Une jeune artiste chinoise pratiquant le Falun Gong demande l'asile en France ...

Rappel - Shuqi Liu, jeune femme Chinoise âgée de 27 ans résidant à Paris, risque d’être expulsée et renvoyée en Chine car sa demande de réfugiée politique vient de lui être refusée. Shuqi Liu, qui s’adonne à la pratique de la méthode bouddhiste Falun Gong, court de gros risques si elle est renvoyée en Chine : traitements inhumains, emprisonnement, voire la mort.

Bien que les organisations internationales des droits de l’homme confirment toutes qu’il est très dangereux pour un ressortissant chinois pratiquant le Falun Gong d’être renvoyé en Chine, la Cour de Justice a refusé d’accorder l’asile à Mademoiselle Liu, invoquant que son dossier n’est pas assez convaincant.

De nombreux cas ont prouvé qu’une fois rentrés en Chine, les expulsés font état de persécutions qui laissent présager le pire. Les prisons chinoises utilisent couramment la torture sous toutes ces formes, encourageant la délation et forçant les prisonniers de droit commun à maltraiter les prisonniers politiques.

L’affaire fait actuellement l’objet d’un recours.


Shuqi pratiquant le cinquième exercice du Falun Gong


J'ai souffert d'une leucémie pendant 13 ans

Quand je suis née, je pesais moins d'un kilo. Le diagnostic du médecin était que je ne survivrais pas et ma mère fut autorisée à avoir un autre enfant (malgré la loi sur l'enfant unique en Chine). Je saignais du nez tous les jours. J'étais souvent réveillée par le sang chaud qui coulait et son odeur. Quand j’allais à l’école, je devais toujours amener avec moi un sac de coton et des herbes médicinales. Il y avait des traces de sang partout : sur mes livres, mes vêtements, sur les oreillers, les couvertures, les draps et même sur les murs de notre maison. J’avais également une sinusite aiguë et j'étais myope. Ma mémoire était aussi très faible.

J'ai été hospitalisée en raison de saignements excessifs à l'âge de 7 ans. C'est à ce moment qu'on a découvert que j’avais une leucémie. On m'a transfusée de nombreuses fois. Ma famille a dépensé pour moi d’énormes sommes en frais médicaux. Plus tard, une voyante a prédit que je ne pourrais pas vivre au-delà de 13 ans parce que j'étais trop faible. Il m'était impossible de rester debout au soleil plus de10 minutes sans perdre connaissance. Tout mon corps était engourdi et il m'était difficile de respirer. J'ai grandi en prenant toutes sortes de médicaments et d'hormones. Quand j'étais enrhumée, je pouvais sentir la forte odeur de médicaments émaner de mon corps.

Quand je suis arrivée en 6ème à l’école, mon corps était si faible que je pouvais à peine marcher et respirer normalement. L’école était très proche de chez moi, mais j'étais souvent transportée chez moi ou directement emmenée à l’hôpital. La maladie me rendait extrêmement pessimiste et la vie me semblait dénuée de sens.

Afin de renforcer ma santé, j'ai essayé de pratiquer les arts martiaux. Mais plus je pratiquais, plus ma santé se dégradait. Dés que je pratiquais ou que je faisais du jogging, je m'évanouissais et j'avais des crampes. Ma santé ne cessait d'empirer.

La première fois que j’ai du arrêter d'aller à l'école, j'avais 7 ans, car je devais être hospitalisée trop fréquemment. J'étais en CP à ce moment-là.

La seule chose qui me faisait oublier tous mes soucis, c’était la peinture. J’aimais dessiner avec des crayons de couleur mon rêve d'une vie meilleure. Par exemple, j'aimais peindre la terre recouverte d'arcs-en-ciel.

Quand je suis retournée à l’école primaire, je devais encore aller à l’hôpital très souvent et je n’avais pas assez de courage pour rattraper les cours. Mes notes étaient mauvaises. Je ne m’intéressais pas aux gens et aux choses autour de moi.


La pratique du Falun Gong m’a sauvée

Un jour, à la fin de l'année 1997, ma mère m’a fait écouter une série de cassettes de conférences du Falun Gong. La voix du Maître semblait très jeune, claire et pénétrante. Je me suis immédiatement sentie réconfortée. En une semaine, j’ai fini d'écouter les 14 cassettes d’un séminaire donné dans la ville de Jinan.

Chaque jour, ma mère m'enseignait les exercices. Cette semaine-là, je n'ai eu aucun saignement ! J’avais cassé mon bras gauche à l'âge de 3 ans, pourtant, j’ai pu garder les bras levés pendant une demi-heure lors du deuxième exercice du Falun Gong. Ma sinusite a aussi disparu. Pour une petite fille sans plus aucun espoir de vivre, c’était ni plus ni moins miraculeux. Depuis je n'ai plus jamais eu à prendre de médicaments ni d’hormones. Pour la première fois j'ai ressenti quelle joie c’était d’avoir un corps libre de toute maladie.

