Nouvelles de Chine, 4303 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Finlande: Les Personnes de la Ville de Jyväskylä Apprennent les Incidents Récents qui se Sont Passés à Paris

    Le week-end du 14 et 15 février 2004, les pratiquants de Falun Dafa de la Finlande se sont rassemblés dans la ville de Jyväskylä pour étudier la Loi (de Bouddha ). C'était une occasion d'informer les gens sur les récents incidents qui se sont passés à Paris, où les pratiquants ont été illégalement arrêtés sous la pression des autorités chinoises. Beaucoup ont été stupéfaits d’apprendre que le régime chinois exerce une pression et propage sa propagande de haine dans d'autres pays. La pression exercée sur la police française indique clairement comment les tortionnaires du Falun Gong ont peur que la vérité soit révélée. Beaucoup de personnes se sont arrêtées pour parler longuement avec les pratiquants, ont pris des documents et nous ont souhaité bonne chance. Les pratiquants ont senti que les gens avaient compris les faits sur la persécution et sur la nature pacifique de Falun Dafa.
  • Le pratiquant de Falun Gong M. Peng Guangjun a été battu à mort par la police au camp de travail de Tuanhe, à Beijing

    Avant l'incinération du corps de M. Peng, quelqu'un a examiné son corps. Cette personne a constaté que la tête et le corps de M. Peng étaient noirs et pourpre. Il y avait des taches de sang. Son visage était couvert de marques provoquées par des décharges électriques. Certains de ses os avaient été cassés. La famille de Peng a voulu chercher justice auprès des autorités, cependant, ils ont été effrayés par le représentant qui les a menacés en disant, "Si vous ne suivez pas les arrangements du gouvernement, nous ferons que votre famille entière perdra le travail et tombera en faillite. Vous n'aurez aucune manière de survivre." Sous la pression, ils ont choisi de céder et décidé de ne pas poursuivre les coupables.Selon une source interne, quand la police a envoyé les membres de la famille de Peng et ses cendres à la maison, ils n'ont pas osé entrer dans le village. Ils les ont fait descendre loin de l'entrée du village et leur ont donné 200 yuan, leur demandant de trouver une voiture pour rentrer chez eux.
  • Mme Zhang Shuzhen, Professeur Retraitée de Beijing, est Décédée Suite à l' Injection de Substance Toxique

    Les fonctionnaires du camp de travail l’ont privé de sommeil pendant plusieurs nuits consécutives. La police l’a électrocutée avec des bâtons électriques, l’a saisie par les cheveux et cognée contre un mur. En outre, des personnes dépravées lui ont injecté des liquides inconnus à l’intérieur de l’anus, ce qui lui a provoqué de très violentes douleurs à l’estomac, rendant son ventre à nouveau plus gros que celui d’une femme enceinte.
  • Numéros de téléphone des autorités du camp de travaux forcés de la ville de Daqing qui ont torturé des pratiquants de Dafa en mettant de force des excréments humains et de l’urine dans leur bouche

    Le policier dans le camp de travail a enlevé les vêtements du pratiquant de Dafa Ren Liang, l’a forcé à s’asseoir sur une chaise en acier et a ensuite versé de l’eau froide sur la chaise, la rendant insupportablement froide. Ceci a duré pendant plusieurs heures. Après cela le policier l’a même gavé d’excréments humains et d’urine par la bouche à deux reprises. Ren n’a pas pu marcher pendant une semaine entière pour s’être fait battre et suite à la torture.
  • Un Ancien Policier Se Souvient du Traitement Impitoyable Subi par les Pratiquants de Dafa sur la Place Tienanmen le 1er Octobre 1999

    "Le jeune homme se débattit pour retirer sa veste et exposer dessous un T-shirt jaune où on lisait, "Vérité-Compassion-Tolérance". Je vis qu'il était un pratiquant de Dafa, aussi je courus et dis à la police, "Ne le frappez pas, il est une bonne personne." Un policier en civil me hurla, "Nous exécutons un ordre public, partez!" J'ai dit, "Je suis aussi un officier de police. La police devrait réprimer le mal et soutenir le bien. Vous ne devriez pas battre les gens ainsi!" "
  • La Police capture plusieurs pratiquants après la télédiffusion d’un Documentaire du Falun Gong à la Télévision: Comté de Quzhou, Province de Hebei

    Ces derniers jours, plusieurs pratiquants de Dafa ont été arrêtés et plusieurs ont été persécutés et ont eu leurs résidences saccagées. Certains pratiquants ont été forcés de quitter leur foyer. Nous avons appris d’une source interne du département de la police que des vidéos de clarification de la vérité sur le Falun Gong ont été télédiffusés dans certaines régions, et que les pratiquants qui ont été arrêtés étaient au courant de la transmission. Les pratiquants arrêtés sont actuellement détenus au centre de détention du Comté de Quzhou où ils font une grève de la faim pour protester de la détention illégale.
  • Le pratiquant de Falun Gong M. Peng Guangjun a été battu à mort par la police au camp de travail de Tuanhe, à Beijing

