Le père d'une fille de quatre ans est arrêté et sa mère peut être tuée par la police en 2001

Gao Deyan, disciple de Dafa de Longkou City, province du Shandong a été tuée il y a cinq ans. Son meurtrier est toujours en liberté. Nous pouvons aujourd'hui apporté plus de faits sur la persécution de Chen Zhaowu et de sa femme, Gao Deyan.

Chen Zhaowu et Gao Deyan étaient des disciples de Dafa dans le petit village Chenjia, grande ville de Chenjia, Longkou city, province du Shandong. Cette année, tous deux auraient eu 40 ans. En octobre 1999, ils sont allés à Beijing pour demander justice pour Falun Dafa. Ils ont été arrêtés et ont été ramenés et détenus au centre de détention du Village de Zhangjia à Longkou City. Chen Zhaowu a été illégalement détenu pendant un mois, et Gao Deyan a été illégalement détenue pendant 15 jours.

En décembre 1999, deux pratiquants d'autres endroits sont arrivés à la maison de Tang Zhulong qui était disciple de Dafa dans le Village Zaoqian du nord, Longkou City. Chen Zhaowu et Gao Deyan ont appris cela et et ils se sont aussi rendus chez Tang Zhulong. Plus de vingt personnes des villes proches s'étaient rassemblées là, partageant leurs expériences de cultivation. Le Secrétaire du personnel Xie Deju et le Directeur du commissariat de police Wang Gang ont eu connaissance de cette réunion. Avec une bande d'hommes à gage ils se sont introduits dans la maison de Tang Zhulong pendant la réunion. La Bande de Wang a pris Tang Zhulong dans la pièce ouest et l'a violemment battu au visage. En un court instant, le visage de Tang Zhulong a été enflé, et le sang est sorti des coins de sa bouche. Les pratiquants qui ont osé se lever et parler pour eux ont été battus par le Directeur de la Sécurité publique et les voyous, incités par Xie Deju. Finalement vingt pratiquants ont été emmenés dans une salle de classe du village. Il était 20h00.

Ces mauvaises personnes ont forcé les disciples de Dafa à se mettre face au mur. Gao Deyan portait un enfant de deux ans, mais elle a aussi été forcée à se tenir debout. Ils ont interrogé les pratiquants un par un, en leur demandant qui avait organisé les activités. Les pratiquants n'ont pas coopéré avec eux, et ils ont été battus et maltraités. Deux pratiquantes ont été persécutées le plus sérieusement. Les autorités les ont battus pendant un moment, puis ils ont apporté de l'eau froide dans des cuvettes et l'ont versée sur leurs têtes jusqu'à ce qu'elles fussent complètement trempées. Alors ils ont tiré les pratiquants dans la cour dans le froid glacial. Elles avaient si froid qu'elles ne pouvaient plus bouger ni parler. Elles ont été traînées alors dans la classe. Les voyant dans cet état, les autres pratiquants ont enlevé leurs vêtements, pour en couvrir celles qui avaient été dehors, mais les autorités les en ont empêchés. Ils ont torturé les disciples de Dafa jusqu'à minuit.

Les pratiquants ont été emmenés plus tard à la police de leur propre résidence. Chen Zhaowu et Gao Deyan ont été détenus dans la grande ville Chenjia. Finalement, lorsqu'ils ont été libérés sans condition, ils ont fait une grève de la faim pendant cinq jours.


En octobre 2000, Chen Zhaowu et Gao Deyan sont allés à Beijing une deuxième fois pour valider Dafa. L'autobus était programmé pour arriver à Beijing à trois ou quatre heures du matin. La station d'autobus était pleine de policier. Ils ont demandé à tous les passagers arrivant de montrer leur carte d'identité et ils ont alors quitté la station. Les cartes d'identité de Chen Zhaowu et de sa femme avaient été confisquées par la police locale, donc ils ont été arrêtés à la station d'autobus et plus tard ils sont retournés à Chenjia et ont été détenus.

Pendant leur détention par le gouvernement de la ville Chenjia, les autorités les ont battus et les ont maltraités. Gao Deyan a été battue si méchamment qu'elle a perdu le contrôle de ses intestins et a fait dans son pantalon. Elle s'est échappée et elle est sans foyer depuis, sachant qu'elle serait arrêtée si elle retournait chez elle.

Plus tard, un pratiquant n'a pas pu supporté la torture après avoir été arrêté et les a trahis. Les autorités les ont cherchés partout. Ils ont même offert une récompense de 120,000 yuans pour eux. Plus tard ils ont été trahis par un autre pratiquant qui a révélé où ils vivaient.

Un jour de juillet ou juin 2001, le chef du bureau 610 Li Shuqiang du commissariat de police Longkou a envoyé les agents de police Yu Lihui, Wang juin, Wang Qi, et d'autres pour pénétrer de force dans la maison de Chen Zhaowu. Seul Chen Zhaowu était à la maison. Ils ont battu Chen Zhaowu le faisant saigner du nez. Ils l'ont giflé et emmené au centre de détention pour un mois et alors il l'ont condamné à deux ans s dans le camp de travail forcé Wangcun dans la ville de Zibo.

Gao Deyan n'était pas à la maison quand les agents de police ont fait irruption dans leur résidence et ont arrêté son mari. Cependant, approximativement dix jours plus tard le corps d'une femme a été découvert dans l'étang derrière leur résidence. Après un vérification par le propriétaire, il a été confirmé que la personne morte était sa locataire, Gao Deyan.

On pense que Gao Deyan est venue à la maison sans savoir que son mari avait déjà été arrêté, et prise la police qui attendait puis torturée à mort. Les agents de police ont jeté son corps dans l'étang et ils ont fait un subterfuge de suicide, en essayant d'esquiver la responsabilité.

La famille heureuse de Chen Zhaowu et Gao Deyan a été détruite comme cela. Un enfant de moins de quatre ans a perdu sa mère à jamais.

Les coupables n'échapperont pas à la justice. La vérité finira par apparaître, et les assassins recevront la punition qu'ils méritent.

Date de l'article original: 12/9/2006
Categorie: Témoins oculaires

Chinese version available at http://www.minghui.org/mh/articles/2006/9/3/136979.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.