Nouvelles de Chine, 4213 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé

  • Les enfants des pratiquants de Falun Gong souffrent aussi de la persécution

     Hier un pratiquant a dit que plusieurs pratiquants de Falun Gong de la même région avaient emmené leur enfant au parc pendant les vacances. Un enfant pinçant sa joue avec son petit doigt a demandé « Est-ce bien moi ? » il ne pouvait pas croire que cela soit vrai, j’ai été très ému en entendant cela. Combien d’enfants de pratiquants de Falun Gong n’ont pas la chance d’aller au parc parce que leurs parents ont été arrêtés ? Combien de pratiquants souffrent encore des épreuves résultant de la persécution de leurs familles ?
  • Un professeur à la retraite de la province de Heilongjiang torturé à mort dans la prison pour femmes d’Harbin

     Conscients que Liu Guihua ne pourrait plus ingérer de nourriture à cause des effets de la torture extrême, la prison pour femmes d’Harbin a émis une requête auprès des autorités du comté de Jidong pour accorder à Liu Guihua la mise en liberté conditionnelle afin qu’elle puisse obtenir un traitement médical. Cependant, les autorités du service de police du comté de Jidong lui ont refusé la liberté conditionnelle.
  • Les gens prennent conscience de la vérité

    Le responsable du commissariat a trouvé une enveloppe rouge lorsqu’il a ouvert sa porte un matin. Il y avait à l’intérieur une lettre et 400 yuans en petites coupures. La lettre disait « Chère Madame, Cher Monsieur, j’ai commis une erreur. Il y a quatre ans, j’ai volé votre bicyclette. Je viens de commencer à pratiquer le Falun Gong et j’ai pris conscience de mes erreurs. J’ai économisé 400 yuans pour vous rembourser ». Le responsable de la section a dit à ses coéquipiers : « Si je trouve ce gosse, je lui rendrai cet argent. Ce n’est pas facile pour un gosse d’économiser 400 yuans ! Ce Falun Gong est vraiment grandiose et il améliore vraiment les gens!
  • La police de la ville de Xiangcheng enlève, torture et extorque l’argent des pratiquants de Dafa

     En juin 2001, les policiers et le maire, Meng Weizhong, ont enlevé les pratiquants en utilisant des armes à feu. Ils ont mis à sac leurs maisons et extorqué leur argent. Certains pratiquants ont dû abandonner leur maison et leur famille. Les fonctionnaires ont emmené les pratiquants qu'ils avaient réussi à enlever dans un centre de détention aménagé dans un hôtel et les ont torturé tour à tour. Leur objectif était d’obtenir des informations. On ne leur a pas permis de manger ou dormir pendant trois jours. Ce qui suit est une partie des tortures horribles dont les pratiquants ont souffert.
  • La police du camp de travaux forcés de Hewan torture les pratiquants en les gavant brutalement

     alors que la police gavait un pratiquant qui était attaché sur un lit, le policier Gao Ruoan le torturait encore plus en lui égratignant violemment les aisselles, l’estomac et les jambes. Lorsqu’il a été fatigué, il a demandé à 4 ou 5 détenus de continuer d’égratigner ce pratiquant. S’ils refusaient, Gao les battait violemment avec des bâtons de bambou.
  • Mme Zhang Li a été torturée à mort dans le camp de détention d’Anshan, province du Liaoning

     Elle était en train de mourir et beaucoup de gens sont allés la regarder par curiosité. Quelqu'un a dit, "elle est en train de mourir mais elle est toujours menottée, elle a dû être condamnée à mort." La police a dit, "c’est une pratiquante de Falun Gong". Un officier de police pervers a ordonné au docteur, "ne la soignez pas !" En réponse, le docteur a demandé à la police de signer un document, [afin d'échapper à sa responsabilité personnelle ] parce que l'officier de police lui avait demandé d'abandonner une vie, brisant son serment professionnel.
  • Une professeur associée de l’Institut d’Ingénierie Civile est toujours détenue dans un hôpital psychiatrique

     A la fin du mois d’août, lors de la 12ème convention de l’Association Psychiatrique Mondiale, j’ai pris ma sœur comme exemple pour faire appel aux représentants de différents pays afin qu’ils poussent le gouvernement chinois à arrêter d’abuser de la psychiatrie pour persécuter les pratiquants de Falun Dafa et d’immédiatement libérer ma sœur, Wu Xiaohua.
  • Photos : Un policier brûle avec une cigarette le visage de Mlle Zhao Fengying, pratiquante de Shandong

  • La police de la ville de Xiangchen torture un pratiquant inexorablement

  • Torture brutale de la pratiquante Mme Xi Menglan pour lui faire faire des aveux

     Puisqu’elle n’avouait pas, ils ont continué de la frapper, lui donnant des coups de pied, et la torturant jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse trois fois, mais chaque fois, ils lui faisaient reprendre connaissance en lui jetant de l’eau froide. Le mari de Xu a aussi été battu brutalement et questionné
  • EFIC : A l’intérieur d’un camp de travaux forcés chinois

    Un témoignage oculaire sur la façon dont les pratiquants de Falun Gong ont été torturés avec des matraques électriques, poignardés et sodomisés : « Ayant été torturé jusqu’à deux doigts de la mort, je suis maintenant sans domicile et je dois constamment bouger d’un endroit à l’autre pour éviter la détention, les travaux forcés et la torture. Je pourrais vous dire mon nom, mon travail et d’autres détails, mais ceci ne ferait que mettre en danger ceux qui m’ont connu. Laissez-moi seulement vous dire que je suis de Changchun, que je suis un pratiquant de Falun Gong, et qu’au début de l’année 2001, j’ai été illégalement condamné à une peine de trois ans au camp de travaux forcés de Yinmahe, ville de Jiutai, province de Jilin.
  • Le pratiquant de Falun Dafa Xun Ruilin meurt en prison

  • Mme Chen Yanying torturée à mort par le Camp de rééducation par le travail de Gaoyang

     Dans le camp de travail, elle souffrit diverses tortures cruelles, mais avait une foi inébranlable en Falun Dafa et aucune persécution n’y fit. Endurant toutes sortes de tortures, elle persista à protester contre la persécution par la grève de la faim. Après son épreuve prolongée, Mme Chen ne pouvait plus se tenir debout ni s’asseoir sans aide. Après avoir souffert plus d’un an sa santé devint extrêmement fragile. Les officiers de police au camp de travail souhaitaient échapper à leur responsabilité aussi lui notifièrent-ils à la hâte à sa famille de venir la chercher. Elle décéda quatre heures après être rentrée chez elle.
  • L’histoire de la chanson « petite Fadu réclame son père »

     Son père a dû quitter la maison parce que le « bureau 610 » intensifiait constamment la persécution. Son grand-père était menacé et forcé de répondre aux questions du « bureau 610 » jour et nuit. Le grand-père qui était à la retraite avait trop peur de rester chez lui dans la journée, et n’osait pas répondre au téléphone qui sonnait lorsqu’il rentrait chez lui à la tombée de la nuit. Après un certain temps, on a appris que Chen Chengyong avait été torturé à mort. Peu de temps après, le grand-père s’écroula et mourut.
  • L' hôpital Ankang de la ville de Shenyang persécute avec brutalité les pratiquants de Falun Dafa

     Le directeur du centre est très cruel et il ordonne les employés de nourrir de force les pratiquants de Dafa qui font des grèves de la faim et il entrave aussi la communication avec le monde extérieur.