Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Divers

  • 125 pratiquants déclarent solennellement que leurs paroles et actions obtenus sous la contrainte sont nuls et non avenus

    Comme les pratiquants en Chine font face à de redoutables pressions pour abandonner leurs croyances sous la persécution brutale du régime chinois, il y en a qui l'on fait et ont signé des documents dans lesquels ils renoncent à Falun Dafa. Toutefois, nombre d'entre eux le regrettent profondément après qu'ils aient été libérés de prisons ou de camps de travaux. "Les déclarations solennelles" sont des déclarations publiques faites par de tels pratiquants, souvent au risque de leur vie, pour déclarer au monde que les documents qu'ils ont signés sous la contrainte sont nuls et non avenus et qu'ils continueront à pratiquer le Falun Dafa.
  • La Cour condamne injustement neuf pratiquants à de longues peines de prison allant jusqu’à 14 ans dans le comté de Jianping, province du Liaoning

    La Cour du comté de Jianping dans la province du Liaoning a tenu une audience et a injustement condamné neuf pratiquants. La Cour n’a pas informé les familles des pratiquants et ne les a pas autorisés à se défendre eux-mêmes. Les documents du ministère public étaient remplis de mensonges. Avant le procès, les neuf pratiquants ont été détenus pendant plus de cinq mois. Mais la Cour a déclaré qu’ils avaient été emprisonnés seulement quinze jours et envoyés dans des classes de lavage de cerveau. La Cour a inculpé les pratiquants de crimes qu’ils n’avaient pas commis et a rapidement annoncé leurs peines.
  • Un citoyen canadien expose la persécution de sa famille par la police de Shanghai

    La quatrième fois fut pendant la fête du printemps 2001, lorsqu’un policier de Shanghai a intimidé Li Chun en disant : « Je vais te frapper à terre si tu ne m’écoutes pas. » Li Chun a répliqué : « Je vais faire appel pour cette situation aux chefs d’en haut. S’ils ne font pas attention, je vais faire appel au gouvernement central. » Li Chun a écrit une lettre d’appel. Plus tard, des policiers ont arrêté Li Chun et l’ont gardé pendant plus d’un mois. Les policiers ont dit que Li Chun avait dit quelque chose qu’il n’aurait pas dû dire et qu’il avait écrit quelque chose qu’il n’aurait pas dû écrire.
  • Vidéo : Des pratiquants suédois tiennent une conférence de presse à l'aéroport de Gothenburg

    En résultat de la forte pression du gouvernement Chinois reçue par le gouvernement Thaï, une décision erronée a été prise en ne laissant pas Pirjo faire appel dans une cour de justice. Après ses 37 jours de détention, elle a été libérée et personnellement escortée par l'Ambassadeur Suédois jusqu'à l'aéroport. Malgré la décision du gouvernement Thaïlandais, Mme Svensson ne s'est pas plainte de la Thaïlande, comme elle a conscience que le régime de Jiang est le principal fautif dans la persécution du Falun Gong.
  • Le manuscrit de Charles Li raconte en détail la situation à l’intérieur de la prison (photos)

  • Cette tyrannie effrénée est un fléau pour tous les chinois

    Un citoyen chinois envoya un message sur Internet qui disait, « il a fallu une quantité énorme de bestialité et de brutalité pour battre à mort un jeune homme innocent, mais il a fallu une double quantité de bestialité et de brutalité pour dissimuler ce crime par la force. »
  • La canadienne, Li Jinyu, appelle à l'aide pour secourir son frère, Li Chun

    J'ai téléphoné à mon frère en Chine durant la soirée du 22 mai pour juste découvrir qu'il avait été enlevé par la police. Son nom est Li Chun. Il a pratiqué Falun Dafa depuis 1998. Il a refusé de renoncer à la pratique après que la persécution ait commencé le 20 juillet 1999 et il a souffert de la persécution. Son épouse et lui ont été détenus trois fois et ont supporté la torture physique et mentale. Ils ont été privés de sommeil pendant 48 heures sans interruption. Auparavant ma belle-soeur avait été suspendue par les poignets avec des menottes pendant trois jours et nuits, avec des bras pliés vers l'arrière, juste parce qu'elle avait fait des exercices de méditation à l'intérieur du centre de détention.
  • Situation critique : Des pratiquants du Centre de détention de Gaoleng, province de Heilongjiang, sont en grève de la faim pour protester contre la persécution

