Un seul corps

J’ai récemment eu l’opportunité de me rendre en Corée pour participer à des activités de Hong Fa (informer les gens à propos de Dafa et de la persécution) au moment ou se jouait la Coupe du Monde. Alors que j’essayais de décider si je devais y aller ou non, de nombreux pratiquants décidaient d’aller ou non en Europe ou en Russie pour coïncider avec le voyage du Président Chinois. Je savais l’importance de ce voyage en Europe, mais le voyage en Corée me semblait tout aussi important. De nombreux journaux à l’époque écrivaient des articles sur le nombre de Chinois du continent qui assisteraient à la Coupe du Monde. Un journal en estimait le nombre à 40 0000. Pour moi, l’importance de ce voyage ne pouvait être plus claire. C’était une opportunité d’atteindre des milliers de Chinois en personne et en même temps les médias du monde couvriraient les jeux de Coupe du Monde. Un ami pratiquant qui initialement m’avait parlé de ce voyage en Corée m’expliqua que les pratiquants en Corée avaient très peu d’expérience avec les médias internationaux et que des gens parlant anglais leur seraient d’une grande aide. Lorsque je demandai à des pratiquants pourquoi ils n’allaient pas en Corée, j’entendis de nombreuses raisons différentes. Toutes leurs raisons me semblaient bonnes mais je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il y avait beaucoup à faire là-bas. J’essayai de considérer la situation globale de la rectification de la Loi au lieu de penser à ce que moi je voulais faire. Je savais qu’il y avait déjà beaucoup de pratiquants occidentaux allant en Europe et que très peu iraient en Corée. Prenant tout cela en considération, je décidai de que je serais plus utile en Corée qu’en Europe. Je pensais que de nombreux pratiquants se concentraient tellement sur le voyage en Europe qu’ils ne pouvaient plus voir l’importance d’autres événements qui se passaient en même temps. Même si je comprenais l’importance du voyage en Europe, je pensais qu’il n’était pas bon que chaque pratiquant arrête ce qu’il était en train de faire pour aller là-bas. Maître nous a avertit dans son article « Prendre la voie du milieu » dans Points essentiels pour un avancement assidu de ne pas aller « d’un extrême à l’autre ; » Je pense que nous devrions en tenir compte et ne pas nous fixer sur un seul événement mais plutôt prendre en considération toute la situation de la rectification de la loi.

Après avoir finalement décidé que j'allais en Corée, l'interférence a débuté. J'ai commencé à avoir de nombreuses pensées effrayantes, où je me voyais seul dans un endroit plein de chinois. Je ne suis pas sûr de comprendre pourquoi j'avais ces pensées mais elle étaient bien présente quand même. Je leur résistais immédiatement lorsqu'elles faisaient surface mais elles ne disparaissaient pas si facilement. Elles ont constamment fait surface dans mon esprit jusqu'au jour où j'ai mis le pied en Corée. J'ai finalement compris que les forces anciennes me testaient pour voir si elles pouvaient m’empêcher d'y aller. Le véritable test est apparu le jour de mon départ pour la Corée. Je travaille en tant qu'interne dans un hôpital et j'ai dû m'y rendre cet après-midi-là pour voir des patients. Je prévoyais de terminer mon travail un peu plus tôt ce jour-là de façon à faire les derniers préparatifs avant que l'on passe me chercher pour l'aéroport. Cependant, ce jour-là, trois de mes collègues ne sont pas venus travailler. A un moment donné, il a semblé que j'allais être la seule personne à travailler l’après-midi, et en plus de cela, plus de 25 patients sont venus à la clinique, ce qui n'arrive jamais. Au début, j'ai commencé à paniquer parce que je savais que si je devais voir tous ces patients tout seul, je ne serais jamais à l'heure, mais j'ai alors réalisé que je devais rester calme et indifférent et avoir confiance et que tout allait bien se passer. Lorsque j'ai commencé à consulter, un de mes collègues est apparu et s'est excusé d'être en retard. Cependant, même en travaillant à deux, je n'étais pas sûr que nous finirions à temps. J'essayais encore de rester calme et me rappelais que tout se passerait bien si je restais indifférent. Après un moment, un autre interne est finalement arrivé et nous a aidé à terminer tout notre travail. Finalement, nous avons fini à temps et tout s'est bien passé. C'était un autre rappel ou une indication que je devais rester calme et indifférent.

