Nouvelles de Chine, 4322 morts confirmées, Dernières nouvelles, Témoignages individuels, Révéler la persécution, Bureau 610, Camps de la mort et trafic d'organes, Mise en scène tragique : l'épisode de l'auto-immolation, Autres

Torture | Arrestations, enlèvements, disparitions | Lavages de cerveau | Détentions illégales et emprisonnements | Extorsions | Persécutions dans la société | Dans les camps de travail | Témoignages individuels | Accusations fabriquées | Hôpitaux psychiatriques | condamnations illégales | Usage de faux et mensonges | Violer la loi | Procès secrets | avortements forcés | Traffic d'organes | Eléments d'enquête | Voix de justice - soutiens | Couverture des médias | Manifestations pacifiques - Forums - Débats | CIPFG | Documents de référence | Opinions et commentaires | Rapports d'enquête | Révélations et Témoignages | Conférences de presse - Déclarations | Enquêtes indépendantes | Travail forcé | Persécution hors de Chine

  • Nouvelles retardées : Deux pratiquants de Falun Dafa ont été torturés à mort dans la ville de Gongyi, Province de Henan

    Le médecin a découvert un fil de métal attaché à son cou. Le père de Chang Baoli a demandé à la police « Il est mourant, vous n’enlevez même pas ce qui a servi à le torturer ? » A ce point, Du Jie et ses complices ont enlevé le fil de son cou. Du fait de la gravité de ses blessures, il n’a pas repris connaissance et Chang Baoli, un garçon de vingt ans est mort des coups de la police . M. Di Xishun fut détenu dans la Classe de Lavage de Cerveau de Gongyi et au Centre de Détention parce qu’il était ferme dans sa pratique de Falun Dafa et parce qu’il continuait à clarifier la vérité. Il fut torturé et est mort chez lui peu après avoir été relâché.
  • Un pratiquant à Dalian, dans la province de Lioning est torturé jusqu’à la démence dans le Camp de Travail Forcé de Dandong

    Après un mois de « Cellule à Gestion Stricte », la police a relâché Wang Qiang, mais il avait déjà été torturé si sévèrement qu’il demeurait dans un état de démence. Alors qu’il était dans la « Cellule de Gestion Stricte », Wang Qiang a fait une grève de la faim, et ils l’ont gavé. L’officier de police Dai (surnom) également chef de l’hôpital du camp, a utilisé des tenailles pour faire tomber les dents de devant de Wang Qiang durant le gavage parce que Wang n’ouvrait pas sa bouche. Le sang a giclé partout et Wang Qiang a perdu conscience. La santé de Wang Qiang s’est régulièrement détériorée. En octobre 2000, après un examen médical dans un hôpital, Wang Qiang a été diagnostiqué comme ayant une « nécrose des tissus musculaires » et une « schizophrénie sévère. » En réalité, Wang Qiang s’était effondré mentalement en résultat de la torture qu’il avait endurée.
  • Quinze pratiquants subissent la persécution après la télédiffusion de la clarification de la vérité à la télévision dans la province de Gansu

    Au mois d’août de l’an 2002, les pratiquants ont réussi à télédiffuser deux clip vidéo au sujet du Falun Gong, "Témoins" et "Procès de l’Histoire", sur le câble de TV à Xining, Province de Qinghai et dans certaines régions de Lanzhou, Province de Gansu. La télédiffusion a duré une demi-heure. Par la suite, le groupe de Jiang a commencé des représailles frénétiques, arrêtant quinze pratiquants du Falun Gong. Un pratiquant a été condamné à vingt ans d’emprisonnement. Un des pratiquants impliqué dans la diffusion, M. He Wanji, est mort à la suite des tortures dans la Prison de Haomen, Province de Qinghai.
  • Exposer la Vérité sur un Reportage TV en 1999 qui Diffamait le Falun Gong

    En Août 1999, l'émission « Gens ordinaires » diffusée sur une Station TV de la Province de Liaoning a faussement rapporté que Chang Xiufang a divorcé avec son mari Song Yongqing parce qu'elle pratiquait le Falun Gong. Je suis Chang Xiufang. Ce reportage était faux. Laissez-moi vous raconter la vraie histoire.
  • Mort de Mme Liao Furong de la ville de Chongqing en résultat de la torture au Centre de Détention du comté de Pengshui.

