Des années de torture qui m'ont presque tué

Au cours de ces dix dernières années, je n'ai cessé d'entrer et sortir d'incarcération pendant presque huit ans, et j'ai perdu mon travail ainsi que ma famille. J'ai été arrêté six fois, envoyé en camp de travaux forcés trois fois, deux fois dans un hôpital psychiatrique et une fois dans un centre de lavage de cerveau. J'ai été soumis à des dizaines de tortures physiques différentes. En conséquence de ces abus de longue durée et de ces mauvais traitements sous la persécution, j'ai terriblement souffert. Encore aujourd'hui, j'ai un œdème sur tout le corps. Je souffre aussi d'insomnies et je ne peux pas dormir pendant des jours. J'ai eu une attaque, des pertes de mémoire, je suis resté dans un état végétatif, et ai perdu les fonctions de mes quatre membres. Mes jambes sont paralysées. J'ai également perdu le contrôle de ma vessie et de mes boyaux et j'ai été proche de la mort quatre fois.

Je suis sorti diplômé de l'université en 1990 et ai été employé au domaine pétrolier de Liaohe, où mon épouse était également employée. Mes critères moraux ont chuté avec ceux de la société. Je menais un style de vie honteux et ai accompli de nombreuses mauvaises choses. En novembre 1996, je suis devenu pratiquant de Falun Gong. En suivant les principes de Zhen Shan Ren (Authenticité Bienveillance Patience), je suis devenu une nouvelle personne avec de hauts critères moraux.

Le 20 juillet 1999, le dirigeant du parti communiste chinois, Jiang Zemin, a lancé la brutale persécution des pratiquants de Falun Gong. Je me suis rendu à Beijing pour faire appel en faveur du Falun Gong, et en conséquence, les autorités ont abusé de moi.

Lors de ma première incarcération au camp de travaux forcés de Panjin, j'ai été témoin des tortures barbares endurées par de nombreux pratiquants. Certains étaient battus jusqu'à ce qu'ils perdent conscience. J'ai été attaché à un lit. Un détenu criminel du nom de Hu a violemment frappé mes cuisses avec le pied d'un banc. Plus tard, j'ai été gavé d'alcool. Ils ont inséré un tuyau dans mon estomac en passant par mes narines, ce qui a fait saigner mon nez. Le gavage m'a blessé à l'estomac, et j'ai vomi du sang. Plus tard, ils ont enchaîné mes bras et mes jambes à un lit pendant une longue période. Pendant un moment, je n'ai même plus pu marcher, et mes jambes sont devenues pourpre. Les responsables m'ont finalement envoyé dans un hôpital pour continuer de me torturer. Je suis presque mort à l'hôpital. Pendant longtemps, ma vision a été trouble, et je voyais tout en double.

La première fois où je suis presque mort, les médecins ont passé des heures à essayer de me ramener à la vie. Alors que je venais juste d'être libéré du camp de travaux forcés de Panjin et que j'avais repris le travail, j'ai demandé à mon entreprise de me rendre mes biens personnels (dont mes livres de Falun Gong). Les membres du parti et le personnel du bureau 6-10 du champ de pétrole de Liaohe m'ont emmené au centre de détention de l'entreprise. A la demande des autorités, des détenus criminels m'ont torturé et presque tué. Les médecins des urgences m'ont sauvé de la mort, mais j'avais subi assez de coups au cerveau pour perdre de nombreuses fonctions cérébrales. Je suis également devenu incontinent. Après avoir été ramené de la mort, ils m'ont renvoyé au camp de travaux forcés de Panjin pour de nouveaux tourments et abus.

J'ai ensuite de nouveau été libéré et je suis retourné au travail. Les membres du parti de l'entreprise ont forcé ma famille à m'emmener à l'hôpital psychiatrique de Kaiyuan dans la province du Liaoning. Durant les seize mois qui ont suivi, j'ai souffert des tortures les plus inhumaines. Chaque jour, ils m'ont injecté des substances nocives et m'ont forcé à avaler des drogues inconnues. Ils ont également utilisé les chocs électriques et le gavage alors que j'étais attaché à un lit, une fois pendant 60 jours. Pendant ce temps, je n'ai pas pu bouger, et on ne m'a pas laissé aller aux toilettes. La douleur était simplement au-delà de toute description. J'ai dit aux médecins, aux infirmières et autres que je ne souffrais d'aucun problème mental, et je leur ai demandé de me laisser partir. Mais personne ne m'a écouté. Lorsqu'un chef de section de mon entreprise, chargé de la persécution de Falun Gong, est venu me voir, je lui ai dit : ''Je n'ai pas de problème mental. Ramenez-moi chez moi''. Il a dit : ''Lorsque vous arrêterez de pratiquer Falun Gong, nous vous ramènerons''.

J'ai refusé de me soumettre à leur traitement, suite à cette conversation. J'ai fermement demandé à ce qu'un expert en psychiatrie du système judiciaire provincial évalue mon dossier. Ils ont finalement accepté, et l'évaluation a prouvé que j'étais parfaitement normal.