Ceci, cependant, n'était que le début de mes épreuves de ce jour là. Lorsque je suis rentré à la maison, j'ai commencé à avoir un sérieux mal de tête comme je n'en avais jamais eu auparavant. La douleur était si terrible que je me sentais extrêmement faible et nauséeux. C'était comme si je ne pouvais pas bouger et si j'essayais, j’allais vomir instantanément. Je devais encore finir de me préparer, je me suis alors forcé pour que cela ne m'arrête pas. Lorsque le pratiquant avec qui je partais est arrivé pour me prendre, mon mal de tête a empiré. C'est comme si la douleur augmentait au fur et à mesure que je m'approchais de l'aéroport. Jusqu'à ce que nous y arrivions, mon mal de tête a été si intense que je pouvais à peine marcher. Je savais que c'était une interférence et j'étais déterminé à ne pas la laisser m'arrêter. J'ai utilisé toute ma force pour arriver jusqu'au guichet d'enregistrement.

Au guichet d'enregistrement, une autre épreuve m'attendait. Lorsque nous avons enregistré, la femme derrière le comptoir m'a dit que mon billet était bizarre. Lorsque je lui ai demandé pourquoi elle me disait cela, elle m'a expliqué que bien que sur mes documents, il était indiqué que j'avais un billet pour aller en Corée, sur son écran, je n'avais qu'un ticket pour revenir de Corée. Le ticket que j'avais pour y aller avait été annulé, et elle ne savait ni par qui ni pourquoi. C'était très bizarre puisque j'avais reçu une confirmation par courrier pour mes billets de mon agence de voyage. La femme m'a dit que la seule chose qu’elle pouvait faire pour moi était d'essayer la liste d'attente, mais au fond de moi, je pensais, "Liste d'attente ? j'ai eu énormément de mal à avoir ces billets d'avance, puisque toutes les compagnies aériennes ne disposaient plus d’aucun billet pour la Corée à cause de la Coupe du Monde. Soyons réalistes, de combien sont mes chances de partir en étant sur liste d'attente ?" Je savais aussi que l'avion que j'essayais de prendre était plein. Bien que j'essayais de lui expliquer ma situation, elle me répétait que la meilleure chose qu'elle pouvait faire pour moi était de me laisser sur liste d'attente. A ce moment-là, le pratiquant avec qui j'étais et moi-même savions ce que nous devions faire. Nous sommes allés nous asseoir près de là et nous avons émis la pensée droite constamment alors que nous attendions. Lorsque nous sommes revenus à l'heure que l'on nous avait indiquée, on nous a dit qu'il y avait une place de libre dans l'avion et que j'allais pouvoir embarquer. A partir de ce moment-là, j'ai vraiment constaté le pouvoir de la pensée droite. Ce n'était pas une coïncidence qu'une place se libère dans un avion réservé, et ce n'était pas une coïncidence non plus que mon vol pour la Corée ait été annulé. Une fois dans l'avion et assis, mon mal de tête qui m'avait tellement ennuyé auparavant a soudain disparu.

