Nouvelles de Chine, 4187 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé

  • Ville d'Anshan : Cinq pratiquants qui ont clarifié la vérité par l'intermédiaire de la TV ont été envoyés en prison après un procès secret - le sixième a été assassiné

    mme. Zhang Li, qui avait également participé au remplacement d'un programme de la TV câblée, a été arrêtée le 19 mars 2002, et a été torturée à mort le 27 août 2002. Selon des témoins, la trachée de Zhang Li était coupée à l'heure de sa mort. Ses bras et les endroits autour ses aisselles avaient aussi été coupés. Un autre témoin a déclaré que Zhang Li avait été interrogée plusieurs fois pendant sa détention au centre de détentionChaque fois qu'elle était revenue de l'interrogatoire, son corps était couvert de coupures profondes, de contusions et de sang. Après sa mort, la police a complètement enveloppé son corps dans un morceau de tissu blanc afin de dissimuler le crime.
  • La torture des "l 5 chevaux déchirant le corps” estropie une femme au bon cœur d’une région rurale de la province de Hubei

    Le 28 juin 2001, une personne dont le nom de famille est Qian est venue à ma cellule et m’a dit, « Vous êtes presque estropiée pour avoir pratiqué le Falun Gong. Nous vous emmènerons à un hôpital pour obtenir quelques injections. » Je comprenais leur complot, ainsi je l'ai exposé. Pratiquer le Falun Gong ne m’a pas estropiée. C’est vous qui m'avez handicapée par les coups ! » Ils m’ont enchaînée et menottée, et m’ont traînée de force dans leur véhicule.
  • Persécution soufferte par le pratiquant Xu Peihao de la ville Longkou, province de Shandong

    En l’an 2000, le pratiquant de Dafa M. Xu Peihao de la ville Longkou, province Shandong, est allé à Beijing pour faire appel. Après être rentré chez lui, son unité de travail l'a mis à la porte et a forcé son épouse à divorcer . Plus tard, il a été enlevé et envoyé à un cours de lavage de cerveau où il était battu et agressé. Presque agonisant, il fut renvoyé chez lui.
  • La pratiquante de Dafa Mme. Lu Qiangfang meurt après avoir souffert de maladies causées par la torture pendant plusieurs mois

    En mars 2003, elle fut arrêtée et sa maison fut mise à sac parce qu’elle avait exposé la persécution du Falun Gong. La police emporta aussi tous les livres de Dafa et les documents qu’elle avait chez elle. Afin de trouver la source des documents, la police l’a battue sauvagement. Le policier Zhang Tiantian de la ville de Chengdu, dans la Province de Sichuan, avec la police de Chingzhou a détenu Zhang Tiantian dans un hôtel du gouvernement, où ils l’ont battue impitoyablement jour et nuit et l’ont empêchée de dormir. Ils lui ont menotté les mains derrière le dos une main passéderrière l’épaule et l’autre contre le bas du dos. La police a ensuite avec une grande force tiré les deux mains l’une vers l’autre et les a menottées.
  • Un professeur de Collège condamné à 10 ans dans la province de Sichuan

    Le 1er février 2001, M. Zhao a été arrêté dans le District de Chenghua, ville de Chengdu. Il a été détenu dans le Centre de Détention du Comté de Pi pendant un an et demi. En juin 2003, après que Zhao Benyong ait refusé de renoncer au Falun Gong, les autorités du District de Chenghua l’ont secrètement condamné à 10 ans de prison. Il purge à présent sa peine dans la prison de Deyang, province de Sichuan.
  • Trois histoires de prison

    Qin était une prisonnière condamnée à mort. Peu après son emprisonnement, elle a fait la connaissance de pratiquants de Dafa. Leur bienveillante compassion a éveillé ses bonnes pensées, et elle a commencé à cultiver dans Dafa. Jusqu’au jour de son exécution, Qin a toujours maintenu une nature pacifique. Elle disait souvent aux autres pratiquants, "Je souhaite seulement étudier davantage la Loi pendant la période qu’il me reste à vivre. Ainis je ne regretterais pas de quitter la vie. »
  • La persécution que j'ai endurée au centre de lavage de cerveau de la ville de Taiyuan, dans la province de Shanxi

    Comme je refusais fermement de renoncer à ma croyance et de signer la déclaration de garantie, ils m'ont empêché de dormir pendant trois jours. Puis ils ont voulu me forcer à signer cette garantie, j'ai refusé. Alors, la chef de la classe des femmes, Li Fue, m'a placée en isolement pour sept jours. Pendant le lavage de cerveau, le personnel m'a insultée, méprisée et torturée psychologiquement. Du 5 mars 2001 au 30 septembre 2001, ils ont usé de tous les stratagèmes, mais ils n'ont pas pu me "transformer". C'est pourquoi ils ont dû me laisser partir.
  • Le professeur assistant Yang Fenglian de l’Université d’Architecture et de Sciences Technologiques de Hebei a été de nouveau kidnappée

