Gouverner un pays avec vertu et nommer des fonctionnaires sur la base de la sagacité

 
He Zi Zhi Tong Jian

Un individu sans vertu ne peut pas s'établir dans le monde. Cultiver la vertu devrait être une priorité dans la vie.


" Gouverner un pays avec vertu et nommer des fonctionnaires en sa basant sur la sagacité" établit une fondation pour bien gouverner un pays et apporter la paix au monde. Cet adage vient de la très ancienne et profonde culture de la Chine, qu'on dit être conférée par les divinités. C'est une vertu dont on devrait toujours se rappeler et qu'on devrait transmettre.


Quelqu’un de sagace fait souvent preuve d'une noblesse de caractère ainsi que de la capacité d'influer sur le bien-être des gens. Les anciens chinois nommaient des fonctionnaires qui adhéraient au principe de la vertu et qui montraient des talents précieux, mais ces qualités avaient différents degrés d'importance. La vertu était primordiale car elle guiderait les propres capacités d'une personne à gouverner, d'où l'adage " Les talents soutiennent la vertu, alors que la vertu conduit aux talents. "


Sima Guang (1019-1086) était un érudit vertueux, un homme d'État, et un poète. He Zi Zhi Tong Jian, c.-à-d., Miroir général pour aider le gouvernement, une chronique générale de l'histoire chinoise de 403 av JC à 959, est considérée comme une des meilleures œuvres historiques de la dynastie Song du nord (960-1127). Sima Guang divisait les individus en quatre groupes basés sur leur vertu et leurs talents : les personnes sagaces, qui ont à la foi vertu et talents ; les personnes idiotes, qui n'ont ni vertu ni talents ; les personnes nobles qui ont de la vertu mais aucun talent ; et les personnes inférieures, qui ont des talents mais aucune vertu.


Quand il était temps de nommer un fonctionnaire, le premier choix était une personne sagace ensuite une personne noble. Si on ne pouvait trouver ni une personne sagace ni une personne noble, il valait mieux employer une personne idiote plutôt qu'inférieure, parce que les individus avec des talents mais sans vertu étaient les plus dangereux. Ils étaient pires que ceux qui n'ont ni talents ni vertu.


L’Empereur Kangxi (1654-1722) de la dynastie Qing (1644-1912), en nommant des fonctionnaires, a toujours utilisé ce critère : " Pour nommer une personne, sa vertu est la plus importante tandis que ses talents sont secondaires, " et " le meilleur candidat est celui qui a vertu et talents, celui qui a des talents mais est sans vertu est pire que celui qui a de la vertu en étant dépourvu de talents."


Il y a une histoire de la période des Royaumes Combattants (475-221 av JC.). Le Roi Hui de la nation Wei demanda au Roi Wei de la nation Qi : " En tant que roi de la nation Qi, quels genres de trésors avez-vous rassemblés ? " Le Roi Wei répondit : " rien. " Le Roi Hui déclara : " Dans une petite nation comme la mienne, j'ai rassemblé plusieurs perles qui ont environ un pouce de diamètre. Ces perles peuvent émettre une lumière qui peut briller sur douze ports. Dans votre nation qui possède des milliers de ports, comment se fait-il que vous n'ayez aucun trésor? " Le Roi Wei répondit : " Les trésors les plus valables pour moi sont les personnes sagaces, et cela est différent des trésors que vous possédez. J'ai un fonctionnaire appelé Tanzi. Je le laisse gouverner Gaotang, ainsi la nation de Zhao n'ose pas envahir notre nation. J'ai un autre fonctionnaire appelé Qianfu que j'ai nommé pour gouverner Xuzhou. Il prend la charge de plus de sept mille familles qui se sont déplacées là de différents endroits. J'ai encore un autre fonctionnaire appelé Zhongshou sous le gouvernement duquel la population mène une vie paisible et heureuse et ne s'inquiète pas, même si leurs portes restent ouvertes la nuit. De tels trésors peuvent briller sur des milliers de kilomètres, bien plus de douze ports. " Les mots du Roi Wei révélaient pourquoi la nation de Qi était riche et puissante.


