Couverture des médias

  • The Weekly Standard : La sordide moisson d’organes de la Chine (3)

    "Prenons Jing Tian, une réfugiée d’une quarantaine d’années, à présent à Bangkok. En mars 2002, le Centre de détention de Shenyang a conduit un examen physique approfondi de tous les pratiquants. Jing a observé attentivement la procédure et n’a rien vu d’inhabituel. Alors, en septembre, les autorités ont commencé des tests sanguins coûteux (cela coûterait environ 300$ par sujet en occident). Jing a observé qu’ils tiraient suffisamment de sang pour remplir huit tubes test par pratiquant, suffisamment pour des diagnostiques avancés ou une compatibilité tissulaire. Jia Xiarong, une prisonnière d’âge moyen issue d’une famille de fonctionnaires bien connectés, a dit directement à Jing : " Ils font cela parce que des fonctionnaires âgés ont besoin d’un organe. " ...
  • The Weekly Standard : La sordide moisson d’organes de la Chine (2)

    "C’est pratique que la mort cérébrale ne soit pas légalement reconnue en Chine ; ce n’est que lorsque le cœur cesse de battre que le patient est effectivement considéré comme mort. Cela signifie que les médecins peuvent tirer dans la tête d’un prisonnier, comme c’était le cas, chirurgicalement, puis prélever les organes avant que le cœur ne cesse de battre. Où ils peuvent administrer l’anesthésie, prélever les organes, et lorsque l’opération est presque achevée, introduire une drogue arrêtant le cœur – la dernière méthode. D’une manière ou d’une autre, le prisonnier a été exécuté, et récolter l’organe est un jeu d’enfant....
  • CNN rattrapé par "la justesse génocidaire"

    ... Je n’ai aucun plaisir à dire " Je vous l’avais dit." L’homme clé qui occasionne aujourd’hui la disgrâce de CNN ( et du reste des 'MSM' (Main stream media) américains) est un individu du nom de Lu Guoping. Et, deux autres noms essentiels dans l’histoire sont David Kilgour et David Matas. L’évènement est à la disgrâce des médias, parce qu’il prouve un thème central dans mon livre : Un génocide s’est produit en Chine, et les MSM de l’Amérique l’ont balayé sous le tapis. Quelque part, je pensais que mon livre pourrait être rejeté à sa publication, comme étant juste une proposition issue de la témérité de John Kusumi. Cependant, il apparaît aujourd’hui que mon acte d’accusation retentissant servira aussi de témoignage pour l'histoire (malheureusement vraie)
  • Epoch Times : L’aveu de prélèvements d'organes est ‘’incontestable’’ déclarent les enquêteurs

    Une nouvelle preuve de l'existence de prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong par le régime chinois, s’est fait jour suite à l’aveu d’un médecin chinois. Un enregistrement audio du médecin admettant avoir participé à prélever les organes de pratiquants de Falun Gong, associé à un documentaire sanctionné par l’Etat, dans lequel ce même médecin, reconnaît prendre part à la conversation, constitue une pièce à conviction indéniable de prélèvements sur des prisonniers du Falun Gong pour le profit,’’ ont déclaré David Matas, avocat des droits de l’homme et David Kilgour, ancien secrétaire d’état (Asie-Pacifique) canadien, dans une lettre dévoilée hier.
  • La Grande Epoque : Les prélèvements d'organes confirmés par un ancien prisonnier

    "J'ai été emprisonné pendant deux ans et détenu dans 17 cellules différentes. Dans chaque cellule, et souvent plus d'une fois, un détenu racontait que des pratiquants avaient été tués pour leurs organes. Même si je n'ai pas été témoin oculaire de ces crimes, j'ai vu la violence avec laquelle on battait les pratiquants du Falun Gong. Les gardiens pouvaient les ligoter à une planche avec les membres étirés, en les maintenant attachés pendant de longues heures. On ne leur permettait pas d'aller aux toilettes. J'ai aussi été témoin de gardiens maintenant ouverte la bouche de pratiquants avec des tiges de bambous effilées pour les gaver. Je n'ai pas la moindre idée s'ils ont maintenant changé leur façon de faire."
  • Canada : Un reportage spécial dans le "Medical Post": Un médecin compare le prélèvement d’organes à vif à l’holocauste (Photo)

    Le magazine le plus influent dans l’industrie médicale au Canada, le “Medical Post” a publié dans ses gros titres du 11 mars 2008, un reportage spécial à propos du prélèvement d’organes à vif 2008. Le Dr Gerry Koffman compare le prélèvement d’organes pratiqué par le PCC sur des prisonniers vivants, dont des pratiquants de Falun Gong, à l’Holocauste. Il a pressé le gouvernement canadien de prendre des mesures pour faire cesser ces atrocités
  • Epoch Times : La croisade d’un membre du parlement pour réprimer un terrifiant commerce

    Le député de l’Ontario Borys Wresnewskyj a présenté un élément de législation subversif visant à dissuader les Canadiens de subir des greffes impliquant des organes achetés ou volés. Dans sa première lecture, le projet de loi C-500 rendra illégal pour les Canadiens de bénéficier d’une greffe d’organes à l’étranger si l’organe a été acheté ou pris sur une victime non-consentante. ‘’Il s’agit de la première partie d’une législation visant en particulier l’horreur des collectes illégales et du trafic d’organes et de parties corporelles’’, a déclaré Wresnewskyj dans un entretien avec le média partenaire d' Epoch Times, NTDTV.
  • Jewish Telegraphic Agency: Un rabin israélien condamne les atrocités chinoises

