Révéler la persécution

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Des pratiquants brutalement battus et tués par la police dans la ville de Deyang, province de Sichuan

     Un des pratiquants emmenés par la police de la ville de Yangjia à un lavage de cerveau est mort. La police a menti aux médias, disant que la mort était due à une insuffisance cardiaque, mais le personnel du service de la sécurité publique a dit qu'il avait été battu à mort.
  • La police contrôle les lignes téléphoniques tout en demandant au Bureau des télécommunications d’en facturer le coût

     "En recevant sa note de téléphone, ma sœur a vu qu’il y avait 6 Yuan de plus de facturés. Elle est allée voir le représentant des télécommunications : « que sont ces 6 Yuan ? Pourquoi n'apparaissaient ils pas jusque là ? » Celui-ci a dit après réflexion : « Demandez au chef. » Ma sœur est allée au bureau du chef qui a répondu, « Nous n’avons pas le choix, c’est le tarif qu’ils nous demandent de facturer pour faire contrôler votre ligne téléphonique par la police."
  • La police chinoise laisse mourir une femme de 63 ans dans la rue

     Alors qu'elle se traînait, le visage sur le trottoir, la police a répandu des prospectus de Falun Gong tout autour d'elle, puis a photographié et enregistré la scène pour preuve. Ensuite ils sont partis. "Elle est morte d'une maladie" a rapporté la police, "alors qu'elle distribuait des prospectus au sujet de Falun Gong."
  • Un fil peu commun (Photos)

    La dernière fois que Xiaodan Wang a vu son sweat rouge, il était porté par son père qu'on condamnait à 16 ans de prison. La couleur éclatante pointait sous une veste de police. Ses cheveux autrefois noirs étaient gris et emmêlés, il paraissait fatigué et meurtri, et ses pantalons d’été ne le protégeaient pas du froid de décembre – mais il était évident que son esprit était intact. Le sweater rouge ressortait tel un message secret entre parent et enfant : "Ne t’inquiète pas, petite, ils ne m’ont pas brisé."
  • Des policiers torturent une pratiquante de Dafa : ses cris à fendre le coeur résonnent dans tout le poste de police du district de Yinzhou.

     Les policiers l’ont rouée de coups et l’ont insultée. Ils lui ont donné des chocs électriques jusqu’à ce que tout son corps soit bleu et noir. Ils l’ont aussi frappé à coups de pieds avec leurs lourdes bottes de cuir et ses chevilles saignaient à cause des chaînes. En dépit de cela, elle a continué à refuser de donner son nom et de répondre à leurs questions.
  • Résister avec détermination au lavage de cerveau dans la ville de Shenzhen

     Cette dernière année, une douzaine de pratiquants mâles de Falun Dafa ont démontré leur croyance inébranlable. Ils ont continuellement maintenu un esprit droit puissant pour résister à la persécution et au lavage de cerveau forcé. Ils disaient toujours la vérité. Dans la brigade des hommes, presque tous les détenus faisaient le signe du pouce levé lorsque le Falun Gong était mentionné. Ils disaient, « les pratiquants de Falun Gong sont vraiment remarquables, pas comme ce que raconte la propagande TV.
  • Comment CCTV a utilisé le décès d’une malade mentale pour calomnier Falun Dafa.

    Nous présentons aujourd'hui au public la vérité sur la mort de Du, pour aider les personnes de cœur à comprendre comment le régime de Jiang utilise les menaces, les fausses promesses et d’autres moyens trompeurs pour attaquer la réputation du Falun Dafa.
  • Copenhague - Veille aux bougies sur la place de l’Hôtel de ville

