Conseiller franchement et préserver l’intégrité morale

 

Ji Ying (? - 112 Ap. J.C) également appelé Chang Ru, vivait dans le Comté de Puyang Durant la Dynastie Han de l’Ouest (206 av J.C. - 9 Ap.J.C). Il admirait les principes enseignés par Huang Di et Lao Zi, et était un homme droit et direct. Chaque génération dans sa famille avait obtenu un emploi ministériel. En tant que fonctionnaire, il donnait toujours priorité au bien de son pays et de son peuple sans s’inquiéter de sa sécurité personnelle, et conseillait franchement l’empereur. Il devint connu pour son comportement désintéressé.


Du temps de l’Empereur Han Wu Di, un grand incendie se déclara dans le comté de Henei et plus d’un millier de maisons furent détruites. L’empereur envoya Ji Ying enquêter sur la cause de l’embrasement. Ji Ying découvrit que le feu n’était pas le dernier des problèmes des gens, car plus de 10 000 familles souffraient d’une grave inondation. Les gens étaient affamés et avaient mangé les corps des défunts pour survivre. Ji Ying fit une priorité des besoins de son peuple et prit des mesures pour améliorer la situation. En montrant un FuX in (un document de l’empereur), il fit distribuer par les fonctionnaires locaux dans le comté de Henei de la nourriture engrangée dans les réserves du gouvernement pour les pauvres gens qui souffraient. Lorsqu’il revint à la cour royale, Ji Ying rendit le FuX in et dit à l’empereur qu’il l’avait utilisé pour aider la population affamée. L’Empereur Han Wu Di réalisa que bien que Ji avait utilisé le document d’une autre façon que ce à quoi il était destiné, il avait agi avec bonté et donc l’Empereur ne l'avait pas puni.


Une fois, en choisissant des érudits confucéens, l’empereur ne cessait de parler de ses plans. Ji Ying dit : « Votre Majesté, bien que superficiellement vous paraissiez exécuter la justice et l’humanité, il y a bien des désirs dans votre cœur. Comment pouvez vous vous comparer à l’ancienne règle de Tang Yu ? » (Tang Yu renvoie à deux sages confucéens Tang Yao et Yu Shun. Dans l’antiquité, Tang Yu faisait référence au temps idéal où les règlements étaient clairs et où les gens vivaient prospères et heureux. ) L’empereur se mit très en colère et son visage s’empourpra, il congédia immédiatement chacun. Beaucoup de fonctionnaires craignirent que Ji Ying ne soit allé trop loin. Certains dirent que Ji Ying avait eu tort de parler ouvertement. Jiu Ying répondit : « L’empereur a envoyé des fonctionnaires de haut rang pour l’assister. Comment pourraient ils le flatter et lui plaire, ce qui pourrait donner à l’empereur licence de faire des choses erronées ? De plus, je suis déjà fonctionnaire de haut rang, malgré que je chérisse mon corps, comment pourrais je nuire à l’empire juste pour préserver mon rang et sauvegarder ma peau ? "


Le grand général Wei Qing avait été promu à répétition. Sa sœur aînée était même devenue reine. Les fonctionnaires craignaient de perdre leurs faveurs s’ils ne montraient pas à Wei suffisamment de respect. Cependant Ji Yin n’en traitait pas moins Wei comme un égal. Certaines personnes lui dirent qu’il avait tort de se conduire ainsi. Ji Ying leur dit :" Je permets au grand général d’avoir un invité avec lequel ils puisse se sentir égal, n’est-ce pas le respecter ? " Après que Wei Qing ait entendu ceci, il fut encore plus convaincu que Yi Ying était une personne de cœur et non un sycophante. Il demanda de nombreuses fois conseil à Ji Ying pour décider des politiques et le traita encore mieux.


Lorsque Liu An, le Roi de Huainan se rebella, il eut peur de Ji Ying. Il dit : " Cette personne aime conseiller franchement et préserve l’intégrité morale. Il sacrifierait sa vie pour préserver la justice. Cependant, manipuler le Premier ministre Gongsun Hong serait aussi facile que d'enseigner un enfant. "


Ji Ying put toujours pointer les insuffisances dans l’empire ou chez les fonctionnaires roués qui ne pensaient qu’à eux-mêmes et bien peu au pays. Il semblait que rien ne pouvait affecter son intégrité morale. L’empereur le félicitait en tant que fonctionnaire capable de traverser des épreuves avec son pays et le respectait tant que lorsque Ji Ying lui rendait visite, l’empereur n’osait pas le rencontrer à moins d'être vêtu de manière appropriée. Même quand le grand général Wei Qing entrait dans le palais, l’empereur le rencontrait dans la salle de bain, et lorsque le Premier ministre Gongsun venait discuter de questions routinières, l’empereur ne portait quelque fois pas son chapeau impérial.


Bien que Ji Ying fût fier, qu'il aimât critiquer les autres ouvertement et était intolérant des erreurs d’autrui, lorsque se présentaient de grands problèmes qui affectaient le pays et le peuple, il pouvait ignorer sa propre sécurité et quand même conseiller franchement l’Empereur. Il préserva ainsi son intégrité morale, un fait très rare dans l’antiquité. Pour cette raison , il resta célèbre dans tout l’empire et dans tout le pays.

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.