    Les pratiquants du Centre de détention font actuellement une grève de la faim pour protester. Un pratiquant a été libéré après qu'il ait été en grève de la faim pendant plus de 20 jours. Il y a trois pratiquantes faisant une grève de faim, Liu Zhiying (âgée d'environ 40 ans), Zhu Damei, et Qu Xia. Une d'entre elles a été transférée dans un autre endroit lorsque sa santé s’est quelque peu améliorée. Les deux autres pratiquantes sont maintenant dans un hôpital et leur vie est en danger.
  • Persécutée violemment dans un camp de travail de Pékin, la japonaise Kaneko Yoko est dans une situation critique et est envoyée à l’hôpital

    En raison de la pression exercée par la communauté internationale et de son extrême faiblesse, les dirigeants du camp de travail pour femme de Pékin ont transporté Kaneko Yoko à l’hôpital.
  • L’Ambassadeur de Suède en Thaïlande escorte Mme Pirjo Svensson à l’aéroport de Bangkok

    Une vingtaine d’amis, de Thaïlande, de Suède et d’Amérique sont venus dire au-revoir à Pirjo. Plusieurs journalistes ont interviewé Pirjo ainsi que l’Ambassadeur à l’aéroport.Avant de monter à bord, Mme Svensson a lu une déclaration qu’elle avait écrite plus tôt ce jour là. L’Ambassadeur Suédois s’est alors adressé aux amis de Pirjo, aux journalistes et à la police thaï, reconnaissant l’innocence de Pirjo et a exprimé son regret que le gouvernement ait ignoré les droits de Pirjo et qu’il ait échoué à tenir sa promesse de protéger les droits humains.
  • Le traumatisme persistent causé par la persécution des parents mène à la mort tragique d’une petite fille de quatre ans (Photos)

    Le 14 février 2002, Shujie et sa tante sont allées voir le père dans la classe de lavage de cerveau. Lorsqu’elle est revenue, Shujie a dit à sa mère, « papa a dit que c’était aujourd’hui mon anniversaire, mais il ne peut pas être avec moi. » La mère a regardé le visage émacié de l’enfant et a fondu en larmes. Shujie avait à peine grandi durant les deux ans de persécution et elle était très maigre. Elle avait du mal à dormir et à manger. Ses parents durent l’amener à l’hôpital pour demander de l’aide.
  • Suède : Les pratiquants collectent des signatures pour appeler à la libération de Pirjo Svensson

            
  • Pratiquants de la ville de Jixi illégalement arrêtés et brutalement torturés

    Environ trois à quatre jours plus tard, la police a mis à sac deux autres centres de materiel. Des articles ont été saisis dont deux ordinateurs de bureau, une carnet de notes informatique, trois imprimantes laser, un brûleur de CD, des matériaux sur l’Information Internet locale, et une liste de 200 pratiquants persécutés. De grands dommages !Xin Guirong et d’autres pratiquants de Dafa ont été souvent interrogés. Chaque fois l’interrogatoire a duré plusieurs jours, et ils étaient au seuil de la mort lorsqu’ils ont été ramenés de la torture
  • La Cour de la ville de Handan brise une famille heureuse

    J’avais une famille heureuse et paisible. Simplement parce que je pratique le Falun Gong, j’ai été illégalement détenue et maltraitée par la police. Mon emploi m’a été retiré et ma famille et mes amis ont tous été affectés. J’ai du quitter la maison et mener une vie vagabonde pour échapper à la persécution. L’année dernière, la police a fréquemment fait irruption chez moi et a harcelé ma famille, et ils ont aussi harcelé mon mari sur son lieu de travail de nombreuses fois. En résultat, le travail et le salaire de mon mari ont été suspendus pendant une longue période. Ils l'ont aussi menacé de pire s’il ne divorçait pas.
  • Le Dr. Lin Yanqing, condamné à 3 ans de travail forcé par la police de la province de Fujian

    Il fut torturé par des moyens cruels et en résultat ses deux mains furent estropiées. Il fut renvoyé de son travail et ramené sous escorte dans sa ville natale dans la province de Fujian, où il fut placé sous une constante surveillance par la police locale.Peu avant le 16ème Congrès du Parti fin 2002, il fut emmené de force en prison pour un lavage de cerveau. Parce qu’il croit fermement en Dafa et a refusé d’y renoncer, il a été condamné à 3 ans de travail forcé dans la Province de Fujian.