Après un long vol, nous sommes arrivés à Séoul, où un pratiquant coréen nous attendait. De là, nous sommes allés sur un lieu de pratique à Séoul où j'ai rencontré de nombreux pratiquants coréens. Là, nous avons tenu une réunion pour savoir comment nous allions gérer les médias internationaux pour le match de football qui aurait lieu entre la Chine et la Turquie. Lorsque nous avons demandé aux pratiquants s'ils avaient déjà eu des contacts, ils nous ont répondu qu'ils n'avaient eu que des contacts locaux et que rien n'avait vraiment été fait au niveau des médias internationaux. En quittant cette réunion, j'ai senti que les pratiquants présents n'étaient pas très optimistes sur la couverture internationale d'aucun de nos événements. Cependant, après avoir discuté de la situation avec le pratiquant avec lequel j'étais allé en Corée, nous sentions l'un et l'autre que les choses allaient bien se passer, et que nous ne devions pas trop nous inquiéter. De là, nous sommes allés à une réunion d'assistants qui avait lieu dans un autre quartier de Séoul. Lorsque je suis arrivé là-bas, j'ai immédiatement senti à quel point leur environnement de cultivation était différent du mien aux Etats-Unis. Lorsque je suis arrivé, la réunion avait déjà commencé. A ma grande surprise, ils étaient tous assis sur le parquet en un grand cercle qui prenait toute la pièce. La plupart d'entre eux était assis en double lotus et ils étaient tous en train d'écouter tranquillement un pratiquant lire la conférence du Maître à Boston. Je sentais la sérénité et le sérieux dans cette pièce. C'était une sensation de respect pour le sérieux de la Loi et le sérieux de Dafa. C'est une sensation dont j'avais senti le manque lors de nos rencontres aux Etats-Unis. Normalement, lorsque je vais à une réunion aux Etats-Unis, quelques pratiquants sont assis sur des chaises, d'autres sur le sol alors que d'autres sont debout. Très souvent, les gens discutent alors que d'autres discutent aussi et l'atmosphère générale est très désinvolte. Bien que je ne pense pas qu'un environnement soit forcément meilleur qu'un autre, la différence entre les deux était saisissante.

L'ordre du jour de la réunion était ce qui allait être fait pour le match entre la Chine et la Turquie. Ils essayaient de décider du meilleur moyen pour atteindre les chinois qui avaient voyagé à Séoul pour voir le match de football. Lors de cette rencontre, j'ai appris que n'importe quelle activité que nous ferions devait être effectuée à un kilomètre minimum du stade. Rien ne serait autorisé plus près et cela comprenait la distribution de brochures. J'ai partagé avec les pratiquants présents l'une de mes expériences de clarification de la vérité. Je leur ai raconté les activités qui avaient récemment eu lieu à New York pour la Journée Internationale du Falun Dafa. J'ai expliqué comment nous avions fait de notre mieux pour clarifier la vérité aux chinois en utilisant la sagesse. Je leur ai dit comment nous avions décidé de faire une parade et de faire porter des costumes différents à de nombreux pratiquants. Nous avions quelques pratiquants en beautés célestes, d'autres pour la danse du lion et d'autres encore portaient des habits anciens de la dynastie Tang. Je leur ai raconté l'effet puissant que cela avait eu sur les gens de Chinatown et comment nous ne devrions pas nous limiter lorsque nous clarifions la vérité. Nous avons continué de débattre, de nombreux pratiquants pensant que nous devions nous limiter à distribuer des brochures pour clarifier la vérité aux gens.

Le jour suivant, je suis allé à la ville natale d'un pratiquant avec qui j'étais venu en Corée. J'y ai rencontré de nombreux pratiquants coréens et j'ai passé un peu de temps à partager des compréhensions et des expériences avec eux. En passant du temps avec eux, j'ai pu me rendre compte à quel point quelques uns des pratiquants sont assidus. Certains se rencontrent à un lieu de pratique chaque matin à 4h45 pour faire les exercices et ensuite, ils lisent ensemble. Ils se retrouvent aussi chaque dimanche pour lire et discuter. Une fois par mois, ils se rencontrent tous et passent la journée entière à lire Zhuan Falun de la première à la dernière page. Cette assiduité m'a beaucoup inspiré et j'ai réalisé que je devais beaucoup plus étudier. J'étais aussi très impressionné par leur niveau de compréhension de la Loi et aussi par la profondeur de certaines de leurs compréhensions.

