Les morts d’encore dix pratiquants suite à la persécution en Chine ont été vérifiées en 2007

Notre correspondant Minghui, Li Ming a rapporté la vérification de dix pratiquants morts de la persécution en Chine. Les faits ont été vérifiés en janvier 2007. Six des pratiquants étaient des femmes, cela représente un total de 600 femmes décédées. Parmi les dix pratiquants persécutés à mort, deux sont morts en janvier 2007, six en 2006, un en 2005 et un autre en 2001.

Parmi les victimes, sauf pour un pratiquant dont l'âge doit encore être vérifié, cinq des neuf pratiquants étaient dans la cinquantaine. Le plus jeune était Duan Yuanle, un jeune homme de 27 ans du canton de Wusheng dans la province du Sichuan. La plus âgée était Mme Hu Guangzhen, une pratiquante âgée de 72 ans qui habitait avec sa famille à l'institut d'éducation de Hefei dans la province du Anhui.

Les dix morts vérifiées en janvier 2007 ont eu lieu dans huit provinces et régions autonomes de Chine. Deux des morts ont eu lieu dans les provinces du Hunan et de Jilin, les autres morts ont eu lieu dans les régions de la province du Heilongjiang, de la province du Hebei, de la province du Sichuan, de la région autonome du Guangxi, de la province du Henan et de la province du Anhui.

Cela fait huit ans que la persécution brutale du Falun Dafa a commencé, perpétrée par le Parti communiste chinois (PCC) et son ancien dictateur, Jiang Zemin. À ce jour, la mort de 3 001 pratiquants de Falun Gong suite à la persécution ont été vérifiés, malgré le sévère blocage de l'information par le PCC. Même si 3 001 morts ont été confirmées par une filière non-gouvernementale qui a traversé le blocage de l'information par le PCC, le nombre actuel de pratiquants de Falun Gong tués par le régime communiste dépasse de loin ce nombre.

Malgré la persécution brutale qui leur a été imposée au cours des huit dernières années, les pratiquants de Falun Gong ont continué à défendre les principes de « Authenticité, Compassion, Tolérance » et ont sans cesse clarifié la vérité sur le Falun Gong au monde. Par conséquent, beaucoup de gens ont fait l'expérience des résultats surnaturels du Falun Dafa comme l'amélioration du caractère moral, un esprit calme, une meilleure santé et du tonus. Mais le PCC continue à persécuter ces bonnes gens. Actuellement, des centaines de milliers de pratiquants ont été arrêtés, détenus et emprisonnés illégalement dans des camps de travaux forcés, des centres de lavage de cerveau, des hôpitaux et des prisons.

Mme Lin Tiemei, docteure de 33 ans, a été torturée à mort par les autorités d'un camp de travaux forcés et d'un hôpital psychiatrique

Mme Lin Tiemei, pratiquante de Falun Dafa du Guangxi, est morte des conséquences de la torture le 8 décembre 2005. Les autorités du camp de travaux forcés pour femmes du Guangxi et de l'hôpital pour les retraités et les démobilisés du Guangxi sont responsables de sa mort. Elle n'avait que 33 ans. Les statistiques montrent que trois autres pratiquants ont été persécutés à mort dans le même hôpital.

Mme Lin du canton de Bobai dans la province du Guangxi était docteure au collège médical de Pékin. Parce qu'elle a persisté dans sa croyance et a sans cesse clarifié la vérité sur le Falun Dafa, elle a été arrêtée deux fois entre 2000 et 2004. Le bureau de la sécurité publique de Bobai l'a emmenée dans un camp de travaux forcés où elle a été soumise à diverses méthodes de torture inhumaines. Les autorités ont torturé cette pratiquante robuste jusqu'au point où elle ne pesait plus que 27kg ! Une fois pendant son emprisonnement, Mme Lin a été emmenée à l'hôpital du canton de Bobai pour y être soignée. Mais le bureau de la sécurité publique du canton de Bobai a donné l'ordre qu'elle retourne au camp de travaux forcés pour y être encore torturée avant d'avoir récupéré de ses blessures.