Le Falun Gong s'est propagé très rapidement en Chine par le bouche à oreille, entre amis et dans les familles. Je ne suis qu'un exemple parmi des dizaines de milliers d'autres.

Après avoir pratiqué le Falun Gong, ma vision du monde a changé. J’ai progressivement cessé d'être pessimiste. Par la suite, j'étais plus solide et endurante face aux épreuves. Quand j'ai commencé à pratiquer, mes résultats scolaires ont connu un changement radical au point que certains ont pensé au début que j'avais triché. Je suis devenue optimiste, confiante et ai commencé à aider les autres. Suivre les principes de Vérité, Compassion et Tolérance, a rendu pour la première fois ma vie facile et joyeuse.

À ce moment-là, mon professeur d’art du primaire m'a dit qu’elle espérait que je réussirais une carrière dans les beaux-arts. Elle ne pouvait plus rien m’enseigner et souhaitait que je trouve un meilleur professeur. Mon père a contacté le meilleur peintre de notre ville qui m’a accepté en tant qu’élève après un entretien. Plus tard, il m’a avoué qu’il prenait rarement d’élèves, notamment des filles et que j’étais une exception parce qu’il m'avait trouvée optimiste, travailleuse et passionnée par la peinture. Peu après, il a fixé un objectif académique très élevé et établi un plan strict. J’ai suivi son programme et continuellement progressé.


Développer l’endurance pendant douze ans de persécution

Après le début de la persécution lancée le 20 juillet 1999 par le Parti communiste chinois (PCC) à l’encontre du Falun Gong , les membres du comité de quartier ont pris l'habitude de frapper à notre porte tous les jours avant le dîner et nous ordonnaient de regarder le journal télévisé. Nous devions regarder ce programme trafiqué qui diffamait Falun Dafa et son enseignant. Rien n’était vrai ! Peu après, les livres du Falun Gong ont été confisqués et brûlés. Sans livres, les gens ont cru aveuglément à ce qui était dit à la télé. Beaucoup de chinois ont été trompés par la propagande. Ma mère est allée faire appel à Pékin. Elle a été arrêtée, détenue et battue. Par la suite nous avons continuellement subi perquisitions, menaces et harcèlements. Mes parents ont fini par divorcer et ma famille a été brisée.

J’avais alors 15 ans. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Sous les pressions énormes dans la famille et la société, je me suis effondrée et j’ai fait une dépression nerveuse. J’ai souffert de pertes de mémoire et ne pouvais pas me souvenir de ce qui s'était passé, excepté quelques scènes effrayantes qui m’avaient traumatisée, je ne pouvais plus faire les exercices du Falun Gong et les livres avaient été confisqués. Une nuit, les policiers sont venus perquisitionner chez moi et m'ont forcée à les suivre là où ma mère était emprisonnée pour la convaincre d’abandonner le Falun Gong. Devant ma détermination à persister dans la pratique ils ont dû me ramener et mon père leur a promis que je cesserai la pratique. Il a commencé à rentrer de plus en plus rarement à la maison . Pendant la période du Nouvel An chinois, il n’y avait chez nous que moi, mon frère et ma grand-mère de 80 ans. Nous étions surveillés et suivis. Les 12 années qui ont suivi, ma famille n’a jamais été réunie pour les fêtes du Nouvel An chinois en raison des arrestations des pratiquants de Falun Gong pendant cette période.

J'avais cessé de peindre depuis que la persécution avait commencé. Quand j'ai voulu reprendre un pinceau, c’était comme si je n’avais jamais appris à peindre. Désespérée j'ai même envisagé le suicide mais j'ai réalisé que cela allait à l'encontre des principes de Dafa et me suis résolue à endurer.

À cause de mes pertes de mémoire, j'ai dû arrêter mes études juste avant les examens. Mes notes étaient mauvaises et aucun lycée ne m'aurait acceptée. Mon père voulait soudoyer un lycée des beaux-arts réputé en leur donnant de l'argent. Trouvant que ce n’était pas compatible avec les principes de Vérité, Compassion et Tolérance du Falun Gong, j’ai refusé sa proposition, mon père n’a pas compris ni accepté ma décision.

C’était la deuxième fois que j’arrêtais mes études. Cette fois, du fait de la persécution.