    Peng Guangjun, 55 ans, était un pratiquant de Dafa du village de Houqiaozi, ville de Qiaozi, quartier de Huairou, à Beijing. Depuis que la persécution du Falun Gong a commencé le 20 juillet 1999, il avait été arrêté et détenu à plusieurs reprises. La dernière fois, il a été arrêté le 28 septembre 2003. Après l'arrestation, M. Peng a été envoyé au camp de travail de Tuanhe. Au cours d'une réunion au début de 2004, il a crié, "Falun Dafa est bon." En conséquence, il a été envoyé à une "unité de formation intensive," qui a été spécifiquement créée pour forcer les pratiquants déterminés à renoncer à leur pratique. Là, il a été brutalement battu par Liu Jinbiao et d'autres policiers, et en est mort.
  • Cinq nouvelles morts confirmées de pratiquants de Falun Gong de trois provinces dans le Nord-est de la Chine

    Une nouvelle information a confirmé la mort de cinq pratiquants de Falun Gong dans trois provinces du nord-est de la Chine. Les victimes sont M. Na. Changjian et M. Song Gang de la province de Heilongjiang, M. Liu Ming et M. Wang Xoidong de la Province de Liaoning, et M. Song Shije, de la Province de Liaoning. M. Song, M. Liu, et M. Wang sont morts il y a quatre ans. La persécution du Falun Gong est particulièrement sévère dans ces trois provinces du nord est de la Chine. Selon des statistiques du site Clearwisdom, parmi 876 morts confirmés, 346 concernent les provinces du nord est. C'est-à-dire plus d’un tiers du nombre total des morts. Parmi les 346 cas, 138 victimes étaient de la Province de Heilongjiang, 110 étaient de la province de Jilin et 98 étaient de la Province de Liaoning. Sur la base du fait que l’information sur les morts de M. Song, M. Liu Ming, et M. Wang Xidong n’ont été révélées que quatre ans après le fait, il est raisonnable d’en conclure que le nombre de morts de cette persécution par le régime de Jiang Zemin dépasse de loin les 876.
  • Une pratiquante de Dafa de la ville de Shijiazhuang, mme Liu Xing, meurt de l’extrême torture soufferte dans un camp de travail

    Liu Xing était employé à la Quatrième Manufacture de Cotton de Shijuazhuang, dans la Province de Hebei. Elle alla faire appel à Beijing trois fois et fut détenue quatre fois. En 2000, elle fut condamnée à trois ans d’éducation par le travail forcé. Lors de sa détention elle fut brutalement torturée. En conséquence, elle développa de sérieuses ascites du foi. En octobre 2001, le camp de travail la fit reprendre par sa famille parce qu’ils ne voulaient pas prendre la responsabilité d’une mort au camp de travail. Après être retournée chez elle, le commissariat et le bureau de rue continuèrent à la surveiller de près. Son unité de travail suspendit son salaire et le salaire de son mari, causant au couple de grandes difficultés financières et beaucoup de pression. Le 26 janvier 2004, Liu Xing décéda.
  • La Pratiquante Mme Sun Yuhua est au Seuil de la Mort

    Chen Zhaolin, Wang Keda et d'autres anonymes de l'équipe de la sécurité politique du département de police du comté de Hulan fouillèrent illégalement la maison de Sun Yuhua et confisquèrent ses biens. Personne n'était à la maison parce que le mari de Sun Yuhua, Zhang Qingsheng, également un pratiquant de Dafa, avait été envoyé en novembre 2003 dans le 1er centre de détention du comté de Hulan alors qu'il clarifiait la vérité à propos de Dafa. Ils décampèrent avec des objets de valeur tels qu'un ordinateur, une imprimante, une machine de plastification, des CD, etc. Sun Yuhua a actuellement été transféré du 2nd au 1er centre de détention du département de police du comté de Hulan. Depuis le jour où elle a été kidnappée jusqu'à aujourd'hui (le 8 février 2004), Sun Yuhua a été en grève de la faim pour protester contre son supplice illégal. Elle est à présent au seuil de la mort.
  • La police de Jiamusi torture un pratiquant, pour essayer d’obtenir une "Confession"

