Wang Lijun soupçonné d'être impliqué dans le prélèvement d'organes du Falun Gong

Dr. Tsuwei Huang de l'Association Falun Dafa de Washington, D.C., demande au gouvernement le 13 février de révéler l'information à propos du prélèvement forcé d 'organes, qu'ils auraient reçue de Wang Lijun. (The Epoch Times)

Wang Lijun, l'ancien chef de la police et maire adjoint de Chongqing, pourrait avoir participé à ou dirigé le prélèvement d'organes sur des prisonniers de conscience, selon un nouveau rapport d'une organisation affiliée au Falun Gong.

L'Organisation mondiale d'investigation sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) connecte, dans un rapport du 15 février, Wang Lijun au prélèvement d'organes de prisonniers et le lie également à la persécution du Falun Gong. Et elle suggère que ces deux sortes d'activités de Wang ont vraisemblablement convergé.


Recherche et Exécution

De mai 2003 à Juin 2008, Wang Lijun était le chef et le Secrétaire du Parti du Bureau de la Sécurité publique de Jinzhou, et depuis 2004, il en était aussi le Vice-maire. Il a toutefois évidemment passé une partie de son temps à s'engager dans des missions officieuses.

Wang était aussi le directeur du “On-Site Psychology Research Center” (OSPRC) du Bureau de la Sécurité publique de Jinzhou, avec lequel il partageait un bâtiment.

Le premier reportage disponible sur l'Internet chinois à propos de cette organisation était de 2005, lorsque le Evening News de Liaoshen a fait une présentation approfondie de l' OSPRC en action. Le Centre avait été chargé de s'acquitter de l'exécution de deux criminels, à laquelle ont assisté le journaliste et un groupe d'experts. Le contexte était un laboratoire de recherche scientifique, selon le reportage.

Selon ce reportage (archivé) le “centre de recherche,” est devenu un site d'exécution où des chercheurs et des experts ont pu assister à "l'entier processus d'exécution d'un criminel condamné à mort par la méthode d'injection .’”

Les données rassemblées sur ces exécutions "contribueraient grandement à la recherche sur des sujets comme le processus de la mort du criminel, les changements physiologiques avant et après l'injection faite à une personne saine, la toxine résiduelle dans les différents organes après l'injection de la toxine, les changements psychologiques d'une personne face à la mort, la transplantation d'organe après l'injection," etc ... selon une traduction de l'article du Liaoshen Evening News par la WOIPFG.

En 2006, lorsque Wang a reçu une récompense pour ses efforts dans le prélèvement d'organes, il a décrit son "centre de recherche sur site" comme "la scène de la transplantation, le point même de l'anatomisation, le point même de la transplantation d'organes sur le récipiendaire" d'après un article publié sur le site Internet de Dragon Design Foundation. La récompense que Wang a reçue a été présentée par la Guanghua Science and Technology Foundation, une organisation à but non lucratif avec laquelle la Dragon Design Foundation était affiliée selon du personnel de cette dernière. Contactés par téléphone; le personnel d'aucune des deux organisations n'a pu donner plus d'explications sur la récompense, et n'a fait que dire, que ça n'avait pas été poursuivi.

La WOIPFG affirme que, selon sa propre investigation, Wang a également supervisé un projet intitulé “Transplantation d'organes de donneurs qui ont été soumis à une injection de médicaments,” lequel impliquait plusieurs universités et un hôpital militaire. Une photo est fournie d'un poster de matériel de marketing, avec l'OSPRC dans le titre et des détais à propos de la transplantation d'organes de donneurs ayant reçu une injection.

(à suivre)

Lire l'article original

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.