    Arutz-7 a rapporté que David Druckman, rabin de la ville de Kiyat Motzkin, près de Haifa, a appelé à protester contre la détention alléguée de milliers de prisonniers politiques sans procès, les passages à tabac des gens qui protestent lors d'expropriations et le recours au travail d'esclave, dans une vidéo récemment publiée. Druckman a été extrêmement critique de la persécution du Falun Gong - un [groupe] bouddhiste interdit en Chine - par le gouvernement chinois, ... Druckman a appelé les Israéliens à protester contre les violations des droits de l'homme de la Chine par un rassemblement d'opposition lorsque la torche Olympique traversera Israël, à la fin du mois... En novembre, plus de 220 Israéliens, y compris des universitaires, huit membre de la Knesset et plus de 40 rabbins ont signé une pétition appelant à la fin des atrocités chinoises, selon l'article de Arutz-7.
  • Israel National News rapporte la prise de position d'un important rabin contre les crimes de prélèvement d'organes perpétrés par le Parti communiste chinois

    "'L'atrocité est telle,' dit le rabin Druckman sur une vidéo récemment diffusée, qu'il n'y a tout simplement pas de mots pour l'exprimer. D'un certain point de vue c'est encore pire que ce que les nazis ont fait ... prélever les organes de gens sous couvert de l'aide médicale à d'autres gens est simplement stupéfiant et choquant considéré de n'importe quel point de vue humain .'" 'Il nous revient tout spécialement à nous, les Juifs, de prendre la tête de la campagne qui exprime un total dégout de ce phénomène, " a dit Rabbi Druckman
  • Les medias de Taiwan : Le PCC cherche des patients pour des transplantations d’organes et détruit les preuves des atrocités

    Le 24 Octobre, le Liberty Times a rapporté qu’il est maintenant très courant que des Taiwanais se rendent en Chine continentale pour des transplantations d’organes et que beaucoup de ces histoires ont eu des fins tragiques. Des médecins Chinois viennent même à Taiwan pour évaluer des patients pour des greffes potentielles en Chine. En mars dernier, Zhu Zhijun, le directeur du Centre de transplantations d’organes (aussi connu sous le nom d’Hôpital central N°1 de Tianjin) est allé à Taiwan pour évaluer les dossiers médicaux de patients qui comptent se rendre en Chine pour des greffes de foie.
  • Un journal hollandais rend compte de la collecte d'organes en Chine

    Le 4 octobre, David Matas, un avocat des droits de l'homme canadien et co-auteur du rapport "Prélèvements meurtriers," une enquête sur les allégations de collecte d'organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants par le Parti communiste chinois, a tenu une conférence de presse à Amsterdam. Le 5 octobre, le journal hollandais Metro a publié un article sous le titre "Besoin d'un nouveau poumon ? Allez en Chine."
  • Un magazine serbe couvre la collecte d'organes pratiquée sur des pratiquants de Falun Gong en Chine

    Début juillet, l'hebdomadaire serbe Revija 92 a publié un reportage détaillé de deux pages à propos de la persécution du Falun Gong en Chine sous le titre "Choquant : le commerce d'organes de prisonniers politiques". L'article révélait le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine. Le magazine Revija 92 est connu pour couvrir des sujet sensibles. le début de cet article parle des différentes commissions de l'Organisation des Nations Unies, qui se préoccupent du traffic d'organes et de personnes depuis des mois et examinent de prés différents types d'information.
  • 'Prélèvements meurtriers', Le rapport Kilgour/Matas bientôt édité sous forme de livre

    Le 31 janvier 2007, David Kilgour et David Matas ont publié un rapport enrichi de nouveaux témoignages et plus documenté intitulé Prélèvements meurtriers. Dans ce rapport, les auteurs concluent qu’en six ans, plus de 40.000 pratiquants du Falun Gong ont été tués pour approvisionner le commerce d’organes. S’adressant à la presse à Vienne, M. Kilgour a dit que le meilleur moment pour la parution du livre serait juste avant les Jeux Olympiques de Pékin de 2008.
  • Bulletins d'actualités du Falun Gong -- Le 8 juin 2007

    La communauté juive apporte son soutien contre l'assassinat [de pratiquants] du Falun Gong pour leurs organes Israel cesse d'envoyer des patients en Chine pour des transplantationsUn rabin charismatique interdit aux juifs d'avoir des greffes en Chine Un auteur juif appelle à boycotter les OlympiquesWashington post : Les jeux de la Chine Une femme de 50 ans meurt après qu'elle soit devenue paralysée suite à la torture
  • The Epoch Times : Un chirurgien prélevant des organes est identifié – Un Chinois de Shenyang identifie un médecin commerçant d’organes, à l’hopital de Sujiatun

    Le 22 mai, un Chinois de Corée qui s’est identifié sous le nom de Jin de Sujiatun à Shenyang, Province du Liaoning, en Chine, a révélé le noir secret de son ami chinois Yu, chirurgien travaillant exclusivement au prélèvement d’organes internes sur des adhérents du Falun Gong encore en vie, à l’Hôpital de Thrombose Intégré de Médecine chinoise et Occidentale de Sujiatun. En faisant une demande de visa au Bureau de l’Administration des Entrées et Sorties, Jin a remarqué une pièce à conviction révélant la preuve d’un commerce d’organes en Chine sur des adhérents de Falun Gong emprisonnés. Jin a immédiatement reconnu un chirurgien, nommé Yu. Le journaliste de The Epoch Times a téléphoné au Dr Yu et a eu un court entretien.