Reprendre la pratique et retrouver confiance

Je ne me souviens plus quand j'ai recommencé à pratiquer. Environ 1 an et demi plus tard, ma mémoire est revenue petit à petit et j'ai commencé à me rétablir. Mon corps a connu à nouveau des miracles : je pouvais marcher sans fatigue lorsque j'allais peindre dans la montagne Tai Hang. Quand je prenais le train, je n'étais pas du tout fatiguée même après 19 heures de trajet entre Pékin et Wuhan ou 14 heures de Nanjing à Pékin.

Plus tard, mon professeur de peinture a essayé de m'aider et m’a permis d'assister à ses cours. J'ai étudié de façon assidue et plus tard j'ai réussi le concours d'entrée d'une université du sud. Je travaillais beaucoup et mes notes étaient très bonnes. Je suivais le principe Vérité, Compassion Tolérance et faisais de mon mieux pour aider les autres. J’ai gagné trois fois le premier prix de la bourse d’excellence et une fois le deuxième. J’ai fini mes études et j'ai été honorée du diplôme d’excellence. Je sais que je le dois à la pratique du Falun Gong. J’ai spontanément fait don du prix aux étudiants les plus pauvres.

Falun Dafa m’a donné un cœur tolérant et j’ai été capable de pardonner à ceux qui m’avaient dénoncé pour avoir ouvertement parlé en faveur de Falun Dafa..

Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, je suis rentrée chez moi pour découvrir que ma mère avait une fois de plus été arrêtée par la police sans raison. Les policiers disaient qu'elle était depuis longtemps sur la liste des personnes recherchées. Mon père réfléchissait à m’envoyer à l’étranger.

Après être arrivée en France, j'ai mis quelque temps avant de finalement rencontrer des pratiquants de Falun Gong. Pendant l’été 2010, j’ai appris que l’ex-président Jiang Zemin, principal responsable de la persécution, s'était rendu dans ma ville natale. Avant son arrivée, la police avait arrêté de nombreux disciples de Falun Gong. Plus d’une centaine avaient disparu ou été condamnés et envoyés dans des camps de travaux forcés. Je n’avais plus de nouvelles de ma mère depuis son arrestation. J’ai fini par apprendre que sa santé était devenue critique. Comment ma mère était-telle tombée malade après son arrestation, elle qui avait toujours été en bonne santé ?

Face à la pression financière causée par la persécution, j’ai de nouveau dû arrêter mes études en France alors que j'étais acceptée à l'École des Beaux- Arts de Bordeaux.


Conclusion

J’ai souffert de leucémie pendant 13 ans. Je me suis rétablie grâce à la pratique du Falun Gong. J’ai également fait d’énormes progrès dans mes études, et ma gratitude est immense. Comment pourrais-je jamais renoncer à la pratique.

Douze ans de persécution en Chine m'ont ébranlée, au point de me causer des pertes de mémoire et j’ai dû arrêter plusieurs fois mes études, c'est également ineffaçable.

La persécution n’a pas cessé, brisant d’innombrables familles comme la mienne et blessant le cœur de quantité de jeunes enfants. On ne devrait pas permettre qu'une telle chose continue !

________________________


Historique

Falun Gong, ou Falun Dafa, est une méthode de méditation et d’exercices avec un enseignement basé sur le principe universel d'"Authenticité Bienveillance Patience ". C’est une méthode qui a été enseignée en privé pendant des milliers d’années avant d’être rendue publique en 1992 par Maître Li Hongzhi. Le Falun Gong prend ses racines dans la culture chinoise traditionnelle, mais est différent du bouddhisme et du taoïsme. Depuis son introduction en 1992, la méthode s’est transmise rapidement de bouche à oreille à travers la Chine et est aujourd'hui pratiquée dans plus de 110 pays et régions. Les principaux ouvrages du Falun Gong sont disponibles dans plus de 30 langues.

Le 20 juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une persécution brutale à l'encontre des pratiquants de Falun Gong en Chine.

Selon des chiffres du site Internet Minghui/Clearwisdom, à ce jour au moins 3413 morts de pratiquants de Falun Gong sous la persécution ont été confirmées. Les experts estiment toutefois que le nombre serait en réalité beaucoup plus élevé. Des centaines de milliers de pratiquants de Falun Gong ont été torturés dans les prisons, les camps de travaux forcés, et les hôpitaux psychiatriques. De plus, l'armée, la sécurité publique, l'appareil judiciaire et le système de santé ont mutuellement collaboré pour prélever les organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant perpétrant un des plus horribles crimes de l'histoire humaine.

Depuis le début de la persécution, les pratiquants à travers le monde n'ont cessé d'expliquer les faits à propos du Falun Gong et de dénoncer les crimes commis par le PCC dans un effort inlassable pour mettre fin à la persécution.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.