4322 morts confirmées

  • Deux pratiquantes torturées à mort par la police dans la prison de Dabei, à Shenyang, dans la province de Liaoning

    Le 4 avril 2003, deux pratiquantes de Falun Dafa ont été condamnées illégalement à Dengta, dans la ville de Liaoyang. Elles ont été emprisonnées secrètement à la prison de Dabei et violemment torturées. Malgré la torture, ces pratiquantes de Falun Dafa n'ont pas renoncé à leurs convictions.
  • Torturée à mort : Mme Zhou Biru, une pratiquante de Dafa originaire de la province du Sichuan

    Le 30 janvier 2002, dans l'après-midi, alors que Mme Zhou faisait la cuisine des policiers du poste de Guankou sont entrés chez elle. Ils ont prétendu qu'elle avait « attaqué la police » et ils l'ont violemment battue. Après avoir saccagé sa maison, la police l’a emmenée au centre de détention municipal. Une semaine après, à minuit la police a appelé sa famille pour lui demander de la ramener chez elle. Elle est morte un mois plus tard.
  • Pratiquante de Dafa, Mme Xiang Xuelan de la Ville de Chongqing est Torturée à Mort

    Le 29 mars 2001, Chen Xionghui trompa Xiang Xuelan pour la faire venir au Département de Police du Comté, et là l'envoya au Centre de Détention du Comté de Fengdu. Comme elle pratiquait fermement Dafa, elle fut soumise à diverses formes de torture. Le 11 mai 2001, afin de de la faire cesser de cultiver Dafa, un garde la saisissant par les cheveux lui a lancé la tête contre un mur. Elle en est morte le lendemain.
  • Une pratiquante est torturée à mort au Camp de Travail de Wanjia

    Mme Qin Shuyan avait 59 ans. Elle était résidente de la ville de Harbin, dans la province de Heilongjiang. Qin Shuyan étant déterminée à cultiver Falun Dafa, elle fut illégalement arrêtée fin avril 2002, condamnée à une peine de travail forcé et détenue dans le camp de travail de Wanjia, puis relâchée sous caution pour traitement médical. Elle mourut trois mois plus tard.
  • Les faits concernant Li Hongwei qui a été torturé à mort au Centre de détention no 1 de Chaoyang

    Le 6 octobre, des gens ont vu que Li était à nouveau tiré hors de sa cellule par deux personnes. Il était incapable de marcher et très pâle. Li fut peut-être nourri de force deux fois ce jour-là. Le lendemain matin, des personnes du Centre d'urgence de Chaoyang sont arrivées au Centre de détention et elles ont tenté de sauver la vie de Li Hongwei, mais elles ont annoncé plus tard qu'il était décédé.
  • Plus d’information au sujet de la mort par la torture du disciple de Dafa, Zhang Jianxun, dans le camp de travail de Shijiazhuang, province de Hebei

    Il a été injustement condamné à un an et envoyé au camp de travail de Shijiazhuang le 17 mai. Zhang était en bonne santé quand il est parti, mais il a souffert toutes sortes d'abus et de tortures dans le camp de travail. Le 31 juillet, Il a été libéré sous caution pour un traitement médical. Quand il est revenu, les gens ont vu qu'il chancelait en marchant et deux de ses ongles d'orteils du pied gauche étaient tombés . Il y avait une boursouflure pourpre sous son ongle du pouce droit et il était dans un état de traumatisme. Il avait perdu le contrôle de ses intestins et de sa vessie et il n'a pas pu quitter son lit après sa libération, deux jours durant. Il ne pouvait plus manger tout seul, ni parler avant qu'il ne meure de cette injustice le 13 juin 2002.
  • Song Xingguo pratiquant Dafa de la province de Hebei torturé à mort dans le camp de travaux forcés de la ville de Handan

    En octobre 2002, Song Xingguo pratiquant Dafa de la Ville de Cangzhou, province de Hebei fut transféré du camp de travaux forcés de la Ville de Shijiazhuang pour celui de la Ville de Handan. À ce moment-là, il avait un bras cassé suite aux coups cruels reçus des gardiens de Shijiazhuang. En novembre, il fut torturé à mort dans le camp de travaux forcés de la Ville de Handan.
  • Une pratiquante fidèle à sa croyance meurt prématurément sous la torture

