Nouvelles de Chine, 3906 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé

  • Des appels téléphoniques de pratiquants de Dafa à l’étranger choquent la police et activent la libération d’une pratiquante détenue

    Le 18 avril 2003, une pratiquante de Dafa, Li Mei a été relâchée d’un centre de détention en Chine du à des appels téléphoniques de pratiquants de Dafa d’autres pays. Cela montre le grand impact que peut avoir la clarification des pratiquants outremer pour secourir les pratiquants en Chine, ainsi que le choc significatif que cela produit sur ces officiers de polices qui persécutent les pratiquants de Falun Dafa.
  • Une brillante jeune fille de treize ans est persécutée pour sa croyance en Dafa

    En mai 2000, la police perquisitionna illégalement sa maison et l’arrêta pour l’envoyer dans une classe de lavage de cerveau à Lanzhou. Ils l’interrogèrent sur la situation chez elle mais elle ne leur dit rien. Ni la gentillesse factice des malfaiteurs ni le raisonnement tordu d’anciens pratiquants retournés contre Dafa sous la pression ne parvinrent à la troubler. Lorsque son père la ramena chez elle, les autorités demandèrent qu’elle fasse certaines promesses. Elle les rejeta résolument. Elle refusa aussi d’accepter la demande du principal de l’école de ne rien mentionner à propos du Falun Gong après être revenue à l’école. Face à la possibilité d’exclusion, elle continua résolument à refuser de renoncer à sa croyance en Dafa.
  • Pratiquante de Falun Dafa Mme Huang Lisha de la ville de Emei, province de Sichuan a été torturée à mort par le Centre de Détention de la ville de Chengdu

    Après sa mort, le directeur du Centre de détention Liu Lijuan manipula immédiatement les criminels détenus dans le groupe 11-4 pour leur faire dire que Mme Huang avait été libérée.
  • Une pratiquante meurt après plus d’un an de souffrances dans le camp de travail forcé de Nanmusi

    Mme Zhu Yinfang, une pratiquante de Falun Dafa de la ville de Chengdu, dans la province de Sichuan avait la cinquantaine. Elle était une ancienne employée du Bureau de la Compagnie pétrolifère de Yumen. Elle fut arbitrairement emprisonnée en décembre 1999 et de nouveau en octobre 2001, au camp de travail forcé de Nanmusi dans la province de Sichuan. Le 26 avril, le camp informa sa famille qu’elle était décédée.
  • Une pratiquante agée Sui Songjiao de la province de Shandong est torturée à la mort dans un Centre de lavage de cerveau

    La pratiquante de Dafa, Mme Sui Songjiao était une fermière de 57 ans qui a vécu dans le village de Shanlijia, Ville de Jinling, Cité de Zhaoyuan, province de Shandong. Comme elle refusait de renoncer à sa croyance en Dafa, elle a été brutalement torturée à mort dans un centre de lavage de cerveau. Elle est le cinquième pratiquant de Dafa torturé à mort dans la ville de Zhaoyuan.
  • La pratiquante Chen Xiangzhi se fait briser la colonne vertébrale par la police à la Prison pour Femmes de Yangmahe dans la province de Sichuan

    Après sa libération elle clarifiait souvent les faits sur la persécution aux gens. En conséquence, elle fut arrêtée de nouveau et illégalement condamnée à 8 ans en prison. Pendant son incarcération à la Prison pour Femmes de Yangmahe dans la ville de Jianyang, province de Sichuan elle subit une torture féroce. Elle eut la colonne vertébrale brisée sous les coups.
  • Les policiers de la ville de Shulan, province de Jilin, kidnappent de nombreux pratiquants; nourrie de force, Chen Yuxia échappe de justesse à la mort.

    Ils ont utilisé des passe-partout pour entrer à l’intérieur des domiciles des pratiquants, ils ont emmené ces derniers après y avoir effectué une fouille. Nous avons appris que plus de 30 pratiquants sont incarcérés au centre de détention de Shulan. Parmi eux se trouvent Xu Shulan, Zhao Yiguang, Liang Duo, Shao Guirong, Meng Xianqin, Dong Haifen, Yu Haiwen, Chen Yuxia, etc. Ces pratiquants sont tous en grève de la faim en guise de protestation de leur détention illégale et ils ont été nourris de force.
  • Province de Sichuan : un hôpital psychiatrique de la Croix-Rouge est utilisé comme salle de torture

    L'hôpital psychiatrique de la Croix Rouge de la ville de Pengzhou, province Sichuan, a détenu illégalement des pratiquants depuis 2000. En août 2002, plus de 20 pratiquants ont été incarcérés illégalement au centre de détention de la ville. Ils ont entamé une grève de la faim en groupe afin de protester contre cette incarcération illégale. La police a transféré plus de 10 pratiquants à l'hôpital psychiatrique où ils leur ont injecté de force trois bouteilles d'eau salée par jour. Si les pratiquants refusaient les injections d'eau salée, ils étaient alors soumis à des injections de drogue. Après cette torture prolongée, leur corps était extrêmement affaibli. Voyant qu'ils agonisaient, les tortionnaires ont alors ajouté quelques vitamines aux injections...
  • CIEFG : confirmation du décès de 12 autres pratiquants de Falun Gong, torturés à mort en Chine.

