Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Divers

  • La violence et les mensonges ne peuvent changer le cœur des gens : certains reprennent la pratique du Falun Gong.

    Certains ont senti que les mots et actions résultant du lavage de cerveau forcé étaient contraires à leur conscience. Maintenant que la pression et les mensonges n’étaient plus là , presque 100% d’entre eux ont repris la pratique du Falun Dafa .Ils ont repris, en exposant la perversité et en clarifiant les faits aux gens et ils ont travaillé très dur. Certains d’entre eux ont spontanément formé des groupes d’étude de la Loi, faisant les exercices, envoyant des pensées droites et partageant leurs expériences ensemble. L’environnement est plein de bienveillance, d’harmonie et de joie.
  • M. Liu Feng, un étudiant d'Irlande a été kidnappé pendant qu’il rendait visite à ses parents en Chine, et est maintenant détenu au Camp de Travaux Forcés de Dalian

    Je suis un pratiquant du Falun Gong. Vers la fin d’octobre 2002, j’ai été détenu dans la prison d’Yaojia de la Ville de Dalian, et M. Liu Feng était dans la cellule voisine. A ce moment, j’ai appris que M. Liu était étudiant a l’étranger en Irlande et avait été kidnappé par les policiers pervers au mois d’avril 2002, lorsqu’il était venu rendre visite à ses parents. Depuis, il avait été enfermé a la prison de Yaojia.
  • 68 pratiquants déclarent solennellement que leurs paroles et actes faits sous la force sont nuls et non avenus

    Comme les pratiquants en Chine font face à de redoutables pressions pour abandonner leurs croyances sous la persécution brutale du régime chinois, certains ont signé des documents dans lesquels ils déclarent renoncer à Falun Dafa. Toutefois, nombre d'entre eux le regrettent profondément après qu'ils aient été libérés de prisons ou de camps de travaux. "Les déclarations solennelles" sont des déclarations publiques faites par de tels pratiquants, souvent au risque de leur vie, pour déclarer au monde que les documents qu'ils ont signés sous la contrainte sont nuls et non avenus et qu'ils continueront à pratiquer le Falun Dafa
  • Madame Shao Ying, survivante des "atrocités du 20 juin" au camp de travaux forcés de Wandjia est à nouveau torturée

    Madame Shao Ying, pratiquante de Dafa, universitaire diplômée, a été arrêtée le 3 janvier 2003 [ calendrier lunaire chinois ] par la police de la ville de Harbin. En 1999, Shao Ying a été illégalement arrêtée pour la première fois et a été envoyée au camp de travail forcé de Wanjia où elle a été torturée pendant deux années. Elle est une survivante "des atrocités du 20 juin " [pendant cette période, beaucoup de pratiquants ont été brutalement torturés de manière prolongée]. Deux ans après, elle a été libérée et a été forcée de partir de la maison pour éviter une arrestation illégale. Son ancienne unité de travail, le bureau de la sylviculture, et le département local de police l'avaient poursuivie.
  • Après avoir kidnappé vingt professeurs à la retraite de l’Université de Hénan, la classe de lavage de cerveau de la Ville de Kaifeng finit par un échec

    Les autorités de la Ville de Kaifeng, Province de Hénan ont kidnappé plus de vingt professeurs à la retraite (tous des pratiquants du Falun Gong) et les ont amenés à l’Hôtel Yuxiang, elles les ont surveillés 24 heures par jour et elles ont essayé de les forcer à abandonner leurs croyances. Elles ont confisqué le revenu mensuel des professeurs âgés (2 à 3,000 yuan) et les ont dépensés en salaire et logement pour les employés de la classe de lavage de cerveau. Parce que ces professeurs étaient déterminés à maintenir leur croyance en Dafa, les représentants corrompus n’ont pu trouver aucune excuse pour continuer à les persécuter de cette façon. Ils ont dû remettre les professeurs en liberté et fermer la classe de lavage de cerveau en février 2003.
  • La lettre d'un enfant et cinq cents

    Aujourd'hui, j'ai reçu une lettre d'un jeune pratiquant de Dafa. La personne qui m'a apporté la lettre m'a dit qu'un jeune pratiquant y condamnait Jiang. J'ai déplié la feuille, et ai pu voir l'écriture enfantine de la jeune personne. Il avait remplacé les mots qu'il n'avait pas su écrire par le Pinyin ( lettres phonétiques ). La lettre disait : "Jiang,Tu m’as fait mal et m’a fait perdre ma mère. Le mal que tu as fait à ma famille a été vraiment tragique. Tu as forcé ma mère et mon père à divorcer et ma mère et moi à quitter la maison."
  • 125 pratiquants déclarent solennellement que leurs paroles et actions obtenus sous la contrainte sont nuls et non avenus