    Le 19 novembre 2000, Lio Furong alla place Tienanmen avec un autre pratiquant pour y dérouler une banderole avec les mots « Authenticité-Compassion-Tolérance ». Mme Liao fut arrêtée et souffrit une sévère torture au Centre de Détention du comté de Pengshui. Plus tard elle fut condamnée à quatre ans et demi de travail forcé. Cependant la Prison pour Femmes de Yongchuan refusa de l’accepter du fait de ses blessures suite aux coups. Elle fut libérée sous « caution pour traitement médical » dans la deuxième moitié de l’année 2001, et décéda à l’hôpital début 2002.
  • Nouvelles retardées : Mme. Zhang Yanju est confirmée être morte de la persécution voici quatre ans

    Mme Zhang Yanju, la trentaine, fut arrêtée et envoyée au centre de détention par les services de police du Comté de Fuxin en février 2000. Elle fut relâchée le 6 mars 2000. Elle est décédée trois jours après être rentrée chez elle. Un policier du commissariat de police de Chengdong (tel86-418-8823404) a confirmé la mort de Zhang et répondu au téléphone que c’étaient les services de police qui avaient donné l’ordre d’envoyer Zhang en centre de détention. Mais il a refusé toute information supplémentaire, prétendant que la campagne lancée par les autorités contre le Falun Gong était une lutte politique et qu’il ne pouvait pas répondre aux questions pertinentes.
  • La mort de Han Chunyuan – Causée par un gavage brutal dans la prison pour femmes de la province de Jilin

    Un jour au début du mois d’août, plus d’une dizaine de détenus gavèrent brutalement Han Chunyuan sans la présence d’un médecin. Jiang Lihu ouvrit de force la bouche de Han Chunyuan avec un paire de tenailles lui cassant une dent. Les détenus Cheng Yan, Wang Lihua et d’autres s’assirent de tout leur poids sur le corps de Han Chunyuan. Le détenu Zhao Tianrui chevaucha même Han Chunyuan. Il y avait plus d’une dizaine de détenus qui l’entouraient et essayaient de la maintenir à terre. Certains étouffèrent Han et lui firent perdre conscience. Un écume blanche sortit de sa bouche, et elle ne put plus refermer la bouche.
  • Népal: le groupe de Jiang étend la persécution jusqu’au Népal – une pratiquante du Falun Gong de Taiwan est suivie et menacée

    " Les ambassades chinoises, consulats et employés ont utilisé différentes approches pour participer à la persécution du Falun Gong. Les approches employées ont été si basses et méprisables qu’il est choquant d’apprendre jusqu’où sont allés leurs efforts. Pour empêcher ce genre de persécution de s’étendre, et protéger les droits des personnes et pratiquants de Falun Gong outre-mer, ces deux organisations ont commencé une course contre la montre. Ils ont enquêté sur la responsabilité légale des ambassades chinoises, consulats et de leur personnel dans la participation de la persécution du Falun Gong, et ont commencé à collecter des preuves de leurs activités à travers le monde. Cette information sera corroborée et utilisée comme preuve des crimes perpétrés, pour prendre des mesures légales contre eux dans le futur."
  • Zhao Guo-an est torturé à mort dans le Camp de Travail No.3 du Henan – La famille n’a pu voir que ses cendres

    Province du Henan, le fermier Zhao Guo-an du Comté de Wuyang pratiquait le Falun Dafa et a été torturé à mort à la fin décembre 2003 dans le Camp de Travail Provincial No.3 du Henan. On a refusé à la famille de voir le corps avant la crémation et on leur a demandé de venir chercher les cendres. C’est la troisième mort d’un pratiquant dans ce camp de travail.
  • La pratiquante de Falun Gong mme. Sun Yuhua a été battue à mort dans une prison pour femmes de la province de Liaoning

    Incité par la capitaine de brigade Wang Xiuhong et le chef d'équipe Chen Xuena, Sun Lijie et d'autres criminelles ont employé tous les moyens, essayant de faire que Sun Yuhua renonce à sa croyance. Elles ont bourré sa bouche de selles humaines. Cependant, en dépit de la torture, Sun Yuhua est toujours restée déterminée. Un jour, Sun Lijie et d'autres ont battu Sun Yuhua jusqu’à ce qu'elle s’évanouisse. Quand elles l'ont portée à l'hôpital de la prison le matin suivant, elle était déjà morte. Néanmoins, elles lui donnaient toujours des coups de pied, disant qu’elle feignait d'être morte. C'était moins d'un mois après l'incarcération de Sun Yuhua.
  • La persécution implacable de Yu Yingzhang, un professeur à la retraite de l’école pour aveugles et sourds de Zaozhuang, et de son fils Zhang Peng

