Des fonctionnaires corrompus surmènent les pratiquants au Camp de Travaux Forcés de Chaoyanggou à Changchun

Le Camp de Travaux Forcés de Chaoyanggou à Changchun force les pratiquants à travailler comme des esclaves. Le camp a des contrats de longue durée avec des imprimeries pour leur relier des livres et ont attribué ce travail aux détenus des Unités I et II. Ils ont ramené de grandes feuilles de papier imprimé provenants de l'imprimerie, et les ont données aux pratiquants et aux autres détenus pour qu'ils les plient en petites parties et les relient pour finalement les rendre à l'imprimerie pour le coupage et l'assemblage.


Le pratiquant Yan Guozhu a refusé de porter l'uniforme et de s'acquitter du travail d'esclave. Il a été entouré par quelques gardiens puis battu et choqué avec des matraques électriques. Le pratiquant Liu Fengbao a fait la même chose et a été mis sous intense discipline pour de très longues périodes de temps. Il a été isolé des autres détenus et ses mouvements étaient restreints. Chaque jour il y avait des détenus qui avaient pour tâche de le suivre où qu'il aille et de garder un oeil constant sur lui. Le pratiquant Wang Guiming était déjà très faible quand il est arrivé au Camp de Travaux Forcés de Chaoyanggou après avoir fait une grève de la faim pendant de nombreux jours. Il a refusé de se soumettre au travail forcé et a été battu et a reçu des décharges électritique, ce qui a causé sa mort en deux jours. (voir http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2008/6/13/98134.html)


Les beaux-parents du gardien Haipo de l'Unité III faisaient marcher une usine de boîte à cartes et ont signé un contrat pour travailler avec le camp de travaux forcés. Les détenus de l'Unité devaient coller des cartons ensemble pour fabriquer des boîtes à cartes. Le camp de travaux forcés était payé 0,12 yuan pour la fabrication de chaque boìte. Sun Haipo prenait soin de l'encadrement et des détails techniques. Le travail était entièrement manuel, et comprenait une douzaine d'étapes. Il n'y avait pas de repos les week-end, et le travail reprenait après chaque repas. Afin d'améliorer l'efficacité, aucun détenu n'était autorisé à aller aux toilettes mais le groupe devait y aller au même moment, ce qui était considéré comme la pause. Les pratiquants étaient surveillés par les autres détenus lorsqu'ils travaillaient. Il n'y avait pas de pause après le déjeuner ou le dîner. Ils devaient s'asseoir toute la journée et continuer à travailler.


Une usine de meubles a réussi à établir un contact avec le gardien Wang Xiaoming, et a envoyé par bateau ses meubles pas encore peints au camp de travaux forcés afin que les détenus se chargent du ponçage.


L'Unité III a aussi établi un magasin de vêtements dans le camp pour l'entreprise Hongling Garmant de la ville de Changchun. Les détenus commençaient à fabriquer des vêtements après seulement quelques jours d'entraînement sur les machines à coudre. Ils devaient souvent travailler quatorze ou quinze heures par jour et ils n'avaient le droit d'aller aux toilettes qu'une fois le matin et une fois l'après midi. Il n'y avait pas de pause pour le repas. Le travail commençait juste après le petit déjeûner de 6 heures, et continuait jusque tard dans la soirée, souvent après 9 heures ou 10 heures, et quelquefois jusqu'à 11 heures. Pour éviter d'être découverts par l'équipe d'inspection du bureau de la justice, ils commençaient à travailler à 4 heures du matin. Même la police se plaignait.


Le pratiquant Xu Guodong est tombé malade et un complexe médical situé a l'extérieur du camp lui a diagnostiqué une grave anémie. Il était tellement faible qu'il ne parvenait plus à marcher seul, malgré cela il était forcé de monter les escaliers pour aller à l'atelier et n'était pas autorisé à rester dans la chambre. Il était si fatigué qu'il ne voulait plus descendre pour prendre son déjeuner, mais la police ordonnait aux autres de l'amener de force. Il en pouvait pas arrêter de haleter une fois arrivé là-bas et ne pouvait rien manger.


Même quand les pratiquants travaillaient avec les machines à coudre, il étaient étroitement gardés et surveillés. Deux pratiquants n'étaient pas autorisés à s'asseoir l'un à côté de l'autre, et aucun n'était autorisé à s'écarter du "groupe de surveillance". Le "groupe de surveillance" est une méthode de persécution que le camp a inventé dans laquelle chaque personne doit surveiller et faire un compte-rendu sur une autre. Chaque soir, si la couture était erminée, ils devaient procéder au collage de boîtes. Le "chef" détenu frappait souvent au hasard ou abusait verbalement ceux qui faisaient le travail d'esclave.


Le bureau de la justice adonné des instructions interdisant au camp de surmener les détenus que ce soit physiquement ou au niveau du temps de travail, mais le règlement a été totalement ignoré. Le camp traite les pratiquants et les autres détenus comme s'ils étaient des machines. Le gardien remplaçant Zhang Junhai a dit aux visiteurs: "On en peut pas les laisser tranquilles. Sinon ils causeraient des ennuis."

Camp de travaux forcés de Chaoyanggou :
Garde Wang Xiaomin: 86-431-84835680, ext.-8001 (Bureau), 86-13814316466 (Cell)
Directeur politique Wei Guoliang: 86-431-84835680, ext.-8002 (Bureau), 86-13840099155 (Cell)
Surveillant adjoint Wang Jian'gang: 86-431-84835680, ext-8003 (Bureau), 86-13904306009 (Cell)
Directeur adjoint Zhang Junhai: 86-431-84835680, ext-8004 (Bureau), 86-13314316865 (Cell)
Gao Jianhui, Surveillant de la salle III : 86-13844975119 (Cell)
formateur de la salle II Lu Zhisheng: 86-13604403312 (Cell)
Garde de la salle III Sun Haipo: 86-13009123997 (Cell)


Date de l'article original : 5/3/2009


Version chinoise disponible à http://minghui.ca/mh/articles/2009/2/23/195953.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs : chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.