Le sens de la honte dans les traditions chinoises

Un jour, Confucius fit l’éloge de ces grands érudits qui avaient le sens de la honte dans tout ce qu’ils faisaient. Un homme avec ce genre de sentiment ne se laissera pas tenter par l’argent et ne compromettra pas son intégrité face à une menace ou à un danger. Il est modeste et naturellement bon. Il donne aux autres et ne prend que ce dont il a besoin. Que ce soit dans son éthique personnelle, ses buts ou son patriotisme, le sens de la honte chez un homme est à la base de sa conscience morale.

Confucius disait : « Une personne doit avoir de la retenue dans son comportement et le sens de la honte ». Confucius disait aussi : « Connaître la honte s’apparente au courage ». « Un homme doit connaître la honte avant qu’il ne puisse réfléchir sur ses fautes et désirer ainsi s’améliorer moralement. Un homme qui connaît la honte sera assez courageux pour faire face à ses propres erreurs et les dépasser. C’est un acte de courage ».

Mencius disait : « Une personne n’ayant pas le sens de la honte n’est plus un être humain ».
Mencius prétendait que les êtres humains sont nés avec un sens inné de la moralité. Il croyait que les êtres humains sont à la naissance dotés de sympathie, du sens de la honte, d’un sens du partage ainsi que du discernement entre le bien et le mal. Ces qualités sont les graines de la gentillesse, de la loyauté, de la bienséance et de la sagesse. Tout un chacun a ces qualités innées de gentillesse. Un homme qui a un sens de la honte persévérera dans la moralité quand il sera tenté par la célébrité ou la richesse.

Mencius dit aussi : « Les êtres humains ne doivent pas vivre sans la honte... La honte véritable est de ne pas du tout connaître la honte ».

Cela demande beaucoup de courage d’admette ses propres erreurs. Un être humain se sent honteux quand il voit ses insuffisances, mais il n’est pas trop tard s’il a le courage d’y faire face et de les surmonter. Un être humain ne se corrigera pas s’il persiste malgré son sentiment de honte dans son erreur ou s’il ne se sent pas honteux et fait étalage de son erreur comme si elle était honorable.

Zhu Xi, un philosophe chinois très connu sous la dynastie Song, disait : « Un homme ayant le sens de la honte ne fera pas les choses qu’il ne devrait pas faire ».

Un homme ayant le sens de la honte est voué à prendre la bonne décision quand il choisit entre richesse et pauvreté, entre gain et perte ou entre loyauté et intérêt personnel. Il ne laissera pas se déchaîner ses désirs. Un homme sans honte est capable de tous les crimes.

Lu Kun, un érudit de la dynastie Ming, disait : « Même une menace de cinq tortures ne peut se mesurer au sens de la honte. Même les lois anti-criminelles les plus strictes et les punitions les plus cruelles ne peuvent enseigner le sens de la honte ». Lu Kun croyait qu’enseigner aux gens à connaître la honte est de loin plus important que d’imposer de sévères punitions. Une fois que le niveau de la moralité des gens s’est amélioré et qu’ils ont le sens de la honte, ils savent ce qu’ils doivent faire et ne pas faire et discernent le bien du mal. C’est un moyen de loin plus efficace que de punir les gens qui ont commis des méfaits.

C’est l’une des raisons pour laquelle le confucianisme croit qu’il faut commencer par éduquer les personnes avant de les punir.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.