Déclaration de l’Association européenne de Falun Dafa à la veille du 12ème sommet UE-Chine

Le 26 novembre 2009


(Bruxelles) – Au moment où les dirigeants européens partent pour Nanjing pour tenir des discussions avec le régime chinois sur la question de comment bâtir un monde propre et prospère, les pratiquants de Falun Gong d’Europe les appellent à prêter attention à la façon dont le régime chinois traite la liberté de croyance.

Par le biais de l’information ci-dessous, nous aimerions offrir un aperçu du contexte dans lequel le Sommet UE-Chine se produira cette année, ainsi qu’un bref profil de certains des partenaires d’affaires qui prendront place à la table des discussions.

Il y a dans tout Nanjing et ses environs un réseau de stations de police, de centres de détention, de camps de travail et de camps prison où des agents de sécurité emmènent les citoyens chinois qui pratiquent Falun Gong. Dans toute la ville, les pratiquants sont kidnappés par la police à leur domicile, sur leur lieu de travail, où tandis qu’ils essaient de distribuer une information à propos de la pratique et de la persécution qu’elle subit. Ils sont ensuite envoyés sans procès pour jusqu’à 2 ans et demi de "ré-éducation par le travail " ou sont " condamnés" lors de parodies de procès à des camps prison pour jusqu’à 18 ans.

Le 3 novembre 2009, le chef du Bureau 610 de Nanjing, Wang Yaling, a conduit des officiers de police de Nanjing et de Lishui à arrêter quatre pratiquants de Falun Dafa : Mme Sun Guanglan, Mme Sun Guangyu, Mme Xie Jing et Mme Xiong Huimin. Mme Sun Guanglan, Mme Xie et Mme Xiong ont entre 60 et 70 ans. Les policiers ont également mis à sac leurs domiciles, fouillé leurs vêtements et confisqué l’argent trouvé dans leurs poches. Mme Sun a été immédiatement envoyée en camp de travail forcé, tandis que Mme Xie et Mme Xiong ont été détenues dans un centre de lavage de cerveau où les policiers sont connus pour persécuter brutalement les pratiquants, sans égard pour leur âge ou leur état de santé.

Ces six derniers mois, trois pratiquants de Dafa du Quatorzième Institut de Recherche de Nanjing ont été arrêtés. Deux ont été illégalement emmenés en camps de travaux forcés, on ne sait rien de là où se trouve actuellement le troisième.


Dix ans de persécution à l’échelle nationale
En dehors de Nanjing, les pratiquants de Falun Gong constituent le plus grand contingent des prisonniers de conscience en Chine. Le Centre d’Information de Falun Dafa a confirmé les morts de plus de 300 adhérents du Falun Gong en résultat direct de la campagne de persécution que le PCC a lancé en 1999. Les cas sont compilés à partir d’une variété de sources, y compris des reportages de médias internationaux, des témoignages de parents ou d’amis des personnes décédées, des preuves photographiques et un suivi d’appels téléphoniques à la police ou aux autorités de prison concernées par des enquêteurs. On craint que le nombre réel de morts du Falun Gong par torture, malnutrition, négligence et prélèvements d’organes forcés, ait toutefois déjà dépassé les dizaines de milliers.


Des relations d’affaires viables doivent avoir une base éthique
Plusieurs fonctionnaires du Parti communiste que notre délégation pourrait rencontrer font l’objet d’une enquête pour des violations des droits de l’homme massives, incluant la torture et le génocide. La semaine dernière, un juge espagnol a décidé de donner le feu vert à une enquête criminelle sur cinq hauts fonctionnaires chinois du PCC sur l’inculpation de génocide et de torture pour leur implication dans d’énormes violations des droits de l’homme perpétrées contre les pratiquants de Falun Gong en Chine.

L’Association de Falun Dafa européenne exprime son espoir que l’Europe ne traitera pas ses relations avec un régime tel que le PCC, coupable des pires crimes contre l’humanité, simplement comme “le business habituel.”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.