Après ma libération, je n'ai plus eu de revenus, et j'ai dû rester chez mon père. J'ai présenté plusieurs demandes à mon entreprise pour qu'elle m'autorise à reprendre le travail, mais ils m'ont refusé parce que je ne voulais pas abandonner Falun Gong.

Peu après, j'ai de nouveau été arrêté et envoyé dans un centre de lavage de cerveau à Fushun pendant soixante jours, après quoi je suis revenu au domicile de mon père âgé. Sans revenus et physiquement handicapé, j'ai dû traîner mon corps blessé et ramasser des matériaux recyclables dans les poubelles et faire de petits boulots. Souvent, je devais trouver de la nourriture et des habits dans les poubelles. Parfois, l'hiver, je devais dormir dans des abris sans chauffage. Un jour d'hiver glacé, j'ai trouvé une place près de la tombe de ma mère. La neige extrêmement dense et les températures nocturnes en-dessous de zéro m'ont presque tué.

J'ai finalement réussi à me rendre à Panjin. Comme je n'avais pas de foyer, je devais rester dans des maisons abandonnées ou des abris temporaires le long de la route. Le personnel communiste a continué de me harceler, et parfois des policiers venaient m'arrêter, je ne pouvais donc pas rester longtemps au même endroit. Pendant cette période, mon ancien employeur a essayé de rompre mon contrat de travail. Ils ont dit que si je refusais, ils m'enverraient dans un camp de travail ou une institution psychiatrique. Je n'avais d'autre choix que d'accepter. J'ai définitivement perdu tout revenu. Je ne pouvais survivre qu'en ramassant des détritus et en effectuant de petits boulots. J'ai vécu sans foyer pendant des années.

En mai 2008, avant les Jeux Olympiques, j'ai décidé d'aller à Beijing en appeler au nom du Falun Gong et en mon nom propre. Sans argent, j'ai du marcher. En un peu plus de dix jours, j'ai fait 500 km. Je mendiais ma nourriture et dormais sur le bas côté de la route.

En passant par Qianan, j'ai entendu dire que le régime communiste arrêtait les pratiquants pour les tenir à distance des Jeux olympiques. Les familles de certains pratiquants arrêtés ont essayé de reprendre leurs proches aux autorités. Je me suis rendu dans un département de police avec des proches, mais l'officier de police en charge du dossier a refusé de nous recevoir. La police locale m'a arrêté et emmené au centre de détention de Qianan. Après une nouvelle série de tortures physiques, j'ai commencé une grève de la faim qui a duré plus de dix jours. J'ai ensuite été emmené au centre de détention de Panjin où j'ai poursuivi ma grève de la faim. Les policiers ont fait venir un psychiatre pour m'examiner. Il est parti sans une parole après que je lui ai raconté les tourments et les tortures que j'avais traversées sous cette persécution.

Une semaine plus tard, j'ai été envoyé au camp de travaux forcés de Benxi, où j'ai été soumis à huit mois d'abus brutaux et de mauvais traitements. La méthode de torture la plus courante dans cet endroit était le lit d'écartèlement. Mes bras et mes jambes ont été étirés et attachés au lit, et un sac gonflé d'air a été introduits sous mon bassin pour augmenter la tension dans mes membres. Ils ont enlevé tous mes vêtements, y compris mes sous-vêtements, et la nuit ils ont ouvert la fenêtre afin que les moustiques puissent venir me piquer librement. En hiver ils laissaient le vent glacial me geler. Ils m'ont aussi aspergé d'eau, piqué mes aisselles avec des aiguilles, frappé ma poitrine avec des baguettes, brossé le bout de mes doigts avec une brosse à dents dure, fait tourner mes globes oculaires avec leurs doigts, ils ont inséré un bâton électrique dans ma bouche, choqué mon nombril, ma poitrine, mon menton, les aisselles, les mains, la plante de mes pieds. Parfois ils utilisaient deux bâtons pour me choquer en même temps. Les chocs de haut voltage faisaient bondir mon corps. Je ne pouvais m'empêcher de hurler jusqu'à ce que je n'aie plus de voix et que je perde connaissance. Après deux mois de torture bestiale continue, je ne pouvais plus marcher, et mon corps était couvert d'hématomes.

La nuit, mes mains étaient enchaînées au lit. Quatre détenus étaient assignés à ma surveillance 24h/24. Les tortures ont duré deux mois. J'étais interdit d'utiliser librement les toilettes la nuit, mais lorsque je perdais le contrôle et urinais au lit, ils me battaient pour me punir.

J'ai ensuite été envoyé dans la dixième division où trois détenus me surveillaient. Chaque jour, ces personnes me frappaient avec les poings ou les pieds comme elles le voulaient, et j'ai souffert de multiples blessures. Ils me tiraient par les cheveux et me cognaient la tête contre le mur et sur le sol. Le soir, comme une de mes mains était toujours menottée au lit, je pouvais seulement uriner dans mon bol de riz ou le verre a dents. Au cours de mes deux mois dans cet endroit, j'ai été battu chaque jour. Les trois détenus se relayaient pour me frapper des poings et des pieds. Ils ont même inséré des clous dans mes doigts.