    Des sources internes en Chine rapportent le décès de 12 autres pratiquants de Falun Gong, ce qui amène le total des morts confirmées, dans cette persécution du Falun Gong par le régime de Jiang, à 673. Compte tenu des tactiques de mensonges du régime pour cacher toutes nouvelles déplaisantes aux yeux du monde, ce qui est apparu clairement dans leur tragique dissimulation de l’épidémie de SRAS, le nombre réel de morts de pratiquants de Falun Gong est certainement beaucoup plus élevé.
  • La pratiquante de Dafa Mme. Zhao Baolan a été torturée à mort par les gardes du centre de détention du district de Hekou dans la province de Shandong

    Deux jours avant que Mme. Zhao mourut, elle a dit aux pratiquants qui étaient venu la voir, « Dans le centre de détention de Hekou, les officiers de police ont utilisé une variété de méthodes pour torturer les pratiquants de Dafa. La police a forcé les pratiquants à lire des journaux et des livres calomniant Dafa. Si un pratiquant refusait de le faire, tous les pratiquants dans la salle étaient torturés. » En novembre, la température était très froide. Même si Mme. Zhao n’avait que ses vêtements d’été, les gardes ont renvoyé les proches qui lui avaient apporté des vêtements d’hiver.
  • La pratiquante de Dafa Liu Qingmei est torturée et condamnée à 12 ans d’emprisonnement

    La pratiquante de Dafa Liu Qingmei de Anqiu, province du Shandong, a été arrêtée le 24 juillet 2001 alors qu’elle distribuait des documents clarifiant la vérité sur Dafa. Elle a été frappée plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle n’arrive plus à tenir debout. Elle a commencé une grève de la faim qui a duré 48 jours pour protester contre la persécution, pendant laquelle elle a été nourrie de force. Liu Qingmei a tellement souffert de la cruauté qu’elle était sur le point de mourir. Craignant qu’elle puisse mourir en prison, la police l’a conduite dans un lieu éloigné et l’a déposée sur le bas-côté de la route.
  • Les événements ayant conduit à la mort du pratiquant du Falun Dafa Li Junchen

    Après plus de 20 jours de détention illégale, il a commencé à avoir la diarrhée. Un mois plus tard, il est devenu de plus en plus maigre et sa santé se détériorait graduellement. Cependant, les gardes de la sécurité publique Gao Fen et Huang Jinqi et le chef du centre de détention Dou Yankui ont fermé l’œil sur les souffrances de Li. Finalement, les membres de la famille de Li ont dépensé 700 Yuan et Li est revenu à la maison le 20 septembre 2001. Cependant, dû aux menaces à long terme, au harcèlement, à plusieurs périodes de détentions illégales et au fardeau financier, le 20 novembre cet homme en bonne santé a perdu sa précieuse vie.
  • Torturée à mort au camp de travail de Masanjia : Mme Zhang Guizhi, pratiquante de Dafa de la province du Liaoning

    Elle a été illégalement condamnée à deux ans d’éducation par le travail forcé et transférée au camp de travail de Masanjia où elle était détenue dans le groupe n°1, équipe n°2 de la division n°2. Le 12 avril 2003, les membres de sa famille ont reçu une information conjointe du camp de travail, du poste de police local et du comité du village, disant que Zhang Guizhi « recevait un traitement d’urgence parce qu’elle était dans un état critique ». Lorsque sa famille s’est précipitée à Masanjia, ils l’ont trouvée déjà morte et son corps placé dans la chambre mortuaire.
  • Province de Gansu – le père meurt de la persécution, la mère est dans un camp de travail , les jeunes garçons restent seuls.

    M. Bai fit une grève de la faim pour protester contre sa détention illégale dans un camp de travail forcé pendant plus de deux mois et demie. En conséquence, la persécution contre lui se fit encore plus brutale. M. Bai mourut à la fin de 2002 à l’hôpital du camp de travail de Kangtai, ville de Lanzhou, province de Gansu. Sa femme, Wang Gendi, 35 ans environ, est également une pratiquante de Falun Dafa, et fut illégalement condamnée à deux ans dans un camp de travail forcé. Leurs deux jeunes garçons sont restés seuls et sont pour le moment chez la mère de Mme Wang Gendi.
  • Un avocat handicapé est torturé à mort de sang froid par la police

    Li Jian est mort en résultat de la torture physique et mentale inhumaine. Il a été forcé à faire un travail dur et intensif au-delà des limites de la tolérance humaine, pendant des périodes prolongées. Il avait dit une fois à d’autres, « Je préférerai ne pas manger si je pouvais seulement me reposer pendant cinq minutes. » Mais la police ne le laissa pas prendre de repos même à son dernier jour.


  • Page | [-1000] | [-100] | [-10] | 1 | ... | 998 | 999 | 1000 | 1001 | 1002 | 1003 | 1004 | ... | 1054 | [+10] |