Nous avons aussi partagé certaines des difficultés qu'ils avaient récemment eues en Corée. Ils m'ont expliqué à quel point il leur a été difficile d'arriver à se rassembler et à travailler comme un seul corps. Ils m'ont expliqué que les pratiquants coréens chinois et les pratiquants coréens étaient souvent en désaccord sur la façon de faire les choses et comment ils étaient souvent brouillés. En les écoutant me raconter leur situation, je ne pouvais m'empêcher de penser à ma situation, de retour aux Etats-Unis. Je pense que de nombreux pratiquants des Etats-Unis ont reconnu la difficulté que nous avons parfois à essayer de rassembler les pratiquants occidentaux et chinois pour travailler ensemble comme un seul corps. Il m'est apparu clairement que c'était un arrangement des forces anciennes pour empêcher les pratiquants de Dafa de se rassembler en un seul corps pendant la rectification de la Loi. C'est en fait l'une des choses que les forces anciennes craignent le plus, parce qu'elles savent que si nous nous rejoignons et travaillons ensemble véritablement comme un seul corps, il n'y a rien que nous ne puissions réaliser. La séparation qui existe entre les pratiquants de Dafa du monde entier s'immisce sérieusement en nous et entrave la rectification de la Loi. Maître nous a expliqué ceci clairement lors de la conférence de Boston. Nous devons nous rassembler et casser cet arrangement.

De là, nous avons décidé, le pratiquant avec lequel je voyageais et moi-même de retourner à Séoul pour essayer de voir si nous pouvions contacter les médias internationaux de façon à ce qu'ils assistent à notre événement précédent le match de football à Séoul. Un centre de médias avait été établi à Séoul où tous les médias de la Coupe du Monde étaient postés. Nous avons senti que c'était le meilleur endroit pour essayer. Nous avions tous les deux la même impression lorsque nous allions là-bas. Nous ressentions que cela allait fonctionner. Peu importait le fait que nous n'avions jamais rien fait de similaire auparavant, que nous ne connaissions personne des médias là-bas ou que nous n'avions aucune idée de ce que nous allions y faire. Nous ressentions seulement que nous devions y aller et que tout irait bien. Comme Maître dit dans Zhuan Falun "La cultivation dépend de nos propres efforts , alors que la transformation du gong dépend du Maître". Arrivés sur place, nous avons d'abord dû trouver le meilleur endroit pour rencontrer les journalistes. Après l’avoir finalement trouvé, nous sommes restés sur le côté et avons émis la pensée droite ensemble. Après, nous nous sommes adressés à des gens différents en leur demandant sincèrement quelle était la meilleure façon pour rencontrer les médias internationaux. Les choses se sont passées l'une après l'autre, naturellement. Il nous a fallu peu de temps pour pénétrer le bâtiment et quelqu'un nous a aidé à trouver tous les contacts que nous recherchions. A la fin de la journée, nous avions réussi à rentrer en contact avec les deux plus grandes organisations de médias du monde et tout s'est fait avec aisance. Il était vraiment surprenant que les portes s'ouvrent les unes après les autres presque sans effort. C'était exactement comme me l'avait dit la veille un pratiquant coréen. "C'est comme une grande scène, et lorsque tu te positionnes au bon endroit au bon moment, tu es capable de faire tout ce que tu es supposé faire". J'ai aussi réalisé l'importance d'avoir la foi en Maître. Avec une foi solide, tout est possible mais si l'esprit doute l'espace une seule seconde, les forces anciennes peuvent intervenir et utiliser cette faille. Les paroles de Maître pendant la "Conférence d'Amérique du Nord" m'ont vraiment touché et ont véritablement approfondi ma compréhension en cela. Maître a dit « Assis ici, Maître n’est qu’une personne ordinaire – regardez-moi comme une personne ordinaire. Mais les corps de Maître dans d’autres dimensions sont incomparablement immenses, chaque corps étant plus grand que le prochain ; peu importe la grandeur du cosmos, il n’est encore pas aussi grand que moi ». J'ai commencé à vraiment penser à ces paroles. Si tout est compris dans le corps de Maître, alors nous tous, et tout ce qui nous entoure est aussi compris dans le corps de Maître. Maître est alors celui qui contrôle tout à tout moment, et nous ne devons vraiment rien craindre.