La plupart des détenus criminels étaient punis si ils se battaient ou s'injuriaient entre eux. Mais lorsqu'ils frappaient les pratiquants de Falun Gong, ils recevaient des éloges. Les partisans désignés avaient le privilège de pouvoir enfreindre les lois de la prison, de manger des plats spéciaux et de boire de l'alcool. Ils recevaient même des réductions de peine. Wang Xiaojie de l'administration du pipeline de pétrole de Goubangzi dans la province du Liaoning, avait été condamné à 18 mois de travaux forcés. Il a été libéré après seulement six mois après avoir reçu des crédits pour avoir abusé de pratiquants de Falun Gong. Mais il a été tué dans un accident de voiture peu après cela.

Les tortures m'ont handicapé. Je ne peux plus marcher, et j'ai perdu l'usage de mon bras gauche.

La dernière torture à laquelle j'ai été soumis au camp de travaux forcés de Benxi m'a presque tué. Mon coeur s'est presque arrêté, ma pression artérielle est tombée près de zéro, et je ne pouvais plus bouger aucune partie de mon corps. . Si j'avais abandonné la volonté de vivre, je serais mort immédiatement. (J'ai fait cette expérience plus d'une fois). Lorsque les bourreaux m'ont demandé ce dont j'avais le plus besoin, je leur ai dit que je voulais lire les livres de Falun Gong et pratiquer les exercices. Ils ont amené des livres de Falun Gong, et j'ai commencé à lire, bien que je ne puisse à peine manger quoi que ce soit ou me mouvoir. Ma santé est peu à peu revenue. C'était un miracle que la médecine moderne n'aurait pu accomplir. Après qu'ils aient vu mon rétablissement, ils ont repris les livres de Falun Gong et ont recommencé à me torturer.

Après six mois d'abus, mon poids est tombé de 80 kg à 40 kg. Les tortures de longue durée m'ont causé toutes sortes de maladies. J'ai souffert d'oedème et d'attaques, et j'avais une apparence horrible. Mais ils refusaient toujours de me libérer. Au contraire, ils m'ont envoyé à l'hôpital psychiatrique de Kangning à Benxi. Les infirmières m'ont attaché à un lit et m'ont injecté des substances inconnues et nourri de drogues inconnues. J'ai commencé à perdre le contrôle de ma vessie et de mes intestins, mes jambes ont été paralysées, j'ai souffert de pertes de mémoire, et je devenais facilement désorienté. . Après vingt jours à l'hôpital, les médecins ont dit que je souffrais de schizophrénie. Les responsables du camp de travail de Benxi m'ont emmené à Haicheng, province du Liaoning, et m'ont largué au magasin de vêtements de ma soeur cadette, malgré le désaccord des membres de ma famille et de la police locale.

Je ne voulais pas être un fardeau pour ma soeur, je suis donc parti en rampant de chez elle. Ma fille me manquait terriblement et j'ai réussi à atteindre Panjin pour lui rendre visite. Mais j'étais désormais un homme handicapé qui ne pouvait même plus contrôler sa vessie et ses intestins. Je ne voulais pas effrayer ma fille, et je n'avais nulle part où aller. A cause de la 'culpabilité par association', tous ceux qui m'aidaient pouvaient devenir une cible à persécuter. Je ne pouvais manger que de la nourriture récoltée dans les poubelles. Un jour dans une ville, j'ai dû ramper jusqu'à une poubelle éloignée de 1.500 mètres, et y arriver m'a pris plus de six heures. Sur le chemin vers la poubelle, j'ai vu mon beau-père. Il m'a dit que ma fille allait bien, et j'ai été si heureux.

J'étais épuisé après avoir rampé jusque la poubelle près d'un petit marché, mais à cause de la faim, j'ai commencé à chercher de la nourriture dans la poubelle. Je n'avais plus d'énergie pour nettoyer mes pantalons souillés, et j'étais incapable d'éviter d'être près de l'eau sale coulant de la poubelle. J'ai passé la nuit à dormir juste à côté de la poubelle.

Je ne suis qu'une personne parmi des dizaine de milliers de pratiquants à souffrir de cette brutale persécution. Beaucoup d'autres ont connu pire. Certains ont perdu la vie à cause des tortures, et d'autres sont morts après que leurs organes aient été prélevés. Zhang Haiying, une pratiquante de la ferme de Dongfeng dans le canton de Dawa a disparu depuis près de deux ans. Elle est probablement devenue une victime des prélèvements d'organes.

Lorsque j'ai été libéré du camp de travaux forcés de Benxi, plusieurs dizaines de pratiquants s'y trouvaient toujours. Ils peuvent être tués à tout moment.

Toutes les personnes possédant un sens de la justice – veuillez aider ces personnes innocentes. Nous devrions tous condamner cette atrocité, et y apporter vite un terme.

Date de l'article original : 29/07/2009

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/7/12/204353.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.