CFID : A son dixième anniversaire, l’auto-immolation de la place Tienanmen est toujours un coup monté meurtrier

19 Jan 2011

NEW YORK --Cela fera dix ans ce dimanche qu’un canular meurtrier était mis en scène place Tienanmen, à Pékin. A l’instigation du Parti communiste, cinq personnes se sont immolées par le feu, sous l’œil des caméras.

Les medias d’état chinois ont immédiatement affirmé que ces individus étaient des adhérents du Falun Gong poussés au suicide par la pratique spirituelle. Deux des participants sont décédés suite à l’auto immolation. L’événement a été utilisé pour tourner l’opinion publique contre le Falun Gong, et justifier les emprisonnements de masse et la torture de ses adhérents.

Le Centre d’Information de Falun Dafa et d’autres organisations ont rapidement découvert des failles et des incohérences significatives dans l’histoire officielle, et fait remarquer que Falun Gong interdit strictement de tuer, suicide compris. Bientôt, l’histoire a été dévoilée davantage, quantité de preuves ayant été découvertes suggérant que les autorités chinoises avaient mis en scène l’auto-immolation comme un élément de propagande.

Le 4 février 2001, le correspondant du Washington Post, Philip Pan s’est rendu dans la ville natale de deux des participantes décédées. Il a découvert qu’elles n’avaient jamais pratiqué le Falun Gong.

En dépit du fait que les personnes s’étant immolées n’étaient pas des pratiquants de Falun Gong, la propagande incessante diffusée chaque soir sur les écrans de télévisions chinois et reprise à répétition dans la presse a efficacement fomenté la haine et la méfiance envers le groupe en Chine. Les rapports d’emprisonnements illégaux, de torture, et de meurtres de pratiquants de Falun Gong se sont considérablement accrus. Ce qui n’était, au sein de la population chinoise, qu’un sentiment croissant de perplexité face à la campagne d’« éradication » à l’encontre du Falun Gong, a été remplacé par de l’indifférence ou même un soutien alimenté par la haine.

L’échec des medias occidentaux à faire preuve de due diligence en évaluant les déclarations contradictoires a trop souvent conduit à l'acceptation aveugle de la politique du Parti communiste quant à l'identité des victimes de l'auto-immolation. Ce qui, à son tour, n'a fait que renforcer l'effet de la propagande de l’auto-immolation - la haine envers le Falun Gong - parmi le peuple chinois.

A l’occasion du dixième anniversaire de l’auto-immolation, le Centre d’Information de Falun Dafa implore les medias d’examiner de près les preuves et de couvrir de façon responsable cet événement funeste vu l'importance du coût humain d’une mauvaise estimation.


Informations et reportages sur le sujet :

Washington Post: “Human Fire Ignites Chinese Mystery,” Philip Pan, 4 février 2001: Philip Pan du Washington Post s’est rendu à Kaifang pour enquêter sur l’histoire des deux immolées décédées dans le contexte de l’événement, Mme Liu Chungling et sa fille âgée de 12 ans. Le reportage jette des doutes sérieux quant à savoir si les victimes étaient effectivement des adhérentes du Falun Gong. " Il y a quelque chose qui n'allait pas chez elle…Elle frappait sa mère. Elle frappait aussi sa fille…Personne ne l’a jamais vu pratiquer Falun Gong. " (news)

Washington Post: “China Mulls Murder Charges for Foreign Journalists,” Philip Pan, 8 février 2001. Un article du Washington Post a abordé pour la première fois, les questions posées par les pratiquants de Falun Gong à l’étranger sur la raison pour laquelle le régime chinois se trouvait avoir sur place une équipe de tournage pour filmer l’auto-immolation. Les fonctionnaires chinois ont déclaré que leur vidéo de l’incident provenait de la CNN, mais CNN a nié que tel fut le cas, leur caméraman ayant été arrêté sur la place ce jour-là (news)

United Nations International Education Development, déclaration faite lors de la cinquante-troisième session du sous-comité sur la promotion et la protection des droits humains, en août 2001 :
"Le 23 janvier 2001, le régime (chinois) se réfère à un supposé incident d’auto-immolation place Tienanmen, comme preuve que Falun Gong est une ‘secte perverse’. Cependant, nous avons obtenu une vidéo de cet incident, qui d’après nous, prouve que cet événement a été mis en scène par le gouvernement. "

"False Fire", un documentaire récompensé d’un prix sur l’auto immolation (www.falsefire.com)
Le film " False Fire", qui examine les points suspects de l’incident d' "auto immolation", a remporté une recompense honoraire lors du 51eme festival du film international de Columbia pour son approche analytique et son exposé du tragique événement. Une séquence révélatrice au ralenti, prise de la propre vidéo de la Télévision Centrale de Chine montre que l’une des auto immolés, Liu Chungling—qui, dans la version officielle est soi-disant décédée suite à ses brûlures—a, en réalité reçu un coup violent à la tête, porté avec une barre de métal par un homme en manteau militaire. On la voit s’effondrant au sol, et probablement décédée suite au coup.

Boston Globe, Falun Gong Appeals for help, Charles A. Radin, 19 avril 2001 :
Charles A. Radin du Boston Globe a assisté à une conférence de presse, la veille de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, à Genève. Il écrit : « La partie la plus frappante de la présentation locale d’hier a été la diffusion d’une version au ralenti, avec arrêt sur image, d’une cassette vidéo dont le gouvernement chinois dit qu’elle montre des membres du Falun Gong s’immolant par le feu …Le gouvernement a diffusé le film à répétition. Dans la version ralentie, il apparaît que Liu Chunling, une des deux personnes décédées, s’est effondrée non suite à la morsure des flammes, mais matraquée par un homme portant un manteau militaire. Les membres du Falun Gong l’ont identifié comme étant un agent de police. » (news)

Pour plus d’informations, veuillez visiter …

Overview of Tiananmen Square Self-immolation
Investigation Uncovers More Details
Characterizing Falun Gong and the Human Cost of Getting It Wrong


http://faluninfo.net/article/1114/

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.