Nouvelles de Chine, 4112 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé

  • La pratiquante de Dafa Mlle Xia Ting a reçu des doses nocives d’un produit endommageant le système nerveux au camp de travail de Baimalong dans la ville de Zhuzhou, province de Hunan

    A la fin de son terme original, les autorités du camp lui ont arbitrairement ajouté une année de plus. Durant ses deux ans et demie de détention, la police l’a persécutée très cruellement. Parce qu’elle refusait d’abandonner la cultivation de Falun Dafa, ils l’ont forcé à se tenir debout pendant longues périodes, l’ont menottée, torturée, choquée à l’électricité, et encore d’autres tortures. Durant ses 42 jours de grève de la faim, de septembre à octobre 2001, les auteurs des crimes à la clinique du camp lui ont injecté de force de fortes doses du produit « Hibernation #1 » [une sorte de somnifère] Ce qui lui a causé des pertes de mémoires et d’équilibre.
  • Une pratiquante âgée meurt aux mains de la police de la ville de Shenyang Police

    Rapport du 25 juin, la pratiquante de Dafa Mme Zou Qingyu, avait 63 ans. Elle vivait à Shenyang, dans la province de Liaoning. Le 4 janvier 2002, elle a été illégalement arrêtée alors qu’elle distribuait des documents de clarification de la vérité. Elle a été condamnée à une lourde peine de prison, et aux alentours du 25 avril 2003, elle a été torturée à mort. Les détails sont en cours d’enquête.
  • Une petite fille de dix ans perd ses parents en résultat de la persécution des pratiquants de Dafa

    Pour éviter l’arrestation, ils ont dormi dans des tuyaux de drainage, sous des ponts, ou dans tout autre endroit où ils pouvaient passer la nuit. Durant la journée, ils allaient alentour clarifier la vérité et exposer les crimes commis contre les pratiquants.Un mois plus tard, elle et son mari furent arrêtés. Son mari put sauter hors du van de la police et s’échapper. Par la suite, la police locale de la province de Liaoning vint à Beijing la ramasser elle et quelques autres pratiquants. Alors que le bus retournant dans la province de Liaoning roulait sur une grande route de la ville de Tianjin,elle et un autre pratiquant (dont nous ne savons pas le nom) essayèrent de sauter hors du bus pour échapper à davantage de persécution. Malheureusement ils moururent l’un et l’autre.
  • Menottée et pendue à une barre de fer pendant des jours, le sang coulait sur le sol de ciment brûlant

    À deux reprises, le matin, j’ai fait l’exercice de méditation, et la police m’a vue, on m’a alors tiré à part, menottée et pendue à un poteau de fer pendant plus de 10 heures. Quand on m’a détachée cet après-midi là, mon corps était très douloureux. Les autres pratiquants m’ont aidée à manger. Sous l’effet de tortures aussi cruelles, la police nous demandait encore si nous voulions continuer à pratiquer. Si l’on disait oui, alors ils nous pendaient par les bras et les jambes. Sur certains poteau de fer il y avait deux pratiquants à la fois, ou même trois ou quatre. Ainsi pendus pendant 10 heures, les pratiquants avaient les bras et les jambes insensibles et enflés, à tel point qu’il reste des marques à vie à l’endroit des poignets. Certains pratiquants étaient pendus de manières différentes. Après avoir été pendus de manière répétée, leurs bras étaient dans de telles conditions qu’on ne pouvait plus leur passer les menottes, c’est seulement alors qu’on les détachait. Cette torture a duré pendant plus de 40 jours; tous les jours c’était la même torture.
  • Reportage tardif de la mort de pratiquante de Dafa Mme Lu Wenqian de la ville de Neijiang, province Sichuan, en juillet 2000

    Je suis un élément de Falun Dafa et j’ai bénéficié de la cultivation, c'est le plus que je puisse décrire avec des mots. De faux reportages sont répandus partout dans la société. Des pratiquants qui sont allés au gouvernement pour dire la vérité sont arrêtés illégalement et battus. J’ai une responsabilité et je dois dire la vérité aux gens. Le Falun Dafa n’est pas un groupe indésirable. Les pratiquants du Falun Gong ne sont absolument pas de mauvaises personnes. Je sais aussi que je dois payer un prix pour dire la vérité; cela pourrait me coûter la vie, mais je ne regretterai pas ce fait.
  • Les policiers du comté Yanshan inventent l’histoire de Guo Yuliang

    Un jour, en mars 2003, six véhicules appartenant à des policiers se sont dirigés vers la résidence de Guo Yuliang, au village Xilou, ville de Bianwu, comté Yanshan, dans la province Hebei. Environ vingt policiers armés sont sortis des véhicules et ils ont apporté une caméra vidéo avec eux. Les villageois étaient très curieux et les regardaient, mais les policiers leur interdisaient de s’approcher. Cependant, certaines personnes ont pu être témoins du « grand film »...
  • Les psychotropes ont peu d'effet sur les pratiquants, les pensées droites protègent un pratiquant contre le danger

    J'ai été détenu dans un centre de détention pendant plus de deux mois parce que j’insistais pour pratiquer le Falun Gong; J'ai alors été envoyé dans un hôpital psychiatrique. Là, le docteur m'a ordonné de prendre un certain médicament. Quand j'ai refusé, deux médecins m'ont maintenu et m'ont injecté de force des drogues. Je suis tombé inconscient et je ne me suis pas réveillé jusqu'au jour suivant, alors ils m'ont forcé à prendre encore le médicament. Chaque pratiquant détenu là était forcé de prendre le traitement trois fois par jour.
  • Le pratiquant de Dafa Ji Songhai originaire de la ville de Shuangyashan, dans la Province du Heilongjiang, a été torturé à mort par les policiers du quartier

    Le 16 juin 2003 vers 10 heures du matin, le pratiquant de Dafa Ji Zonghai originaire de la ville de Shuangyashan, dans la Province Heilongjiang a été arrêté par la police locale. Durant l’interrogatoire, la police a torturé Ji pour le forcer à faire des aveux. Le même jour, à 16h, Ji Songhai a été torturé à mort. Après sa mort, les coupables ont jeté le corps du 7ème étage pour faire croire à un « suicide ». D’après les gens qui étaient présents sur place, le corps de Ji était couvert de blessures.
  • Le Falun Gong est ouvertement pratiqué dans un village chinois où les agents du bureau 610 ont tous appris la vérité.