Le 1er octobre 2000, Lin Tiemei était en route pour Pékin pour faire appel au gouvernement central. La police l'a arrêtée et l'a condamnée à trois ans au camp de travaux forcés pour femmes du Guangxi. Liang Suzhen et Lu Dengyun ont rejoint les gardiens de la prison pour mener une soi-disant « surveillance stricte » sur les pratiquants diligents, dont Lin Tiemei. Les détenus avaient reçu l'ordre de surveiller les pratiquantes à tour de rôle 24h sur 24, sans permettre de dormir à Mme Lin et d'autres pratiquants fermes. Parfois, elle devait passer toute la nuit assise par terre, les mains menottées dans le dos, elle a aussi été suspendue par ses menottes. Lin Tiemei ne pouvait pas prendre de douche ni aller aux toilettes sans l'autorisation des gardiens. La famille n'était pas autorisée à lui rendre visite ou à lui apporter le nécessaire quotidien. Les gardiens n'autorisaient personne à l'aider.

Lin Tiemei a été soumise à des tortures inhumaines dans le camp de travaux forcés. Les mains et les pieds attachés très serré, ses bras et ses jambes étaient étirés le plus loin possible sur un lit et elle était obligée de se soulager sur le lit. Les gardiens encourageaient également les détenus à frapper Mme Lin. Ils lui fourraient de force des serviettes hygiéniques et des chaussettes puantes dans la bouche, utilisant du ruban adhésif pour lui fermer la bouche, lui mettant un casque sur la tête, la menottant et l'emmenant au soi-disant « palais du dragon ». Avec ce traitement et dans ces conditions, sa peau autour de la bouche a commencé à pourrir.

Pour résister à la torture qui lui était infligée, Mme Lin a entamé une grève de la faim et les gardiens l'ont gavée. Selon un témoin, Lin Tiemei a été cruellement torturée par les gardiens. Elle a été menottée dans le dos, forcée à porter un casque métallique et la bouche scellée avec du ruban adhésif. Tout son corps était noir et violet à cause des tortures, elle a été choquée avec des matraques électriques et d'autres moyens de torture cruels.

Au camp de travaux forcés pour femmes du Guangxi, elle a été torturée jusqu'à perdre conscience et sa vie était en grand danger. Les gardiens ont répandu la rumeur qu'elle avait perdu la tête parce qu'elle pratiquait le Falun Gong. Pendant le Nouvel An chinois 2004, les gardiens ont répandu une autre rumeur, celle que Mme Lin Tiemei avait été libérée sur caution médicale. En réalité, elle a été enfermée dans une pièce secrète et totalement contrôlée. Elle était tous les jours menottée, sans permission de dormir, sans couverture, même au froid de l'hiver et forcée de s'asseoir sur une planche en bois.

Lin Tiemei a ensuite été transférée à l'hôpital pour retraités et démobilisés de Yulin dans le Guangxi, institution psychiatrique au niveau du district.

Le 25 novembre 2005, la famille de Lin Tiemei est venue à l'hôpital et a demandé à la voir. Les autorités de l'hôpital ont rejeté la demande sans donner de raison. Dix jours plus tard, le 8 décembre, Mme Lin Tiemei est décédée des suites de la torture dans cet hôpital. Le rapport de la mort donné par l'hôpital décrit la mort de Lin Tiemei comme une « mort subite ».

Après sa mort, l'équipe de l'hôpital n'a pas osé faire face aux médias. La famille de Mme Tiemei a refusé de signer la feuille de crémation. Pour cacher les faits et tromper le public, le comité politique et judiciaire du canton de Bohai et le bureau 610 local a payé 16 000 yuans à la famille de Lin Tiemei pour éviter des problèmes ultérieurs.

