Association pour la recherche sur l’Asie : Les groupes d’experts de Beijing : La Chine entre de nouveau dans une période d’instabilité sociale

AFAR
16 septembre 2002
Quelque 40 universitaires avec une influence conséquente sur les dirigeants chinois ont co-signé leur nouveau rapport sur le dilemme social de la chine :« L’instabilité sociale derrière la prospérité économique » paru dans la dernière édition du magazine Stratégie et Management à Beijing. Dedans, ils envoient leurs plus sérieux avertissements au dirigeants chinois que leur société est entrée dans une période d’instabilité où apparaissent indistinctement une terrible agitation et des crises. Si cela n’est pas contrôlé soigneusement, ce dilemme pourrait bien mener à une agitation sociale similaire à celles vues en Indonésie et même à un autre « 4 juin ».
Ce sont Wang Shaoguang, anciennement au Département de Politiques de l’Université de Yale, Hu Angang, Directeur du Centre de Recherche des Conditions Nationales et confident de Zhu Rongji et Ding Yuanzhu de l’Institut de Recherche d’Economie Macroscopique du Comité sur le Développement et le Planning National.
Ces spécialistes avancent que bien que le rapide essor de la croissance économique continu de ces 20 dernières années ait amené une prospérité économique sans précédent, la prospérité économique ne signifie pas nécessairement la stabilité sociale. En jetant un regard en arrière sur l’histoire, de sérieuses crises sociales se sont souvent produites à des époques de prospérité économique. Les leçons passées de nombreux pays en développement ont montré qu’une croissance économique injuste et inéquitable pouvait parfaitement conduire à une stagnation, un échec, ou même un effondrement de l’économie provoqués par une soudaine crise sociale.
Chômage, pauvreté et corruption amènent l’insatisfaction
Que la Chine entre de nouveau dans une période d’instabilité économique est évident dans des exemples tels que passer par le plus grand ajustement de structure économique du monde, sortir de faction des plus grandes inondations du monde, souffrir le plus grand flux de sans emplois du monde et expérimenter le plus éminent écart entre villes et campagnes ainsi qu’entre régions locales. D’autres exemples parmi lesquels le fait d’être un pays avec les coefficients Guinée à la croissance la plus rapide, être parmi les pays où la corruption est la plus grande du monde avec la plus grande perte économique qui en découle, et être responsable de la destruction de l’environnement la plus étendue du monde.
Selon les spécialistes, les résidents actuels dans les cités et les villes de Chine continentale qui sont “insatisfaits” de leurs conditions de vie se comptent par 100 à 200 millions, soit 22-45% de la population totale des cités et des villes, 32 à 36 millions, soit 7-8% se déclarent « très insatisfaits ». Le dernier groupe est principalement constitué par ceux qui ont souffert la perte d’intérêts dans le processus du changement de modèle économique et l’ajustement de sa structure.

Ce qui inclut ceux qui sont sans emploi, les fermiers, la population à bas revenu, ceux dont le revenu a diminué, ainsi que ceux qui souffrent la perte d’autres intérêts.
Cette insatisfaction est devenue le catalyseur qui est en train de détruire la stabilité sociale de la Chine, et sa propagation rapide pourrait même l’amener à devenir une amorce de turbulence sociale. Une insatisfaction ou une autre pourrait jouer le rôle de « verser de l’huile sur le feu » lorsque quelque événement négatif arrive soudain et faire que « les flammes se propagent largement et loin. »
Le Comité Central sous-estime la gravité de ces problèmes
Ceux qui prennent les décisions en Chine sous-estiment encore toutes sortes de défis internes (celui de Taiwan et les défis internationaux doivent encore s’y ajouter) tandis qu’ils surestiment leur capacité à les traiter. Dans l’essentiel de la littérature concernant les questions sociales, les estimations sur la situation sociale de la Chine continentale ont été au mieux superficielles et incomplètes.
"L’objectif de conduire une recherche sur les conditions nationales est d’empêcher le pire d’arriver. Tout comme des scientifiques, nous ne pouvons pas prévoir lorsque ces « tremblements de terre politiques » et « volcans actifs » se manifesteront, mais nous pouvons savoir les zones de leur activité et l’énergie qu’ils sont en train d’accumuler. Pour empêcher un autre incident de 1989 ou un deuxième « remous social d’Indonésie » de se produire en Chine, les auteurs lancent les plus sérieux avertissements à ceux qui prennent les décisions et aux services concernés, » ont déclaré les trois spécialistes.

http://www.asianresearch.org/articles/860.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.