    A midi le 30 avril 2001, cinq policiers sont soudainement entrés par effraction dans sa résidence. Sans mandat, ils ont fouillé sa maison et confisqué tous ses livres et cassettes de Dafa. Ils ont aussi illégalement détenu Yu Yingzhang au camp de travail No. 2 de Zaozhuang pendant 28 jours. Yu Yingzhang a refusé les demandes insensées de la police. Cependant, la police l’a illégalement condamnée à deux ans de camp de travail. Plus tard, après que son mari soit intervenu en sa faveur, elle est retournée à la maison après avoir payé une caution de trois mille yuan. Malgré ça, la police a encore demandé qu’elle se rende à leur bureau et signe son nom trois fois par jours, et il lui était interdit de quitter sa résidence. Son employeur a arrangé que les gens la surveillent 24 heures/24, et elle n’avait aucune liberté. Le 24 septembre 2002, Yu Yingzhang a été arrêtée et amenée par quatre personnes à une session de lavage de cerveau.. Elle a été menacée des travaux forcés et de renvoie de son travail.
  • Les pratiquants détenus au centre de détention de Handan dans la Province de Hebei sont forcés d’emballer des « baguettes stériles » qui sont en fait contaminées

    "Notre tâche principale était d’emballer des paires de baguettes stériles dans des sacs scellés pour utilisation dans des restaurants. Cependant, la production d’emballage se faisait dans un environnement contaminé – les cellules de la prison. Ces cellules sont petites, sombres et humides, avec l’aménagement de la salle de bain et de la salle à manger au même endroit. Une grande cellule mesure environ 200 pieds carré, mais environ 20 ou quelquefois 30 personnes y sont entassées. Une petite cellule est de 100 pieds carrés, mais une douzaine de personnes sont enfermées dans cet espace étroit. Avec une douzaine de sacs de jute de baguettes entassés dans la cellule, les gens pouvaient à peine bouger. A cause de la contrainte de temps, les gens devaient continuer à travailler sans se laver les mains, même après être allés aux toilettes ou s’être mouché le nez."
  • Autres détails sur la mort de Mme Tong Guijie, pratiquante de Dafa

    Nous avons appris des membres de famille de l’ancien directeur du commissariat de Xingfu qu’avant d’envoyer mme Tong à Changchun, la police avait demandé au directeur du « Bureau 610 » local , « Elle est dans une condition critique, voulez vous toujours l’envoyer en camp de travail ? » La réponse fut, « Oui, envoyez la même si elle meurt. Personne ne sera responsable pour sa mort. » Après la mort de mme Tong, le centre de détention a menti, ils ont dit qu’ elle était morte d’une attaque cardiaque. Nous enquêtons encore sur les détails des abus que mme Tong à soufferts.
  • Davantage de faits concernant la torture à mort de la pratiquante Mme Cao Yali de la province de Jilin

    La police lui banda les yeux et l’emprisonna dans un établissement secret pour les interrogatoires. Là ils la torturèrent pendant un jour et une nuit en la mettant sur un « banc du tigre »(1) en la frappant et l’électrocutant avec des bâtons électriques, lui mettant un sceau sur la tête et frappant le sceau violemment, la laissant geler dehors par des températures de –20°c [-40F] avec un juste un sweater de coton, et la privant de sommeil. Puis, sans présenter aucune preuve légale, ils la condamnèrent à deux ans de camp de travail forcé au Centre de Détention pour Femmes de Heizuizi. Elle fut détenue dans la Brigade N°4. Au Centre de Détention de Heizuizi, parce que mme Cao refusait de renoncer au Falun Dafa, la police la tortura mentalement et physiquement. Elle souffrit d’hypertension et fut relâchée pour raisons médicales. En août 2003 elle était apparemment mourante. Elle mourut de complications le 6 février 2004 résultant d’une torture prolongée et des mauvais traitements qu’elle avait endurés.
  • Un appel du Dr Huang depuis les Etats-Unis : Aidez à retrouver mon frère Huang Xiong (Photo)

    "Le nom de mon jeune frère est Huang Xiong. Il est né en 1978. Il a un diplôme universitaire et une spécialisation en informatique. Il habitait la banlieue de Furong, comté de Wan An, un petit comté montagneux dans la province de Jiangxi en Chine. En 1996, après que j’ai appris le Falun Gong, j’ai ramené cette merveilleuse pratique dans mon village. Plusieurs de mes amis et ma famille, dont mon jeune frère, ont appris la pratique et en ont bénéficié grandement. Cependant, depuis le début de la persécution du Falun Gong en 1999, mon jeune frère est sans-abri. Il a été mis dans un camp de travail pendant deux ans et ensuite a du quitter la maison pour éviter d’être persécuté davantage. Toute cette souffrance, simplement pour sa croyance en « Vérité – Compassion – Tolérance » ! Cela fait 8 mois depuis la dernière fois que j’ai eu de ses nouvelles en avril 2003. Le département de police dans ma province natale de Jiangxi dit ne pas avoir d’information à son sujet."