Quand Lin Tiemei était détenue à l'hôpital, le médecin responsable était Zhou Xiong et les infirmières : Liang Zhanwei, Chen Wenlan, Jiang Beilian et Min Jiaai.

http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/27/147714.html
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/2/3/82277.html

La pratiquante Mme Wang Yufang de Tonghua à Jilin a été persécutée à mort au camp de travaux forcés de Heizuizi

Mme Wang Yufang, 53 ans, était du village de Huashu dans le canton de Erdaojiang, ville de Tonghua, province du Jilin. Le 9 août 2005, son domicile a été forcé et fouillé par la police locale. Elle a été arrêtée et emmenée au centre de détention de Changliu à Tonghua. Ensuite, elle a été condamnée à trois ans de travaux forcés au camp pour femmes de Heizuizi à Changchun. Quand elle était là-bas, elle a été cruellement torturée et tourmentée durement aussi bien physiquement que psychiquement.

Quand les gardiens du camp de travaux forcés de Heizuizi ont réalisé qu'elle était en train de mourir, ils ont averti sa famille. Le 18 décembre 2006, sa famille l'a prise à la maison. Elle était incapable de marcher ou de manger et était proche de la mort. 37 jours plus tard, le 25 janvier 2007, Mme Wang Yufang est décédée.

http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/31/147968.html
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/2/8/82487.html

M. Duan Yuanle, pratiquant âgé de 27 ans, du canton de Wusheng dans la province du Sichuan, est torturé à mort

M. Duan Yuanle, âgé de 27 ans, était un diplômé universitaire. Il habitait à Nonglin dans le canton de Wusheng, province du Sichuan. M. Yuanle a souffert de graves crises d'épilepsie avant de pratiquer le Falun Gong. Il est allé voir de nombreux médecins dans divers hôpitaux, mais n'a pas été guéri. En 1998, il a commencé à pratiquer le Falun Gong et a été guéri de sa maladie. Le père de Duan Yuanle était tellement surpris de voir les effets de la pratique du Falun Gong sur son fils qu'il a lui-même aussi commencé à pratiquer.

Duan Yuanle a partagé la magnificence de Dafa avec les autres et désiraient qu'eux aussi bénéficient de Dafa. À la fin 2004, M. Duan a acheté un ordinateur et une imprimante et a commencé à produire des documents clarifiant la vérité chez lui.

Le 26 juillet 2005, il a été dénoncé. Des policiers de la brigade de la sécurité d'État du département de police de Hechuan à Chongqing, dont Qin Mengyun et Feng Yun, ont pénétré chez M. Duan. Ils l'ont illégalement arrêté ainsi que son père et les ont emmenés à la brigade de la sécurité d'État de Hechuan. Le père de M. Duan a été relâché une fois que la famille a payé une amende. Duan Yuanle a été menacé, brutalement torturé, frappé violemment et harcelé. Puis il a été emmené au centre de détention de Hechuan où il a été soumis à quatre mois de persécution supplémentaires.

M. Duan a été transféré au centre de détention du canton de Wusheng où il a souffert d'autres persécutions. La police n'a pas averti sa famille, jusqu'à ce qu'il soit dans un état critique. Sa famille s'est précipitée là-bas, ils ont vu M. Duan gisant par terre dans le coma, avec de la mousse blanche autour de la bouche. Dans ces conditions, les agents du bureau 610 de Wusheng et les policiers de la brigade de la sécurité d'État de Wusheng ont forcé sa famille à l'emmener chez eux. Ils ont ordonné à la famille de garder M. Yuanle à la maison jusqu'au procès et les ont forcés à déposer une caution.

Donc le 27 décembre 2005, la famille de M. Duan l'a emmené à la maison. Entre-temps, il avait été torturé au point d'être méconnaissable. Il était blessé au visage et à la tête, il était absent, incohérent et incapable de marcher. Quiconque le voyait avait envie de pleurer.

Grâce aux bons soins qu'il a reçu chez lui, l'état de M. Duan Yuanle a montré une légère amélioration. Cependant les policiers de Wusheng continuaient à le tourmenter. Ils l'ont également informé que la cour n'avait garanti la suspension de sa condamnation que de trois ans. L'état physique et psychique de M. Duan s'est dégradé suite au harcèlement continuel. Le 7 octobre 2006, il est mort chez lui.