    Le matin du 27 septembre 2003, alors qu’elle sortait de chez elle avec sa fille, deux hommes sont apparus soudainement et l’ont traînée dans une voiture de police. Ils ont claqué la porte et l’ont emmenée aussitôt. Elle a probablement été emmenée à une séance de lavage de cerveau. Une enquête est en cours. Dans ce genre de société dictatoriale, les citoyens ne sont plus en sécurité.
  • Des fonctionnaires de la raffinerie de pétrole de Shijiazhuang persécutent sans pitié la pratiquante Mme Qiu Liying

    Mme Qiu Liying est une ancienne employée de la raffinerie de pétrole de Shijiazhuang. En novembre 1999, elle a été condamnée à trois ans de travaux forcés parce qu’elle était allée à Pékin faire appel pour Falun Dafa. Elle a été détenue au camp de travaux forcés Kaiping de Tangshan et ensuite au camp de travaux forcés de la ville de Baoding où elle a subi toutes sortes de tortures mentales et physiques. Elle est restée ferme dans sa croyance et en conséquence, sa peine a été rallongée de trois mois.
  • Le camp de travail de Dalian agit de connivence avec des chaînes de Télévision et des journalistes pour concevoir de la propagande cachant la vérité au sujet de la persécution.

    Les médias ont filmé et photographié les pratiquantes qui avaient été forcées de s'engager dans diverses activités afin d’impressionner, de tromper la presse et les autorités provinciales. Les chaînes de télévision et les journaux ont plus tard retransmis et publié des histoires au sujet du camp de travail, dépeignant l’enfer vivant de ce lieu comme si s'était en vérité un hôtel de luxe ou en quelque sorte un centre de soin pour les citoyens âgés.
  • Une pratiquante arrêtée et emmenée au camp de travaux forcés tandis que son bébé qu'elle nourrissait au sein reste abandonné sans surveillance

    Pendant l’année 2000, le policier Son Jiancheng a fait irruption dans la maison d'une pratiquante, il l'a illégalement arrêtée et l'a condamnée à une peine d'un an de travaux forcés. Elle avait alors un enfant en bas âge qu’elle nourrissait au sein. Son mari travaillant à l’extérieur et sa belle-mère vivant dans une autre province, son petit enfant s’est trouvé abandonné tout seul.
  • Un ingénieur en électricité aux États-Unis : Veuillez aider à secourir mon frère M. Ruifeng Zhang et ma belle-soeur Mme Yanxiang Xu (Photo)

    En juin 2000, mon frère a été condamné à trois ans et demi de prison. Lorsqu’il a refusé d’admettre quelque méfait que ce soit et a résisté à être menotté, la police l’a battu dans la salle d’audience du tribunal. La seule excuse de la cour pour accuser mon frère a été qu’il avait « fait appel à Beijing », ce qui est sensé être un droit assuré par la constitution. Ainsi il n’aurait pas dû être condamné. Les gens du système légal local étaient tous conscients de cela. Le Juge Zhilin Yang a dit le 18 juillet, après le procès de mon frère, que mon frère et un autre pratiquant qui avait aussi été illégalement condamné enduraient la punition au nom de tous les pratiquants de Falun Gong de la ville. Le même jour, le juge, M. Yang a dit : « Jetez leur lettres d’appel à la justice, puisqu’elles sont inutiles. »
  • Trois pratiquants de Dafa sont condamnés à de lourds sentances de prison dans la ville de Guilin.

    Après que les trois pratiquants aient été torturés jusqu'au seuil de la mort, ils ont été envoyés de force à la troisième prison de la province de Guangxi (prison de Guilin). Afin de les contraindre de renoncer à leur croyance au Dafa, les gardiens de prison ne permettaient pas qu’on leur parle et les ont placés dans des cellules d’isolement. Un cercle a été tracé au sol et le pratiquant devait se tenir debout au centre pendant que cinq ou six prisonniers l’empêchaient, à tour de rôle, de dormir. Si le pratiquant n’obéissait pas aux ordres donnés, il était battu brutalement et par la suite attaché.
  • Corruption institutionnalisée dans la province d’Hebei: les policiers de la ville de Bazhou accumulent de l’argent clandestinement dans la persécution contre le Falun Gong

    Le Bureau de la Sécurité Publique de la Ville de Bazhou a ordonné aux stations de police locale de la Ville de Nanmeng et du Village de Kangxian de kidnapper les pratiquants du Falun Gong les uns après les autres. Ils ont imposé des amendes aux pratiquants et ne les relâchaient pas à moins de recevoir de l’argent.
  • Du à la pression internationale le “Bureau 610” change de nom et se déclare « Bureau Dissous »

    Des officiels du gouvernement au courant commentent que c’est une tactique souvent utilisée par le Parti, qui consiste à simplement changer l’apparence extérieure et non la nature de quelque chose. Le nom de « Bureau 610 » a une réputation terrible, aussi le gouvernement a-t-il recouru à un changement de nom afin de traiter avec les procès à l’étranger et les médias d’outremer.