Vertu, bonheur et fortune

Shu Yan, de la Dynastie Song, était un enfant intelligent et honnête. Il écrivit d'excellents articles au jeune âge de sept ans. Il était si talentueux qu'à l'âge de quinze ans il fut recommandé à l'empereur par le magistrat du Comté. Bien qu'il eût l'opportunité d'avoir directement un entretien avec l'empereur, il choisit de passer l'examen avec les 3 100 autres candidats. S'asseyant dans la salle d'examen, il s'avéra que Shu Yan avait déjà eu auparavant à travailler sur le sujet de l'examen. Donc, il leva la main et s'adressa à l'administrateur de l'examen : "Monsieur, j'ai déjà fait ce problème auparavant. Je veux que le jeu soit équitable. Pourriez vous me donner un autre sujet ?"

On honora sa requête. Quand il eût le nouveau sujet, il le lut attentivement, y réfléchit un moment puis termina sa composition sans s'interrompre une seule fois. L'administrateur en chef de l'examen fut stupéfait par son talent. Shu Yan, commença par demander à passer l'examen plutôt que d'avoir le privilège d'un entretien personnel avec l'empereur. Puis il demanda un autre sujet qu'il ne connaissait pas. Son honnêteté lui valut le respect. Non seulement cela se répandit parmi les autres candidats, mais même l'empereur vint à l’apprendre . L'empereur convoqua Shu Yan et lui tint des propos élogieux : "Non seulement vous possédez un véritable talent, mais vous possédez également la vertu de l'honnêteté!" Plus tard, cette vertu aida Shu Yan à gravir l'échelle sociale.

L'honnêteté et la vertu attirent naturellement la fortune. Ainsi, tout le monde devrait obtenir des biens de manière appropriée. De nos jours, certaines personnes obtiennent leur fortune en blessant les autres sans aucune gêne. Par exemple, Jun Wu était le directeur du Tribunal Shi He Zi de Nong Ba Shi. Le 20 juin 2007, il accepta la tâche de condamner illégalement des pratiquants du Falun Gong, mais aussi la grosse récompense financière qui allait avec. Sa mère essaya de le dissuader de prendre en charge l'affaire, l'avertissant que les pratiquants du Falun Gong sont de bonnes personnes et altruistes. Il a répondu :"Je ne crois pas qu'il m'arrivera quoi que ce soit. Pourquoi devrais-je abandonner l'opportunité de gagner de l'argent?" Puis quelques jours plus tard, il est tombé dans son bureau et est mort le lendemain d'un infarctus causé par une hémorragie cérébrale. Il était le seul enfant de sa famille, laissant une femme, un fils et sa mère se débrouiller seuls. Sa mère croit que sa mort est le résultat d'une rétribution karmique.

Ceux tels que Jun Wu qui poursuivent la fortune et le soi-disant "bonheur" en blessant ou en infligeant des peines aux autres, ont perdu la pure gentillesse qui devrait être inhérente à la nature humaine. En fait seules des vertus, telle que l'honnêteté, peuvent amener la fortune de manière appropriée et durable.

À propos de fortune, je ne peux m'empêcher d'associer cela avec un programme tiré du Spectacle Chinois de la Compagnie des Arts Divins intitulé : "Un court Rêve". Le programme met en scène une ancienne histoire. Dans cette histoire, un Taoïste encourage un savant à poursuivre sa cultivation religieuse. Parce que le savant est obsédé par la célébrité et la fortune, il décide de ne pas cultiver. Pour l’éveiller, le Taoïste créé une illusion pour le savant qui s'endort en attendant son repas, et il rêvede s'élever dans la hiérarchie, de se marier avec une jolie femme, d'avoir une grande famille et de gagner une grosse fortune. Cependant, dans le rêve, lui et sa famille sont soudainement condamnés à mort à cause d'un détournement de fonds qu'il a commis. Le rêve décrit des dizaines d'années de sa vie turbulante. Quand il se réveille, son riz est tout juste prêt à être servi. Le savant apprend que la vie n'est qu' un rêve; célébrité et fortune ne sont que passagers . Plusieurs dizaines d'années passent en un éclair. Il s'agenouille ensuite devant le Taoïste pour l'implorer de le conduire sur le chemin de la cultivation. La fortune étant passagère, pourquoi faire ces choses qui érodent la moralité et vfinalement se faire du tort à soi-même ?

Traduit du chinois de :
http://www.zhengjian.org/zj/articles/2008/5/22/52973.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.