Les pratiquants de Changchun ayant participé à la diffusion télévisée sont sévèrement torturés

Le soir du 5 mars 2002 des pratiquants ont diffusé un programme clarifiant la vérité à propos du Falun Gong via un cable TV. Le programme exposait comment le régime de Jiang avait torturé les pratiquants de Falun Gong. Les pratiquants Lei Ming, Zhou Runjun, Zhao Jian, Tian Li, Chi Yan, Li Xiaojie, et Liang Zhenxin, ont été kidanppés et vicieusement torturés par la police. La police de la ville de Changchun a installé une chambre d’interrogatoire près du Lac Jingyue spécifiquement pour torturer ces pratiquants. Zhou Runjun a été cruellement torturé par la police avec un baton électrique, et par d’autres instruments de torture tels que le « banc du tigre » [où les pratiquants sont forcés à s’asseoir sur un petit banc haut d’une vingtaine de centimètres les genoux attachés ensemble. Ils ont les mains attachés derrière leurs dos ou quelques fois placées sur leurs genoux, ils doivent rester assis droit en regardant droit devant eux, ils ne peuvent pas tourner la tête, fermer les yeux, parler à qui que ce soit ni bouger le moins du monde. Plusieurs détenus sont assignés à leur surveillance et doivent les forcer à demeurer immobiles. Habituellement des objets durs sont insérés sous les mollets ou les chevilles des pratiquants pour que ce soit encore plus dure à supporter]. Plusieurs des côtes ont été brisées en conséquence. Il est toujours détenu à l’Hôpital de la police.

La police a aussi utilisé des bâtons électriques pour choquer à répétition Zhao Jiian qui avait les mains et les pieds attachés et était assis sur le banc du tigre. Les mains de Zhao sont encore insensibles et il ne peut rien saisir.

Trois officiers de police sadiques ont utilisé des bâtons électriques pour choquer Chi Yan simultanément sur tout le corps, y compris la bouche, le bout des seins, et les parties intimes. Son corps est couvert d’horribles blessures..

Tian Ti a été choquée de nombreuses fois avec des batons électriques alors qu’elle était assise de force sur le banc du tigre. La torture l’a fait hurler plusieurs fois de douleur. La police, n’éprouvant pas la moinde pitié, a du recharger plusieurs fois le baton électrique.

Pendant cinq jours consécutifs, LI Xiaojie a été forcée à s’asseoir sur le banc du tigre alors qu’on lui donnait des chocs électriques. Elle s’est évanouie de nombreuses fois pendant la torture.


Traduit de l’anglais
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2003/2/3/31673.html

Published : Tuesday, 4 February 2003

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.