Ancienne histoire de cultivation : Lan Caihe

 
Par Zhang Lu (1464–1538) - Telling Images of China (exhibit). Dublin: Chester Beatty Library.(direct link), Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=36290840


Lan Caihe était l’un des huit immortels de la légende chinoise, et personne ne sait d’où il venait. Un pied nu et une chaussure à l’autre pied, il portait toujours de vilains vêtements bleus avec une large ceinture incrustée de six boutons de laine noire autour de la taille. En été, il insérait de la fibre de coton dans ses vêtements, et dormait sur le sol enneigé l’hiver, exhalant de l’air chaud comme de la vapeur. Il fredonnait dans la ville et mendiait le long des rues avec un long clap dans la main, marchant en en suivant le rythme, chaque jour. Lorsqu'il avait un peu trop bu, il fredonnait toujours et se promenait faisant du bruit avec sa seule chaussure. Cela attirait toujours beaucoup de gens, jeunes et vieux, qui le suivaient pour observer son attitude bizarre.


Il était ingénieux, avait l’esprit vif et un grand sens de l’humour. Bien que son attitude paraissait folle, ses paroles étaient pleines de sagesse. Lorsqu’on lui posait une question, il pouvait répondre immédiatement avec humour, faisant souvent rire les gens aux éclats. Il chantait beaucoup, et toutes les paroles étaient en rapport avec la façon de se " cultiver ". " La Chanson de la marche ", l’une des plus connues, disait:


"Je suis Lan Caihe, qui aime se promener en fredonnant ;
Combien de gens dans le monde peuvent vivre comme moi sans se soucier de rien ?
La beauté est superficielle comme les feuilles ne sont luxuriantes qu’au printemps.
La vie est courte et le temps passe vite.

Les anciens sont partis les uns après les autres et ne reviendront plus ;
pourtant, de plus en plus de gens viennent dans ce monde.
Chevauchant des oiseaux et des phœnix à l’aube, je vole dans l’immensité du cosmos ;
au crépuscule on aperçoit de nombreux vers à soie dans les champs de mûriers.
Le paysage de l’espace est splendide et magnifique ;
Les palais merveilleux bâtis d’or et d’argent sont haut dans les cieux."


Lorsque les gens lui donnaient de l’argent, il enfilait les pièces sur une longue corde. Il vagabondait et laissait traîner l’argent par terre sans prêter attention aux pièces qui se détachaient de la ficelle. Lorsqu’il rencontrait des pauvres, il leur donnait aussi de l’argent, mais il en dépensait la plupart à acheter du vin.


Lan Caihe voyagea dans le pays entier toute sa vie, et était allé dans beaucoup d’endroits. Certains le voyaient depuis leur jeunesse, mais trouvaient que Lan Caihe paraissait toujours jeune alors qu’eux avaient vieilli. Lors d’un voyage à Hao-Ling, Lan Caihe était intoxiqué endormi dans un bar à vin lorsqu’une musique divine jouée avec des flûtes de bambou s’éleva autour de lui. Tout d’un coup, il monta graduellement jusqu’aux nuages, flottant dans le ciel. Après avoir enlevé vêtements et ceinture, il continua à monter lentement

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.