Révéler la persécution

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Travail forcé

  • Détails sur la manière dont la pratiquante de Dafa Mme Chen Yuqing, originaire du Comté de Weiyuan, dans la Province du Sichuan, a été enfermée dans un hôpital psychiatrique et torturée

    En février, le Poste de Police de Chengdong du Conté de Weiyuan m’a forcée à assister à une séance de lavage de cerveau qui a duré deux mois. Durant la séance, mi-mars, mes employeurs du Département de l’Industrie et du Commerce du Conté de Weiyuan ont vu que le lavage de cerveau n’avait aucun effet sur moi, ils m’ont donc envoyée à l’Hôpital Psychiatrique de Zigong... Ils m’ont attaché les deux mains et le torse; ensuite ils m’ont fait une perfusion intraveineuse. Après la transfusion, ils m’ont laissée attachée, même quand j’avais besoin d’aller aux toilettes. Je devais faire mes besoins sur le lit, dans une bassine que me donnait un patient malade mental. J’étais ainsi attachée pendant 16 heures par jour. En même temps, ils me forçaient à prendre des poignées de médicaments trois fois par jour. J’avais de violentes réactions aux médicaments et aux perfusions; j’avais la nausée et une envie de vomir. La plupart du temps j’avais des vertiges. J’avais perdu la force dans mes mains et dans mes pieds et ne pouvais plus marcher, je perdais aussi la mémoire. Progressivement j’ai oublié les Hong Yin (un recueil de poèmes de Maître), que j’avais mémorisés et savais réciter par cœur.
  • Enquête sur la persécution des pratiquants dans la région de Yueyang, province du Hunan (1ère partie)

    Au cours des quatre années depuis juillet 1999, au moins quatre pratiquantes de Falun Dafa ont été torturées à mort dans la région de Yueyang, province du Hunan, elles ont été torturées à mort simplement parce qu’elles croyaient en « Vérité, Bienveillance et Tolérance ».
  • Crimes brutaux commis par une chef d’équipe, l’officier Zhang Xiaofang, dans le camp de travaux forcés Nanmusi de la province de Sichuan

    Les pratiquantes doivent se lever à 5h du matin. et se coucher entre 2 et 3 heures du matin. Elles doivent se tenir debout, s’asseoir ou s’accroupir face à un mur toute la journée. Leurs nez et orteils doivent toucher le mur, leurs yeux doivent rester ouverts et leurs genoux ne doivent pas fléchir. Aucun mouvement n’est toléré. Tenir cette position pendant des heures est une forme sévère de torture. Lorsque les pratiquantes ne peuvent pas maintenir la position telle que demandée, elles sont battues et reçoivent des coups de pieds par les gardes. Les pratiquantes qui doivent endurer cette forme de torture en ressortent avec des dommages physiques aux jambes et genoux qui les laissent enflés et les rendent incapables de se tenir droit.
  • Les résidents du village de Nanguan, Ville de Sanhe, dans la province de Hebei, témoignent de la persécution de Xin Baodong et de sa famille

    La persécution illégale de Xin Baodong s'est étendue aux membres de sa famille, parenté, voisins et autres personnes. Une soeur aînée et une dame âgée de plus de 70 ans qui l'avaient aidé auparavant ont été arrêtées et emmenées au Bureau de la Sécurité Publique. la police est allée à leurs demeures et a illégalement interrogé les membres de leurs familles.
  • Des « camisoles de forces » utilisées comme instrument de torture dans les camps de travaux forcés chinois

    Des camisoles de force ont été utilisées comme moyen de torture au camp de travail pour femmes de Shibalihe dans le Henan, en Chine, pour obliger les pratiquantes de Falun Gong déterminées à renoncer à leur foi. Les bras sont enroulés devant le corps et attachés derrière. Les jambes sont liées ensemble et alors ils suspendent les mains attachées à des barres de métal. Les deux bras de la victime sont immédiatement blessés. Les tendons et les os des épaules, les coudes et les poignets sont déchirés et fracturés. Quand la torture se prolonge, le cordon médullaire est rompu entraînant une mort extrêmement douloureuse.
  • La police du district Boyuquan, ville de Yingkou, extorque d’énormes sommes d’argent aux pratiquants de Dafa

    Depuis juillet 1999, le chef de police dans la brigade de sécurité nationale du district Boyuquan, Wang Hongkui et son ensemble de policiers Zhang Lu, Li Yuanqing, Hua Ning, Han Guomin, Wang Hongsheng, Ren, Chai, et Shi ont sévèrement maltraité et persécuté les pratiquants de Dafa. Ils ont arrêté plus d’une centaine de pratiquants et envoyé une douzaine dans des camps de travail forcé. Leurs tactiques criminelles les plus récentes sont de kidnapper pour de l’argent. Ils ont extorqué de centaines de milliers de Yuan RMB des pratiquants dans le district.
  • Les officiers de police de la ville de Lanzhou torturent cruellement les pratiquants M. Li Wenming, M. Su Anzhou et Mme. Wang Ailan

    La police a appliqué des menottes aux poignets de Li Wenming, faites d'anneaux de fer qui pouvaient être serrés en tournant les vis. Serrés, les anneaux de fer pressaient sur les poignets pour sévèrement déformer les os de la main. Des livres pouvaient être insérés sous les aisselles, forçant les bras à rester en l’air. Après une longue période de cette torture de bras pliés et d'os déformés, la douleur fait préférer à quiconque la mort plutôt que la vie. Ce type de torture laisse très peu de trace : seules de légères marques des menottes et l’apparence d’enflure, même si l’effet sur l’os cause une douleur quasi insupportable, qui dure aussi longtemps qu’un mois, avec plusieurs mois d’insensibilité des mains.
  • Les détails de la persécution menée au centre de lavage de cerveau de Hongweixing, ville de Daqing, province de Heilongjiang