Après l'incident, la police a menacé la famille de M. Duan. Ils ont essayé de les empêcher de dire à qui que ce soit ce qui s'était passé. Jusqu'à aujourd'hui, la famille de M. Duan n'avait pas révélé la vérité sur la mort M. Yuanle suite à la torture.

http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/31/147969.html

Mme Zhu Guangzhen, une pratiquante de Anhui âgée de 72 ans, est frappée avec brutalité et torturée à mort

Mme Zhu Guangzhen, 72 ans, vivait dans la maison de famille dans l'institut d'éducation de la province du Anhui. Après le début de la persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999, Mme Zhu est allée trois fois à Pékin pour faire appel au gouvernement central. À la deuxième fois, elle a été emmenée au bureau de liaison de la province du Anhui à Pékin. Elle a été forcée de s'asseoir dans une position accroupie pendant une longue période et elle a souffert d'être cruellement frappée, elle a reçu de violents coups de pied et par conséquent elle a eu les jambes couvertes d'hématomes. Par la suite, elle a été emprisonnée au centre de détention de la ville de Hefei. La troisième fois qu'elle est allée à Pékin pour faire appel, elle a été envoyée dans un centre de détention de la province du Hebei et a été illégalement emprisonnée là-bas. Elle a fermement refusé de renoncer et après une grève de la faim de huit jours, elle est sortie du centre de détention avec la pensée droite.

En retournant à Hefei, elle a été arrêtée trois fois parce qu'elle clarifiait la vérité sur le Falun Gong, qu'elle distribuait des dépliants clarifiant la vérité et qu'elle protégeait les documents clarifiant la vérité. La dernière fois, Mme Zhu a été arrêtée avant le Nouvel An chinois 2002. Les agents du bureau 610 de Hefei et des policiers du commissariat de la rue Jinzhai (sous le district de Luyang, département de la ville de Hefei) l'ont dérangée chez elle, ils ont fouillé sa maison et l'ont arrêtée. Elle a été emmenée dans un véhicule de police, sa veste en cuir a été jetée. Quand elle était en détention, elle a tenu une grève de la faim pendant un mois. Elle a été condamnée à trois ans de prison et emmenée à la prison de Suzhou dans la province du Anhui.

Dans cette prison, Mme Zhu Guangzhen a continué à croire fermement dans la cultivation de Dafa. Les gardiens ont ordonné aux détenus de lui lancer la tête contre le mur en lui attrapant les cheveux et en lui choquant les dents de devant. Sa peine a été allongée de six mois supplémentaires, ce n'est qu'en juillet 2005 qu'elle est retournée chez elle. Mme Zhu a été gravement torturée physiquement et psychiquement, ayant pour conséquence la perte de la vue et une faiblesse générale. Elle est morte en juillet 2006.

http://minghui.ca/mh/articles/2007/1/6/146197.html
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/1/10/81596.html

Dans l'histoire, de nombreuses prophéties et des proverbes des saints ont fait référence à cette période particulière de l'histoire humaine, où le monde a grandement dégénéré et où la moralité est au plus bas. Des millions de personnes ont retrouvé la vertu et la santé grâce à la pratique quotidienne des principes du Falun Dafa « Authenticité, Compassion, Tolérance ». Ce que les hommes attendent depuis tant d'années s'est enfin manifesté, l'esprit anti-univers et anti-homme du PCC a tenté de ruiner tous les espoirs de l'humanité. Pour atteindre son but pervers, le PCC a utilisé toutes sortes de moyens brutaux appris à travers les âges. Dans le monde entier, le PCC a soutenu des efforts systématiques pour exterminer le Falun Dafa et ses pratiquants. Au cours des sept dernières années, les pratiquants ont montré une incroyable endurance et ils ont fait d'énormes efforts pour que le monde sache la vérité sur le Falun Dafa. Il y a le vœu que chaque personne dans le monde chérisse cette précieuse opportunité et utilise la droiture et la conscience pour mettre un terme à la persécution des pratiquants, pour le bénéfice de toute l'humanité.


Traduit en Suisse le 1er mars 2007
version anglaise disponible à http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2007/2/22/82911.html
version chinoise disponible à http://minghui.ca/mh/articles/2007/2/5/148344.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.