    Xiao a été illégalement arrêté début décembre 2003. Son ordinateur et on imprimante lui ont été confisqués en même temps. Chen Wangyou et Chen Yongde des services de la Police de Jiamusi ainsi que Wang Huamin de la branche du département de police du district de Qianjin ont tous persécuté Xiao. Pendant plusieurs jours, ils l’ont torturé, essayant de lui extorquer une confession. Ils n’ont pas cessé leur brutalité jusqu’à qu’ils n’en puissent plus. Après quoi, ils l’ont envoyé au Centre de Détention de Jiamusi. Xiao Yu n’a cependant pas répondu à leurs questions. Même à présent, les policiers ne connaissent pas son vrai nom, pas plus qu’ils ne comprennent pourquoi ils ne peuvent venir à bout d’un « garçon si frêle et si petit ! »
  • Un ancien juge de Jiaozhou rendu infirme par la torture

    M. Xiao Zhiduan, 44 ans, était un juge de la ville de Jiaozhou, dans la province de Shandong. Le 3 novembre 2000, Xiao Zhiduan a été arrêté par des officiers du poste de police de Fuan parce qu’il était allé à Beijing faire appel. Afin d’échapper à la persécution, Xiao Zhiduan a sauté de la fenêtre d’un second étage et s’est fracturé une vertèbre lombaire. Les policiers craignant d’en être tenus pour responsables l’ont envoyé aux services du tribunal. Le juge en chef Zhu Chenli et l’ex- chef du tribunal Wang Fulin (retraité, téléphone 86-13905427326) ont détenu Xiao Zhiduan pendant dix jours et l’ont secrètement envoyé dans un hôpital psychiatrique sans en avertir sa famille. A l’hôpital de Jiao Zhou, le docteur a forcé Xiao Zhiduan à prendre plusieurs doses de produits qui lui ont endommagé le système nerveux. Jiang Dengfa, le chef de l’hôpital psychiatrique N°2 l’a battu sans pitié. Ils l’ont attaché à une table et lui ont fait passer dans les deux bras au moyen d’une aiguille une intense décharge électrique. Ses deux bras ont perdu toute sensibilité suite à la torture. La douleur a atteint la poitrine, ne pouvant plus l’endurer il a perdu conscience. Il est revenu à lui lorsqu’ils ont éteint le courant puis ils l’ont rallumé de nouveau. Ils ont répété cela plusieurs fois en lui demandant en hurlant s’il continuerait à pratiquer le Falun Gong.
  • L’ex présidente de la branche féminine d’un syndicat ouvrier , Mme Yang Jingyun, meurt de la persécution

    Elle avait été harcelée de nombreuses fois depuis le 20 juillet 1999, et forcée à renoncer à sa pratique. Elle avait vécu dans un état de terreur constante, et souffert du traumatisme continuel de la coercition psychologique. Sa famille endurait d’incroyables difficultés en raison de la campagne de persécution de Jiang Zemin. Toutefois elle même réalisait clairement ce qu’elle devait au Falun Dafa, et croyait fermement que les valeurs du Bon, du Vrai et de la Patience n’étaient pas des notions erronées.Mme Yang avait vécu en paix toute sa vie, mais la police osa la détenir simplement parce qu’elle voulait être une bonne personne. Cet environnement dénaturé d’insultes, de menaces et de mensonges, comme un couteau enfoncé dans son cœur, lui causa une grande douleur psychologique.
  • Davantage de Détails concernant la mort de la pratiquante de Falun Dafa Mme. Li Aiying du Comté de Yitong, Province de Jilin

    A environ 6h30 le matin du 4 décembre 2003, alors que la fille de Li Aiying se préparait pour l’école et ouvrait la porte pour quitter la maison, cinq policiers qui attendaient dehors en profitèrent pour entrer ches elle de force sans mandat d’arrêt ni document légal. Mme Li Aiying se cacha vite dans la chambre et ferma la porte. Alors que les membres de sa famille discutaient avec la police, deux jeunes policiers donnèrent des coups de pied dans la porte menaçant de la fracturer si elle ne leur ouvrait pas. Pour éviter d’être soumise de nouveau à leur persécution, mme Li déchira un drap du lit, en attacha les morceaux pour faire une corde et essaya de descendre jusqu’en bas. Ce faisant elle brisa une fenêtre du cinquième étage et tomba accidentellement. Elle se brisa les côtes dans la chute et ses organes internes subirent un irrémédiable dommage. Le même jour son corps fut envoyé à la morgue et elle fut incinérée le 6 décembre 2003.
  • Trois jeunes intellectuels sont illégalement condamnés au tribunal de district de Nanming, ville de Guiyang, province de Guizhou

    A la cour de district de Nanming à Guiyang, dans la province de Guizhou, trois jeunes individus bien éduqués ont été illégalement condamnés lors d’un procès sans avocats ni jurés et sans que leurs familles en soient averties. Le groupe de Jiang a mis en scène nombre de parodies de procès de pratiquants de Dafa, similaires à ceux de ces trois jeunes personnes. Ils fabriquent de toutes pièces de soi-disant crimes puis mènent ces procès sans donner aux pratiquants aucune chance de se défendre. Les procès fabriqués sont en fait de graves violations de la Constitution chinoise.