Le jour du match de football entre la Chine et la Turquie est finalement arrivé. Les pratiquants coréens ont décidé d'organiser un événement près de la route que toutes les voitures et bus empruntaient pour aller au stade. C’était un rassemblement étonnant avec plus de 250 pratiquants vêtus de jaune tenant dans leur main des éventails Falun Dafa que quelques pratiquants coréens avaient faits. L’un après l’autre, les bus remplis de chinois passaient tout près. Ils avaient tous l’air étonnés de nous voir ici, leur faisant signe de la main. De nombreux pratiquants étaient aussi très occupés à remettre des éventails de Dafa qui avaient l’emblème de Falun d’un côté et du matériel de clarification de la vérité sur l’autre. Ils ont distribué plus de 20.000 éventails ce jour-là. Comme nous l’avions prévu, plusieurs médias internationaux vinrent couvrir l’événement. Nous avions deux équipes photos, une de AP et l’autre de Reuters, et deux journalistes qui écrivent aussi pour eux. L’événement s’est déroulé mieux que j’aurais pu l’imaginer. Après l’événement, je suis allé au stade où j’ai vu une des scènes les plus étonnantes que je n’avais jamais vues. J’ai vu des éventails de Dafa être agités par des milliers de gens. J’ai vu des milliers de chinois être témoins de cela. Partout où l’on regardait, il y avait un éventail de Falun Dafa. Vous n’auriez pas pu y échapper, même si vous aviez voulu. Les responsables chinois doivent avoir été choqués par ce qu’ils ont vu. Même dans le stade, les gens s’éventaient le visage avec des éventails de Dafa. C’était une scène étonnante qui m’a presque fait venir les larmes aux yeux. Les pratiquants coréens ont utilisé leur sagesse ce jour-là pour atteindre des milliers de chinois.

Le jour suivant, les pratiquants coréens ont décidé d’aller à l’aéroport pour essayer d’atteindre plus de chinois avant qu’ils ne retournent en Chine. A l’aéroport, j’ai de nouveau vu à quel point il est puissant pour les chinois de voir des occidentaux pratiquants de Falun Dafa. A l’aéroport, des milliers de chinois attendaient le moment pour embarquer. Alors que je marchais dans l’aéroport, j’ai vu tellement de chinois choqués de me voir porter un sweat-shirt disant « je soutiens le Falun Gong ». Une femme m’a même demandé si elle pouvait prendre une photo de moi portant mon sweat-shirt Falun Dafa, pour qu’elle puisse montrer la photo aux gens, de retour en Chine. Ce jour-là, j’ai aussi appris qu’il suffit parfois de marcher et de présenter Dafa sous un bon jour pour donner une très bonne impression à quelqu’un. J’ai aussi bataillé avec mon attachement de zèle ce jour-là. J’ai remarqué que dès que je voyais un chinois, un sentiment d’anxiété et d’excitation me remplissait. Il y a un chinois là-bas, je dois courir vers lui et lui clarifier la vérité ! Ce sentiment était assez fort et j’ai eu du mal à retenir mes émotions. J’ai aussi vu cet attachement chez d’autres pratiquants. Avec un cœur si ému, comment puis-je espérer faire un bon travail en clarifiant la vérité à quiconque ? Comment vais-je être capable de parler à cette personne avec mon cœur ? Je pense que nous devons tous rechercher en nous cet attachement au zèle et savoir si nous l’avons, car c’est quelque chose qui peut-être utilisé contre nous très facilement.

Pendant mon séjour en Corée, j’ai vraiment passé beaucoup de temps à parler et à lire Zhuan Falun avec le pratiquant avec qui je voyageais. Nous avons beaucoup parlé de nos « cultivations » et de nos compréhensions de la Loi. Nous avons fait de notre mieux pour nous aider à nous élever réciproquement et surpasser les épreuves et les attachements qui nous ont limités. Nous nous sommes parlés ouvertement et honnêtement l’un à l’autre. Je pense que nous nous sommes beaucoup élevés grâce à cela. Cette expérience m’a appris à quel point il est important que les pratiquants s’aident mutuellement pour que nous nous élevions tous en un seul corps.


J’ai l’impression que ce voyage a duré toute une vie. En regardant en arrière, je vois à quel point cette expérience m’a aidé à m’élever. Je veux remercier Maître pour l’opportunité qu’il m’a donnée de représenter Dafa.

Présenté à la conférence de Washington, D.C., 2002

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.