Nouvelles de Chine, 4213 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé

  • Le pratiquant de Dafa M. Tian Yicheng est arrêté, et son épouse, enceinte est battue par la police dans la ville de Chongqing

    Quand la police est allée l'arrêter, son épouse a essayé de les en empêcher, mais les policiers l'ont battue bien qu'elle soit enceinte. Ceci a suscité l'indignation parmi les résidents locaux, mais en dépit de l'appel des gens, la police a emmené M. Tian et son épouse.
  • Enlèvement et tir à vue sur Liu Chengjun, pratiquant de Dafa dans la province de jilin

    Le 21 octobre 2003, la famille de Liu Chengjun a reçu une note disant qu’il était entre la vie et la mort et avait été hospitalisé. Lorsqu’ils se sont précipités à l’Hôpital Central de la Ville de Jilin, ils l’ont trouvé presque mourant. Son corps était couvert de blessures, et il n’a pas pu reconnaître les membres de sa famille. Il ne cessait de reprendre et de nouveau perdre conscience. Il a demandé à sa famille de traiter avec bonté les détenus qui avaient pris soin de lui. Le 27 octobre 2003, Liu Chengjun a été envoyé dans le notoire Hôpital de Police de la Province de Jilin.
  • Deux pratiquantes de la province de Shandong injustement condamnées à 4 ans d’emprisonnement

    Tian Shuzhen, une femme de 40 ans qui travaille à l’usine de textiles du conté de Wudi, province de Shandong, a été illégalement arrêtée et condamnée à 4 ans de prison cette années. Elle a été arrêtée parce qu’elle clarifiait la vérité au public. En même temps, une autre pratiquante du nom de Wu Boudzhi a aussi reçu la même condamnation. Actuellement les deux femmes sont détenues à la prison pour femme de Shandong.
  • Un pratiquant de Dafa de Harbin, Zhou Jingsen, est mort de la torture

    Zhou Jingsen, 69 ans, était un pratiquant de Dafa de la ville de Harbin, province de Heilongjiang. Pour sa croyance dans Dafa, il avait été arrêté et emprisonné avec l'équipe 4 du camp de travail de Changlinzi. Puisqu'il avait refusé de renoncer à sa croyance, il avait été brutalement torturé au camp. En conséquence, il avait développé des gales partout son corps, du cou jusqu'aux chevilles. Il était émacié et ne pouvait même pas s'asseoir droit. La police a forcé tous les pratiquants, y compris Zhou Jingsen, de s'asseoir pendant toute la journée, ne leur permettant pas de bouger. Souvent, Zhou Jingsen tombait et d'autres devaient le relever.
  • Crimes à l'hôpital -- la persécution de la pratiquante de Dafa Chen Yinghua

    J'ai conduit une grève de faim au centre de détention, et pour ceci, le chef du bureau de sécurité publique de la ville de Jiaxing m'a punie par l'alimentation forcée, des menottes aux mains et des chaînes aux pieds. A l'hôpital, j'ai souffert de tortures bien plus brutales. D'autres prisonniers ont été dirigés pour me tourmenter physiquement et mentalement. Si je devenais handicapée ou mourait, le bureau de sécurité publique de la ville de Jiaxing avait prévu d’incinérer mon corps et puis, d'affirmer que ma mort était un exemple de suicide d’un pratiquant de Falun Gong, et d’utiliser cela pour leur fausse propagande
  • L'attrait de l'argent encourage la police à maltraiter des pratiquants de Dafa dans les camps de travaux forcés

    Une information venant d'un des camps de travail forcé en Chine mentionne que le régime de Jiang récompense un policier de 500 Yuan * s'il arrête un pratiquant de Falun Gong. Si les gardiens de prison soumettent avec succès un pratiquant à un lavage de cerveau, ils reçoivent 1.000 Yuan, mais ils sont condamnés à 3.000 Yuan d'amende si le pratiquant ou la pratiquante revient dans les six mois.
  • Au camp de travail de Jiutai – percer des trous dans la chair avec des tubes en plastique et appliquer du sel et du poivre sur les blessures

    Ils ont frappé les pratiquants avec des matraques électriques, ils les ont brûlés avec des cigarettes et ils ont percé des trous sous leurs bras, leurs cuisses et à d’autres endroits du corps où la chair est tendre avec les bords tailladés de tubes en plastique de 6 cm. de diamètre. Ensuite, ils ont utilisé des brosses à dent pour étaler du dentifrice, du poivre, du sel et d’autres substances à même la chair. Ils ont aussi percé les poitrines de M. Liu Qinghua et de M. Huang Yuedong, qui sont restés fermes dans leur croyance malgré la cruelle torture.
  • Le Pratiquant de Falun Gong Liu Chengjun est transféré dans un endroit secret (Photo)