       
  • Les enfants des pratiquants de Falun Gong souffrent aussi de la persécution

     Hier un pratiquant a dit que plusieurs pratiquants de Falun Gong de la même région avaient emmené leur enfant au parc pendant les vacances. Un enfant pinçant sa joue avec son petit doigt a demandé « Est-ce bien moi ? » il ne pouvait pas croire que cela soit vrai, j’ai été très ému en entendant cela. Combien d’enfants de pratiquants de Falun Gong n’ont pas la chance d’aller au parc parce que leurs parents ont été arrêtés ? Combien de pratiquants souffrent encore des épreuves résultant de la persécution de leurs familles ?
  • La police de la ville de Xiangcheng enlève, torture et extorque l’argent des pratiquants de Dafa

     En juin 2001, les policiers et le maire, Meng Weizhong, ont enlevé les pratiquants en utilisant des armes à feu. Ils ont mis à sac leurs maisons et extorqué leur argent. Certains pratiquants ont dû abandonner leur maison et leur famille. Les fonctionnaires ont emmené les pratiquants qu'ils avaient réussi à enlever dans un centre de détention aménagé dans un hôtel et les ont torturé tour à tour. Leur objectif était d’obtenir des informations. On ne leur a pas permis de manger ou dormir pendant trois jours. Ce qui suit est une partie des tortures horribles dont les pratiquants ont souffert.
  • La police du camp de travaux forcés de Hewan torture les pratiquants en les gavant brutalement

     alors que la police gavait un pratiquant qui était attaché sur un lit, le policier Gao Ruoan le torturait encore plus en lui égratignant violemment les aisselles, l’estomac et les jambes. Lorsqu’il a été fatigué, il a demandé à 4 ou 5 détenus de continuer d’égratigner ce pratiquant. S’ils refusaient, Gao les battait violemment avec des bâtons de bambou.
  • EFIC : A l’intérieur d’un camp de travaux forcés chinois

    Un témoignage oculaire sur la façon dont les pratiquants de Falun Gong ont été torturés avec des matraques électriques, poignardés et sodomisés : « Ayant été torturé jusqu’à deux doigts de la mort, je suis maintenant sans domicile et je dois constamment bouger d’un endroit à l’autre pour éviter la détention, les travaux forcés et la torture. Je pourrais vous dire mon nom, mon travail et d’autres détails, mais ceci ne ferait que mettre en danger ceux qui m’ont connu. Laissez-moi seulement vous dire que je suis de Changchun, que je suis un pratiquant de Falun Gong, et qu’au début de l’année 2001, j’ai été illégalement condamné à une peine de trois ans au camp de travaux forcés de Yinmahe, ville de Jiutai, province de Jilin.
  • L' hôpital Ankang de la ville de Shenyang persécute avec brutalité les pratiquants de Falun Dafa

     Le directeur du centre est très cruel et il ordonne les employés de nourrir de force les pratiquants de Dafa qui font des grèves de la faim et il entrave aussi la communication avec le monde extérieur.
  • L’équipe de manoeuvre n°8 enlève de force et torture les pratiquants de Dafa

     je me rendais à l’école de mon fils avec des livres de classe, des vêtements et de la nourriture que j’avais préparés pour lui. Soudain deux personnes ont surgi le long de la route et m’ont arrêtée. Ils ont demandé, « Comment t’appelles tu ? As-tu une pièce d’identité ? » Je leur ai dit que ma pièce d’identité se trouvait au poste de police local. Ils ont dit , « Alors suis nous. » Ils m’ont traînée de force et fait monter dans leur véhicule sans présenter aucun papier ni me dire qui ils étaient. Ils m’ont amenée au Bureau de la Sécurité Publique de Datong. Sans aucune interrogation, ils m’ont enfermée dans le centre de détention de Datong.
  • Traitements sadiques, criminels et contraires à l’éthique par le personnel médical de l’Hôpital de la Police Armée de la ville de Shenzhen.

    L’Hôpital de la Police Armée de la ville de Shenzhen est l’institution médicale désignée par le « Bureau 610 » de Shenzhen pour les « classes de lavage de cerveau ». Pendant plus d’une année, des dizaines de pratiquants de Dafa qui ont fait des grèves de la faim pour protester contre la persécution ont été kidnappés et amenés dans cet endroit et y ont reçu injections et gavages forcés.