    La police locale l’a souvent interrogée dans la nuit. Alors qu’elle avait les mains menottées derrière le dos, 8 ou 9 policiers l’ont battue à tour de rôle tandis qu’un autre policier trépignait sur ses jambes. Elle eut en conséquence des difficultés à marcher. Par la suite elle fut illégalement condamnée à l’éducation par le travail forcé et envoyée au Camp de Travail de Zhengzhou, dans la province de Henan. Plusieurs jours plus tard le camp de travail prétendit qu’elle avait eu un empoisonnement du sang et la renvoya chez elle.
  • Le camp de travail forcé de la ville de Handan torture à mort des pratiquants de Dafa

    En octobre 2002, le pratiquant de Dafa Song Xingguo, de la ville de Cangzhou, province de Hebei, a été transféré du Camp de travail forcé de la ville de Shijiazhuang au camp de travail forcé de la ville de Handan. A ce moment, son bras gauche était déjà cassé dû aux coups brutaux des gardiens de Shijiazhuang. Les autorité essayant désespérément de dissimuler leurs crimes et de cacher les faits, on sait seulement qu’en début novembre 2002, il a été torturé à mort au camp de travail de Handan.
  • Hou Mingkai pratiquant de Falun Dafa torturé à mort pour avoir télédiffusé des programmes clarifiant les faits sur la TV câblée

    En août 2002, il fut arrêté; deux jours plus tard, il décéda, torturé à mort, son corps fut incinéré le même jour. La police prétend qu’il aurait sauté de l’édifice et serait mort ainsi. Les départements en question bloquent étroitement toutes informations à ce sujet.
  • Les faits entourant la mort de la pratiquante de Dafa Gao Shuhua, originaire de la ville de Weifang

    Le 26 mars 2003, vers 5 heures du matin, Mme Gao Shuhua, qui était en grève de la faim, a été soumise de force à une séance de gavage forcé. On a appris sa mort peu de temps après. Ce jour-là, une violente tempête a ravagé la ville de Weifang.
  • Torturée à mort au camp de travaux forcés pour femmes de Zhongba : Han Ming, une pratiquante de Dafa

    Huit gardes ont suspendu Han Ming au plafond et lui ont injecté de force quatre doses de psychotropes inconnus. Suite à cela, Han Ming a vu ses muscles s’atrophier et elle est devenue quasiment paralysée des jambes. Elle avait du mal à respirer et son esprit était embrouillé. Elle était extrêmement faible et a commencé à lutter pour rester en vie. Craignant qu’on les accuse de sa mort, les policiers ont relâché Han Ming le 3 septembre 2002. Une fois rentrée chez elle, les symptômes se sont aggravés et elle avait de plus en plus de difficulté à respirer. Elle est devenue complètement paralysée des jambes, incapable de se lever. Le 20 mars 2003, après six mois de souffrances atroces, Han Ming est morte.
  • Plus de détails sur la mort de la pratiquante de Dafa Mme. Luo Zhixiang de Guangzhou (Photo)

    Le 31 novembre, elle est mystérieusement tombée du haut du troisième étage, et a souffert d’une blessure à la tête. Elle est décédée le 4 décembre. Elle n’avait que 29 ans et était enceinte de trois mois. Voici son histoire ...
  • Révéler la vérité à propos du meurtre de la pratiquante de Dafa Mme Zhang Dezhen dans la province de Shandong

    Après sa mort, la police n’a pas autorisé la famille de Zhang Dezhen à tenir une cérémonie d’adieu pour elle, mais ont incinéré son corps la même nuit pour éliminer l’évidence criminelle. Le corps de Zhang Dezhen était dans un état terrible, elle se tenait la tête à deux mains, ses jambes étaient méchamment tuméfiées, et elle avait perdu beaucoup de dents. Sous le corps, il y avait plusieurs tas de papier toilette taché de sang. L’école où elle enseignait a acheté pour elle un costume, mais du à la raideur cadavérique, ils n’ont pas pu les lui mettre alors ils l’en ont simplement recouverte.
  • EFGIC : Dissimulations, tortures, lavages de cerveau et meurtres : 14 autres pratiquants de Falun gong sont morts aux mains des policiers en Chine

    Londres (EFGIC) – Dernièrement on a pu documenter la mort de 14 pratiquants de Falun Gong. La plupart de ces rapports font état d’inquiétantes similitudes : tortures physiques et psychologiques par des policiers corrompus, suivies de la « libération » des pratiquants juste quelques jours ou quelques heures avant qu’ils en meurent, ceci pour permettre à la police d’essayer d’échapper à sa responsabilité.