    Les organisations: Le gouvernement de la ville de Daqing, Daqing Oil Ltd et le bureau administratif de la compagnie pétrolière de Daqing , ont conjointement établi "l’école légale d'éducation," qui est en fait employée pour soumettre les pratiquants de Falun Dafa à des lavages de cerveau. L’argent investi : Plus de 2 millions de Yuan (300 000 Euros), payés par le bureau administratif de la compagnie pétrolière de Daqing la compagnie elle-même. Une grande quantité d'équipement tels que des véhicules et des équipements de surveillance ont été achetés.
  • Les tentatives du Consulat chinois d’interrompre un programme du Falun Gong suédois ont été rapportées à la police

    Hans Hirschi, le chef de la station TV locale, était extrêmement ennuyé par les pressions exercées par le consulat cinois. Il a commenté, « Nous n’avons qu’à revenir en 1941 pour trouver un cas semblable. Cela me fait penser à la IIe guerre mondiale, lorsque l’Allemagne à l’époque essayait de contrôler les médias suédois. »
  • Des élèves d’école élémentaire dans le comté de Nanjiang, province du Sichuan, sont forcés de regarder un film diffamant le Falun Dafa

    Du personnel sans scrupule à Changchi, comté de Nanjiang dans la province du Sichuan, a forcé les élèves de l'école élémentaires de Changchi à regarder un film diffamant Dafa. Pendant la durée du film, plusieurs personnes gardaient les sorties. Ils ont demandé aux élèves de rester à leur place, même s’ils ne voulaient pas regarder. Les personnes mauvaises ont tiré les oreilles d’un élève et l’ont giflé quand il sortait de l’amphithéâtre. L’élève a été tellement effrayé qu’il a pleuré. Pire encore, quand ils sont retournés à l’école, les élèves ont été forcés à écrire leurs impressions après avoir vu ce film.
  • Article de l’“Epoch Times”: la “Camisole de force” utilisée dans les camps de travaux forcés chinois

    Les officiers abusifs mettent la camisole aux pratiquants inébranlables du Falun Gong ; ils attachent les deux mains dans le dos en formant une croix, tirant les mains attachées vers l’avant au-dessus des épaules. Les jambes sont attachées ensemble, et alors ils accrochent les mains attachées aux barres de fer. Les deux bras de la victime sont immédiatement blessés. Les tendons et les os des épaules, les coudes, et les poignets sont tordus et fracturés. Quand la torture est prolongée, la moelle épinière est rompue et le résultat est la mort dans une extrême souffrance.
  • La menace d'un fonctionnaire : "Le parti a beaucoup de moyens à sa disposition - Nous pouvons dire que vous êtes devenue folle par la pratique."

    Le fonctionnaire a dit "Laissez-moi vous dire, si vous n'écrivez pas la lettre de garantie (de renoncer au Falun Gong ) le Parti a beaucoup de moyens à sa disposition! L'accident que vous avez eu l'hiver passé où votre motocyclette a heurté une autre personne, peut passer à la TV, et nous pourrions dire que vous êtes devenue folle par la pratique de Falun Gong et que vous conduisiez la motocyclette pour heurter intentionnellement les gens."
  • La succursale du bureau Wanbailin du département de police de la ville de Taiyuan, dans la province de Shanxi, persécute les pratiquants de Dafa

    Ces quatre dernières années, la succursale du bureau Wanbailin et les 16 stations de police dans sa juridiction ont appliqué la règle « diffamer, ruiner, détruire.» Ils ont pillé les demeures des pratiquants, suivi, enlevé, détenu, soumis à des lavages de cerveau, torturé, envoyé les pratiquants dans des camps de travaux forcés et les ont condamnés à la prison.
  • Le cas de « bloquer le trafic » dans la ville de Panzhihua, province de Sichuan

    Cette nuit là, la station de télévision du comté de Miyi a diffusé un rapport de « nouvelles spéciales » avec un ensemble de clips vidéo et ont dit que les pratiquants avaient « bloqué le trafic. » Parmi les pratiquants arrêtés, certains ont été détenus, certains ont été illégalement condamnés au camp de travail et certains ont été condamnés à la prison. La sentence la plus longue a été de 8 ans et la plus courte de trois ans. Ces pratiquants sont encore aujourd’hui incarcérés et soumis à des persécutions continuelles.
  • La succursale du bureau Wanbailin du département de police de la ville de Taiyuan, dans la province de Shanxi, persécute les pratiquants de Dafa

    Depuis le mois de juillet 1999, la succursale du bureau Wanbailin du département de police de la ville de Taiyuan dans la province de Shanxi a suivi les ordres de Jiang Zemin et a persécuté Dafa et les pratiquants de Dafa activement. Dans les quatre dernières années, la succursale du bureau Wanbailin et les 16 stations de police dans sa juridiction ont appliqué la règle « diffamer, ruiner, détruire.» Ils ont pillé les demeures des pratiquants, suivi, enlevé, détenu, soumis à des lavages de cerveau, torturé, envoyé les pratiquants dans des camps de travaux forcés et les ont condamnés à la prison.