    L’Organisation Mondiale d’Enquête sur la Persécution du Falun Gong (WOIPFG) a rendu public les résultats de l’enquête sur la situation du pratiquant de Falun Gong Liu Chengjun, qui était en grève de la faim et a été torturé jusqu’au seuil de la mort dans la prison de la ville de Jilin. La WOIPFG a confirmé que parce que le cas de Liu Chengjun avait été exposé à la communauté internationale les unites de travail concernées l’avaient transféré dans un endroit secret. Liu Chengjun n’a pas encore été relâché. Sa vie est toujours en danger.
  • La pratiquante, Mme Guo Songmei, est morte des tortures subies à la prison pour femmes de Harbin

    Mme Guo Songmei était une pratiquante qui avait vécu dans la ville de Jixi, province de Heilongjiang. Pendant sa détention dans la division 9 de la prison pour femme de Harbin, elle avait été soumise à la torture brutale. En conséquence, son corps entier était enflé et ses poumons gravement meurtris et irrités en raison du gavage à long terme. Pour échapper à la responsabilité de la détérioration rapide de son état, la prison l'a libérée le 6 mars 2003. Le 8 mai, peu de temps après son retour à la maison, Guo Songmei est morte.
  • La mission diabolique du service correctionnel de Jiamusi : Éducation et correction par la force et la torture

    La mission des policiers au service correctionnel de Jiamusi s’intitule: « éducation et correction à l'aide des instruments de torture. Incinérez les personnes qui refuseront de se conformer. » Motivés par cette devise, ils torturent les pratiquants du Falun Gong sans retenue. Leurs méthodes sont extrêmement cruelles. Par exemple ils attachent des pratiquants à un lit de torture, ou ils forcent des pratiquants à s'asseoir en hiver sur une chaise en métal sur laquelle ils verseront de l’eau froide.
  • Informations supplémentaires sur la persécution de la pratiquante de Shanghai Li Weihong avant qu'elle ne meurt

    Aux environs de juin 2001, la cour municipale de Wenzhou a ouvert le premier procès illégal contre quatre d'entre eux. Ce jour, Li Weihong a dû être portée au tribunal car elle avait souffert considérablement pendant la détention. Elle était très maigre, elle ne pouvait répondre que faiblement aux questions posées avec des hochements de la tête. Elle était si faible physiquement qu'elle s'est effondrée dans le tribunal et a été transportée dedans et hors de la cour plusieurs fois. En conséquence, la cour a dû arrêter son interrogatoire à plusieurs reprises. A ce moment-là, il y avait la famille et les avocats des pratiquants qui la représentaient. Plus tard, Li Weihong a été mise en liberté provisoire pour recevoir un traitement médical, et son beau-père l'a ramenée à Shanghaï. En juin 2001, la cour municipale de Wenzhou a rendu un verdict illégal et Li Weihong a été condamnée à un ans d'emprisonnement.
  • La police dans le camp de travail de Changlinzi méprise la vie des pratiquants

    Refusant de coopérer avec la police, M. Tian était maltraité dans le camp de travail, ce qui avait fait monter très haut sa tension artérielle. En dépit de son état, les fonctionnaires du camp de travail ne l'avaient pas libéré. Quand il s’est évanoui pendant un repas, la police du camp de travail l'a finalement envoyé à l'hôpital de Wanjia, sans avoir vérifié s'il était encore vivant. La police a forcé les médecins à l'hôpital de publier un rapport disant que la mort était due à des causes naturelles.
  • La mort du pratiquant de Dafa M. Zhang Jiaying, en raison de la persécution

    M. Zhang Jiaying, un pratiquant de Dafa d’environ 40 ans, était un employé pour l'usine de ciment d'Echeng dans la ville d'Ezhou, province de Hubei. Il n'a pu résister à la persécution inhumaine et est mort le 28 janvier 2003, après la souffrance de la pression psychologique et les énormes douleurs physiques des coups et de la persécution à long terme.
  • Le pratiquant M. Hua Haiyu meurt sous la Torture à Daqing

    Le pratiquant de Dafa M. Hua Haiyu de Yinlangku à Daqing était un employé de la Compagnie de Matériaux et d’Equipement affilié au Bureau Administratif du Pétrole de la Ville de Daqing. Sa femme Piao Yufan était aussi une pratiquante de Dafa. Les deux étaient quinquagénaires. Hua Haiyu a été torturé au centre de détention. Il est décédé au mois d’avril 2003 peu après avoir été relâché.
  • L’ancien Chef Politique de la Section du Département de la Police du Comté de Liaozhong a été torturé à mort

    M. Han Qingcai, âgé de 62 ans, est allé faire appel à Pékin en 2001. En conséquence, il a été condamné à trois ans de prison et a été emprisonné à la Prison du Comté de Liaozhong. Lors de sa détention, il a été gravement torturé. Le 8 août 2003 il a été renvoyé chez lui seulement parce qu’il était mourant. Il est décédé le 19 août 2003, onze jours après son retour à la maison.