son soutien.


[Katrina Swett, Présidente, Commission des États-Unis sur la liberté religieuse] :
"C’est une honte sur la conscience de n’importe quelle nation. Toute nation qui laisse cela se produire, prélever des organes, cela choque la conscience. Cela choque littéralement la conscience."


Le 2 décembre, trois médecins américains, parmi lesquels le célèbre spécialiste de la bioéthique, Arthur Caplan, ont lancé cette pétition. Elle a été soumise sous l’initiative " Nous les citoyens »" du Président Obama qui aide les américains à exercer leur droit à pétitionner.


La campagne attire l’attention sur les allégations que le régime chinois tue des prisonniers de conscience, en particulier des pratiquants du Falun Gong, pour leurs organes. La question avait été soulevée, pour la première fois en 2006, mais elle a été largement éludée par les médias internationaux.


Katrina Swett, fille du défunt congressiste Tom Lantos, un ardent défenseur des droits de l’homme, dit que la pétition est " incroyablement importante. "


[Katrina Swett, Présidente, Commission des États-Unis sur la liberté religieuse] :
" C'est incroyablement important parce que c’est le genre d’histoire, qui, une fois qu’elle atteint une masse critique parmi le public, une fois que les gens en prennent vraiment conscience, c’est tellement terrifiant, c’est si méprisable, c’est si … atterre les gens. Mais ça n’est pas encore vraiment connu. Donc, cette pétition est une excellente idée. »


Il y a eu des rapports, non confirmés, selon lesquels le fonctionnaire chinois, Wang Lijun, avait remis des informations à propos du prélèvement forcé d’organes aux autorités américaines lorsqu’il s’est refugié à leur consulat de Chengdu, en février.


En octobre, 106 membres du Congrès américain ont écrit une lettre « Cher collègue » à la Secrétaire d’État, Hilary Clinton, pressant le Département d’État de rendre publique toute information qu’il pourrait avoir sur la question.


Cette dernière campagne de pétition appelle le gouvernement américain à examiner les allégations et à condamner les abus de greffes d’organes. Si la pétition reçoit 25 000 signatures avant le 1er janvier 2013, la Maison Blanche devra donner une réponse officielle.

http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2012-12-12/179960307151.html


Nouvelles NTD, Washington D.C.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.