    Comme les pratiquants en Chine font face à de redoutables pressions pour abandonner leurs croyances sous la persécution brutale du régime chinois, il y en a qui l'on fait et ont signé des documents dans lesquels ils renoncent à Falun Dafa. Toutefois, nombre d'entre eux le regrettent profondément après qu'ils aient été libérés de prisons ou de camps de travaux. "Les déclarations solennelles" sont des déclarations publiques faites par de tels pratiquants, souvent au risque de leur vie, pour déclarer au monde que les documents qu'ils ont signés sous la contrainte sont nuls et non avenus et qu'ils continueront à pratiquer le Falun Dafa.
  • La Cour condamne injustement neuf pratiquants à de longues peines de prison allant jusqu’à 14 ans dans le comté de Jianping, province du Liaoning

    La Cour du comté de Jianping dans la province du Liaoning a tenu une audience et a injustement condamné neuf pratiquants. La Cour n’a pas informé les familles des pratiquants et ne les a pas autorisés à se défendre eux-mêmes. Les documents du ministère public étaient remplis de mensonges. Avant le procès, les neuf pratiquants ont été détenus pendant plus de cinq mois. Mais la Cour a déclaré qu’ils avaient été emprisonnés seulement quinze jours et envoyés dans des classes de lavage de cerveau. La Cour a inculpé les pratiquants de crimes qu’ils n’avaient pas commis et a rapidement annoncé leurs peines.
  • Un citoyen canadien expose la persécution de sa famille par la police de Shanghai

    La quatrième fois fut pendant la fête du printemps 2001, lorsqu’un policier de Shanghai a intimidé Li Chun en disant : « Je vais te frapper à terre si tu ne m’écoutes pas. » Li Chun a répliqué : « Je vais faire appel pour cette situation aux chefs d’en haut. S’ils ne font pas attention, je vais faire appel au gouvernement central. » Li Chun a écrit une lettre d’appel. Plus tard, des policiers ont arrêté Li Chun et l’ont gardé pendant plus d’un mois. Les policiers ont dit que Li Chun avait dit quelque chose qu’il n’aurait pas dû dire et qu’il avait écrit quelque chose qu’il n’aurait pas dû écrire.
  • Vidéo : Des pratiquants suédois tiennent une conférence de presse à l'aéroport de Gothenburg

    En résultat de la forte pression du gouvernement Chinois reçue par le gouvernement Thaï, une décision erronée a été prise en ne laissant pas Pirjo faire appel dans une cour de justice. Après ses 37 jours de détention, elle a été libérée et personnellement escortée par l'Ambassadeur Suédois jusqu'à l'aéroport. Malgré la décision du gouvernement Thaïlandais, Mme Svensson ne s'est pas plainte de la Thaïlande, comme elle a conscience que le régime de Jiang est le principal fautif dans la persécution du Falun Gong.
  • Le manuscrit de Charles Li raconte en détail la situation à l’intérieur de la prison (photos)

  • Cette tyrannie effrénée est un fléau pour tous les chinois

    Un citoyen chinois envoya un message sur Internet qui disait, « il a fallu une quantité énorme de bestialité et de brutalité pour battre à mort un jeune homme innocent, mais il a fallu une double quantité de bestialité et de brutalité pour dissimuler ce crime par la force. »
  • La canadienne, Li Jinyu, appelle à l'aide pour secourir son frère, Li Chun

    J'ai téléphoné à mon frère en Chine durant la soirée du 22 mai pour juste découvrir qu'il avait été enlevé par la police. Son nom est Li Chun. Il a pratiqué Falun Dafa depuis 1998. Il a refusé de renoncer à la pratique après que la persécution ait commencé le 20 juillet 1999 et il a souffert de la persécution. Son épouse et lui ont été détenus trois fois et ont supporté la torture physique et mentale. Ils ont été privés de sommeil pendant 48 heures sans interruption. Auparavant ma belle-soeur avait été suspendue par les poignets avec des menottes pendant trois jours et nuits, avec des bras pliés vers l'arrière, juste parce qu'elle avait fait des exercices de méditation à l'intérieur du centre de détention.
  • Situation critique : Des pratiquants du Centre de détention de Gaoleng, province de Heilongjiang, sont en grève de la faim pour protester contre la persécution

    Les pratiquants du Centre de détention font actuellement une grève de la faim pour protester. Un pratiquant a été libéré après qu'il ait été en grève de la faim pendant plus de 20 jours. Il y a trois pratiquantes faisant une grève de faim, Liu Zhiying (âgée d'environ 40 ans), Zhu Damei, et Qu Xia. Une d'entre elles a été transférée dans un autre endroit lorsque sa santé s’est quelque peu améliorée. Les deux autres pratiquantes sont maintenant dans un hôpital et leur vie est en danger.
  • Persécutée violemment dans un camp de travail de Pékin, la japonaise Kaneko Yoko est dans une situation critique et est envoyée à l’hôpital

    En raison de la pression exercée par la communauté internationale et de son extrême faiblesse, les dirigeants du camp de travail pour femme de Pékin ont transporté Kaneko Yoko à l’hôpital.