La grande tolérance

Diagnostique du pouls par un docteur de médecine chinoise


Ce qui est bon pour les autres est aussi bon pour soi-même

M. Wei de la dynastie Qin était quelqu'un de profondément bon qui aimait aider les pauvres. Il était un excellent médecin de médecine chinoise, sérieux dans son traitement des maladies que ses patients fussent riches ou pauvres. Il ne demandait pas de paiement pour ses services et offrait souvent de l’argent à ses patients les plus pauvres pour qu’ils achètent des médicaments. Si les gens venaient d’un village pour chercher de l’aide, il leur laissait toujours manger un peu de porridge ou un en cas et se reposer un moment avant de les voir. Il expliquait : " Les personnes venant de loin sont affamées et fatiguées, leurs pouls est donc perturbé. Une fois qu’ils ont mangé et se sont reposés, leur pouls sera plus régulier ; je n'essaie pas de faire de bonnes actions et d’accumuler de la vertu, je suis seulement intéressé à obtenir une bonne réputation en tant que médecin. " Les gens pensaient que tout ce qu’il pouvait dire n’était qu’une excuse pour accomplir de bonnes actions.


Un jour, alors qu’il rendait visite à un patient, ce dernier découvrit que les pièces d’argent sous son oreiller avaient disparu. Le fils du malade soupçonna M. Wei de les avoir prises, mais il avait peur de le lui demander. Ainsi le fils, un bâton d’encens allumé à la main, s’agenouilla devant la porte d’entrée de M. Wei. Ce dernier fût très surpris de voir le jeune homme agenouillé : " Que faites-vous là ? "


" J’ai quelque chose à vous demander, mais je crains que vous ne vous mettiez en colère. Je n’ose pas vous le dire "


M. Wei répondit : "S’il vous plait, dites le moi, je promets de ne pas m'emporter."


Le fils l’informa à propos des pièces d’argent manquantes. M. Wei emmena le fils dans une pièce secrète et déclara : " En effet, je les ai prises et voulais les rendre demain, lorsque j’aurai consulté votre père. Maintenant que vous me les demandez, veuillez reprendre l’argent, mais n’en parlez à personne je vous prie ! " M. Wei donna au fils la somme mentionnée.


Lorsque le fils était parti au domicile de M. Wei, les autres le blâmèrent pour avoir insulté le médecin. Lorsque qu'il revint avec l’argent, ils commencèrent à dire toutes sortes de mauvaises choses au sujet du médecin. Ce dernier continua à agir comme si de rien n'était.


Plus tard, lorsque le malade fût totalement guéri, il découvrit l’argent manquant sous la couverture. Il fut choqué et malheureux. Il dit à son fils : "L’argent manquant est ici, et nous avons accusé à tort le vieux médecin. Allons lui rendre l’argent et présentons-lui des excuses. "


Ainsi, père et fils un bâton d’encens allumé à la main, s’agenouillèrent devant la maison du vieux médecin. M. Wei demanda en riant : " Que faites-vous là ? "


Le patient était embarrassé: "Nous vous avons causé du tort, et nous vous ramenons les pièces d’argent. Nous sommes prêts à accepter toute punition que vous nous infligerez. " Le Dr Wei les aida à se relever et dit : " Ce n’est rien, ne soyez pas si durs avec vous-mêmes."


Le fils demanda : "J'ai pris conseil d'autrui et vous ai insulté. Mais pourquoi l'avez vous supporté sans aucune explication ? Je suis si embarrassé que je peux difficilement me regarder en face. Maintenant que je suis assez chanceux pour obtenir votre pardon, voudriez-vous s’il vous plait, m’expliquer."


M. Wei sourit : " Je connais bien votre père et nous sommes du même village. Il travaille dur et vit frugalement. S’il avait appris qu’il avait perdu cette somme, sa condition aurait empiré, il aurait pu ne pas guérir du tout. Peu importe que ma réputation soit ternie. Lorsque votre père a su que son argent était intact, il était heureux et sa maladie a rapidement disparu." M. Wei les invita tous les deux et les régala d’un repas délicieux et de bon vin.


Ce jour-là, il y avait tant de personnes au courant de l’incident qu’elles bloquaient la rue. Chacun admira M. Wei pour sa gentillesse et sa générosité. La renommée de M. Wei ne tarda pas à s'étendre largement et loin.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.