    Après avoir réalisé la vérité, ils se sont sentis coupables et honteux pour leurs actions précédentes en arrêtant des pratiquants et en organisant des classes de lavages de cerveau. Plus tard ils commencèrent à travailler contre la persécution et protégèrent les pratiquants de Falun Gong. Maintenant, le bureau « 610 » fait de son mieux pour trouver des alternatives aux « ordres » de plus hauts fonctionnaires et ils essayent de protéger les pratiquants de Falun Gong toutes les fois qu'ils le peuvent.
  • La police de la ville de Jiaohe fait irruption pendant une conférence de Loi et arrête plus de 30 pratiquants de Falun Dafa

    A la mi-mai 2003, lorsque plus de 30 pratiquants de Dafa de la ville de Jiaohe, comté de Shasongling, province de Jilin, participaient à une conférence de Loi, un informateur les a dénoncés aux autorités. Wei Yalan, le Chef du comté, et Dai Zhenhua, le commissaire politique et judiciaire, ont conduit les policiers Li Dechang, Jiang Xicai et d’autres et fait soudainement irruption dans la conférence. Ils ont appréhendé tous les pratiquants présents.
  • L’agonie dont a fait l’expérience un pratiquant de Falun Dafa de la ville de Guangshui

    Avant le 1er mai 2001 [journée Internationale du Travail]craignant que les pratiquants de Dafa ne sortent faire appel, plusieurs fonctionnaires hors la loi de la ville de Guangshui ont envoyé huit policiers du poste de police de Dongcheng entrer chez Liu par effraction. Ils l’ont fait tomber et l’ont battu pendant une demie heure. Après les coups, ils l’ont emmené au centre de détention, où ils l’ont de nouveau battu et humilié de nombreuses fois. La torture l’a rendu incapable de manger pendant une semaine. Durant son arrestation illégale, il a été détenu pendant plus de trois mois.
  • Un gavage forcé toxique est fatal à une pratiquante de Dafa de la ville de Zhangjiakou (numéros de téléphone)

    Rapport du 22 juin : Mme Yang Yufang, une pratiquante de 47 ans vivait à Zhangjiakou, dans la province de Hebei.A la mi-juin 2003, Mme Yang Yufang fut enlevée par des malfrats de la troisième division des services de police de la ville. Elle fit une grève de la faim pour protester contre son injuste traitement et la police l’a gavée de force deux fois, causant sa mort. Son corps a été secrètement incinéré, sans égard pour la décence humaine.
  • Mme Liu Senle, pratiquante de Dafa, torturée à mort au centre de lavage de cerveau de Xinjin dans le district de Xindu à Chengdu

    Après la fin de sa peine, l’après-midi du 22 avril, le personnel du « bureau 610 » l’a envoyée au centre de lavage de cerveau de Xinjin, où elle a été cruellement frappée et torturée. Lorsqu’ils ont vu que Liu était au seuil de la mort, les voyous ont extorqué 1000 Yuan à sa famille avant de la relâcher. Le 23 mai, l’épouse du secrétaire local du Parti et deux autres personnes l’ont recueillie. Elle était pieds nus, tout son corps était douloureux et sa tête était enflée. Sa poitrine était noire et bleue, son ventre était gonflé. Elle avait de l'écume aux lèvres et se tenait le ventre toute la journée à cause de la douleur. Trois jours après son retour à la maison, le matin du 26 mai, elle est décédée.
  • Les pratiquants de Dafa de Shanghaï sont victimes d’une nouvelle série de persécution.

    Après l’arrestation, la police a fouillé la maison de Ma Yuguan et confisqué ses livres de Dafa, ses VCD, son VCD player, et l’ordinateur de son fils. La police a aussi menacé les membres de sa famille, lui disant de ne pas contacter d’autres pratiquants. M. Ma veillait habituellement sur sa femme hémiplégique. Après son arrestation illégale, son petit fils de 7 ans et sa vieille mère de 80 ans restèrent seules à la maison avec sa femme. Malgré que d’autres pratiquants se soient proposés pour s’occuper d’eux, la police ne l’a pas autorisé, sans donner aucune raison. La police a aussi refusé de permettre aux membres de la famille de Ma de lui rendre visite dans le centre de détention. M. Ma est un retraité de presque 60 ans.
  • La persécution insensée des pratiquants de Dafa de la ville de Qiqihar

    Mme Li Fengy a 36 ans, et fut enlevée en avril 2002, puis emmenée au poste de police. Quatre officiers de police l’ont torturée. Ils l’ont attachée sur un « Banc du tigre »*. Deux policiers lui ont saisi les jambes, chacun une jamb. Les deux autres policiers se sont alors assis sur ses jambes, pour les maintenir à terre. Ils ont menotté ses poignets derrière son dos, avec un bras par-dessus l’épaule pour rejoindre l’autre bras par derrière. La police a tiré ses bras avec tant de force que ses épaules ont été disloquées et que ses bras sont devenus plus longs que la normale. Elle a alors été envoyée à l’hôpital.