Un ancien lieutenant-colonel des forces armées de la ville de Qingdao, province de Shandong détenu pour la troisième fois dans un hôpital pour malades mentaux

M. Zhang Deyao pratiquant de Falun Dafa, de la ville de Qingdao, province de Shandong, a été lieutenant-colonel dans les forces armées de la ville de Qingdao. Déterminé dans sa croyance en Falun Gong, il a été maltraité à répétition. M. Zhang est actuellement emprisonné à l'hôpital pour malades mentaux de la ville de Qingdao. C'est la troisième fois qu'il est est envoyé dans un tel hôpital sous cette persécution.

Quand le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter Falun Dafa en juillet 1999, M. Zhang Deyao est allé faire appel au gouvernement municipal et il a été illégalement emprisonné par l'armée pendant un mois. Pendant cette période il a considérablement souffert et s'est effondré mentalement en conséquence. Il a été alors envoyé à l'hôpital pour malades mentaux de la ville de Qingdao (le centre de santé mentale de la ville de Qingdao, également appelé le septième hôpital des citoyens de Qingdao). À ce moment-là il avait déjà eu l'honneur de se classer cinquième à l'examen de changement de carrière et il avait été assigné au commissariat de police municipal de Qingdao. Cependant, parce qu'il était pratiquant de Falun Dafa, l'organisation concernée du PCC l'a forcé à travailler au Premier collège de la ville de Qingdao.

Plus tard, parce que M. Zhang Deyao était allé demander justice à Pékin , les fonctionnaires de l'école et le PCC l’ont de nouveau envoyé à l'hôpital pour malades mentaux de la ville de Qingdao. Par la suite M. Zhang Deyao, sorti de détention avec des pensées droites, a été licencié et devenu depuis sans abri . Cette année alors qu'il clarifiait la vérité publiquement, il s'est évanoui sur le bord de la route à cause de la faim et de l'exposition au froid. "Le service de secours 120" l'a porté à l'hôpital où il a indiqué l’adresse de son domicile. Son épouse et le personnel concerné de l'école l’ont renvoyé encore une fois à l'hôpital pour malade mentaux..

C'est la troisième fois que M. Zhang Deyao a été illégalement emprisonné à l'hôpital pour malade mentaux où il souffre des tortures inhumaines. Il a dit à son enfant qui est venu le voir que les médecins lui ont injecté des drogues inconnues. Son épouse a réalisé que ce n’était pas bien et elle est allée à l'hôpital pour exiger la libération de son mari. Mais Sun Pijian (Homme), médecin responsable, a refusé de libérer M. Zhang en utilisant l'excuse qu’un consentement de l'employeur M. Zhang du premier collège, était nécessaire pour la libération de M. Zhang. L'épouse de Zhang Deyao a trouvé le directeur et Li Guoguang (Homme), directeur d'enseignement de la division des affaires du premier collège, et elle leur a demandé de coopérer avec elle en allant à l'hôpital et en négociant la libération de son mari. Le principal et Li Guoguang ont chacun reporté la responsabilité sur l'autre, cependant, Li Guoguang est la principale personne responsable dans cette affaire. Il a dit que l’affaire de M. Zhang avait été gérée par son prédécesseur et qu’il n'avait rien à faire avec lui ainsi il n'a pas accepté d'aider à libérer M. Zhang.

Pratiquants de Falun Dafa d’outre-mer, veuillez passer des appels téléphoniques pour clarifier la vérité à ceux qui sont impliqués, coordonnez vous avec les pratiquants de la ville de Qingdao pour sauver M. Zhang Deyao.


Premier collège de la ville de Qingdao
Directeur de la division des affaires de l'Enseignement Li Guoguang : 86-13105157228 (portable)

Centre de santé mental de la ville de Qingdao (le septième hôpital des citoyens)
Docteur Sun Pijian, personne principalement responsable des pratiquants : 86-532-86669120
Adresse : 9 route Dong’an, ville de Qingdao, code postal : 266034


Le 23 janvier 2007
Version chinoise disponible à http://minghui.org/mh/articles/2007/1/24/147504.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.