Le premier ministre Zhuge Liang (181-234 ap JC), un des stratèges les plus accomplis dans l'histoire chinoise pendant le royaume de Shu (l'ère des trois royaumes, 220-280 ap JC), recommanda Jiang Wan à l'empereur comme son propre successeur. Il recommandait Jiang pour souligner sa culture personnelle, son caractère élevé, sa bonne volonté à accepter la critique, et sa générosité. Après la mort de Zhuge, Jiang contrôla les affaires de la nation prudemment et efficacement. Les intérêts du peuple étaient au cœur de son travail ; il pardonnait et appréciait la confiance des gens. À ce moment-là, le royaume de Shu n'était pas aussi fort que le royaume de Wei, qui avait beaucoup de personnes exceptionnellement capables et avait attaqué le royaume de Shu plusieurs fois. Le fait que Jiang Wan et Jiang Wei (un général célèbre qui succéda à Zhuge Liang pour commander l'armée) aient pu sauvegarder le royaume de Shu et ses citoyens pendant 29 ans était la preuve du choix correct des fonctionnaires de Zhuge. Zhuge lui-même était un visionnaire. Pour mener une expansion nordique et unir la Chine, il a vécu selon ses propres mots : " S'épuisant pour la nation jusqu'à ma mort." Dans sa lettre au Roi Liu Chan juste avant qu'il ne meurt, Zhuge écrivit : " J'ai 800 mûriers [qui peuvent servir à alimenter les vers à soie], ce qui devrait être assez pour subvenir à mes enfants . Après ma mort, je ne voudrais pas qu'ils aient des surplus de soie ou des revenus extérieurs, les empêchant de vivre selon ce qui est attendu d'eux." Tous les fonctionnaires que Zhuge avait appointés menaient des vies économes. Jiang Wan "était élégant et modeste de nature. Il n'accumulait ni n'amassait de richesse dans sa maison. Il ordonna à tous ses enfants de porter des vêtements civils et de manger de la nourriture simple, de sorte que leurs habitudes de vie ne soient pas différentes de celles des gens ordinaire." De même, Jiang Wei " vivait dans une maison simple, n'avait pas d'épargne, et n'avait avec lui aucun domestique quand il voyageait."


Gouverner une nation avec vertu est vraiment important, car cela peut affecter positivement ou négativement l'utilisation de son propre pouvoir pour en faire ou non bénéficier le peuple. La vertu a aussi un impact sur la conduite des fonctionnaires et des gens comme sur la sécurité de la nation.


Depuis les temps anciens, les fonctionnaires éthiques et vertueux et ceux avec une bonne intégrité personnelle ont constitué la base d'une politique honnête et juste. De tels fonctionnaires peuvent placer à tout moment les intérêts du peuple en priorité. En revanche, la nomination de fonctionnaires en fonction de la parenté ne peut que mettre le pays et le peuple en danger. Ils prennent l'intérêt personnel comme leur point de départ, ce qui favorise l'égoïsme et permet aux personnes inférieures de tout contrôler. Le résultat ce sont des dommages durables pour le pays. D'un point de vue historique, l'apparition de fonctionnaires corrompus ou de fils prodigues a été dû à cela. La raison derrière les plus grandes calamités est que les personnes impliquées n'avaient aucune vertu.


Aujourd'hui, quand la moralité des gens connait un déclin rapide, la renaissance de la culture chinoise traditionnelle, de transmission divine, est devenue encore plus important. Les lois peuvent limiter le comportement des gens, mais adhérer à la morale restreint l'esprit des gens. Seule une personne inférieure sera soumise aux seules lois régissant une nation. Se conduire selon la vertu peut guider quelqu’un à devenir noble. Ce n'est qu'en adhérant à la moralité qu'on pourra suivre un chemin juste et qu'on aura un brillant avenir. Agir de cette façon produira des coutumes et une conduite justes, et rendra tout prospère et paisible.

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.